Navigation – Plan du site
Harmonie Disharmonie

Concordia discors : l’harmonie de l’écriture médiévale

Concordia Discors : The Harmony of Medieval Writing
Amy Heneveld
p. 25-41

Résumés

Cet article étudie l’importance du concept de concordia discors, ou de discordia concors, pour l’esthétique littéraire médiévale. La figure d’Harmonie dans le De nuptiis Philologiae et Mercurii de Martianus Capella enjoint à penser une unité musicale et littéraire qui offre à la fois plaisir et savoir, sous la forme d’une beauté complexe. Les mots concordia et discordia, des figures allégoriques qu’ils représentent à leurs diverses manifestations conjointes, nous amènent à suivre un chemin qui va de l’Antiquité à la conjointure médiévale, d’Empédocle à Alain de Lille, Geoffroy de Vinsauf et Chrétien de Troyes.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

L’origine du monde
Une allégorie des contraires
L’écriture
La place de l’amour

Aperçu du texte

Harmonie est la dernière figure à prendre la parole dans Les Noces de Philologie et de Mercure de Martianus Capella. Elle revient d’une longue absence et les dieux se réjouissent de l’entendre, car elle est essentielle à la musique et à la poésie. « Il est aussi agréable [uolupe] qu’utile de l’écouter », déclare Jupiter. Écrit sous l’égide du plaisir, le livre IX consacré à cette figure commence par le chant d’une Vénus lasse d’entendre des discours savants et impatiente d’arriver à la nuit de noces. Elle s’abandonne à sa fille Volupté : « À ces mots, elle se pencha légèrement en arrière et reprit sa place, se livrant aux étreintes de Volupté installée derrière elle. » Les dieux, surtout les « campagnards » (ruricolae), s’accordent à sa volonté : son autre fille, Harmonie, s’apprête à parler.

Ainsi commence le dernier livre de cette œuvre à la fois ludique et sérieuse, probablement écrite au début du ve siècle. Très influente en tant que manuel encyclopédique des arts libéraux tout a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 66, printemps 2014, p. 25-41

Référence électronique

Amy Heneveld, « Concordia discors : l’harmonie de l’écriture médiévale », Médiévales [En ligne], 66 | printemps 2014, mis en ligne le 05 juillet 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://medievales.revues.org/7183 ; DOI : 10.4000/medievales.7183

Haut de page

Auteur

Amy Heneveld

Université de Genève, Département de langues et littératures françaises et latines médiévales

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org