Navigation – Plan du site
Roman du Genji et société aristocratique au Japon

L’éducation des filles dans la société aristocratique de l’époque de Heian

The Girls’ Education in the Aristocratic Society of the Heian Period
Sanae Fukutô
Traduction de Jacqueline Pigeot
p. 57-72

Résumés

Cet article cherche à établir en quoi consistait réellement l’éducation dispensée aux filles de la noblesse du xe au xie siècle, à l’aide de documents historiques et de textes littéraires de cette époque. On constate des différences de traitement entre les garçons et les filles dès leur naissance : si les premiers ont accès, dans un cadre officiel ou public, à l’apprentissage des textes en chinois, dont la maîtrise est nécessaire pour exercer des fonctions administratives ou politiques, les secondes en sont exclues, du moins officiellement, et sont éduquées dans la sphère familiale. À côté des apprentissages comme celui de la couture, nécessaires pour la vie domestique et dont la maîtrise est fortement appréciée, elles bénéficient dans le domaine de la culture d’une initiation à la poésie japonaise, à la musique et à la calligraphie. Mais, malgré le discours officiel, les femmes de cette époque apprennent aussi les lettres chinoises. Cette double culture sino-japonaise permet un épanouissement de la littérature féminine sans précédent, ce qui ne sera plus le cas vers la fin de l’époque de Heian, où ce discours officiel excluant les femmes de la maîtrise des lettres chinoises devient réalité.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Enfants de l’aristocratie et genre
Contenu et situation réelle de l’instruction dispensée aux filles
Le rôle de maîtresse de maison et l’éducation
Les professeurs des filles

Aperçu du texte

On estime que c’est vers le ixe siècle que se construisit au Japon une différenciation des genres, asymétrique et discriminatoire. Depuis le règne de l’impératrice Suiko, à la fin du vie siècle, jusqu’à celui de l’impératrice Shôtoku, à la fin du viiie, c’est-à-dire durant environ deux cents ans, la fonction impériale (tennô ou, jusqu’à la fin du viie siècle, taiô) fut exercée à peu près à part égale par les hommes et par les femmes, qu’il s’agisse du nombre des souverains ou de la durée des règnes. Au sommet de l’État, on n’était pas éloigné de l’égalité. Mais lorsque, vers la fin du viie siècle, furent importés de la Chine des Tang les Codes qui faisaient des fonctionnaires masculins les détenteurs presque exclusifs du pouvoir politique et que fut mise en place une législation qui reprenait les Codes à 90 %, les femmes furent peu à peu écartées de la sphère du politique. Cependant, au viiie siècle, à l’époque dite de Nara, les femmes qui exerçaient certaines fonctions auprès de l’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 72, printemps 2017, p. 5-72

Référence électronique

Sanae Fukutô, « L’éducation des filles dans la société aristocratique de l’époque de Heian », Médiévales [En ligne], 72 | printemps 2017, mis en ligne le 22 juin 2019, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://medievales.revues.org/8059 ; DOI : 10.4000/medievales.8059

Haut de page

Auteur

Sanae Fukutô

Université Saitama Gakuen (Saitama)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org