Navigation – Plan du site
Lieux d'hygiène et lieux d'aisance en terre d'Islam

Les latrines en al‑Andalus : leurs principales caractéristiques et les conditions sanitaires urbaines

The Latrine in Al‑Andalus : its Main Characteristics and the Urban Hygienic Conditions
Ieva Reklaityte
Traduction de Sophie Gilotte
p. 59-75

Résumés

Les données archéologiques montrent combien l’intimité à l’intérieur des latrines était un aspect clé de la maison d’al‑Andalus. Outre des rideaux ou des portes, le cabinet était souvent occulté par une cloison qui créait une entrée coudée et empêchait de voir, depuis l’extérieur, l’usager qui s’y trouvait. Ce réduit, habituellement très exigu, présentait un dispositif souvent légèrement surhaussé et de dimensions variables, fait en brique ou en pierre, et plus exceptionnellement en marbre, avec une fente étroite en son centre. Une petite ouverture était sûrement percée en haut des murs pour en assurer l’aération, elle-même facilitée par la circulation de l’air entre le patio et la rue. L’accès aux latrines s’effectuait généralement depuis le patio ou le vestibule. Même si certaines villes comme Murcie, par exemple, possédaient un ample réseau d’égouts, la solution la plus fréquemment adoptée pour l’évacuation était celle de puits perdus, tel que cela a été documenté dans de nombreuses agglomérations urbaines ainsi que dans la plupart des faubourgs califaux de Cordoue et dans des établissements de moyenne importance comme Siyāsa (Cieza, Murcie) ou Shaltish/Saltés (Huelva).

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les latrines et leur insertion dans les réseaux hydrauliques urbains
Les systèmes d’évacuation simples et traditionnels
Les latrines et les voies publiques : le puisard
La place des latrines dans l’architecture domestique : espace d’intimité

Aperçu du texte

On ne peut concevoir la maison des villes d’al‑Andalus sans une latrine ni un puits dans le patio. L’existence généralisée de latrines dans les demeures d’al‑Andalus est un fait qui distingue la culture andalouse de celle qui régnait alors dans le reste de l’Europe. Cependant, il s’agit principalement d’une caractéristique urbaine, car les vestiges de l’habitat rural en ont gardé peu de trace. Comme la plupart des sociétés de l’islam médiéval, al‑Andalus a développé une culture urbaine raffinée, ce dont témoignent les réseaux hydrauliques complexes et les solutions d’assainissements collectives, y compris pour les latrines des constructions domestiques. Peu connues par les textes et les images, car relevant de l’intime, c’est surtout par l’archéologie qu’une histoire des latrines peut aujourd’hui s’écrire. Les données textuelles nous renseignent plutôt sur des pratiques, difficiles à documenter archéologiquement, notamment lorsque l’accès aux latrines n’était pas possible ; dans ce ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 70, printemps 2016, p. 59-75

Référence électronique

Ieva Reklaityte, « Les latrines en al‑Andalus : leurs principales caractéristiques et les conditions sanitaires urbaines », Médiévales [En ligne], 70 | printemps 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 22 août 2017. URL : http://medievales.revues.org/7778 ; DOI : 10.4000/medievales.7778

Haut de page

Auteur

Ieva Reklaityte

URBS, Saragosse

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org