Navigation – Plan du site
Roman du Genji et société aristocratique au Japon

Le ministre Fujiwara no Michinaga (966-1027) : politique matrimoniale, apparat et liens de clientèle à l’époque du Roman du Genji

The Minister Fujiwara no Michinaga (966-1027): Matrimonial Politics, Pageantry and Patronage at the Time of the Tale of Genji.
Charlotte von Verschuer
p. 21-38

Résumés

Fujiwara no Michinaga, premier personnage de la cour à l’époque du Roman du Genji, mit en œuvre une politique matrimoniale qui a assuré à sa famille le pouvoir impérial pour trois générations. Il mit en scène des cérémonies qui exaltent son prestige et employait sa clientèle pour s’assurer les ressources financières nécessaires pour réaliser ses ambitions. Il en résulta une mutation de la structure du pouvoir pour les générations à venir.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Une politique matrimoniale couronnée de succès
Des célébrations fastueuses
Le choix des cérémonies comme méthode de gouvernement
L’importance de l’apparat
La mainmise de Michinaga sur les richesses du pays
Le déclin du système fiscal instauré par les codes
Une immense fortune personnelle
Un décor somptueux à la mesure de la gloire de son commanditaire
Personnages mentionnés dans l’article

Aperçu du texte

L’époque du Roman du Genji connut une mutation dans les méthodes de gouvernement. La cour impériale, siège de l’administration publique, était alors dominée par le ministre Fujiwara no Michinaga. Ce personnage fut à l’origine d’un changement des mécanismes du pouvoir, précipitant la transformation, déjà commencée depuis au moins un siècle, du système bureaucratique fondé au début du viiie siècle en un système clientéliste. Pour atteindre ses fins politiques, Michinaga mit à contribution la politique matrimoniale et son réseau de clientèle. En outre, sa mise en scène de cérémonies fastueuses contribua à exalter son prestige à la cour. L’exclamation suivante traduit parfaitement l’ambition du ministre :

Ah ! Je puis penser que cet âge est vraiment le mien, quand de la lune rien ne vient diminuer la plénitude.

Quand Fujiwara no Michinaga (966-1027) composa ce poème, au dixième mois de l’année 1018, lors du banquet officiel donné à l’occasion du mariage de sa fille Ishi (999-1036) avec l’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 72, printemps 2017, p. 21-38

Référence électronique

Charlotte von Verschuer, « Le ministre Fujiwara no Michinaga (966-1027) : politique matrimoniale, apparat et liens de clientèle à l’époque du Roman du Genji », Médiévales [En ligne], 72 | printemps 2017, mis en ligne le 22 juin 2019, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://medievales.revues.org/8024 ; DOI : 10.4000/medievales.8024

Haut de page

Auteur

Charlotte von Verschuer

École Pratique des Hautes Études (Paris)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org