Navigation – Plan du site
Hagiographie et réforme dans l'Occident latin

Hagiographie et réforme en Bavière à la charnière des viiie et ixe siècles

Hagiography and Reform in Eighth- and Ninth-Century Bavaria
Maximilian Diesenberger
Traduction de Charles Mériaux
p. 67-81

Résumés

Les textes hagiographiques trouvent de nouvelles significations lors des périodes de grandes transformations sociales et politiques comme la Bavière en a connu dans les dernières décennies du viiie siècle. Après la chute du duc Tassilon III, en 788, et l’avènement d’une période d’instabilité juridique dans la principauté, la Vie de saint Rupert a été remaniée à Salzbourg afin d’accompagner la confir­mation des titres de propriété de l’église cathédrale. L’érection de Salzbourg comme siège métropolitain en 798 entraîna la composition d’un nouveau texte destiné à cimenter l’unité de la province autour de son nouvel archevêque, Arn. Au même moment, une collection de Vies d’évêques gaulois et francs a été rassemblée pour modeler les comportements des suffragants dans le sens de la réforme voulue par Arn. Dans les premières décennies du ixe siècle, une sélection d’Actes de martyrs fut aussi introduite dans un sermonnaire afin de diffuser de nouveaux modèles sociaux et politiques à destination cette fois-ci d’un public de grands aristocrates laïques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Lucifer subdiaconus, Vita Evurtii secunda, éd. G. Henskens, AA SS Sept., t. III, Anvers, 1750, p.  (...)

1À la fin du ive siècle, sentant la mort approcher, l’évêque Euverte d’Orléans réunit son entourage. Il prit la parole et lui donna ses dernières recommandations pour l’avenir en faisant référence aux événements passés. Concernant sa suc­cession, il souhaitait que l’on évitât toute dissension et que le choix se portât sur son disciple Aignan. Il rappela à tous ceux qui étaient présents le mal qui avait régné dans la cité avant sa propre élection et l’état désastreux dans lequel il avait trouvé Orléans après avoir fui l’Italie envahie par les Barbares. Endeuillée par des meurtres, elle avait connu une véritable guerre civile dont l’empereur lui-même aurait été informé1. L’élection d’Euverte, permise par une intervention divine, avait fait cesser les discordes. Après ces diverses calamités, la cité reçut des bienfaits infinis, comme le rapporte le biographe de l’évêque qui poursuit en présentant les réalisations de son modèle. Lors de la reconstruction de la cathédrale, un trésor fut découvert qui donna à la cité la prospérité matérielle et contribua à forger son unité spirituelle. Sans doute, tous les évêques nouvellement élus ne provoquèrent pas de changements aussi radicaux dans leurs diocèses que ceux dont Euverte se fait l’écho à la fin de sa vie. Mais sa détermination – ainsi que la confiance que Dieu semble lui avoir accordée – pouvaient servir d’exemple à d’autres prélats pour justifier leurs propres entreprises de réforme.

  • 2  Wien, Österreichische Nationalbibliothek [désormais: ÖNB], ms. 420; cf. M. Diesenberger, «Der C (...)
  • 3  Voir, pour aller vite, S. Freund, Von den Agilolfingern zu den Karolingern. Bayerns Bischöfe zwisc (...)

2La Vie de saint Euverte se lit dans un recueil hagiographique copié à la toute fin du viiie siècle au monastère de Saint-Amand, en Gaule du Nord, puis envoyé en Bavière2. Le commanditaire de ce manuscrit n’est autre que l’archevêque Arn de Salzbourg, également abbé de Saint-Amand, qui, à cette époque, engageait une profonde réforme de sa province ecclésiastique. En 788 en effet, la chute du duc Tassilon III avait bouleversé la situation politique. La victoire de Charlemagne sur les Avars en 796 avait fait de la Bavière un front de christianisation vers l’Europe centrale. Deux ans plus tard, l’église bavaroise fut réorganisée et Salzbourg érigée en métropole3. Autour de 800, l’archevêque de Salzbourg se vit investi d’une triple responsabilité. Il devait organiser la mission vers les régions orientales, poursuivre la réorganisation de la hiérarchie ecclésiastique en Bavière et hâter l’intégration de la gens bavaroise dans le monde franc.

  • 4  Pour une première définition de la notion de réforme, voir J. Miethke, «Reform, Reformation (refo (...)

3L’écriture hagiographique fut mise au service de ces projets de différentes manières. Pour promouvoir la réforme, encore fallait-il d’abord en expliquer le bien-fondé. Il s’agissait ensuite de créer les conditions personnelles et insti­tutionnelles propices à sa réalisation. Enfin, le message réformateur devait être présenté de manière aisément intelligible et diffusé le plus largement possible4. La «force de la réalité» (Kraft des Faktischen), pour reprendre l’expression du juriste viennois Georg Jellinek si souvent citée, ne suffisait pas à assurer l’exécution de la réforme; son succès dépendait non seulement de la collaboration de personnes et de réseaux d’individus judicieusement choisis, mais aussi de l’adhésion de tous ceux qui étaient soumis à ces transformations sociales.

Le culte de saint Rupert et la promotion de Salzbourg

  • 5  Léon III, Ep. 5, éd. K. Hampe, MGH, Epistolae, t. 5, Berlin, 1899, p. 60 et suiv.; cf. S. Freund, (...)
  • 6  Léon III, Ep. 4, p. 59 sq.
  • 7  Die Traditionen des Hochstifts Freising, T. Bitterauf éd., Munich, 1905, t. 1, no 181, p. 173 (le (...)

