Skip to navigation – Site map
Roman du Genji et société aristocratique au Japon

L’éducation des filles dans la société aristocratique de l’époque de Heian

The Girls’ Education in the Aristocratic Society of the Heian Period
Sanae Fukutô
Translated by Jacqueline Pigeot
p. 57-72

Abstracts

This article seeks to restore the reality of the education given to the girls of the nobility from the tenth to the eleventh century by means of historical documents and literary texts of the time. There are differences in treatment between boys and girls from birth : if the former benefit, in an official or public setting, from the learning of Chinese texts, the mastery of which is necessary for administrative or political functions, the second are excluded, at least officially, and are educated in the family sphere. Along with learning, such as sewing, which is necessary for life and whose mastery is highly appreciated, as far as their culture was concerned they enjoyed an education in Japanese poetry, music and calligraphy. But, in spite of the official discourse, the women of that period also learned the Chinese letters. This double Sino-Japanese culture allows a feminine literature to flourish, which will no longer be the case at the end of the Heian period, when this official discourse (excluding women from the mastery of Chinese literature) becomes reality.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

Enfants de l’aristocratie et genre
Contenu et situation réelle de l’instruction dispensée aux filles
Le rôle de maîtresse de maison et l’éducation
Les professeurs des filles

First lines

On estime que c’est vers le ixe siècle que se construisit au Japon une différenciation des genres, asymétrique et discriminatoire. Depuis le règne de l’impératrice Suiko, à la fin du vie siècle, jusqu’à celui de l’impératrice Shôtoku, à la fin du viiie, c’est-à-dire durant environ deux cents ans, la fonction impériale (tennô ou, jusqu’à la fin du viie siècle, taiô) fut exercée à peu près à part égale par les hommes et par les femmes, qu’il s’agisse du nombre des souverains ou de la durée des règnes. Au sommet de l’État, on n’était pas éloigné de l’égalité. Mais lorsque, vers la fin du viie siècle, furent importés de la Chine des Tang les Codes qui faisaient des fonctionnaires masculins les détenteurs presque exclusifs du pouvoir politique et que fut mise en place une législation qui reprenait les Codes à 90 %, les femmes furent peu à peu écartées de la sphère du politique. Cependant, au viiie siècle, à l’époque dite de Nara, les femmes qui exerçaient certaines fonctions auprès de l’...

Top of page

References

Bibliographical reference

Médiévales 72, printemps 2017, p. 5-72

Electronic reference

Sanae Fukutô, « L’éducation des filles dans la société aristocratique de l’époque de Heian », Médiévales [Online], 72 | printemps 2017, Online since 22 June 2019, connection on 24 September 2017. URL : http://medievales.revues.org/8059 ; DOI : 10.4000/medievales.8059

Top of page

About the author

Sanae Fukutô

Université Saitama Gakuen (Saitama)

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org