Navigation – Plan du site
Essais et recherches

Signata de mea marcha : les marques de marchands dans les comptes du péage de Chambéry (xve siècle)

Signata de mea marcha : Merchants’Marks in the Chambéry Toll Accounts (Fifteenth Century)
Marjorie Burghart
p. 141-158

Résumés

Au début du xve siècle, les comptes du péage de Chambéry (Savoie, France), particulièrement détaillés, comportent parfois le dessin des marques dessinées sur les balles pour justifier leur exemption. Ce corpus d’une soixantaine de marques différentes permet une approche de la typologie formelle des marques de marchands (la croix, son support et les lettres de l’alphabet en sont les principaux éléments graphiques récurrents), mais aussi de leur éventuelle évolution, voire dans un cas exceptionnel la proximité graphique d’une marque avec une autre forme d’identification, la signature de son possesseur. Une série de lettres de demande d’exemption, associées aux comptes, vient compléter le large panorama de l’usage pratique des marques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Présentation de la source
Le corpus des marques dans les comptes du péage
L’usage des marques
Tables : types de marque relevés dans les comptes du péage de Chambéry

Aperçu du texte

Au château d’Hermillon, en Maurienne, qui voulait passer devait payer de sa personne : le maître des lieux exigeait une livre de sang de chaque voyageur, et deux de chaque cheval. Et de ce sang, il se servait pour gâcher le mortier destiné à élever son château… Cette inquiétante légende du xiiie siècle touche presque au mythe. Les seigneurs qui dominaient les routes édifiaient leur puissance grâce à la sève du commerce et donc du trafic, son « sang » : l’argent, qu’ils exigeaient des marchands et des voyageurs en échange de leur passage !

Si la réalité était certes moins cruelle, on comprend néanmoins combien les nombreux péages qui émaillaient les routes médiévales ont marqué les esprits de ceux qui devaient les acquitter. Fort heureusement, les légendes ne sont pas les seules traces qui nous en soient parvenues. Les archives des états de Savoie recèlent de nombreux comptes de péages. Sous des formes diverses (simples rubriques dans des comptes de châtellenie, rouleaux autonomes, li...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 66, printemps 2014, p. 141-158

Référence électronique

Marjorie Burghart, « Signata de mea marcha : les marques de marchands dans les comptes du péage de Chambéry (xve siècle) », Médiévales [En ligne], 66 | printemps 2014, mis en ligne le 05 juillet 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://medievales.revues.org/7263 ; DOI : 10.4000/medievales.7263

Haut de page

Auteur

Marjorie Burghart

EHESS (pôle de Lyon) ; CIHAM UMR 5648

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org