4Après sa nomination par Charlemagne à la tête de l’église bavaroise, Arn de Salzbourg fut immédiatement confronté à une opposition de la part de l’épiscopat local. Dans une lettre datée du 11 avril 800, le pape Léon III se vit obligé, en réponse à des questions particulières, de rappeler des principes généraux et incita Arn à ne pas refuser la reconnaissance et l’obéissance qui lui étaient dues en tant qu’archevêque5. Le pape poursuit en rappelant que l’éta­blissement d’une province ecclésiastique bavaroise «avait déjà été envisagé depuis de nombreuses années par le Saint-Siège, mais [que] seuls les événements en avaient empêché la réalisation jusqu’à nos jours6». Il ne fait aucun doute que les évêques bavarois ne considéraient pas leur nouvel archévêque comme issu de leur communauté. Ainsi, il pouvait très bien arriver que l’archevêque prît le rang que lui conférait sa date d’ordination et qu’il fût précédé par des suffragants entrés en charge avant lui, comme on le constate dans un acte donné lors du synode provincial tenu à Reisbach au cours de l’année 8007. Apparemment, les évêques suffragants avaient saisi l’occasion pour manifester aux yeux de l’archevêque leur mécontentement concernant les transformations de la hiérarchie ecclésiastique.

  • 8  M. Diesenberger, «Sammeln und gestalten – erinnern und vergessen. Erzbischof Arn von Salzburg und (...)

5Du point de vue d’Arn, il était donc nécessaire, dans un premier temps, de rehausser le rang de l’église de Salzbourg par rapport aux autres centres ecclésiastiques bavarois. Encore fallait-il pouvoir s’appuyer sur les récits de fon­dation de l’église bavaroise au temps du duc Théodon qui, au début du viiie siècle, avait accueilli et encouragé non seulement les saints missionnaires Emmeran à Ratisbonne et Corbinen à Freising, mais aussi saint Rupert à Salzbourg. Vers 770, des Vitae furent composées en leur honneur qui laissaient délibérément dans l’ombre la question de la hiérarchie8. Une génération plus tard, Arn voulut cependant montrer que Rupert avait bel et bien été favorisé par le duc et ses successeurs.

  • 9  Notitia Arnonis, éd. F. Lošek, dans H. Wolfram éd., Quellen zur Salzburger Frühgeschichte, Vienne (...)
  • 10  W. Levison, «Die älteste Lebensbeschreibung Ruperts von Salzburg», Neues Archiv, 28 (1903), p. 2 (...)
  • 11  Breves Notitiae, éd. F. Lošek, dans H. Wolfram éd., Quellen zur Salzburger Frühgeschichte…, p. 88- (...)
  • 12  M. Diesenberger, «Sammeln und gestalten…».

6Pour servir cette prétention, une forme nouvelle fut donnée au récit hagiographique. Contrairement à la présentation donnée par la Vita Hrodberti primitive, aujourd’hui perdue, vraisemblablement composée par l’évêque Virgil de Salzbourg vers 770, par la Notitia Arnonis de 7889 ainsi que par les Gesta Hrodberti rédigés après 793, toujours à partir de la Vie perdue du saint10, de nouveaux textes, les Breves notitiae, affirmèrent que Rupert, le premier, avait converti le duc et ses nobiles au christianisme et les avait baptisés11. On insista plus tard sur l’autorisation donnée à Rupert par Théodon «d’instruire ce peuple et de l’élever au service de Dieu». Ainsi fut établie une nouvelle chronologie des interventions successives des trois saints bavarois au début du viiie siècle – Rupert ayant précédé Corbinien et Emmeran – dans une représentation du passé qui favorisait ouvertement l’église de Salzbourg12. La composition de ces récits hagiographiques fut complétée par la confection d’inventaires retraçant le destin des biens de l’évêché de Salzbourg depuis l’époque de Rupert. De fait, si l’on examine sa dotation foncière au regard des autres diocèses à l’époque des ducs agilolfings, Salzbourg avait bénéficié d’un avantage certain, ce qui permit à Arn de mettre en avant le soutien reçu de la noblesse bavaroise et de certains de ses membres qui se virent attribuer à dessein des titulatures élevées et inhabituelles tirées de l’Antiquité romaine, comme celles de vir illustrissimus ou de vir clarissimus.

7Ainsi manipulés, tous ces textes soulignaient la prééminence de Salzbourg comme centre du pouvoir politique. Quant à son rang de capitale spirituelle, comme cité épiscopale puis archiépiscopale, il était aussi défendu par l’hagiographie. La réécriture des Vies des saints fondateurs soulignait la supériorité que Salzbourg aurait connue dans le passé (au détriment de la capitale ducale primitive, Ratisbonne) ainsi que celle du culte de son saint patron Rupert. De la sorte, se voyait légitimée la position d’Arn comme archevêque, successeur de Rupert sur le siège de Salzbourg.

Une collection hagiographique au service de la réforme

  • 13  On trouvera une étude détaillée de ce manuscrit dans M. Diesenberger, «Der Cvp 420…».

8Toute instance en charge d’une réforme doit non seulement assurer la mise en place d’institutions, mais aussi définir des fonctions nouvelles et préciser le champ d’intervention de leurs titulaires. À la suite de sa nomination comme archevêque de Salzbourg, Arn fit réaliser à Saint-Amand une collection hagiographique, l’actuel manuscrit 420 de la bibliothèque nationale de Vienne dont il a été question en introduction. Ce codex rassemble trente-cinq textes hagiographiques au nombre desquels on compte surtout des Vitae de saints gaulois ou francs des ve-viie siècles. Le recueil est occupé pour moitié par des biographies épiscopales (dix-sept textes). Outre la Vita Euvurtii secunda du diacre Lucifer, citée dans l’introduction de cet article, on peut y trouver les Vitae composées au vie siècle par Venance Fortunat en l’honneur d’Hilaire de Poitiers, d’Aubin d’Angers, de Germain de Paris et de Paterne d’Avranches, ainsi que les biographies de Médard de Noyon, de Loup de Troyes, d’Ouen de Rouen, de Remi de Reims, de Germain d’Auxerre ou encore d’Arnoul de Metz, un ancêtre des Carolingiens13.

  • 14  Breves Notitiae, 7, 5; 11, 2; 13, 10, p. 97, 103 et 105.
  • 15  W. Brown, Unjust Seizure. Conflict, Interest, & Authority in an Early Medieval Society, Ithaca – L (...)

