Navigation – Plan du site
Harmonie Disharmonie

Le nain, une figure dé-mesurée, dans les enluminures des manuscrits profanes des xive et xve siècles en France

The Dwarf, a Disproportionate Figure in Profane Manuscript Illuminations of Fourteenth- and Fifteenth-Century France
Pascale Tiévant
p. 105-119

Résumés

Les nains représentés dans les enluminures des manuscrits profanes des xive et xve siècles en France sont caractérisés par leur dé-mesure. Au-delà de celle de leur taille, les images proposent une figure de l’altérité qui n’a pas toujours recours à la disharmonie que suggère la lecture de bon nombre des textes. Bien entendu nous trouvons quelques images de naines fort disgracieuses au service de l’allégorie de vices ou des Pygmées belliqueux de l’Antiquité. Ce n’est pourtant pas le cas pour l’ensemble des enluminures, recueillies pour l’essentiel dans les manuscrits de la matière de Bretagne et de France, qui mettent en scène des petits personnages parfois ombrageux ou vindicatifs, mais révèlent, après analyse, une figure plutôt positive, ayant ses valeurs propres et sa place dans l’harmonie du monde.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Nains dans les textes français du xiiie au xve siècle
Typologie des nains dans les enluminures
Une domestication du nain par l’image

Aperçu du texte

La littérature profane des xive et xve siècles présente de nombreux personnages dont l’apparence physique s’éloigne radicalement de la norme. Les monstres y côtoient des figures difformes ou hybrides. L’imaginaire invente ou revisite à loisir les figures issues de divers horizons. Les récits de l’Antiquité grecque ou ceux, fabuleux, des voyageurs de contrées lointaines et inconnues apportent en particulier toute la démesure et la disharmonie dont se nourrissent les images du Moyen Âge, dans la sculpture comme dans les marges ou les enluminures des manuscrits.

Comme en témoigne son nom, qui vient de monitus (ainsi que le souligne Isidore de Séville), le monstre (monstrum) désigne le présage d’un événement funeste : à l’instar d’autres prodiges (portenta), il fonctionne comme une sorte d’avertissement exprimé par un personnage sortant de l’ordi­naire. Il est indissociable du même coup de la notion de norme. S’oppo­sant à l’ordre naturel ou familier du monde, il témoigne d’un certain dé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 66, printemps 2014, p. 105-119

Référence électronique

Pascale Tiévant, « Le nain, une figure dé-mesurée, dans les enluminures des manuscrits profanes des xive et xve siècles en France », Médiévales [En ligne], 66 | printemps 2014, mis en ligne le 05 juillet 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://medievales.revues.org/7244 ; DOI : 10.4000/medievales.7244

Haut de page

Auteur

Pascale Tiévant

FRAMESPA, Université de Toulouse II-Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org