Navigation – Plan du site
Essais et recherches

Mariages clandestins dans la Suède médiévale. Le témoignage des statuts synodaux

Clandestine Marriages in the Synodal Statutes of Medieval Sweden
Charlotte Christensen-Nugues
p. 169-186

Résumés

Selon le droit canonique médiéval, le consentement mutuel était le seul acte nécessaire pour créer un mariage valide ; un mariage contracté secrètement pouvait donc lui aussi être parfaitement valide. De tels mariages, dits clandestins, présentaient néanmoins des difficultés pratiques majeures lors de l’application de la législation matrimoniale de l’Église. Ceci était particulièrement apparent au niveau diocésain et presque tous les statuts synodaux européens traitent de ces mariages. Dans ce contexte, les statuts synodaux suédois se distinguent par la place relativement modeste accordée à ce problème.
Nous comparons dans cet article les références aux mariages clandestins dans les statuts synodaux suédois et français et nous explorons les raisons possibles de leurs différences dans la tradition légale suédoise. La législation séculière de la Suède médiévale comportait des règles détaillées pour la formation du mariage. Elles avaient comme conséquence de lui assurer une certaine publicité. Ceci faisait que les mariages clandestins, dans le sens de mariages secrets et sans témoins, étaient relativement rares. Les statuts synodaux suédois reflètent cette situation et mettent en lumière l’influence de traditions matrimoniales antérieures et la manière dont le droit commun s’en est accommodé.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les statuts d’Eudes de Paris et de Brunolphe de Skara
Mariages clandestins
Les statuts synodaux et le droit séculier

Aperçu du texte

Le mariage se contracte par le seul consentement et n’est pas invalide parce qu’il ne respecte pas les coutumes du pays.
Décrétales de Grégoire IX, IV. 1. 1.

Si un homme et une femme veulent se marier à l’Église, ils doivent le faire savoir au prêtre de leur paroisse. Le prêtre doit publier trois dimanches à la porte de l’église que le mari et la femme sont fiancés conformément au droit de la province et qu’ils veulent faire bénir leur union conformément au droit de l’Église.
Loi d’Upland, Livre de l’Église, § XV.

À partir de la deuxième moitié du xiie siècle, le droit canonique médiéval établit le consentement mutuel comme le seul acte nécessaire pour créer un mariage valide. Une cérémonie publique, la présence de témoins et la bénédiction d’un prêtre étaient souhaitables pour sa « dignité et solennité », mais n’étaient pas nécessaires à sa validité. On pouvait donc parfaitement contracter un mariage secrètement. Ces mariages, dits clandestins, représentaient cependant un problème ma...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 67, automne 2014, p. 169-186

Référence électronique

Charlotte Christensen-Nugues, « Mariages clandestins dans la Suède médiévale. Le témoignage des statuts synodaux », Médiévales [En ligne], 67 | automne 2014, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 30 mai 2017. URL : http://medievales.revues.org/7449 ; DOI : 10.4000/medievales.7449

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org