9La collection de textes qu’Arn fit rassembler, ou du moins qu’il utilisa, avait clairement une origine franque. Bien que d’origine bavaroise, l’archevêque était en Bavière le représentant des institutions franques et c’est bien de cette manière qu’il concevait sa charge. À la charnière des viiie et ixe siècles, son rôle au service du pouvoir se précisa. Au contraire de la Notitia Arnonis, un inventaire des biens de la cathédrale compilé très peu de temps après la chute du duc Tassilon (788), les Breves notitiae, consignées une décennie plus tard pour défendre les droits de Salzbourg, réservent une place au roi franc Pépin parmi les bienfaiteurs de cette église14. En tant que représentant du roi, Arn introduisit en Bavière la procédure d’enquête lors de la tenue de plaids qui était étrangère aux habitudes bavaroises et suscita localement des oppositions15. Plus précisément, ses nombreuses obligations comme archevêque, comme responsable de la mission en pays avar, comme missus royal en Bavière, exigèrent de son entourage qu’il reconsidérât le rôle de son chef comme figure de proue de l’église bavaroise. Incontestablement les textes composés à cette époque participèrent à l’intégration de la Bavière dans le monde franc. Les Vitae de saints gaulois et francs proposaient des modèles de comportement épiscopal jusque-là peu diffusés en Bavière. Les textes rassemblés dans le manuscrit 420 ont pour point commun de développer les devoirs et les obligations qui avaient incombé à la seconde génération d’évêques, ou tout du moins à celle qui avait succédé aux saints fondateurs en Gaule. Leur sainteté reposait moins sur leur charisme que sur les qualités d’organisateurs dont ils avaient fait preuve, ainsi que sur leur capacité à rassembler et à entretenir des réseaux au sein de leurs diocèses respectifs.

  • 16  On a volontairement limité les quelques exemples qui suivent mais il va de soi que la liste pourra (...)
  • 17  Sur les origines d’Arn, voir W. Störmer, «Der junge Arn in Freising. Familienkreis und Weggenosse (...)
  • 18  Vita Viviani, chap. 2, éd. B. Krusch, MGH, SRM, t. 3, Hanovre, 1896, p. 95 (consacré à 16 ans); p (...)
  • 19  Vita Viviani, chap. 2, p. 95; Vita Audoini, chap. I, p. 554; Vita Medardi, chap. II, 5, p. 68.
  • 20  M. Diesenberger, «How collections shape the texts: rewriting and rearranging Passiones in Caroli (...)
  • 21  Constance de Lyon, Vita Germani, chap. 1, éd. W. Levison, MGH, SRM, t. 7, p. 251 (trad. R. Borius) (...)
  • 22  Venance Fortunat, Vita Hilarii, chap. XIV, 51, p. 6 sq.; cf. P. Gemeinhardt, Das lateinische Chri (...)
  • 23  Voir par exemple Arn de Salzbourg, Sermo de quarti diei luminaribus, éd. A. Borst, Schriften zur K (...)
  • 24  I. N. Wood, The Missionary Life. Saints and Evangelisation of Europe, 400-1050, Harlow, 2001, p. 7 (...)

10Pour bon nombre de raisons, les textes hagiographiques composés auparavant en Bavière s’intéressaient peu, ou pas du tout, aux droits et aux devoirs des suffragants à l’égard de leur métropolitain. Les Vies des saints Rupert, Emmeran et Corbinien, rédigées à l’époque de Tassilon III, développaient les caractères d’une sainteté charismatique et ne s’intéressaient qu’aux rapports que les saints avaient entretenus avec le duc et non avec le roi franc qui devint pourtant, après 788, le point de repère de l’épiscopat bavarois. L’élaboration de la collection hagiographique du manuscrit 420 doit être replacée dans ce contexte. Bien des thèmes développés par les Vies d’évêques gaulois et francs concernaient directement Arn et les évêques bavarois16. Ces Vitae ont pour sujet des hommes d’origine noble, comme l’étaient aussi Arn et ses confrères17. La plupart d’entre eux avaient entrepris très jeunes une carrière ecclésiastique18; à cette fin, ils avaient reçu une solide éducation classique19. La connaissance de la rhétorique était considérée comme absolument indispensable à la prédication, une activité primordiale aux yeux d’Arn20. Le biographe de saint Germain d’Auxerre, Constance de Lyon, rappelle ainsi que Germain «était assurément formé par un dessein secret de la divinité afin que rien ne manquât à la perfection de celui qui était destiné à être bientôt un pontife successeur des apôtres. L’éloquence le préparait aux prédications, la connaissance du droit à la justice»21. Venance Fortunat attribue les mêmes qualités à Hilaire de Poitiers (et l’on trouve d’ailleurs dans tous les textes de cet auteur, principalement écrits à la demande d’évêques importants, l’éloge des vertus et des exploits de leurs prédécesseurs)22. Un évêque carolingien était familier d’allusions à ces qualités évoquées dans les textes variés commandés ou composés par Arn, parmi lesquels on doit aussi compter bon nombre de sermons23. La prédication participait à la diffusion de la réforme et Arn y eut abondamment recours. Enfin, la prédication, ou du moins la capacité de prêcher, était une condition essentielle du succès de la mission24.

  • 25  Vita Audoini, chap. 7, p. 558; Venance Fortunat, Vita Severini, chap. 2, éd. W. Levison, MGH, SRM(...)
  • 26  Vita Audoini, chap. 14, p. 562 sq.
  • 27  W. Brown, Unjust Seizure…, p. 96 sq.; M. Diesenberger, Predigt und Politik, à paraître.
  • 28  Venance Fortunat, Vita Albini, chap. 9, éd. B. Krusch, MGH, AA, t. IV-2, Hanovre, 1885, p. 30; Vi (...)
  • 29  Vita Remedii, chap. 14, éd. B. Krusch, MGH, AA, t. IV-2, Hanovre, 1885, p. 65 sq.; Vita Arnulfi, (...)
  • 30  Vita Albini, chap. 16, p. 31.
  • 31  Vita Aniani, chap. 10, éd. B. Krusch, MGH, SRM, t. 3, p. 115-117; Vita Lupi, chap. 6-7, éd. B. Kr (...)
  • 32  Constance de Lyon, Vita Germani, chap. 18, p. 264 sq.
  • 33  Alcuin, Ep. 107, éd. E. Dümmler, MGH, Epistolae, t. IV, Hanovre, 1895, p. 153; cf. M. Diesenberge (...)

