Navigation – Plan du site
Lieux d'hygiène et lieux d'aisance en terre d'Islam

Les latrines des monuments seldjoukides et mamelouks de Cilicie

Latrines in Seljuk and Mamluk monuments of Cilicia
Füsun Tülek
Traduction de Marie-Odile Rousset
p. 129-147

Résumés

L’architecture seldjoukide d’Anatolie témoigne d’installations sanitaires bien établies, ainsi que de systèmes d’égouts et d’adduction d’eau. Les exemples fournis ne concernent pas uniquement les constructions domestiques et publiques mais aussi les édifices militaires. Les fouilles de Kubad Abad ont mis en évidence un système hydraulique planifié et organisé ainsi que des installations sanitaires datées du début du xiiie siècle. La conception et l’aménagement d’un complexe résidentiel et palatial pourraient avoir été hérités de la tradition de l’architecture précédente, turque et musulmane, telle celle de la résidence royale ghaznavide de Lashkar‑i Bazar (Afghanistan) datée du xie siècle. Il n’est pas surprenant que les militaires musulmans, nés dans un environnement qui comportait des installations sanitaires assez généralisées, aient inclus des commodités dans leurs forteresses. Les édifices militaires d’Anatolie comportent ainsi de nombreux exemples de latrines et de bains, comme dans la Tour Rouge d’Alanya d’époque seldjoukide ou à Toprakkale (province d’Osmaniye) mamelouke.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Le château de Toprakkale
Les lieux d’aisance à Toprakkale
D’autres latrines de Cilicie

Aperçu du texte

La plaine de Cilicie est bordée par le Taurus au nord, par la Méditerranée au sud, par la rivière Lamos à l’ouest et par les montagnes de l’Amanus à l’est. Cette région, qui correspond au littoral méditerranéen le plus oriental de l’Anatolie, est devenue la zone des thughūr du Bilād al‑Shām entre le premier quart du viie siècle et le dernier quart du xe siècle. Pendant trois cents ans, le pouvoir islamique domina en Cilicie et le califat abbasside y érigea de nombreuses constructions, jusqu’à sa reconquête par les armées byzantines en 962. Plus tard, la région devint le champ de bataille des Byzantins, Croisés, barons arméniens et armées mameloukes, qui détruisirent villes et châteaux et reconstruisirent certains d’entre eux. Aux xiie et xiiie siècles, les Turcs seldjoukides préférèrent rejoindre la Méditerranée en traversant les montagnes du Taurus à la frontière nord-ouest de la Cilicie plutôt que de longer la côte et ils fondèrent la ville de Alaiya (Alanya) sur un promontoire. L...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 70, printemps 2016, p. 129-147

Référence électronique

Füsun Tülek, « Les latrines des monuments seldjoukides et mamelouks de Cilicie », Médiévales [En ligne], 70 | printemps 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://medievales.revues.org/7821 ; DOI : 10.4000/medievales.7821

Haut de page

Auteur

Füsun Tülek

Département d’archéologie de l’Université de Kocaeli, Turquie

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org