Navigation – Plan du site
Langues d'Angleterre

Le déclin du multilinguisme dans The Boke of Noblesse et son Codicille de William Worcester

The Decline of Multilingualism in The Boke of Noblesse and its Codicil by William Worcester
Catherine Nall et Daniel Wakelin
Traduction de Alban Gautier
p. 73-91

Résumés

Le traité politique en prose de William Worcester, The Boke of Noblesse, achevé en 1475, est accompagné d’un Codicille réunissant des informations et des documents historiques. Dans le Codicille, le code-switching entre le latin, le français et l’anglais reflète certes les langues documentaires et la pratique ordinaire, mais il suggère aussi un certain nombre de difficultés face à cette forme commune de multilinguisme au milieu du xve siècle. Quant au traité en prose, il met en évidence ses sources latines mais refuse de citer ses sources françaises dans la langue originale, révélant un certain malaise à l’égard du français comme langue productrice d’écriture dans l’Angleterre de la fin du xve siècle. Alors que le français et le latin étaient d’un usage courant dans l’administration des territoires anglais de France au cours la guerre de Cent Ans, et bien que des livres dans les deux langues aient continué à être lus par des anglophones tout au long du xve siècle (et même plus tard), l’œuvre de Worcester révèle des tensions sous-jacentes au cœur du multilinguisme, laissant présager la préférence croissante pour l’anglais comme langue d’écriture dans les années suivantes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

William Worcester : une œuvre composite
Langues documentaires dans le Codicille
Langues littéraires dans le traité en prose

Aperçu du texte

L’Angleterre du xve siècle était encore au moins trilingue, voire multilingue. La noblesse et la gentry lisaient toujours des livres en français ; l’Église, en dépit des attaques des défenseurs de l’anglais, continuait à faire usage de l’Écriture et de la liturgie en latin ; l’étude du grec devenait plus fréquente chez les savants latinistes ; des immigrés parlaient le gallois, l’irlandais, le flamand, le français et l’italien ; des Anglais se rendaient à l’étranger pour étudier, faire du commerce ou se battre. Dans de nombreux livres se côtoyaient encore les trois langues d’usage commun en Angleterre : le latin, l’anglais et le français, souvent réunis dans des mélanges multilingues. Mais dans la seconde moitié du xve siècle, les gens étaient-ils toujours prêts à faire usage de livres et de documents multilingues, avec plaisir et sans rechigner ?

Paradoxalement, c’est l’œuvre d’un auteur qui, de fait, pratiquait plusieurs langues, qui démontre que tel n’était pas le cas. William Wor...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 68, printemps 2015, p. 73-91

Référence électronique

Catherine Nall et Daniel Wakelin, « Le déclin du multilinguisme dans The Boke of Noblesse et son Codicille de William Worcester », Médiévales [En ligne], 68 | printemps 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://medievales.revues.org/7536 ; DOI : 10.4000/medievales.7536

Haut de page

Auteurs

Catherine Nall

Royal Holloway, Université de Londres

Daniel Wakelin

Université d’Oxford

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org