11À l’image de saint Ouen, un grand nombre d’évêques dont les Vitae se lisent dans cette collection hagiographique avaient quitté leur région d’origine et fait carrière ailleurs25, avant de revenir chez eux pour établir la paix entre des partis rivaux26. C’est une situation qui n’est pas sans ressemblance avec l’existence d’Arn lui-même, qui retourna en Bavière après avoir vécu à Saint-Amand et, de concert avec le «préfet» Audulf, s’appliqua à résoudre des conflits dans la province27. En somme, de nombreux parallèles entre l’existence des saints évêques gaulois et francs et celle d’Arn lui-même permettent de comprendre quels furent les destinataires de la collection et, surtout, quels types d’activités il leur était demandé d’observer. Avec le soin des pauvres, des prisonniers et des malades, les évêques étaient invités à faire le bien autour d’eux. Ils devaient favoriser la construction d’églises28. Leurs saints prédécesseurs avaient miraculeusement protégé les habitants de leurs cités des incendies29, de la pression fiscale30, ou encore de la destruction par des armées ennemies. Ainsi saint Aignan et saint Loup protégèrent-ils Orléans et Troyes des Huns et saint Vivien s’opposa-t-il aux Saxons devant Saintes31. Lors de son premier séjour en (Grande-) Bretagne, saint Germain d’Auxerre fut tenu pour responsable d’une victoire obtenue sur les Pictes et les Saxons32. Dans le contexte de la mission chez les Avars, Arn aurait bien cherché à obtenir lui aussi une telle réputation. Il s’en était d’ailleurs timidement ouvert auprès d’Alcuin quelques temps avant la campagne de Charlemagne contre ce peuple, à laquelle il participa en 79633. La comparaison implicite entre Arn et les saints évêques francs suggère le prestige dont il entendait être paré dans toutes les couches de la société.

  • 34  Constance de Lyon, Vita Germani, chap. 12, p. 259; Vita Audoini, chap. 2, p. 595 (Ouen et Philibe (...)
  • 35  Constance de Lyon, Vita Germani, chap. 23, p. 268 (Germain est reçu à Arles par Hilaire).
  • 36  M. Garrison, «“Praesagum nomen tibi”: The significance of name-wordplay in Alcuin’s letters to A (...)
  • 37  Venance Fortunat, Vita Severini, chap. 2, p. 220.

12À l’instar d’Ouen de Rouen ou d’Arnoul de Metz, plusieurs saints évêques sont présentés dans leurs biographies comme des membres actifs de réseaux d’élites dont la solidité reposait sur l’amitié mutuelle que se portaient leurs membres34. Certains d’entre eux passaient déjà pour être des modèles aux yeux de contemporains célèbres, c’est en tout cas ce qu’affirment leurs biographes35. Arn de Salzbourg pouvait assurément exploiter avantageusement la présentation de telles relations au sein de l’élite épiscopale gauloise des ve-viie siècles36. En outre, les Vies de saints évêques abordaient aussi la question de la hiérarchie. Les prélats de la fin du viiie siècle devaient se sentir concernés, par exemple par l’épisode de la Vie de saint Seurin de Bordeaux dans lequel un évêque ordinaire s’efface en reconnaissant l’autorité de son métropolitain37. C’était assurément une attitude que tout archevêque était en droit d’attendre de ses suffragants et des fidèles de sa province.

  • 38  Vita Arnulfi, chap. 18, p. 439 sq.
  • 39  Venance Fortunat, Vita Albini, chap. 9, p. 30; Id., Vita Paterni, ch. 4, p. 34; Vita Audoini, ch (...)
  • 40  Vita Audoini, chap. 5 et 10, p. 556 et 559.
  • 41  Ibid., chap. 11, p. 560.

13Dans les Vitae de la collection, les dignitaires laïques et ecclésiastiques n’étaient pas les seuls à apprécier leurs évêques respectifs; le peuple manifestait la même satisfaction. Il était conscient du profit qu’il tirait de la présence de l’évêque dont il fallait en toute circonstance empêcher un départ qui apporterait la plus grande désolation38. Ces textes fournissaient aussi des renseignements concernant l’élection épiscopale. Choix du peuple et/ou du roi, la procédure était précisément l’objet de discussions en Bavière et à Salzbourg à la charnière des viiie et ixe siècles. Dans la plupart des cas, la désignation de l’évêque faisait l’unanimité, comme pour saint Aubin à Angers où le peuple donna sa préférence au candidat le plus capable d’assurer sa protection39. Si l’on considère que la collection était destinée à l’entourage d’Arn, ces épisodes ne pouvaient que l’inciter à manifester respect et obéissance à l’égard de son pasteur. À la lecture de ces Vitae d’évêques, plusieurs enseignements pouvaient aussi être tirés quant aux diverses responsabilités qui s’ajoutaient à celle d’évêque ou d’archevêque. Aux ve-viie siècles, bien des prélats avaient été envoyés en mission par le roi ou le pape40, comme Arn lui-même d’ailleurs. Au retour d’un tel voyage, l’évêque Ouen avait, par exemple, été reçu chaleureusement par les habitants dès son arrivée aux frontières du diocèse de Rouen41. Il ne fait pas de doute que cet accueil par le peuple obéit à la stylisation inhérente au genre hagiographique, mais il met l’accent sur une attitude qu’Arn pouvait espérer attendre de son entourage.

  • 42  Ibid., chap. 12, p. 561; cf. J. Kreiner, «About the bishop: the episcopal entourage and the eco (...)
  • 43  Vita Audoini, chap. 13, p. 562.
  • 44  Die Traditionen des Hochstifts Freising, no 183a, p. 182-185; cf. M. Diesenberger, Predigt und Po (...)
  • 45  Lucifer subdiaconus, Vita Evurtii secunda, p. 57.

