Navigation – Plan du site
Point de vue

De la Rome des papes à la Rome des Romains. À propos de quelques publications récentes sur la Rome médiévale

Sylvain Parent
p. 175-186

Texte intégral

1À l’exception de rares témoins encore bien conservés, comme la torre delle Milizie ou la torre dei Conti, aux abords des forums impériaux, et de quelques églises qui gardent dans leurs murs et leurs décorations le souvenir de cette période, le Moyen Âge n’imprime que très furtivement sa marque dans la trame urbaine contemporaine de Rome. La quasi-totalité des traces de cet urbanisme médiéval a en effet été emportée par l’« ouragan baroque » (J.-C. Maire Vigueur), qui a modifié en profondeur la topographie de la ville et ferait presque oublier que l’Urbs eut un passé médiéval. Cette absence frappe d’autant plus que de nombreuses communes d’Italie conservent encore un patrimoine médiéval exceptionnel, civil comme ecclésiastique.

  • 1 C’est l’hypothèse que fait A. Esch. Sur la distorsion produite, voir Id., «Chance et hasard de tran (...)
  • 2 A. Esch, «Fonti per la storia economica e sociale di Roma nel Rinascimento: un approcio personale», (...)
  • 3 V. Brancone, Le domus dei cardinali nella Roma del Duecento. Gioielli, mobili, libri, Rome, 2010, 3 (...)

2Écrire l’histoire de Rome au Moyen Âge représente pour l’historien un redoutable défi, parce que les sources disponibles sont fortement asymétriques, clairsemées, ce qui différencie cette ville de nombre d’autres grandes cités italiennes. Ces carences et ces distorsions ont des explications multiples. Dans certains cas, c’est la destruction pure et simple des archives qui prive les historiens de leur matériau : en la matière, l’exemple le plus révélateur est la disparition des archives de la commune lors du sac de Rome de 1527, à l’exception de quelques épaves documentaires comme les statuts communaux de 1360. Dans d’autre cas, ce peut être l’absence de certains types de sources qui ne semblent pas avoir existé à Rome et que l’on trouve dans d’autres villes – comme les ricordanze1. Ce paysage documentaire fragmenté a certainement contribué à ancrer durablement l’image négative de Rome, ville sur le déclin et qui serait restée comme à l’écart des mouvements économiques ou artistiques, après les fastes de la période antique. Il explique aussi en grande partie que, pendant très longtemps, comme a pu le suggérer par exemple A. Esch, la Rome des Romains et la commune de Rome aient été largement délaissées par les chercheurs et que l’attention se soit concentrée surtout sur la Rome pontificale et cardinalice, plus facilement saisissable, plus visible2. Le livre récent de V. Brancone, Le domus dei cardinali nella Roma del Duecento3, sur lequel je reviendrai plus loin, s’inscrit dans cette longue tradition historiographique.

  • 4 A. Vauchez dir., Rome au Moyen Âge, Paris, 2010, 520 p.
  • 5 J.-C. Maire Vigueur, L’Autre Rome. Une histoire des Romains à l’époque communale, Paris, 2010, 560 (...)
  • 6 Il a fait paraître il y a quelques années un autre ouvrage très remarqué sur la militia dans l’Ital (...)

