Navigation – Plan du site
Lieux d'hygiène et lieux d'aisance en terre d'Islam

L’examen des urines dans la médecine médiévale en terre d’Islam et en Occident. Un aperçu

The Examination of Urine in Medieval Medicine, between Islamic and Western Worlds. A Short Overview
Laurence Moulinier-Brogi
p. 25-41

Résumés

Cet article a pour objet non pas tant des lieux d’aisance que le produit d’une évacuation corporelle, à savoir l’urine, et son importance dans la médecine du Moyen Âge en terre d’Islam et en Occident. Le diagnostic comme le pronostic médical se fondaient en effet sur l’inspection de ce fluide recueilli dans un flacon particulier, l’urinal. Mais l’examen des urines n’avait pas toujours eu une telle importance dans la sémiologie : la part croissante de l’uroscopie dans l’examen clinique est liée à l’œuvre du Byzantin Théophile, dont le Peri ouron influença dans un premier temps la médecine byzantine et la médecine arabe : dès le xe siècle, le médecin Isaac Israëli (Ishāq al‑Isrā’īlī) consacra aux urines la première monographie en arabe sur le sujet. Puis, après que les traités de Théophile et d’Isaac eurent été traduits en latin au xie siècle, la médecine occidentale fit sien leur enseignement en la matière. Après avoir rappelé les fondements de l’uroscopie dans la médecine occidentale et dans celle dite arabe, et en se fondant sur les apports textuels, mais aussi iconographiques, on tente ici de comparer l’importance de l’inspection des urines dans ces deux espaces, et les brèches que les modalités d’un tel examen pouvaient ouvrir dans la relation entre malades et praticiens.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’inspection des urines dans le monde arabe
Les limites de l’examen d’un fluide
L’uroscopie en images

Aperçu du texte

Le sujet de cette contribution est sinon périphérique du moins dans une relation synecdotique avec le thème du dossier ici réuni. Je m’attacherai en effet non à des lieux d’aisance, mais au produit d’une évacuation corporelle et son contenant, à savoir l’urine et le flacon dans lequel elle pouvait être recueillie pour l’examen clinique d’un patient : c’est l’urinal, dans lequel étaient collectées les urines sur l’inspection desquelles se fondait le diagnostic comme le pronostic.

Depuis la haute Antiquité, on estimait que les fluides circulant à l’intérieur du corps et pouvant en sortir transmettaient des informations sur l’état de santé pour qui savait les lire : la peau était vue de très longue date comme renfermant un monde invisible dont, pour les herméneutes, certaines manifestations sensibles traduisaient les mécanismes. Les premiers exemples d’inspection des urines seraient fournis par la civilisation babylonienne, il y a quelque 6000 ans ; les médecins indiens auraient été, po...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 70, printemps 2016, p. 25-41

Référence électronique

Laurence Moulinier-Brogi, « L’examen des urines dans la médecine médiévale en terre d’Islam et en Occident. Un aperçu », Médiévales [En ligne], 70 | printemps 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 30 mars 2017. URL : http://medievales.revues.org/7707 ; DOI : 10.4000/medievales.7707

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org