14Un évêque n’était pas seulement fondé à réclamer le soutien de ses diocé­sains, il était le garant de la concorde entre eux. Il pouvait d’ailleurs aussi jouer ce rôle dans un cadre politique plus étendu. L’évêque Ouen de Rouen s’était appliqué sa vie durant à rétablir la concorde entre les partis42; pour peu de temps, il était même parvenu à imposer une paix entre Neustriens et Austrasiens43. L’action d’Ouen parmi les Francs à la fin du viie siècle pouvait être comparée à celle d’Arn, médiateur entre Francs et Bavarois. Pax et concordia étaient des thèmes qui pouvaient être employés dans différents contextes par l’archevêque de Salzbourg44. À tous ceux qui, refusant de faire bloc derrière leur nouvel archevêque, étaient nostalgiques de l’époque qui précédait son épiscopat, les Vitae du manuscrit 420 proposaient des épisodes adaptés, montrant clairement que le recours au passé et l’opposition étaient surtout de nature à leur nuire. On doit une fois encore rappeler les dernières paroles prononcées par l’évêque Euverte d’Orléans45.

  • 46  Vita Viviani, chap. 1, p. 94.

15Considérées ensemble, les Vitae proposaient une multiplicité de normes de comportement d’une grande utilité dans la Bavière de la fin du viiie et du début du ixe siècle. Dans le prologue de la Vie de saint Vivien de Saintes, l’auteur anonyme souhaite que son récit puisse inspirer des sermons: «tant que, par la prédication (officium sermonis), on fera connaître aux fidèles la virtus de l’évêque, la postérité aura un exemple à suivre»46. Si l’on envisage l’ensemble de la collection, il apparaît que ses destinataires n’étaient pas uniquement les évêques, mais les différents groupes sociaux de leur entourage. À travers le portait de saints, mérovingiens pour l’essentiel, sont en effet présentées les structures sociales et institutionnelles traditionnelles au sein desquelles agissait l’évêque. Dans cette perspective, on comprend l’insertion, dans le recueil, de quelques Vitae d’abbés (les saints Philibert, Riquier et Venant) et même celle du prêtre Romain de Blaye. Très vraisemblablement, les titulaires de telles fonctions, dans la Bavière du tout début du ixe siècle, constituaient eux aussi le public visé par le commanditaire du manuscrit.

16Le choix des textes obéissait enfin à des motifs plus politiques que la seule réforme de l’épiscopat et de son entourage. Les modèles proposés sont en en effet presque exclusivement des évêques francs, parmi lesquels on soulignera la présence de saint Arnoul de Metz, particulièrement honoré par la dynastie carolingienne, de telle sorte que le recueil doit aussi être considéré comme un instrument de l’intégration de la Bavière dans le monde franc.

Hagiographie et prédication

  • 47  S. Esders et. H. Mierau, «Die bairischen Eliten nach dem Sturz Tassilos III. Das Beispiel der ade (...)
  • 48  Cf. Carmen de Timone comite, éd. E. Dümmler, MGH, Poetae Latini aevi Carolini, t. 2, Berlin, 1884, (...)
  • 49  Admonitio generalis, éd. A. Boretius, MGH, Leges, Capitularia regum Francorum, t. 1, Hanovre, 1883 (...)

17Quelques années seulement après la réalisation du manuscrit 420, Arn gagna effectivement la reconnaissance de l’épiscopat bavarois et des dignitaires laïques et put compter sur leur collaboration pour se consacrer aux véritables réformes dans sa province ecclésiastique. Dans les premières années du ixe siècle, de concert avec le «préfet» de Bavière Audulf, l’archevêque qui, comme on l’a dit, était également missus de l’empereur, s’employa à résoudre les litiges les plus significatifs qui remontaient pour une partie d’entre eux à l’époque de Tassilon III. En plus de la longue incertitude juridique entretenue par le passage de la dynastie des Agilolfings à celle des Carolingiens, la multiplication des partages successoraux avait menacé d’appauvrissement un grand nombre de familles de l’aristocratie47. Accaparer les possessions d’autrui était alors la norme à cette époque d’intégration de la Bavière au monde franc, de même que corrompre des agents publics, ce qui d’ailleurs pouvait être observé dans d’autres régions du monde franc. Les juridictions laïques se montraient souvent cruelles, en contradiction avec les principes chrétiens et l’amour du prochain48. C’est en tout cas une situation abondamment déplorée dans les capitulaires et principalement dans l’Admonitio generalis de 78949. La nécessité de réformer les comportements s’imposait à Arn non seulement en raison de ses fonctions de missus, mais aussi de sa charge archiépiscopale. Et cela de deux manières: d’abord parce qu’il était le chef d’une Église insérée dans le siècle, mais aussi parce qu’il était un pasteur dont les responsabilités étaient spirituelles. De la même manière qu’il avait employé des solutions créatives pour défendre la primauté de son siège grâce aux Breves notitiae et pour diffuser dans son entourage, au moyen d’une nouvelle collection manuscrite, des normes de comportements puisées dans l’hagiographie gauloise et franque, l’archevêque de Salzbourg eut recours à un instrument adapté afin de remplir de manière satisfaisante ses autres devoirs.

  • 50  Pour la reconstitution de cette collection, voir en dernier lieu M. Diesenberger, «How collection (...)
  • 51  Passio sanctae Agathae virginis et martyris, éd. B. Mombritius, Sanctuarium seu Vitae Sanctorum, t (...)

18Arn est en effet à l’origine de l’exécution d’un homéliaire-passionnaire composé de 145 textes destinés à satisfaire ses exigences administratives et réformatrices50. Les sermons rassemblés envisagent les thèmes de l’avarice, de l’injustice et de la cruauté des juges; mais aussi le péché de parjure. Afin d’illustrer le rejet de ces vices, trente-cinq textes hagiographiques ont été insérés dans la collection. Il s’agit pour la plus grande part de Passions de martyrs de l’Antiquité tardive qui ont été considérablement résumées et ont ainsi reçu une nouvelle signification. Les principaux thèmes évoqués dans ces textes se rapportent, d’une part aux dignitaires qui font un usage abusif de leur pouvoir et usent de méchanceté et de cruauté pour s’emparer des biens des gens vertueux51, et d’autre part à la persévérance, à la vertu et à la générosité des premiers chrétiens qui résistèrent aux multiples persécutions orchestrées par ces mêmes dignitaires. Parmi les extraits rassemblés dans ce recueil, on peut lire les Passions des martyrs romains Sixte, Laurent, Hyppolite, Jean et Paul, les Actes apocryphes des apôtres Barthélemy, Matthieu, Jacques le Majeur et Jacques le Mineur, ainsi que les Passions de martyres célèbres, Agathe, Agnès, Lucie ou encore Euphémie. On note également, pour les saints gaulois, les noms de Denis et de Martin. Le seul représentant de la sainteté mérovingienne dans cette collection est saint Amand d’Elnone.