3Depuis quelques décennies toutefois, la connaissance de la Rome médié­vale a été renouvelée en profondeur. De nouveaux champs d’investigation ont été développés, de nouveaux questionnements ont surgi, permis par le (ré)examen systématique de la documentation disponible et par la réalisation d’opérations archéologiques qui ont fait réapparaître de nombreuses constructions médiévales. On ne peut que se réjouir de la parution récente en français de deux livres qui permettent de prendre la mesure du chemin parcouru. Le premier est la traduction d’un ouvrage collectif dirigé par A. Vauchez, publié en 2001 chez Laterza, puis réédité quelques années plus tard4. Il réunit les contributions de treize spécialistes de Rome : G. Barone, M. Boiteux, S. Carocci, P. Delogu, A. Esposito, É. Hubert, J.-C. Maire Vigueur, F. Marazzi, M. Miglio, S. Romano, P. Supino Martini, M. Venditelli et A. Vauchez. Le second, L’Autre Rome. Une histoire des Romains à l’époque communale5, est l’œuvre d’un historien spécialiste du monde communal, J.-C. Maire Vigueur, professeur à l’Université de Rome III6. Ces deux livres, par la diversité des approches qu’ils proposent, témoignent d’un même souci de faire une histoire de Rome qui déborde le seul cadre pontifical, pour mieux mettre en lumière les aspects trop longtemps laissés dans l’ombre. Leur démarche est néanmoins quelque peu différente : Rome au Moyen Âge, à travers une succession de contributions, fait une mise au point sur de multiples domaines et présente un large panorama actualisé des connaissances sur la longue durée, du ve au xvsiècle. L’Autre Rome, véritable essai, se concentre avant tout sur cette Rome méconnue et longtemps délaissée, voire dénigrée, celle de la commune, entre le xiie et le xive siècle, et porte une ambition forte : sortir l’Urbs de l’étrangeté dans laquelle elle a été tenue durant des décennies, procéder à sa « réhabilitation » historique, et rappeler que dans le « domaine de l’économie et de la société, [Rome a] une histoire aussi digne d’intérêt que celle de toute autre grande ville de l’Italie communale » (p. 118). Disons-le d’emblée : la force de ce livre érudit, précis et très clair, tient aussi à son style, qui met le lecteur dans la posture du voyageur médiéval découvrant progressivement la ville, ses monuments antiques, ses églises, ses dizaines de tours, ses quartiers et son effervescence. De ce point de vue, l’ouvrage dirigé par A. Vauchez ne suscite pas un semblable plaisir de lecture – sans que cela ne remette nullement en cause la qualité de son contenu –, peut-être tout simplement parce qu’il est composé à plusieurs voix et qu’il est donc moins homogène (il faut ajouter à cela que la qualité de la traduction des articles italiens est assez inégale et dessert parfois le texte).

4Ces publications sont à ce point foisonnantes qu’il n’est évidemment pas envisageable, dans le cadre restreint de ce point de vue, d’emprunter chacune des pistes qu’elles explorent. Aussi ai-je choisi, dans les pages qui suivent, de sélectionner quelques-uns des thèmes qui y sont développés.

Entre « normalité » et « anomalie » : une histoire politique de la Rome médiévale

5Rome au Moyen Âge et L’Autre Rome dressent une vaste fresque de l’histoire politique de la Rome médiévale depuis le très haut Moyen Âge (voir les contributions de P. Delogu, « Le passage de l’Antiquité au Moyen Âge » et de F. Marazzi, « Aristocratie et société, vie-xie siècles » dans Rome au Moyen Âge). Cependant, c’est incontestablement pour la Rome communale (1143-1398) que les éléments les plus stimulants sont apportés, sous la plume de J.-C. Maire Vigueur en particulier, qui est aussi l’auteur du chapitre consacré à cette période dans l’ouvrage dirigé par A. Vauchez. La réflexion qu’il mène sur les évolutions du régime politique vise à rappeler à quel point Rome fut une « commune normale » (p. 204), tout en insistant cependant sur les éléments qui peuvent, à certains moments de son histoire, la distinguer des autres communes. L’émergence du groupe des barons et leur forte présence sur la scène romaine, en particulier entre les années 1250 et 1350, a constitué l’une des principales « anomalies ».

  • 7 J.-C. Maire Vigueur, Cavaliers et citoyens…

6J.-C. Maire Vigueur revient notamment sur la « naissance théâtrale » de la commune, en 1143, « un des événements les plus décisifs de l’histoire de Rome » (p. 305) : le peuple prend d’assaut le Capitole, procède à la restauration du Sénat (cette renovatio senatus évoquée par Otton de Freising), libérant ainsi la ville de la tutelle pontificale. Cependant, dénonçant la lecture trop simpliste qui, pendant longtemps, a été faite de cet événement, l’auteur balaie deux idées reçues : il nuance tout d’abord fortement la fulgurance de l’événement, son caractère « révolutionnaire », rappelant que le passage à une complète indépendance vis-à-vis du pouvoir pontifical s’est fait progressivement, dans les décennies qui l’ont précédé – des sénateurs sont par exemple déjà attestés seize ans avant cette date. Ensuite, c’est peut-être surtout le caractère populaire de ce qui fut un temps considéré comme une « révolution bourgeoise et démocratique » (p. 209) qui doit être reconsidéré : loin de signifier l’irruption du peuple sur la scène politique romaine, la prise de pouvoir de 1143 marque au contraire l’avènement de l’ordo equestris – terme employé par Otton de Freising –, c’est-à-dire de la noblesse urbaine, cette militia dont l’auteur a analysé toute la complexité dans son ouvrage précédent7. Elle occupe à partir de ce moment non seulement les fonctions sénatoriales mais aussi les charges publiques, et ce jusqu’au milieu du xiiisiècle : sur ce point précis, Rome se démarque des autres communes où l’on voit se développer la magistrature du consulat, propre à cette première période du mouvement communal italien. La commune qui émerge en 1143 est donc bien une « commune de cavaliers citoyens » (p. 305). Elle se dote en revanche d’un parlement et de conseils, ce qui, de ce point de vue, ne la distingue pas fondamentalement des autres cités. Durant la période où la puissance des barons est à son paroxysme, entre le milieu du xiiie et le milieu du xive siècle, Rome voit se produire une douzaine de changements de régimes : c’est à la faveur de l’un d’eux qu’émerge Cola di Rienzo, éphémère seigneur de la ville entre mai et décembre 1347. Les pages consacrées à la dernière phase de l’existence de la commune de Rome, après la chute de Cola di Rienzo, insistent sur le rôle de plus en plus important que joue le popolo dans la vie politique romaine, notamment dans les conflits de factions qui déchirent les familles baronniales les plus puissantes : durant ces années d’instabilité, la ville vit « une des expériences les plus singulières de toute l’histoire communale italienne » (p. 354) avec la Felice Società dei Balestrieri e dei Pavesati, société armée et populaire qui constitue une forme originale de gouvernement populaire. L’aventure communale s’achève en juillet 1398, lorsque la commune remet son pouvoir aux mains de la papauté.

