Skip to navigation – Site map
Conflits et concurrence de normes

Le traitement des « cas réservés », entre cura animarum, juridiction épiscopale et plenitudo potestatis pontificale

Treatment of “Reserved Cases”, between cura animarum, Episcopal Jurisdiction and Pontifical plenitudo potestatis
Véronique Beaulande-Barraud
p. 75-90

Abstracts

Reserved cases arose in the canonical doctrine and the penitential practice during the second half of the twelfth century. Either they were causes of an excommunication which could only be absolved by the pope, or they were serious sins the absolution of which was reserved to bishops. They thus seemed to confirm the hierarchy of jurisdiction inside the Church. However, the building of norms concerning absolution was a complex process, particularly when conflicting principles had to be combined. Not only did reserved cases jeopardize both the episcopal prerogatives (as some diocesan faithful could not be absolved by their bishops) and the functions of parish priests in terms of cure of souls, but the forgiveness of sins by the holders of « the power of the keys » – which was regularly underlined as a moral and legal priority – could prevail on the doctrine of reserve itself, so that clashes between legal standards and pastoral norms could not always be avoided.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

Une catégorie source de conflits normatifs
Le problème de l’absolution des excommunications et la réserve pontificale
Omnis utriusque sexus et cas réservés à l’évêque : deux normes de la pénitence ?
Une norme pragmatique : les manuels et sommes de confession
Des systèmes de normes concurrentiels : sens et conséquences
Cas réservés aux évêques, cas réservés au pape : autour de la plenitudo potestatis
Les cas réservés aux évêques et la « cure d’âmes »

First lines

La confession et la pénitence tiennent une place prépondérante dans l’encadrement des fidèles, dans le cadre paroissial et au-delà. Cette réalité carolingienne a été institutionnalisée par le canon 21, Omnis utriusque sexus, du IVe concile de Latran en 1215. Parallèlement, la plenitudo potestatis pontificale devient un concept-clef de l’ecclésiologie et du droit canonique, qui affirme à la fois que le pape a juridiction sur tous les chrétiens et que toute juridiction vient de lui. Le centralisme pontifical s’affirme, aux dépens du pouvoir épiscopal notamment. En conséquence, le corps des évêques défend sa propre dignité, en rappelant l’égalité dans l’ordre entre le pape de Rome et les autres évêques, et en assurant la prééminence épiscopale au sein du diocèse, sur le plan juridictionnel et pastoral.

Les « cas réservés » sont un élément de ce jeu à trois niveaux (pape, évêques, prêtres) ; ils participent également à l’effort de définition des fors qui semble caractériser la fin du Moy...

Top of page

References

Bibliographical reference

Médiévales 71, automne 2016, p. 75-90

Electronic reference

Véronique Beaulande-Barraud, « Le traitement des « cas réservés », entre cura animarum, juridiction épiscopale et plenitudo potestatis pontificale », Médiévales [Online], 71 | automne 2016, Online since 20 November 2018, connection on 17 October 2017. URL : http://medievales.revues.org/7922 ; DOI : 10.4000/medievales.7922

Top of page

About the author

Véronique Beaulande-Barraud

Université de Reims – CERHIC EA 2616

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org