Navigation – Plan du site
Conflits et concurrence de normes

Le traitement des « cas réservés », entre cura animarum, juridiction épiscopale et plenitudo potestatis pontificale

Treatment of “Reserved Cases”, between cura animarum, Episcopal Jurisdiction and Pontifical plenitudo potestatis
Véronique Beaulande-Barraud
p. 75-90

Résumés

Les cas réservés naissent, dans la doctrine canonique et dans la pratique pénitentielle, dans la deuxième moitié du xiie siècle. Causes d’excommunication dont l’absolution est réservée au pape ou péchés graves dont l’absolution est réservée aux évêques, ces cas semblent traduire et affirmer la hiérarchisation de la juridiction dans l’Église. La construction de normes de l’absolution, de la censure ou du péché, a cependant eu lieu de manière complexe, parfois tendue, entre des principes contradictoires à concilier. Les cas réservés ont paru atteindre les prérogatives tant des évêques (qui ne peuvent plus « délier » tous leurs diocésains) que des prêtres de paroisse (plus maîtres de toute la « cure des âmes » qui caractérise leur office). De plus, ce principe de la réserve est plus ou moins fragilisé par la nécessité constamment rappelée d’offrir à chaque pécheur la possibilité d’obtenir son pardon auprès d’un détenteur du « pouvoir des clefs ». Norme juridictionnelle et norme pastorale se heurtent alors.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Une catégorie source de conflits normatifs
Le problème de l’absolution des excommunications et la réserve pontificale
Omnis utriusque sexus et cas réservés à l’évêque : deux normes de la pénitence ?
Une norme pragmatique : les manuels et sommes de confession
Des systèmes de normes concurrentiels : sens et conséquences
Cas réservés aux évêques, cas réservés au pape : autour de la plenitudo potestatis
Les cas réservés aux évêques et la « cure d’âmes »

Aperçu du texte

La confession et la pénitence tiennent une place prépondérante dans l’encadrement des fidèles, dans le cadre paroissial et au-delà. Cette réalité carolingienne a été institutionnalisée par le canon 21, Omnis utriusque sexus, du IVe concile de Latran en 1215. Parallèlement, la plenitudo potestatis pontificale devient un concept-clef de l’ecclésiologie et du droit canonique, qui affirme à la fois que le pape a juridiction sur tous les chrétiens et que toute juridiction vient de lui. Le centralisme pontifical s’affirme, aux dépens du pouvoir épiscopal notamment. En conséquence, le corps des évêques défend sa propre dignité, en rappelant l’égalité dans l’ordre entre le pape de Rome et les autres évêques, et en assurant la prééminence épiscopale au sein du diocèse, sur le plan juridictionnel et pastoral.

Les « cas réservés » sont un élément de ce jeu à trois niveaux (pape, évêques, prêtres) ; ils participent également à l’effort de définition des fors qui semble caractériser la fin du Moy...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 71, automne 2016, p. 75-90

Référence électronique

Véronique Beaulande-Barraud, « Le traitement des « cas réservés », entre cura animarum, juridiction épiscopale et plenitudo potestatis pontificale », Médiévales [En ligne], 71 | automne 2016, mis en ligne le 20 novembre 2018, consulté le 24 mars 2017. URL : http://medievales.revues.org/7922 ; DOI : 10.4000/medievales.7922

Haut de page

Auteur

Véronique Beaulande-Barraud

Université de Reims – CERHIC EA 2616

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org