7En matière politique, la commune de Rome, tout au long de son existence, revendiqua un héritage : celui de l’Antiquité. Dans un ultime chapitre très dense et stimulant consacré à ses multiples usages (chapitre VIII, « Du bon (et du moins bon) usage de l’Antiquité »), J.-C. Maire Vigueur propose une réflexion sur les modèles politiques et juridiques qui ont façonné l’expérience communale romaine. Une double référence est mobilisée. La commune affirme en premier lieu sa volonté de continuité avec l’Empire romain, dont elle se considère comme l’héritière directe. Elle entend ainsi, de fait, participer pleinement à l’élection des empereurs – une prétention que ces derniers, à l’image de Frédéric II, n’acceptèrent évidemment pas. Le point culminant de cette revendication, sa plus radicale explicitation, est constitué par le « grand show » (p. 475) orchestré par Cola di Rienzo au Latran en 1346 : devant la foule assemblée, il lit et commente la lex regia, gravée sur une plaque de bronze conservée dans la basilique. Cette loi avait été édictée sous Vespasien – elle fut incorporée ensuite dans le Code Justinien – et rappelait que les empereurs recevaient leur imperium du Sénat, octroyé au nom du peuple romain. Cette vigueur de la référence impériale ne semble cependant pas exclure, loin de là, la survie d’un autre modèle fort, celui de la Rome républicaine : J.-C. Maire Vigueur en décèle les manifestations dans deux moments clés de l’histoire de la commune, d’abord dans les années 1140-1150, au moment de la naissance de la commune, qui aurait cherché à imiter en quelque sorte les institutions de la République, puis plus tard, peu de temps avant l’arrivée au pouvoir de Cola di Rienzo, dont Pétrarque fait un troisième Brutus qui « a libéré Rome de la tyrannie des barons » (p. 484) et qui prend le titre très républicain de tribun. Ces pages passionnantes s’achèvent sur le récit de l’échec cinglant du projet – anachronique – porté par Cola di Rienzo et qui transparaît dans les cérémonies grandioses qu’il organise à l’été 1347 : celui d’une Italie unifiée par un pouvoir impérial fort.

Une histoire sociale et économique de la Rome des Romains

8Comme en témoignent les riches contributions de S. Carocci, É. Hubert, J.-C. Maire Vigueur et M. Venditelli, c’est sans aucun doute du point de vue de l’étude des structures sociales et économiques que nos connaissances ont le plus progressé.

  • 8 S. Carocci, Baroni di Roma. Dominazioni signorili e lignaggi aristocratici nel duecento e nel primo (...)

