Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jacques Dalarun, Bérard des Marses (1080-1130), un évêque exemplaire. Avec la traduction française introduite et commentée de sa Vie et de ses miracles

Paris, Publications de la Sorbonne (« Textes et documents d’histoire médiévale »), 2013, 150 p.
Grégory Combalbert
p. 194-195
Référence(s) :

Jacques Dalarun, Bérard des Marses (1080-1130), un évêque exemplaire. Avec la traduction française introduite et commentée de sa Vie et de ses miracles, Paris, Publications de la Sorbonne (« Textes et documents d’histoire médiévale »), 2013, 150 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Jacques Dalarun est consacré à Bérard, évêque du diocèse des Marses, en Italie centrale, de 1110 à 1130. Personnage assez peu connu, Bérard a toutefois déjà fait l’objet de travaux ou de remarques, particulièrement de Pierre Toubert, de John Howe et de Jacques Dalarun lui-même, qui lui a consacré plusieurs études depuis 2003.

2L’ouvrage se compose de deux parties, dont la seconde apparaît en fait comme l’objectif principal du livre. Il s’agit d’une traduction française de l’ensemble du texte de la Vie et des miracles de Bérard, évêque des Marses. Elle est précédée, en première partie, de la nécessaire introduction présentant le texte traduit et l’évêque Bérard.

  • 1 Vie et miracles de Bérard, évêque des Marses (1080-1130). Introduction, édition critique du texte l (...)

3Cet ouvrage n’inclut pas le texte de l’édition critique du texte latin de la Vie et des miracles de Bérard, qu’il faut chercher dans une autre publication de Jacques Dalarun, également parue en 20131. Le présent livre, aux Publications de la Sorbonne, apparaît en fait comme un condensé de cet autre ouvrage, plus accessible au grand public, reprenant les informations principales sur Bérard de manière synthétique ainsi que la traduction de la Vie et des miracles. Il aurait été utile que soient précisés, dans l’introduction, le rapport qu’entretiennent ces deux publications et les finalités propres de chacune d’elles.

4L’introduction, intitulée « Bérard, évêque des Marses : un art de gouverner », résume en trente pages les principaux éléments nécessaires à la connaissance du personnage et à la compréhension de son action. Appartenant à la lignée des comtes des Marses, Bérard est élevé au sein du chapitre de Sainte-Sabine, la cathédrale du diocèse des Marses, et séjourne pendant six ans à l’abbaye du Mont-Cassin. Après avoir intégré la suite pontificale de Pascal II en 1106, il est fait cardinal entre 1108 et 1109, et devient ensuite évêque des Marses, diocèse qu’il gouverne en bon pasteur pendant vingt ans, en soignant les pauvres et en excommuniant les « tyrans » dont il cherche à réprimer les abus. Cela lui vaut d’être maltraité et expulsé huit fois de son siège mais aussi de recevoir le plein soutien et la protection du pape. Après sa mort, quarante-cinq miracles recensés sont attribués à son intercession, dont trente entre 1130 et 1153. Issu de la famille comtale, qui avait depuis longtemps patrimonialisé la charge épiscopale des Marses, Bérard mène pourtant une action qui s’inscrit résolument dans le mouvement réformateur « grégorien », ce qui n’est pas surprenant dans la mesure où son accession à l’épiscopat « correspond à une parfaite coïncidence d’intérêts entre la papauté et la lignée comtale », détaillée dans l’introduction.

5L’auteur insiste sur ce que sont les traits les plus marquants du gouvernement épiscopal de Bérard, qui transparaissent largement dans la Vie et les miracles par des indices ici rendus explicites. L’action de l’évêque est d’abord tournée vers la construction de l’unité territoriale de son diocèse dans la soumission à l’évêché, ce qui est perceptible à travers la polysémie du terme episcopatus, récurrent dans le texte latin (et traduit ici de manière différente selon la signification réelle de chaque occurrence). Toutes les informations nécessaires pour comprendre les forces centrifuges à l’œuvre dans le diocèse des Marses et les stratégies déployées par l’évêque sont données.

