Navigation – Plan du site
Travailler à Paris (XIIIe-XVIe siècle)

Le Livre des métiers dit d’Étienne Boileau et la lente mise en place d’une législation écrite du travail à Paris (fin xiiie-début xive siècle)

The Livre des métiers Attributed to Étienne Boileau and the Slow Establishment of a Written Regulation for Trades and Crafts in Paris (end of the 13th-beginning of the 14th Century)
Caroline Bourlet
p. 19-47

Résumés

La première mise par écrit de la réglementation des métiers à Paris, connue sous le nom de Livre des métiers compilée par Étienne Boileau dans les années 1260, a fait l’objet, au xixe siècle de plusieurs publications qui, en attribuant à ce prévôt la paternité de 101 réglementations, ajoutaient une page à son hagiographie et figeaient une forme canonique de son œuvre dont se sont emparés tous les historiens depuis ce temps. L’étude codicologique de trois manuscrits désignés sous le nom de Livre des métiers, tous vraisemblablement compilés au Châtelet de Paris, permet de les dater plus précisément qu’ils ne l’avaient été antérieurement. Associée à une étude de quelques caractères formels des textes de la réglementation datés et non datés antérieurs à 1328, elle permet de présenter un tableau plus complet et chronologiquement plus nuancé de la mise en place de la législation des métiers : si Étienne Boileau est bien l’initiateur du mouvement de rédaction des réglementations de métier, ce fut une entreprise de longue haleine poursuivie jusqu’en 1328 par ses successeurs.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La réglementation des métiers à Paris avant étienne Boileau
« Établissements des métiers » versus « Livres des métiers »
Le manuscrit dit « de la Chambre des comptes »
Le manuscrit dit « de la Sorbonne »
Le manuscrit dit « Lamare »
Le manuscrit dit « du Châtelet »
Chronologie de la législation du travail à Paris sous les derniers Capétiens directs
Conclusion

Aperçu du texte

Le xiiie siècle correspond dans l’ensemble à une phase de croissance démographique et de prospérité de Paris : le choix d’en faire la capitale du royaume et la présence de plus en plus fréquente de la cour, les travaux d’urbanisme engagés par Philippe Auguste, la mainmise royale sur le contrôle des échanges commerciaux des foires et marchés, tout autant que le rayonnement de la nouvelle cathédrale et le renom de l’Université, tout concourrait à la croissance extraordinaire de la ville, dont la population semble avoir triplé au cours du siècle, et à l’essor des activités économiques, tant commerciales que de production.

À Paris, dès le milieu du siècle, il ne fait guère de doute que les artisans et commerçants d’implantation récente l’emportent en nombre sur les Parisiens de vieille souche. L’apport de main-d’œuvre, dont une partie était qualifiée, favorisait le développement de nouveaux savoir-faire, de nouvelles productions et une diversification croissante des activités. Lié à la p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 69, automne 2015, p. 19-47

Référence électronique

Caroline Bourlet, « Le Livre des métiers dit d’Étienne Boileau et la lente mise en place d’une législation écrite du travail à Paris (fin xiiie-début xive siècle) », Médiévales [En ligne], 69 | automne 2015, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 30 mai 2017. URL : http://medievales.revues.org/7569 ; DOI : 10.4000/medievales.7569

Haut de page

Auteur

Caroline Bourlet

Institut de recherche et d’histoire des textes – IRHT

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org