9Sur le plan social, ces deux ouvrages offrent une réflexion sur la cons­truction des identités, à tous les niveaux de la société. Pendant longtemps, l’attention s’est concentrée de façon privilégiée sur le groupe restreint des familles baronniales (Orsini, Capocci, Normanni, Conti, Annibaldi, etc.) au sommet de la hiérarchie citadine, un groupe dont S. Carocci s’est fait l’historien8 et qui, selon lui, a développé une forte « conscience de classe ». Composées d’une dizaine de lignages qui ont émergé de l’aristocratie romaine à l’issue d’un processus de sélection interne, ces familles aux « revenus dignes du CAC 40 » (J.-C. Maire Vigueur) ont joué un grand rôle dans la vie romaine des xiiie et xive siècles, au plan politique comme économique. Si elles constituent une « anomalie » aux yeux de J.-C. Maire Vigueur, c’est en partie parce que l’emprise qu’elles imposent au cours de ces décennies sur les hommes et sur les terres qu’elles possèdent autour de Rome va à l’encontre du mouvement observé à l’échelle de l’Occident, qui voit les hommes s’émanciper des tutelles seigneuriales. Les barons ne représentent pas pour autant toute la noblesse, loin de là, et J.-C. Maire Vigueur, dans L’Autre Rome, redonne toute sa place à cette noblesse citadine de cavaliers citoyens, composée de 200 à 300 familles, qui fut jusqu’à l’émergence des barons la seule élite citadine et qui conserva une forte continuité tout au long de la période (chapitre IV, « La noblesse citadine : métamorphoses et recomposition d’une classe sociale »). Dans la synthèse dirigée par A. Vauchez, où la part belle est donnée aux franges supérieures de la société, on peut en revanche s’étonner de l’absence quasi complète d’un acteur majeur : le peuple. L’un des nombreux mérites du livre de J.-C. Maire Vigueur est justement de lui rendre la place qui lui revient (chapitre III, « Le peuple de Rome »), en partie grâce à l’exploitation des registres notariés, dont une centaine est conservée pour la deuxième moitié du xive siècle. Cela donne lieu à de très belles pages sur le monde des métiers (bouchers, poissonniers, artisans, aubergistes, meuniers et autres potiers), sur l’organisation des corporations – semblable à celle de bien d’autres villes de l’Italie communale –, ou sur les fêtes qui animent régulièrement la cité et dont certaines, à l’image de la fête du Testaccio, deviennent au cours du xive siècle de grandes fêtes identitaires du popolo. Les contributions d’É. Hubert dans Rome au Moyen Âge (« L’organisation territoriale et l’urbanisation ») et les réflexions de J. C. Maire Vigueur dans L’Autre Rome rappellent que ces identités se construisent dans un cadre qui demeure encore fortement revendiqué dans la Rome d’aujourd’hui : celui des quartiers, les rioni, vecteurs de cohésion (les membres d’une même profession se regroupent dans un même quartier) et cadres privilégiés d’organisation de la vie politique.

  • 9 Voir en particulier S. Carocci et M. Venditelli, L’Origine della Campagna Romana: casali, castelli (...)

10Ces deux livres permettent ainsi de faire le point sur l’activité et les structures économiques de la ville pour mieux en faire ressortir toute la complexité et le dynamisme. Une fois encore, les principales difficultés en la matière tiennent à l’état contrasté de la documentation, et ce sont ici avant tout les registres notariés et les documents conservés dans les fonds des églises qui s’avèrent les plus utiles. Parmi ces champs d’investigation qui ont été très féconds au cours des dernières décennies figure notamment celui des relations que la commune de Rome, véritable « mastodonte territorial » (J.-C. Maire Vigueur) de 1700 km2, entretient avec sa campagne occupée par plusieurs centaines de grands domaines, les casali (on en compte 400 dans un rayon de 20 à 30 kilomètres autour de Rome), où l’on pratique surtout l’élevage et la culture céréalière et qui se perpétuent jusqu’au début du xxe siècle. Les travaux de S. Carocci, M. Venditelli9 ou encore J.-C. Maire Vigueur ont bien montré que ce processus d’« incasalamento » a été dans une très large mesure le fait de la noblesse citadine, et en son sein notamment des familles qui se livrent aux affaires ou aux activités commerciales. C’est à M. Venditelli que l’on doit, en particulier, d’avoir redécouvert le rôle joué par ce groupe des mercatores romani, dont il situe l’âge d’or dans les années 1150-1230 ; ses membres, qui sont parfaitement intégrés dans les circuits commerciaux internationaux, comme le montre la présence des Romains aux foires de Champagne, a pleinement contribué au développement économique de la ville et certains d’entre eux ont entretenu des relations privilégiées avec la cour pontificale. S. Carocci, M. Venditelli et J.-C. Maire Vigueur restituent ensuite au fil des pages les rythmes complexes de l’économie romaine entre le milieu du xiiie siècle et le début du xve siècle, période durant laquelle la ville est largement sous l’emprise des barons, mais qui voit également la papauté s’éloigner : toute la difficulté est bien sûr de mesurer l’impact de ces phénomènes à partir des sources disponibles. Il faut attendre la fin du xive siècle pour voir se mettre en place de nouvelles dynamiques qui font changer de rythme l’économie romaine.

