Navigation – Plan du site
Travailler à Paris (XIIIe-XVIe siècle)

Une sombre affaire de teinturerie : organisation corporative et territoires de production à Saint-Denis à la fin du xive siècle

The Dark Side of Dyeing : Labour Organization and Industrial District of Saint-Denis at the End of the Fourteenth Century
Boris Bove
p. 105-128

Résumés

La documentation relative aux métiers du drap à Saint-Denis contient deux textes qui, bien que contemporains et émanant de la même autorité seigneuriale, sont contradictoires. L’un est une ordonnance de métier de 1374 autorisant la teinture des draps à partir de racine de noyer ; l’autre est une enquête de 1383 montrant que cette technique a toujours été prohibée à Saint-Denis. Il ressort de la confrontation que les deux textes s’accordent pour dessiner un territoire productif de Saint-Denis, non polarisé par Paris, associant villes et campagnes entre Seine, Oise et Marne, qui pourrait bien être un district industriel. L’organisation du travail qui prévaut à Saint-Denis a de fortes affinités avec celle des villes de Normandie, avec une division du travail limitée, une organisation supra-corporative et une association villes/campagnes. Il y a donc un troisième modèle d’organisation professionnelle, entre la sophistication corporative des grands centres industriels et l’absence de règlement dans les campagnes. La contradiction entre ces deux pièces met aussi en évidence la fragilité de la norme corporative au Moyen Âge : faute d’une légitimité technique, le seigneur ecclésiastique enregistre, impuissant, le bras de fer entre teinturiers partisans et adversaires de la teinture de noyer.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Charte versus enquête
L’espace commercial et normatif
Un district industriel ?
Saint-Denis et Paris
Un faux ?
Rapport de force économique et règlements

Aperçu du texte

Les statuts rassemblés dans le Livre des métiers d’Étienne Boileau ont longtemps donné l’image rassurante d’une économie urbaine artisanale, familiale, réglementée, stable, avec une division du travail claire entre les professionnels d’une même filière de production. Les historiens ont progressivement écorné cette vision idyllique en soulignant que beaucoup d’activités ne sont pas encadrées, que la sous-traitance rend certains artisans dépendants d’autres, que les fabricants peuvent aussi accéder au marché, que certains cumulent plusieurs métiers ou tout au moins tentent souvent d’élargir le périmètre de leurs activités en empiétant sur les monopoles des autres corporations. Surtout, les historiens ont pointé les limites de la source : loin de figer une norme, les statuts de métier « ne sont que des instantanés de situations instables, où reclassements et déplacements étaient la règle ».

Ce contexte historiographique invite à relire le dossier de la draperie sandionysienne. Les grand...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 69, automne 2015, p. 105-128

Référence électronique

Boris Bove, « Une sombre affaire de teinturerie : organisation corporative et territoires de production à Saint-Denis à la fin du xive siècle », Médiévales [En ligne], 69 | automne 2015, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 30 mai 2017. URL : http://medievales.revues.org/7611 ; DOI : 10.4000/medievales.7611

Haut de page

Auteur

Boris Bove

Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org