Navigation – Plan du site
Roman du Genji et société aristocratique au Japon

La fonction narrative de la poésie dans le Japon ancien : le cheminement vers le Roman du Genji

Narrative Function of Poetry in Ancient Japan : Towards the Tale of Genji
Terada Sumie
p. 109-124

Résumés

Cet article examine le rapport de complémentarité que le waka (poésie japonaise) entretient avec la partie en prose des récits en langue vernaculaire dès son stade de balbutiement à la période antique (viiie siècle). La codification du waka focalisée sur le choix des mots et leurs combinaisons, d’une part, et l’accentuation de son caractère lyrique, d’autre part, préparent l’écriture narrative du Roman du Genji, réalisée au milieu de l’époque de Heian (xie siècle). Cette écriture s’organise sur deux niveaux : des passages statiques proches de scènes de tableaux où les personnages expriment leurs émotions à l’aide de waka et les réseaux de renvois que l’auteur établit en exploitant ces poèmes et qui se situent en deçà du développement diégétique et indépendants de celui-ci, mais qui aident à dégager les principaux thèmes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Préhistoire
Fonction des poèmes dans les Récits des temps anciens
De l’écriture bilingue aux récits à poèmes en langue vernaculaire
La citation de poèmes dans la prose
Les poèmes dans le Roman du Genji
Élément organisateur des scènes
Contribution sur le plan narratif

Aperçu du texte

C’est au contact de la civilisation chinoise que les Japonais ont appris l’existence de l’écriture. Si l’on tient compte des inscriptions ou des textes fragmentaires, les plus anciens écrits attribuables aux Japonais datent du vie siècle et sont rédigés en chinois. Il faut ensuite attendre le début du viiie siècle pour voir apparaître des textes en langue vernaculaire. Ceux-ci prennent tout d’abord la forme de poèmes insérés dans des récits mythologiques ou historiques rédigés eux-mêmes en chinois. Le recueil poétique Man.yôshû (Recueil des dix mille feuilles) date, dans la version qui nous est parvenue, de la seconde moitié du viiie siècle. Il constitue le plus grand corpus de textes en langue japonaise de la période antique (viie-viiie siècles) et témoigne de la formation progressive du système d’écriture japonais.

Le rôle primordial que la poésie a joué dans le développement de l’écrit en japonais a profondément marqué la prose japonaise dans les premiers siècles de sa formation. ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 72, printemps 2017, p. 109-124

Référence électronique

Terada Sumie, « La fonction narrative de la poésie dans le Japon ancien : le cheminement vers le Roman du Genji », Médiévales [En ligne], 72 | printemps 2017, mis en ligne le 22 juin 2019, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://medievales.revues.org/8087 ; DOI : 10.4000/medievales.8087

Haut de page

Auteur

Terada Sumie

Inalco/Centre d’Études Japonaises (CEJ)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org