  • 52  Passio Laurentii brevior, éd. en préparation; cf. Passio Polichronii Parmenii Abdon et Sennes Xys (...)
  • 53  Passio Luciae brevior, éd. en préparation; cf. Passio sanctae Luciae virginis et martyris, éd. B. (...)
  • 54  Chap. 1, p. 27-37.
  • 55  Chap. 2, p. 52-60 adressés iudicibus.

19Avec la Passion de saint Laurent se pose la question de la valeur véritable d’une vie guidée par l’amour du prochain au regard de celle d’un trésor (celui de l’Église de Rome dont le saint était l’administrateur), aussi précieux soit-il52. Dans la Passion de sainte Lucie, les aumônes faites aux pauvres sont présentées à son fiancé – qui avait mis à sa disposition ses propres richesses – comme des investissements infiniment supérieurs à ceux que l’on peut faire en se conformant à la gestion ordinaire des biens terrestres. Dénoncée au juge, Lucie supporte miraculeusement les tourments qui lui sont infligés, de sorte que l’épisode invite le lecteur à faire plus de place aux trésors célestes qu’à la fortune terrestre53. Ces textes montrent clairement les manières, bonnes et mauvaises, d’administrer les richesses de ce monde. Le thème de la distribution d’aumônes figure explicitement dans le titre même d’une douzaine de sermons qui le traitent de manière développée54. Une véritable morale de la propriété est ainsi élaborée comme pierre angulaire des comportements que l’on cherchait à ancrer dans la société bavaroise. Les exemples négatifs des dignitaires romains dans les Passions des martyrs, particulièrement fournis dans la Passion de sainte Euphémie, devaient convaincre les iudices carolingiens de la nécessité de moraliser leur comportement. C’est d’ailleurs un sujet plus largement traité dans les dernières pièces de la collection, qui ne dénoncent pas seulement la cruauté, mais aussi la flatterie ou encore le mensonge55.

  • 56  Chap. 3, p. 48-60; cf. J. C. McCune, «The sermons on the Virtues and Vices for lay potentes in t (...)
  • 57  Alcuin, Ep. 264, éd. E. Dümmler, p. 422.

20La plupart des martyrs et des saints évoqués dans cette collection étaient honorés dans tout le monde franc ainsi qu’en Bavière. Leurs noms étaient inscrits dans les calendriers liturgiques; ils figuraient également dans la titulature de nombreuses églises de la province. Leur renommée permettait, par l’intermédiaire de lectures régulières en public de leurs Passions ou de leurs Vitae, d’atteindre, en de nombreux endroits, un auditoire très large. Néanmoins, afin de favoriser le succès de son entreprise de réforme, Arn composa le recueil à l’intention plus précise des plus grands dignitaires laïques de Bavière, dont faisait partie le «préfet» Audulf qu’il fréquentait régulièrement (en raison de ses activités de missus) lors de sessions judiciaires. Les quinze derniers textes de l’homéliaire concernent en effet les titulaires de très hautes fonctions administratives et judiciaires comme l’indiquent les titres choisis: De patientia principum, De iustitia principum, De periculum principum, etc.56. On rappellera qu’Alcuin avait été de toute évidence l’inspirateur de cette initiative. Dans une lettre adressée à Arn en 802, il exhortait l’archevêque de Salzbourg à s’assurer qu’Audulf, «autrefois notre ami», se montrât juste et charitable à l’égard des pauvres57. Il faut enfin souligner le succès rencontré par cette collection qui connut une très large diffusion en Bavière dans la première moitié du ixe siècle.

21L’hagiographie se présente ainsi comme un instrument décisif de l’appli­cation de la réforme à l’époque carolingienne en Bavière. Arn de Salzbourg en fit un usage varié. Afin de justifier le rang dû à sa métropole dans le paysage ecclésiastique bavarois, il entreprit une réécriture de la Vie du saint fondateur, Rupert. La diffusion de Vitae d’évêques gaulois et mérovingiens dans son entourage, laïque et ecclésiastique, était destinée à propager une nouvelle image de la fonction épiscopale, se référant de surcroît à un passé exclusivement franc. Enfin, les Passions des martyrs de l’Antiquité tardive furent mises à profit pour servir de miroir aux dignitaires laïques et leur rappeler les principes d’une réforme ambitieuse voulue par l’empereur lui-même.

  • 58  Les Passions de saintes femmes sont copiées à partir du f. 131 r. dans le manuscrit Wien, ÖNB, 420
  • 59  Wien, ÖNB, ms. 371.
  • 60  Je remercie Monique Goullet pour cette précision.
  • 61  F. Dolbeau, «Notes sur l’organisation interne des légendiers latins», dans Hagiographie, culture (...)
  • 62  M. Diesenberger, «How collections shape the texts».

