Navigation – Plan du site
Histoires de Bohême

Figures de reines dans les chroniques tchèques du xive siècle : idéal, pouvoir, transgressions

Figures of Queens in Czech Chronicles in the Fourteenth Century: Ideal, Power, Transgressions
Věra Vejrychová
p. 31-48

Résumés

Cet article étudie l’image des reines dans les chroniques tchèques du xive siècle, en se concentrant sur la figure d’Élisabeth de Bohême, située au point de transition dynastique entre les Přemyslides et les Luxembourg. Les récits divergents de sa vie et de ses différentes étapes, nécessairement déterminées par son mariage, permettent d’analyser à quel point la mise en narration tient compte des tensions entre les comportements idéalisés et genrés, définis par la littérature prescriptive, et la « réalité historique », appréhendée en fonction des buts particuliers de chaque historiographe médiéval. Enfin, grâce aux mises en parallèle avec d’autres reines, le parcours d’Élisabeth de Bohême se dégage comme un phénomène inscrit dans un système de valeurs, relevant de l’idéal de l’office de la reine.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La reine par mariage
L’épouse royale en temps de crises
Comme veuve délaissée

Aperçu du texte

Tout au début du xive siècle, les pays tchèques connaissent une transition dynastique qui orientera de façon importante le destin de ce royaume relativement jeune, placé en marge orientale de l’Empire. Après la mort violente de Venceslas III, en 1306, décédé sans héritier mâle, les mariages de trois femmes liées à la dynastie Přemyslide se sont imposés l’un après l’autre, en fonction des partis politiques, comme la solution pour remédier au vide du pouvoir. Deux filles de Vencelas II, l’aînée Anne et la puînée Élisabeth, ainsi que sa deuxième épouse, Élisabeth Richenza, se retrouvent au cœur d’enjeux politiques visant à assurer la continuité dynastique, tandis que d’autres facteurs – la puissance réelle de la noblesse ou la politique impériale et dynastique du roi des Romains, Henri VII de Luxembourg – entrent en jeu. Le mariage de son fils Jean avec Élisabeth Přemyslide, en 1310, met un terme à trois années de luttes et inaugure le règne luxembourgeois dans le royaume de Bohême.

Ce ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 67, automne 2014, p. 31-48

Référence électronique

Věra Vejrychová, « Figures de reines dans les chroniques tchèques du xive siècle : idéal, pouvoir, transgressions », Médiévales [En ligne], 67 | automne 2014, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://medievales.revues.org/7377 ; DOI : 10.4000/medievales.7377

Haut de page

Auteur

Věra Vejrychová

Université Charles de Prague, Faculté des Lettres, Département de l’histoire tchèque (ÚČD FF) ; Université Paris-Sorbonne (ÉD 1)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org