Navigation – Plan du site
Roman du Genji et société aristocratique au Japon

Les concours de poèmes comme rituels de cour. Autour du « Concours de poèmes tenu au palais impérial la quatrième année de l’ère Tentoku [960] » (Tentoku yonen dairi uta awase)

Poetry Competitions as Court Rituals. Form and Function of the “Imperial Palace Poetry Competition of the Fourth Year of Tentoku”, Tentoku yonen dairi uta awase (960)
Michel Vieillard-Baron
p. 73-86

Résumés

Les concours de poèmes furent pratiqués au Japon dès le ixe siècle. Afin de déterminer les caractéristiques et la fonction de ces manifestations – notamment les plus officielles, celles qui se déroulaient au palais impérial – nous examinons un exemple particulièrement significatif, le « Concours de poèmes tenu au palais impérial la quatrième année de l’ère Tentoku [960] » (Tentoku yonen dairi uta awase) organisé en 960 par l’empereur Murakami (926-967), et considéré comme un modèle du genre. Nous présentons tout d’abord le compte rendu de la manifestation rédigé par l’empereur Murakami en personne, puis, dans un second temps, les règles pour ce type de manifestation, telles que les a consignées le poète et poéticien Fujiwara no Kiyosuke (1104-1177) dans son important traité intitulé Fukurozôshi, le Sac [aux savoirs poétiques] texte compilé vers 1157. La confrontation de ces textes nous permettra de saisir comment se déroulaient ces rituels de cour et quelle était leur fonction.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le concours de Tentoku
Le sac aux savoirs poétiques

Aperçu du texte

L’empereur Murakami (926-967 ; r. 946-967) fut un souverain particulièrement sensible à la poésie. En 951, il fit établir au palais un Bureau de la poésie (waka dokoro) chargé, d’une part, de compiler son anthologie impériale, le Recueil de poèmes sélectionnés postérieurement (Gosen wakashû) et, d’autre part, d’établir la lecture des 4 500 pièces du Man.yôshû, somme de la poésie antique achevée vers 759. Il commanda également un important concours de poèmes (uta awase), manifestation qui va nous occuper ici.

Les concours de poèmes consistaient à faire s’affronter deux équipes, appelées « équipe de gauche » (hidari kata) et « équipe de droite » (migi kata), qui devaient produire des waka – c’est-à-dire des poèmes de trente et une syllabes en japonais –, sur des sujets distribués à l’avance (kendai) ou sur place (sokudai ou tôza). Le jour du concours, les poèmes de l’équipe de gauche étaient appariés à ceux de l’équipe de droite et déclamés par un lecteur (kôji). Chaque paire de poèmes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 72, printemps 2017, p. 73-86

Référence électronique

Michel Vieillard-Baron, « Les concours de poèmes comme rituels de cour. Autour du « Concours de poèmes tenu au palais impérial la quatrième année de l’ère Tentoku [960] » (Tentoku yonen dairi uta awase) », Médiévales [En ligne], 72 | printemps 2017, mis en ligne le 22 juin 2019, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://medievales.revues.org/8072 ; DOI : 10.4000/medievales.8072

Haut de page

Auteur

Michel Vieillard-Baron

Inalco/Centre d’Études Japonaises (CEJ)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org