22Dans ces trois situations, l’archevêque de Salzbourg fit preuve d’innovation dans la mise en forme et l’édition de textes plus anciens. La Vie de saint Rupert s’est vue adjoindre un inventaire de biens, formant ainsi une œuvre mixte. Dans le manuscrit 420, les Vies des évêques gaulois et francs ont été rangées selon l’ordre du calendrier et séparées des Vies de saintes femmes et de martyres58. Surtout, les Passions des martyrs masculins ont été rassemblées par les mêmes copistes dans un volumineux manuscrit indépendant59. Les fêtes des saints et des martyrs, dont les biographies figurent dans ces trois manuscrits, se complètent d’une telle manière qu’il ne fait guère de doute qu’ils faisaient tous trois partie d’une même collection60, la plus étendue que l’on connaisse pour cette époque. Par sa construction, ce vaste recueil se distinguait donc fondamentalement d’autres légendiers copiés au même moment comme l’actuel manuscrit Clm 4554 de la bibliothèque de Munich, où les saints sont classés de manière hiérarchique61. Enfin Arn rassembla et résuma des Passions de martyrs de l’Antiquité tardive et les associa à un ensemble de sermons disposés dans l’ordre du calendrier liturgique. Cette collection associant homélies et textes hagiographiques est la première du genre62.

  • 63  Sur Virgil, voir H. Wolfram, Salzburg, Bayern, Österreich. Die Conversio Bagoariorum et Carantanor (...)

23Dans l’esprit d’Arn, la réforme ne se limitait pas à l’expression d’un nouveau message, mais impliquait aussi de mettre en œuvre de nouveaux moyens pour assurer son succès. Il se distingue ainsi de son prédécesseur sur le siège de Salzbourg, Virgil, étroitement lié au duc Tassilon III63, tant par les principes qui guidèrent ses actions que par les formes nouvelles qu’il adopta. Dans ces conditions, Arn pouvait vraiment s’adresser à ses contemporains avec les paroles d’un Euverte d’Orléans et leur rappeler dans quel piètre état il avait trouvé l’église de Salzbourg. Comme Euverte, il s’apprêtait à céder la place au successeur de son choix. Il s’agissait de son neveu Adalram qui remplissait déjà la fonction d’archiprêtre dans l’église de Salzbourg et était donc tout à fait familier de la manière dont son oncle avait fait usage de l’hagiographie.

Haut de page

Notes

1  Lucifer subdiaconus, Vita Evurtii secunda, éd. G. Henskens, AA SS Sept., t. III, Anvers, 1750, p. 52-58.

2  Wien, Österreichische Nationalbibliothek [désormais: ÖNB], ms. 420; cf. M. Diesenberger, «Der Cvp 420 – die Gemeinschaft der Heiligen und ihre Gestaltung im frühmittelaterlichen Bayern», dans M. Goullet, M. Heinzelmann et C. Veyrard-Cosme éd. L’Hagiographie mérovingienne à travers ses réécritures, Ostfildern, 2010, p. 219-248.

3  Voir, pour aller vite, S. Freund, Von den Agilolfingern zu den Karolingern. Bayerns Bischöfe zwischen Kirchenorganisation, Reichs und Karolingischer Reform (700-847), Munich, 2004, p. 182-210.

4  Pour une première définition de la notion de réforme, voir J. Miethke, «Reform, Reformation (reformare, reformacio)», dans Lexikon des Mittelalters, t. 7, Nördlingen, 2002, col. 543-550 (col. 543-545).

5  Léon III, Ep. 5, éd. K. Hampe, MGH, Epistolae, t. 5, Berlin, 1899, p. 60 et suiv.; cf. S. Freund, Von den Agilolfingern zu den Karolingern…, p. 216-218.

6  Léon III, Ep. 4, p. 59 sq.

7  Die Traditionen des Hochstifts Freising, T. Bitterauf éd., Munich, 1905, t. 1, no 181, p. 173 (le nom d’Arn est précédé de celui de l’évêque Uualtrih).

8  M. Diesenberger, «Sammeln und gestalten – erinnern und vergessen. Erzbischof Arn von Salzburg und die Ursprünge des Salzburger Episkopats», dans W. Pohl éd., Die Suche nach den Ursprüngen. Von der Bedeutung des frühen Mittelalters, Vienne, 2004, p. 171-189 (avec bibliographie).

9  Notitia Arnonis, éd. F. Lošek, dans H. Wolfram éd., Quellen zur Salzburger Frühgeschichte, Vienne – Munich, 2006, p. 72-85.

10  W. Levison, «Die älteste Lebensbeschreibung Ruperts von Salzburg», Neues Archiv, 28 (1903), p. 285-321.

11  Breves Notitiae, éd. F. Lošek, dans H. Wolfram éd., Quellen zur Salzburger Frühgeschichte…, p. 88-119 (chap. 1, p. 88 sq.); on verra aussi la Conversio Bagoariorum et Carantanorum, 1, F. Lošek éd., Hanovre, 1997 (MGH, Studien und Texte, 15), p. 90-135 (p. 90-97).

12  M. Diesenberger, «Sammeln und gestalten…».

13  On trouvera une étude détaillée de ce manuscrit dans M. Diesenberger, «Der Cvp 420…».

14  Breves Notitiae, 7, 5; 11, 2; 13, 10, p. 97, 103 et 105.

15  W. Brown, Unjust Seizure. Conflict, Interest, & Authority in an Early Medieval Society, Ithaca – Londres, 2001, p. 113-120 (avec renvois aux travaux de E. J. Goldberg et J. Jahn).

16  On a volontairement limité les quelques exemples qui suivent mais il va de soi que la liste pourrait être augmentée.

17  Sur les origines d’Arn, voir W. Störmer, «Der junge Arn in Freising. Familienkreis und Weggenossen aus dem Freisinger Domstift», dans M. Niederkorn-Bruck; A. Scharer éd., Erzbischof Arn von Salzburg, Vienne – Munich, 2004, p. 9-26; Vita Filiberti, chap. 1, éd. W. Levison, MGH, SRM, t. V, Hanovre, 1919, p. 584; Vita Audoini, chap. 1, éd. W. Levison, ibid. p. 554; Venance Fortunat, Vita Hilarii, chap. III, 6, éd. B. Krusch, MGH, AA, t. IV-2, Hanovre, 1885, p. 2; Id., Vita Paterni, chap. III, 9, éd. B. Krusch, ibid., p. 34; Vita Medardi, chap. II, 4, éd. B. Krusch, ibid., p. 68; Epistola Urbani presb. de Paulini (Nolensis) obitu, éd. J.-P. Migne, PL, t. 53, 1847, col. 864c; Vita Arnulfi, chap. 1, éd. B. Krusch, MGH, SRM, t. II, Hanovre, 1888, p. 432.