11Ces recherches, on l’aura compris, en faisant apparaître sous un nouveau jour des pans entiers de la société et de l’économie urbaines, contribuent à libérer Rome de l’image dont elle était prisonnière depuis l’époque moderne : celle d’une ville peu dynamique économiquement, voire paresseuse. Une image d’ailleurs encore très largement exploitée, comme le rappelle J.-C. Maire Vigueur, par les leaders de certains partis politiques populistes contemporains – la Ligue du Nord par exemple – qui dénoncent une Rome « vivant aux crochets de la seule Italie qui travaille et produise des richesses, celle des villes du Nord » (p. 117).

La Rome des cardinaux

  • 10 Au sein d’une bibliographie immense, citons Cardinali di Curia e ‘familiae’ cardinalizie dal 1227 a (...)
  • 11 S. Carocci, Il nepotismo nel medioevo. Papi, cardinali e famiglie Nobili, Rome, 1999.

12La multiplication des travaux sur l’histoire économique et sociale n’a évidemment pas épuisé l’intérêt porté à la Rome ecclésiastique : intérêt d’une part pour le patrimoine religieux de la ville, ses églises et monastères en particulier, leurs évolutions architecturales et artistiques. Sur ce point, les pages écrites par J.-C. Maire Vigueur dans L’Autre Rome (chapitre VII, « Les couleurs de la ville ») et par S. Romano, grande spécialiste de la peinture romaine, dans Rome au Moyen Âge (« L’art du Moyen Âge romain »), apportent des éléments très solides, qui contribuent à redonner à Rome la place qui lui revient en matière de dynamisme artistique et revalorisent son rôle par rapport à celui de Florence. J.-C. Maire Vigueur situe cet « âge d’or » de la production artistique romaine entre la fin du xiiie et le tout début du xive siècle, moment où de nombreux chantiers sont engagés, au Vatican, dans les grandes basiliques et plus largement dans de nombreuses églises de la ville – en partie grâce à l’argent des cardinaux. Parmi les peintres, sculpteurs et mosaïstes de renom qui furent actifs dans ces décennies, on trouve ainsi Arnolfo di Cambio, Giotto, Jacopo Torriti, Pietro Cavallini ou Filippo Rusuti. L’intérêt s’est d’autre part porté sur l’évolution des structures ecclésiastiques et sur ses composantes : la contribution de G. Barone dans Rome au Moyen Âge (« clercs, moines et frères »), montre bien que papes et cardinaux ont fait pendant longtemps l’objet de toutes les attentions, laissant quelque peu dans l’ombre l’étude du clergé romain alors que, selon elle, ce sont justement ces religieux (chanoines, recteurs ou prêtres) qui « ont modelé la religiosité des habitants de l’Urbs, bien plus que les papes et les cardinaux » (p. 281). Cette asymétrie s’explique, une fois de plus, en partie par l’état des sources disponibles, qui rendent les enquêtes sur les franges inférieures de la hiérarchie ecclésiastique difficiles et souvent partielles. Il n’est donc guère étonnant que les cardinaux aient eu la part belle et que ce milieu soit sans aucun doute celui que nous connaissons désormais le mieux, en particulier grâce aux travaux d’A. Paravicini Bagliani10 ou encore ceux de S. Carocci, auteur d’un essai sur les pratiques népotistes de la Rome pontificale et cardinalice11. Ces pratiques profitent surtout aux familles d’origine romaine : entre 1188 et 1216, une vingtaine de cardinaux est ainsi issue de la noblesse romaine.

  • 12 V. Brancone, Il tesoro dei cardinali del Duecento. Inventari di libri e beni mobili, Florence, 2009
  • 13 Sur les premiers titres de cette collection, voir V. Theis, «Images de l’institution pontificale. R (...)
  • 14 Cf. par exemple L. Burkart, P. Cordez, P. A. Mariaux et Y. Potin éd., Le Trésor au Moyen Âge. Disco (...)

