Navigation – Plan du site
Travailler à Paris (XIIIe-XVIe siècle)

L’organisation du travail des armuriers parisiens, entre réglementation et réalité(s) de terrain (xiiie-xve siècle)

Parisian Armourers at Work in the Late Middle Ages : between Rules and Reality
Marion Bernard
p. 49-69

Résumés

Les armuriers formaient une communauté importante du Paris médiéval, dont la relative prospérité était assurée par la présence de la cour royale et des nobles. Leur organisation puisait ses sources dans les statuts de métier, dont les premiers figurent dans le célèbre Livre des métiers d’Étienne Boileau, remplacé ensuite par les livres de couleur et de bannière du Châtelet de Paris. Ces statuts, destinés à réglementer l’organisation et la pratique professionnelles, laissent deviner un métier caractérisé par une tripartition hiérarchique entre maîtres, valets et apprentis, la présence de gardes et jurés représentant la communauté, l’existence d’une confrérie, réceptacle de la piété collective des armuriers, et le respect de règles encadrant la production de pièces d’armure. Or, une confrontation de ces textes normatifs et stéréotypés, aussi bien dans le fond que dans la forme, avec d’autres sources donne à voir une réalité plus nuancée, faite d’une adaptation aux contraintes du marché, étroitement dépendant du contexte politique et économique, et aux évolutions technologiques affectant l’industrie armurière de la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Norme et structure du métier
Un métier, des métiers ?
Une organisation stricte
Norme et exercice du métier
Le poids des contraintes
La définition de sanctions
La norme et la réalité
La confrontation des sources
Essai de mise en contexte historique et législatif
Le vrai/faux problème de la spécialisation

Aperçu du texte

Les armuriers, fabricants d’armes défensives selon la catégorisation intellectuelle opérée à partir du xixe siècle, forment à Paris une communauté de métier régie par un ensemble de statuts professionnels. Comme l’a souligné Philippe Bernardi, le système corporatif demeure l’angle d’approche privilégié des métiers médiévaux et de leur organisation interne. Cette démarche, facilitée à Paris par le solide corpus législatif inauguré par le Livre des métiers du prévôt Étienne Boileau, est particulièrement tentante puisqu’à système corporatif répondent les notions de réglementation, de hiérarchie professionnelle, de rationalisation du travail et de régulation du marché permettant d’envisager le cadre dans lequel s’exerce une activité donnée. Néanmoins, au risque de n’avoir que des « images statiques, désincarnées sinon lénifiantes des métiers », pour reprendre le mot bien connu de Jean-Pierre Sosson, il convient d’engager d’autres lectures que la simple prise en compte de la norme législ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 69, automne 2015, p. 49-69

Référence électronique

Marion Bernard, « L’organisation du travail des armuriers parisiens, entre réglementation et réalité(s) de terrain (xiiie-xve siècle) », Médiévales [En ligne], 69 | automne 2015, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://medievales.revues.org/7579 ; DOI : 10.4000/medievales.7579

Haut de page

Auteur

Marion Bernard

Archives de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org