Navigation – Plan du site
Histoires de Bohême

Représentations de l’intimité dans le roman arthurien tchèque

Centrum medievistických studií AV ČR (Centre d’études médiévales), Prague.
Representations of Intimacy in the Czech Arthurian Romance
Martin Šorm
p. 49-66

Résumés

Les deux romans arthuriens tchèques de la fin du xive siècle (Tandariáš a Floribella et Tristram a Izalda) sont présentés comme des sources historiques sur la culture courtoise. Les auteurs médiévaux ont conçu les représentations littéraires de l’intime comme des moyens pour cultiver leur public et raffiner leur sensibilité. Les scènes où le chevalier Tandariáš s’oublie lui-même et se blesse peuvent être comparées avec des motifs introduits par Chrétien de Troyes. L’intime se trouve aussi entre l’isolement dans l’espace privé et la performance sociale. Par exemple, le lit royal est présenté par l’auteur de Tristram a Izalda comme l’attribut du pouvoir. Il témoigne de la manière dont la vie intime a pu être considérée comme un élément concernant l’ensemble de la société.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le piège courtois de Floribella, la main entaillée et l’oubli de Tandariáš
Autour du lit royal : Tristram-sanglier, l’intime et le pouvoir

Aperçu du texte

La littérature médiévale tchèque est souvent présentée comme peu ou, même, « pas assez » courtoise. On utilise en général pour la définir des attributs comme « réaliste », « terre-à-terre » ou « simpliste », avec un fort accent « moraliste », proche du « quotidien », éloignée des idéaux de l’aristocratie et plutôt destinée aux couches moyennes, voire bourgeoises. Bien que certains de ces jugements soient fondés sur des analyses érudites des textes de la fiction médiévale tchèque, la plupart d’entre eux découlent surtout de l’effort d’éclairer, dans sa singularité, le développement social et politique inattendu du royaume de Bohême au xve siècle. D’après la composition des manuscrits contenant les deux romans arthuriens tchèques, Tristram a Izalda et Tandariáš a Floribella, il semble pourtant évident qu’ils ont été plutôt lus dans les milieux aristocratiques, ce qui remet en question les jugements que nous avons précédemment mentionnés.

Il semble difficile d’incorporer la fiction litt...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 67, automne 2014, p. 49-66

Référence électronique

Martin Šorm, « Représentations de l’intimité dans le roman arthurien tchèque », Médiévales [En ligne], 67 | automne 2014, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://medievales.revues.org/7385 ; DOI : 10.4000/medievales.7385

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org