6L’intérêt et l’originalité de la Vie et des miracles de Bérard des Marses ne résident pas seulement dans la présentation de ce dernier et de son action, mais aussi dans la genèse et les conditions d’élaboration du texte, que Jacques Dalarun reconstitue en confrontant plusieurs passages. À l’origine se trouvent deux chanoines de Sainte-Sabine ayant connu Bérard et qui sont commis, juste après la mort de ce dernier, à la garde de son tombeau. Ils sont les témoins privilégiés des premiers miracles attribués à l’évêque. Après un « petit mémoire », peut-être rédigé pour soutenir une première petitio en faveur de la canonisation de Bérard, l’un de ces deux chanoines, nommé Jean et devenu entre-temps évêque de Segni, rédige un « livret » narrant la vie et les miracles de Bérard, à la demande de son collègue, devenu prieur du chapitre de Sainte-Sabine. Peut-être en raison de divisions internes à ce chapitre, ce « livret » déplaît à son commanditaire qui semble même douter des miracles accomplis alors qu’il était initialement favorable au culte de Bérard. Ce désaccord non dissimulé entre les deux hommes entraîne la reprise de son texte par Jean de Segni et l’adjonction au propos initial de nouveaux récits de miracles attribués à Bérard. C’est ce texte remanié et complété qui constitue la rédaction définitive, ici traduite. Après 1153, le texte de Jean de Segni est complété de nouveaux miracles (le dernier datant de 1167), introduits par deux autres scribes et également traduits ici.

7La traduction du texte inclut donc les vingt-trois chapitres de la Vie de Bérard – y compris la lettre envoyée par Jean de Segni à Jean le Voleur pour annoncer la rédaction du texte – et les trente et un chapitres des miracles posthumes de ce dernier. Elle est établie au plus près du texte latin, à partir des cinq copies manuscrites et des trois éditions imprimées connues (qui ne comprennent pas toutes l’intégralité du texte). La traduction est dotée de notes de bas de pages nombreuses et très riches qui permettent d’attirer l’attention du lecteur sur tous les éléments importants ou significatifs, et de fournir toutes les données contextuelles nécessaires à la bonne compréhension du texte. Ces notes reprennent la plus grande partie des remarques figurant de manière organisée dans l’introduction, ce qui aboutit, en quelque sorte, à produire un ouvrage « à double entrée » : de manière linéaire, en lisant d’abord l’introduction puis le texte, ou en entrant directement par le texte. Tous les personnages, les lieux, les institutions sont identifiés et mis en contexte. Les renvois internes d’une partie à l’autre de la traduction sont nombreux et simplifient l’approche de la logique interne du texte. La traduction se veut fidèle au style de Jean de Segni, pas toujours fluide, parfois déficient sur le plan grammatical et alourdi par de nombreuses incises dont il fallut restituer les emboîtements pour donner une idée de la tournure d’esprit de l’auteur.

8Au total, cette traduction d’une œuvre hagiographique consacrée à un évêque de l’époque « grégorienne », richement critiquée et très bien présentée, sera sans nul doute très utile aussi bien aux chercheurs spécialistes de l’Église et de la société du Moyen Âge central qu’aux enseignants et aux étudiants désireux d’accéder sans difficulté, en français, aux sources de cette période.

Haut de page

Notes

1 Vie et miracles de Bérard, évêque des Marses (1080-1130). Introduction, édition critique du texte latin et traduction française, éd. J. Dalarun, Bruxelles, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Combalbert, « Jacques Dalarun, Bérard des Marses (1080-1130), un évêque exemplaire. Avec la traduction française introduite et commentée de sa Vie et de ses miracles », Médiévales, 68 | 2015, 194-195.

Référence électronique

Grégory Combalbert, « Jacques Dalarun, Bérard des Marses (1080-1130), un évêque exemplaire. Avec la traduction française introduite et commentée de sa Vie et de ses miracles », Médiévales [En ligne], 68 | printemps 2015, mis en ligne le 09 juillet 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://medievales.revues.org/7516

Haut de page

Auteur

Grégory Combalbert

CRAHAM, Université de Caen/CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org