Navigation – Plan du site
Langues d'Angleterre

Le beau français d’Angleterre. Altérité de l’anglo-normand et invention du bon usage

The Beautiful French of England. Otherness of Anglo-Norman and Invention of the “bon usage”
Christopher Lucken
p. 35-56

Résumés

Il existe un topos dans les textes français et anglais du Moyen Âge : le français parlé en Angleterre serait un « faux français », une langue de mauvaise qualité par rapport au français de France. La critique moderne a suivi ce stéréotype : l’anglo-normand a longtemps été vu comme un dialecte déficient et artificiel. C’est pourtant en Angleterre qu’apparaissent les premiers textes grammaticaux décrivant une norme de la langue française, sur le modèle des grammaires latines. Les protestations topiques des auteurs anglo-normands concernant la rudesse de leur langue coexistent du même coup avec l’enseignement normé du français dans les écoles anglaises : alors que l’anglais semble réservé aux laboratores et se « popularise », un français réputé « de France » y devient un équivalent du latin, langue normée et policée. C’est à la constitution de ce « beau français » au sein du contexte trilingue de l’Angleterre qu’est consacrée cette étude.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Urbanitas et rusticitas : le français des villes et l’anglais des champs
Le français barbare de Marlborough
Un « droit » et « doux » français

Aperçu du texte

« Un faus franceis […] d’Angletere. » On connaît l’expression employée par la nonne de Barking pour excuser les fautes de langue – touchant principalement le système casuel – dont serait émaillée sa traduction de La Vie d’Édouard le Confesseur (ca 1163-1169). Il ne faut pas les lui reprocher car elle n’a pas appris le français « ailurs » qu’en Angleterre (v. 8). Un tel argument s’appuie tout d’abord sur le refus de la tradition chrétienne (illustré notamment par Grégoire de Tours) de soumettre la parole de Dieu aux règles de l’éloquence et de la grammaire latines. Il s’apparente de plus à un topos d’humilité comme en offrent de nombreux textes médiévaux, en particulier lorsqu’ils sont traduits du latin et s’écartent ainsi des œuvres produites par les auctores. Pourtant, si ce texte ne semble pas toujours respecter la déclinaison ou la métrique de l’ancien français, comme c’est le cas de nombreux écrits anglo-normands, son éditeur estime que sa langue « est remarquablement pure ». Ce...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 68, printemps 2015, p. 35-56

Référence électronique

Christopher Lucken, « Le beau français d’Angleterre. Altérité de l’anglo-normand et invention du bon usage », Médiévales [En ligne], 68 | printemps 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 24 mars 2017. URL : http://medievales.revues.org/7525 ; DOI : 10.4000/medievales.7525

Haut de page

Auteur

Christopher Lucken

Université Paris 8/Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org