13Le livre de V. Brancone s’inscrit donc dans cette longue tradition d’étude de la société cardinalice et vient compléter les travaux disponibles. Après un premier opus publié en 2009 sur les inventaires après décès des cardinaux du xiiie siècle12, l’historienne de l’art poursuit son enquête par une réflexion sur les domus des cardinaux dans un livre paru chez Viella et qui constitue le dix-neuvième volume d’une collection de grande qualité dirigée par A. Paravicini Bagliani (« La corte dei papi »)13. L’auteur concentre de nouveau ses analyses sur le xiiie siècle, au cours duquel le cardinalat connaît un profond renouvellement, et revendique clairement deux objectifs : écrire une synthèse sur ces demeures cardi­nalices, pour lesquelles nous disposons déjà d’une bibliographie bien fournie ; ensuite, inscrire l’histoire des trésors cardinalices dans une histoire plus large de la thésaurisation privée au Moyen Âge, un thème qui connaît lui aussi un regain d’intérêt depuis quelques années14. L’entreprise est d’autant plus périlleuse que la quasi-totalité de ces palais cardinalices a été détruite et qu’il n’en existe, pour le xiiie siècle, aucune source descriptive. Ainsi, à part quelques témoignages architecturaux ou picturaux résiduels, c’est en partie dans la documentation écrite, quand celle-ci ne fait pas défaut, que l’histoire de ces domus doit être cherchée – ce qui soulève, une fois encore, bien des difficultés. L’ouvrage se divise en six chapitres : dans les cinq premiers, V. Brancone convie le lecteur à un parcours qui le mène de l’extérieur vers l’intérieur, des complexes palatiaux vers les chambres des résidences, au plus près de ces trésors cardinalices. Le sixième et dernier chapitre consiste en un très riche glossaire des termes liés au trésor et à la thésaurisation (p. 209-268). Les données proprement architecturales étant très minces, ce livre est avant tout une enquête sur le vocabulaire.

14Le premier chapitre tente de cerner les réalités qui se cachent derrière le terme palatium, dont la définition pose beaucoup de difficultés. Dans la Rome du xiiie siècle, le palatium semble être la demeure noble par excellence. Comme l’ont bien montré par ailleurs les travaux de S. Carocci, l’habitude prise par nombre de prélats de s’installer dans des résidences souvent très luxueuses est à mettre en grande partie sur le compte des liens que ces prélats entretenaient avec les familles baronniales. Les domus cardinalices n’ayant pas survécu aux remodelages multiples que la ville a connus depuis l’époque moderne, l’auteur doit donc essayer de trouver ailleurs les modèles qui permettent d’expliquer l’évolution architecturale de ces palatia cardinalices : elle invoque pour cela la nécessité d’inscrire ces demeures romaines dans un contexte italien et euro­péen plus large, prenant appui en particulier sur l’observation des résidences épiscopales ou archiépiscopales. Elle justifie un tel déplacement de la focale par le fait que beaucoup de cardinaux du xiiie siècle avaient été à la tête d’évêchés ou d’archevêchés : une fois nommés et installés à Rome, ils n’auraient donc en quelque sorte fait que reproduire des schémas architecturaux auxquels ils étaient habitués. Le modèle formel de palais qui se met en place dans ce cadre est alors centré sur un noyau aula-camera-capella, ces palais se présentant notamment sous la forme de maisons-tours hautes et étroites, composées de pièces qui occupent l’ensemble des niveaux. C’est en partie dans les demeures papales de Rome et du Patrimoine de Saint-Pierre qu’elle tente de trouver des modèles de référence (chap. 2), en cherchant à en comprendre l’agencement, l’organisation et les liens avec les autres parties de la demeure : la tour d’Innocent III au Vatican, ou encore celles construites dans les palais de Viterbe, Pérouse ou Orvieto en constituent des exemples. Les usages de chacune des pièces de ces tours palatiales soulèvent bien des débats parmi les spécialistes, et notamment les liens qu’elles entretiennent entre elles – de ce point de vue, l’auteur n’est pas en mesure d’apporter beaucoup d’éléments nouveaux. Ces apories la conduisent à un retour sur les modèles résidentiels romains, en s’appuyant sur les travaux de R. Krautheimer et de S. Carocci : le premier avait proposé quelques modèles résidentiels de base, soulignant par exemple la constance du réemploi des édifices ou encore l’exigence de décor et de lustre des familles de l’aristocratie, ou insistant sur le fait que les nombreuses tours qui sont construites durant l’époque communale ne sont jamais isolées mais au contraire toujours intégrées dans des complexes architectoniques plus vastes composés de plusieurs maisons ; la dichotomie entre barons et noblesse a entraîné des formes spécifiques et dissociées d’insediamento, les palais des barons, en général érigés à l’intérieur d’ensemble fortifiés plus vastes, dépassant en luxe et en ostentation toutes les autres résidences. Mais là encore, la plupart des palais cardinalices provenant de ces familles baronniales n’ont pratiquement pas survécu et on en sait très peu de choses. Le chapitre suivant (3) se concentre alors sur trois complexes cardinalices. Le premier est celui des Santi Quattro Coronati, bâti sur des édifices remontant à l’époque carolingienne et adossé à la basilique. Le cardinal Stefano Conti y résida au cours des deux premières décennies du xiiie siècle et y fit construire la Torre Maggiore : le rez-de-chaussée accueillait la chapelle, le premier étage était réservé à la grande aula et l’étage supérieur consistait en une terrasse qui fut par la suite recouverte d’une toiture. Sur le flanc oriental de la torre Maggiore une tour plus étroite a été édifiée – très certainement par le cardinal Ottaviano degli Ubaldi – et certains ont pu faire l’hypothèse que cette seconde tour était destinée aux appartements du cardinal (cette hypothèse est avancée sur la base d’une comparaison avec les appartements pontificaux qui se trouvaient près de la tour d’Innocent III au Vatican). Le second édifice pris en compte est celui de San Clemente, non loin du Colisée. Durant la quasi-totalité de la première moitié du xiiie siècle, l’administrateur de cette église et de son couvent fut le cardinal Raniero Capocci : aucun document n’a été conservé, mais l’on sait simplement qu’une tour d’assez grande dimension y fut édifiée entre 1216 et 1246, dont il subsiste quatre étages et des restes de fresques, analysées par S. Romano. Enfin, un complexe similaire a été construit auprès de l’église des Santi Giovanni e Paolo, où une tour semblable à celle de San Clemente fut érigée.

