Navigation – Plan du site
Essais et recherches

Alcuin, Charlemagne et le droit d’asile

Alcuin, Charlemagne and Sanctuary
Maxence Bidu
p. 109-136

Résumés

Entre 801 et 802, une profonde querelle vient opposer Charlemagne et Alcuin au sujet d’un clerc d’Orléans réfugié dans l’abbaye Saint-Martin de Tours. L’empereur réclame que le fugitif soit livré à l’évêque Théodulfe, mais Alcuin s’y refuse, invoquant le droit d’asile. La dispute est l’occasion d’un intense échange épistolaire au cours duquel les deux parties exposent longuement leurs argumentaires, fondés chacun sur une recension détaillée des normes canoniques et séculières applicables. Le dossier juridique constitué par Alcuin revêt une importance particulière pour l’histoire du droit d’asile à l’époque carolingienne, car il permet d’identifier les sources disponibles au début du ixe siècle pour résoudre cette question, et illustre le processus de sélection des textes mis en œuvre par l’abbé. Cet article se propose d’analyser, dans le détail, les positions des deux principaux protagonistes et, ce faisant, de mettre en lumière le rapport ambivalent qui les lie. Malgré la relation privilégiée que partagent Charlemagne et Alcuin, il s’instaure à cette occasion un rapport de force et la question du droit d’asile, savamment défendu par l’abbé, disparaît alors derrière la démonstration d’autorité de l’empereur.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les sources de la querelle
La défense du droit d’asile par Alcuin
Nécessité de la miséricorde et du pardon dans la mise en œuvre de la justice
L’asile comme outil de promotion de la miséricorde
Une procédure excluant toute violence
L’édification de l’empereur
Les sanctuaires comme lieux de refuge traditionnels
La réponse de Charlemagne
Un argumentaire fondé sur le droit romain
Charlemagne et le droit d’asile
Le droit d’asile dans la législation carolingienne avant l’affaire de Tours
Le droit d’asile dans l’affaire de Tours
Le capitulaire de 803

Aperçu du texte

Au tournant des années 801 et 802, un clerc se présenta aux portes de l’abbaye Saint-Martin de Tours, sollicitant hébergement et protection auprès de l’abbé Alcuin. Il était originaire d’Orléans où, sur décision de l’évêque Théodulfe, on le retenait prisonnier pour ses fautes, jusqu’à ce qu’il s’évadât à la faveur de circonstances inconnues. De manière inattendue, son recours au droit d’asile constitua le point d’origine d’une querelle retentissante entre l’évêque d’Orléans et l’abbé de Saint-Martin de Tours. La qualité des deux prélats leur permit de requérir l’arbitrage direct de Charlemagne, l’un comme l’autre plaidant auprès de l’empereur pour obtenir son soutien.

L’intense débat qui fit rage par voie épistolaire fut l’occasion pour les deux camps d’exposer leurs arguments ; il révéla également l’ampleur de leur désaccord.

Cette correspondance revêt une importance capitale pour l’histoire du droit d’asile à l’époque carolingienne, car elle livre un témoignage unique de la réceptio...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 71, automne 2016, p. 109-136

Référence électronique

Maxence Bidu, « Alcuin, Charlemagne et le droit d’asile », Médiévales [En ligne], 71 | automne 2016, mis en ligne le 20 novembre 2018, consulté le 16 août 2017. URL : http://medievales.revues.org/7969 ; DOI : 10.4000/medievales.7969

Haut de page

Auteur

Maxence Bidu

Université Paris-Ouest Nanterre La Défense – UMR 7041, ED 395

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org