Navigation – Plan du site
Roman du Genji et société aristocratique au Japon

Le livre « L’arbre-mirage » et la réflexion sur les romans dans le Roman du Genji (xie siècle)

The “Broom-Tree” Book and the Reflexion on the Novel in the Tale of Genji (11th Century)
Daniel Struve
p. 125-144

Résumés

Au Japon, le xe siècle est marqué par l’émergence d’une littérature de fiction en langue vernaculaire, qui se développe dans les milieux de la cour et de l’aristocratie en marge de la culture de langue chinoise et de la poésie en japonais, jouissant toutes deux d’une reconnaissance officielle. Genre marginal et méprisé, le roman ou monogatari, critiqué pour son caractère frivole et son lien avec le mensonge, s’affirme néanmoins comme une activité de distraction propre notamment à meubler les moments d’ennui et d’oisiveté (tsuredzure), comme ceux qu’imposent les pluies du 5e mois. Le Roman du Genji, chef-d’œuvre du genre, rédigé au début du xie siècle par la dame de cour Murasaki Shikibu, présente une remarquable réflexion sur la fiction romanesque, que ce soit dans le « débat sur les romans » du livre « Les lucioles » ou dans la « discussion par une nuit de pluie sur les catégories de femmes » qui ouvre le second livre « L’arbre-mirage » et que nous lisons ici comme une mise en scène métaphorique de l’activité romanesque.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La situation du roman dans le Japon de l’époque de Heian
Le « débat sur les romans »
« L’arbre-mirage »
L’auteur-narrateur

Aperçu du texte

La situation du roman dans le Japon de l’époque de Heian

Au tournant des ixe et xe siècles, le Japon voit l’éclosion d’un roman en japonais dont le chef-d’œuvre est le Roman du Genji, rédigé par une dame de cour, Murasaki Shikibu, au début du xie siècle. Cette œuvre célèbre, devenue un classique de la littérature mondiale, couronne un siècle d’élaboration, de mûrissement et de prolifération du genre romanesque dans les milieux aristocratiques. Cette vogue du roman, dont on sait peu de choses, la plus grande partie des œuvres étant perdues, est attestée par quelques rares témoignages, comme la préface au recueil d’anecdotes bouddhiques intitulé Sanbôe (Illustration des Trois Joyaux) de Minamoto no Tamenori, daté de 984 et destiné à la princesse Sonshi, fille de l’empereur En.yû, qui venait d’entrer en religion. L’auteur y fait éloge du choix qu’a fait la princesse de quitter ce monde évanescent pour s’engager dans la voie de la Loi et la met en garde contre les passe-temps auxquels el...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 72, printemps 2017, p. 125-144

Référence électronique

Daniel Struve, « Le livre « L’arbre-mirage » et la réflexion sur les romans dans le Roman du Genji (xie siècle) », Médiévales [En ligne], 72 | printemps 2017, mis en ligne le 22 juin 2019, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://medievales.revues.org/8102 ; DOI : 10.4000/medievales.8102

Haut de page

Auteur

Daniel Struve

Université Paris-Diderot ; Centre de recherche sur les civilisations d’Asie orientale (CRCAO)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org