Navigation – Plan du site
Essais et recherches

L’ambivalence de l’honneur dans l’Angleterre de la fin du Moyen Âge : une force compétitive ou modératrice ?

The Ambivalence of Honor in Late Medieval England : a Moderating Force or a Competitive Force ?
Raoul Fievet
p. 215-232

Résumés

Cet article met en lumière le lien complexe entre honneur et violence dans le contexte de l’Angleterre de la fin du Moyen Âge. Il montre que si la culture de l’honneur, en particulier celle du monde aristocratique, pouvait légitimer et exacerber dans une certaine mesure le recours à la violence, elle pouvait également la freiner. Dans un contexte où la loyauté personnelle constituait la valeur primordiale dans l’éthique de comportement des nobles et gentlemen, personne ne pouvait laisser passer le moindre affront affectant sa valeur sociale, mais personne ne pouvait aller au-delà d’un certain seuil dans l’usage de la force sous peine d’affecter sa réputation. Un tel homme représentait en effet une menace potentielle pour tous ses alliés présents et futurs.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Qu’est-ce que l’honneur ?
La facette agressive de l’honneur
L’autre face de l’honneur

Aperçu du texte

Nombre d’historiens et d’anthropologues ont souligné l’existence d’un lien évident entre l’honneur et les phénomènes de violence et de compétition. Pour reprendre l’expression de l’anthropologue Julian Pitt-Rivers, « la lessive de l’honneur ne se lave qu’au sang ». Ce postulat a été renforcé par des études consacrées à la période médiévale dépeignant les enjeux liés à la réputation, en particulier dans le monde aristocratique, comme une source d’exacerbation du recours à la force. Ainsi, Malcolm Vale a argué que l’honneur est intrinsèquement incapable de promouvoir la modération. De même, Johan Huizinga, qui a pourtant insisté sur la dimension modératrice de l’idéal chevaleresque, a aussi admis que « la vengeance satisfait le sentiment de l’honneur, en dépit de l’intention perverse, criminelle ou maladive, capable parfois d’éveiller ce sentiment ». De manière plus spécifique à l’Angleterre de la fin du Moyen Âge, Mervyn James a défendu l’existence d’une violence endémique au sein de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 70, printemps 2016, p. 215-232

Référence électronique

Raoul Fievet, « L’ambivalence de l’honneur dans l’Angleterre de la fin du Moyen Âge : une force compétitive ou modératrice ? », Médiévales [En ligne], 70 | printemps 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 30 mars 2017. URL : http://medievales.revues.org/7726 ; DOI : 10.4000/medievales.7726

Haut de page

Auteur

Raoul Fievet

Docteur en histoire et archéologie des mondes anciens et médiévaux de l’Université de Nice

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org