Navigation – Plan du site
Essais et recherches

Hildegarde de Bingen et l’encyclopédisme médiéval. Le cas des livres animaliers de la Physica

Hildegard of Bingen and Encyclopaedism. The Case of the Books on Animals from the Physica
Yoan Boudès
p. 233-250

Résumés

Hildegarde de Bingen, nonne allemande du xiie siècle, n’est pas seulement connue pour ses écrits mystiques, sa lingua ignota ou son œuvre de musicienne : elle est également l’auteur d’un Liber subtilitatum que sa complexe tradition manuscrite nous fait aujourd’hui connaître en partie sous le nom de Physica, dû à son premier éditeur, Jean Schott, qui le met sous presse en 1533 à Strasbourg. L’ouvrage présente une recension générale des éléments du Créé en huit livres, qui se présentent comme des successions de notices particulières. Malgré cette division livresque et le sujet traité, les relations entre la Physica hildegardienne et la tendance encyclopédique médiévale apparaissent comme incertaines et la critique n’a que très peu considérée l’œuvre à la lumière des problématiques posées par ce genre médiéval qui se développe principalement aux xiie et xiiie siècles en latin mais aussi en langues vernaculaires. Les livres animaliers de l’œuvre vont donc nous fournir une nouvelle occasion d’observer le texte comme œuvre de philosophie naturelle, éclairage nouveau sur les modalités de mise en écriture du savoir à l’époque médiévale. Comment l’œuvre parvient-elle alors à ordonner, classifier et nommer le vivant zoologique dans la partie qu’elle lui consacre ?

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Collecter, sélectionner, représenter le réel
Mettre en ordre : la « fabrique encyclopédique » de Hildegarde de Bingen
Système encyclopédique et système thérapeutique : la notice hildegardienne
Nommer et décrire : le statut de la langue dans l’encyclopédie hildegardienne
Classer donc classifier : une équation épistémologique

Aperçu du texte

« Hildegarde nonne à tout faire ? »

Ainsi s’exprimait Laurence Moulinier pour résumer, non sans humour, le polymorphisme étonnant qui caractérise non seulement l’œuvre de la désormais sainte abbesse bénédictine du xiie siècle, mais aussi sa réception contemporaine. Mystique visionnaire, mélomane et voyageuse, la curieuse polygraphe qu’est la nonne allemande est également l’auteur d’une œuvre de science : ce que l’on connaît aujourd’hui sous le titre de Physica entreprend de décrire, en neuf livres et environ cinq cents notices, l’ensemble du monde sublunaire, divisé par son auteur en plantes, éléments, animaux et pierres. Ainsi présentée, l’œuvre paraît parfaitement s’apparenter à un genre textuel médiéval bien connu et souvent décrit, mais toujours délicat à définir : l’encyclopédisme latin. Toutefois, l’étiquette d’« encyclopédie » se trouve peu associée au texte hildegardien, qui se présente pourtant comme une succession de chapitres, plus ou moins longs, consacrés aux différents ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 70, printemps 2016, p. 233-250

Référence électronique

Yoan Boudès, « Hildegarde de Bingen et l’encyclopédisme médiéval. Le cas des livres animaliers de la Physica », Médiévales [En ligne], 70 | printemps 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 25 mai 2017. URL : http://medievales.revues.org/7736 ; DOI : 10.4000/medievales.7736

Haut de page

Auteur

Yoan Boudès

Université Paris IV-Sorbonne – UFR de Langue française

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org