15Au terme de cette succession de chapitres où l’auteur part en quête de modèles architecturaux pertinents et fiables, le livre pénètre plus avant dans ces palais et se concentre dès lors sur les espaces d’habitation de ces demeures pour essayer d’en déterminer la fonction et surtout d’identifier les lieux de conservations des trésors accumulés par les cardinaux (chapitre 4). Une fois de plus, les difficultés semblent être quasi insurmontables. L’enquête se fait lexicale et tourne ainsi autour de la définition de notions telles que thesaurus, archivum, sagrestia, vestiarum, ainsi que sur l’identification de pièces évoquées dans les chapitres précédents, comme la capella, l’aula, le studium ou la camera. Dans le cas des chapelles, par exemple, les allusions conservées dans les documents permettent d’affirmer que les chapelles cardinalices ne peuvent pas être confon­dues avec les églises limitrophes et extérieures aux palais mais seraient bien des édifices qui font corps avec le palais : l’inventaire du cardinal Luca Fieschi, qui résida dans le palais attenant à Santa Maria Maggiore, donne une idée de l’opulence des biens que pouvaient contenir ces chapelles. Mais encore plus que la chapelle, c’est peut-être la camera qui semble être le lieu par excellence de conservation du trésor. Si les incertitudes demeurent si grandes au terme de ces pages, c’est en grande partie parce que ces espaces ont certainement une vocation multifonctionnelle que le vocabulaire ne permet pas de saisir complè­tement. Enfin, ultime étape, V. Brancone achève son parcours par une analyse des meubles et des objets que contiennent ces trésors (chapitre 5). Elle souligne d’emblée une sorte de paradoxe : la notion même de « trésor » pour définir les collections d’objets précieux des cardinaux du xiiisiècle est selon elle impropre, en ceci qu’elle ne reflète pas la réalité terminologique transmise par les sources qui décrivent la composition de ces trésors – en particulier les inventaires ; pourtant, ces collections cardinalices finissent par incarner l’image traditionnelle du trésor, à cause des modalités d’accumulation et d’usage ou encore par la recherche délibérée des pièces choisies. Rejoignant ici un terrain connu qui avait fait l’objet de son livre précédent, elle montre que ces inventaires des biens mobiliers des cardinaux du xiiie siècle fonctionnent en quelque sorte comme une « photographie instantanée ». Une « photographie » dont il faut se méfier puisque l’inventaire n’est pas nécessairement exhaustif – certaines parties du trésor pouvant être cachées, conservées dans d’autres demeures ou destinées à un autre siège. L’autre point faible de ces inventaires est qu’ils ne permettent pas de déduire les lieux où sont conservés les objets, en fonction de leur nature par exemple. Autrement dit, le trésor du cardinal du xiiie siècle est un trésor dispersé : entre des lieux divers au sein même du complexe cardinalice d’une part, mais également entre ses différentes résidences, entre les sacristies des institutions ecclésiastiques administrées par le cardinal ou encore auprès des marchands ou des personnes de confiance. Pour donner au lecteur une idée de l’opulence des biens possédés par ces cardinaux, V. Brancone décrit par le détail les biens du cardinal Luca Fieschi : des livres, des vêtements et tissus, des bijoux et des pierres précieuses, des objets servant à la table du cardinal – par exemple 41 poti dévolus à l’eau et au vin –, des ornements liturgiques, etc. L’objet le plus précieux de cette étonnante accumulation est une mitre estimée à 2000 florins. Élargissant l’horizon, la réflexion de l’auteur se pose pour terminer sur le problème de la constitution de ces collections d’objets et sur les intentions ou choix qui y président : si les cardinaux ne sont pas selon elle à proprement parler des collectionneurs, au sens où nous l’entendons aujourd’hui, leurs trésors semblent néanmoins déjà appartenir à ce qu’elle appelle une « communauté de goût » (p. 178).

