Navigation – Plan du site
Harmonie Disharmonie

Guillaume Crétin et la Déploration sur le trépas de Jean Ockeghem : les chœurs, les cœurs et la poésie

Guillaume Crétin and the Déploration sur le trépas de Jean Ockeghem : Choruses, Hearts and Poetry
Thibaut Radomme
p. 121-139

Résumés

Cet article propose une étude du poème Déploration sur le trépas de Jean Ockeghem, écrit par Guillaume Crétin à l’extrême fin du xve siècle, selon deux axes de lecture principaux : la représentation de l’harmonie des chœurs et de la disharmonie des cœurs d’une part, et la problématisation du topos d’humilité de l’auteur, d’autre part. Après une brève introduction contextuelle consacrée aux concepts d’harmonie et de disharmonie ainsi qu’à une perspective générale sur le poème, la première partie de l’article traite du premier axe de lecture : il y est montré que, si la beauté des chants (harmonie des chœurs) semble a priori contraster avec le trouble des sentiments (disharmonie des cœurs), les frontières sont en fait brouillées et les chœurs sont gagnés par le désordre des cœurs, traduisant le rejet de la gaieté qui caractérise le chant funèbre. La seconde partie de l’article entend questionner la position d’infériorité dans laquelle se place Guillaume Crétin en tant qu’auteur : après s’être affirmé incapable d’écrire le poème qu’on lui enjoint de composer, après en avoir appelé à ses illustres prédécesseurs et contemporains et avoir reconnu la supériorité de la musique sur la poésie, l’auteur semble en effet prendre à revers les attentes du lecteur et, par un habile jeu de mise en abyme et une exploitation de la valeur performative du poème, se couronner comme le prince des poètes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Contexte et problématisation
Harmonie et disharmonie
Musique et poésie
Prince des poètes

Aperçu du texte

L’histoire littéraire a conservé un souvenir modeste de Guillaume Crétin. Né vers 1460 et mort le 30 novembre 1525, il appartient à la seconde génération des Grands Rhétoriqueurs, nom sous lequel le xixe siècle a rassemblé des poètes officiant à la cour des ducs de Bourgogne, de Bretagne et de Bourbon, ainsi qu’auprès du roi de France, durant la seconde moitié du xve et le premier tiers du xvie siècle. Guillaume Crétin, qui fut chanoine et trésorier de la Sainte-Chapelle de Vincennes puis chantre de la Sainte-Chapelle du Palais, à Paris, et aumônier ordinaire du roi François Ier, a composé des Chroniques et des œuvres poétiques que Kathleen Chesney, dans son édition, propose de répartir en poésie religieuse, récréative (narrative ou épistolaire) et sérieuse. Cette dernière catégorie compte des satires et cinq déplorations. C’est l’une de celles-ci, consacrée à Jean Ockeghem (ca 1420-6 février 1497), représentant célèbre du style polyphonique franco-flamand, que cet article entend ét...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 66, printemps 2014, p. 121-139

Référence électronique

Thibaut Radomme, « Guillaume Crétin et la Déploration sur le trépas de Jean Ockeghem : les chœurs, les cœurs et la poésie », Médiévales [En ligne], 66 | printemps 2014, mis en ligne le 05 juillet 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://medievales.revues.org/7253 ; DOI : 10.4000/medievales.7253

Haut de page

Auteur

Thibaut Radomme

Université catholique de Louvain, Institut des Civilisations, Arts et Lettres (INCAL)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org