16Toutes ces publications, portées par des ambitions différentes, attestent de la diversité des recherches sur Rome en ce début du xxie siècle, des plus traditionnelles aux plus novatrices. De cet ensemble émerge incontestablement un grand livre d’histoire, L’Autre Rome : tout en faisant le point sur les travaux de plusieurs générations d’historiens de la Rome médiévale, il ouvre de nombreuses pistes nouvelles et modifie en profondeur la vision que l’on pouvait se faire d’une ville qui, il n’est désormais plus permis d’en douter, est inscrite de plain-pied dans l’histoire du mouvement communal italien.

Haut de page

Notes

1 C’est l’hypothèse que fait A. Esch. Sur la distorsion produite, voir Id., «Chance et hasard de transmission. Le problème de la représentativité et de la déformation de la transmission historique», dans J.-C. Schmitt et G. Oexle éd., Les Tendances actuelles de l’Histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, 2000, p. 15-29.

2 A. Esch, «Fonti per la storia economica e sociale di Roma nel Rinascimento: un approcio personale», dans A. Esposito et L. Palermo éd., Economia e società a Roma tra Medioevo e Rinascimento, Rome, 2005, p. 1-31.

3 V. Brancone, Le domus dei cardinali nella Roma del Duecento. Gioielli, mobili, libri, Rome, 2010, 315 p.

4 A. Vauchez dir., Rome au Moyen Âge, Paris, 2010, 520 p.

5 J.-C. Maire Vigueur, L’Autre Rome. Une histoire des Romains à l’époque communale, Paris, 2010, 560 p.

6 Il a fait paraître il y a quelques années un autre ouvrage très remarqué sur la militia dans l’Italie communale: Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale xiie-xiiie s., Paris, 2003.

7 J.-C. Maire Vigueur, Cavaliers et citoyens…

8 S. Carocci, Baroni di Roma. Dominazioni signorili e lignaggi aristocratici nel duecento e nel primo trecento, Rome, 1993.

9 Voir en particulier S. Carocci et M. Venditelli, L’Origine della Campagna Romana: casali, castelli e villaggi nel xii e xiii secolo, Rome, 2004.

10 Au sein d’une bibliographie immense, citons Cardinali di Curia e ‘familiae’ cardinalizie dal 1227 al 1254, Padoue, 1972 et I testamenti dei cardinali del Duecento, Rome, 1980.

11 S. Carocci, Il nepotismo nel medioevo. Papi, cardinali e famiglie Nobili, Rome, 1999.

12 V. Brancone, Il tesoro dei cardinali del Duecento. Inventari di libri e beni mobili, Florence, 2009.

13 Sur les premiers titres de cette collection, voir V. Theis, «Images de l’institution pontificale. Revue critique de la collection ‘La corte dei papi’ (Viella)», Médiévales, 45 (2003), p. 159-172.

14 Cf. par exemple L. Burkart, P. Cordez, P. A. Mariaux et Y. Potin éd., Le Trésor au Moyen Âge. Discours, pratiques et objets, Florence, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 62, printemps 2012, p. 175-186

Référence électronique

Sylvain Parent, « De la Rome des papes à la Rome des Romains. À propos de quelques publications récentes sur la Rome médiévale », Médiévales [En ligne], 62 | printemps 2012, mis en ligne le 02 juin 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://medievales.revues.org/6690 ; DOI : 10.4000/medievales.6690

Haut de page

Auteur

Sylvain Parent

École normale supérieure de Lyon, CIHAM-UMR 5648, sylvain.parent@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org