18  Vita Viviani, chap. 2, éd. B. Krusch, MGH, SRM, t. 3, Hanovre, 1896, p. 95 (consacré à 16 ans); pour Arn (ordonné à 18 ans), voir W. Störmer, «Der junge Arn…», p. 9.

19  Vita Viviani, chap. 2, p. 95; Vita Audoini, chap. I, p. 554; Vita Medardi, chap. II, 5, p. 68.

20  M. Diesenberger, «How collections shape the texts: rewriting and rearranging Passiones in Carolingian Bavaria», dans M. Heinzelmann éd., Livrets, collections et textes. Études sur la tradition hagiographique latine, Ostfildern, 2006, p. 195-224 (avec bibliographie) (en particulier p. 210 sq.).

21  Constance de Lyon, Vita Germani, chap. 1, éd. W. Levison, MGH, SRM, t. 7, p. 251 (trad. R. Borius) ; Vita Audoini, chap. 4, p. 556. Sur la formation à la prédication, voir P. Gemeinhardt, Das lateinische Christentum und die antike pagane Bildung, Tübingen, 2007 (p. 301).

22  Venance Fortunat, Vita Hilarii, chap. XIV, 51, p. 6 sq.; cf. P. Gemeinhardt, Das lateinische Christentum…, p. 305. L’image de l’évêque dans l’œuvre de Venance Fortunat a été récemment étudiée par D. Fiocco, «L’immagine del vescovo nelle Vitae sanctorum di Venanzio Fortunato», Augustinianum, 42 (2001), p. 213-230 et S. Coates, «Venantius Fortunatus and the image of episcopal authority in late antique and early Merovingian Gaul», English Historical Review, 115 (2000), p. 1109-1137.

23  Voir par exemple Arn de Salzbourg, Sermo de quarti diei luminaribus, éd. A. Borst, Schriften zur Komputistik im Frankenreich von 721 bis 818, t. 2, Hanovre, 2006 (MGH, Quellen zur Geistesgeschichte des Mittelalters, 21), p. 820-884; Id., Testimonia ex sacris voluminibus collecta, éd. H. Willjung, Das Konzil von Aachen 809, Hanovre, 1998 (MGH, Concilia 2, Supplementum 2), p. 253-283; M. Kerner, «Der Reinigungseid Leos III. vom Dezember 800. Die Frage seiner Echtheit und frühen karolingischen Überlieferung», Zeitschrift des Aachener Geschichtsverein, 84-85 (1977-1978), p. 131-160. Pour les trois distiques d’Arn, voir F. Lošek, «Die Auswirkungen karolingischer Politik und Reformen im Südosten des Reiches anhand der lateinischen Überlieferung. Das Beispiel Salzburg», dans F.-R. Erkens éd., Karl der Große und das Erbe der Kulturen, Berlin, 2001, p. 116.

24  I. N. Wood, The Missionary Life. Saints and Evangelisation of Europe, 400-1050, Harlow, 2001, p. 79-99; et plus généralement L. E. von Padberg, Die Inszenierung religiöser Konfrontationen. Theorie und Praxis der Missionspredigt im frühen Mittelalter, Stuttgart, 2003.

25  Vita Audoini, chap. 7, p. 558; Venance Fortunat, Vita Severini, chap. 2, éd. W. Levison, MGH, SRM, t. VII, Hanovre, 1919, p. 220 (le saint est invité à se rendre à Bordeaux).

26  Vita Audoini, chap. 14, p. 562 sq.

27  W. Brown, Unjust Seizure…, p. 96 sq.; M. Diesenberger, Predigt und Politik, à paraître.

28  Venance Fortunat, Vita Albini, chap. 9, éd. B. Krusch, MGH, AA, t. IV-2, Hanovre, 1885, p. 30; Vita Viviani, chap. 9, p. 100; Constance de Lyon, Vita Germani, chap. 36, p. 277.

29  Vita Remedii, chap. 14, éd. B. Krusch, MGH, AA, t. IV-2, Hanovre, 1885, p. 65 sq.; Vita Arnulfi, chap. 20, p. 440 sq.; Lucifer subdiaconus, Vita Evurtii secunda, p. 55.

30  Vita Albini, chap. 16, p. 31.

31  Vita Aniani, chap. 10, éd. B. Krusch, MGH, SRM, t. 3, p. 115-117; Vita Lupi, chap. 6-7, éd. B. Krusch, ibid., p. 121 sq.; Vita Viviani, chap. 7, p. 98. Pour la Vita Viviani, voir A. Gillett, Envoys and Political Communication in the Late Antique West (411-533), Cambridge, 2003, p. 143-148.

32  Constance de Lyon, Vita Germani, chap. 18, p. 264 sq.

33  Alcuin, Ep. 107, éd. E. Dümmler, MGH, Epistolae, t. IV, Hanovre, 1895, p. 153; cf. M. Diesenberger, «Les élites et la mission dans les manuscrits bavarois vers 800», dans G. Bührer-Thierry et T. Lienhard éd., Les Élites aux frontières. Mobilité et hiérarchie dans le cadre de la mission (http://lamop.univ-paris1.fr/lamop/LAMOP/elites/Diesenberger.pdf), p. 1-10 (p. 7).

34  Constance de Lyon, Vita Germani, chap. 12, p. 259; Vita Audoini, chap. 2, p. 595 (Ouen et Philibert).

35  Constance de Lyon, Vita Germani, chap. 23, p. 268 (Germain est reçu à Arles par Hilaire).

36  M. Garrison, «“Praesagum nomen tibi”: The significance of name-wordplay in Alcuin’s letters to Arn», dans M. Niederkorn-Bruck et A. Scharer éd., Erzbischof Arn…, p. 107-127.

37  Venance Fortunat, Vita Severini, chap. 2, p. 220.

38  Vita Arnulfi, chap. 18, p. 439 sq.

39  Venance Fortunat, Vita Albini, chap. 9, p. 30; Id., Vita Paterni, ch. 4, p. 34; Vita Audoini, chap. 1 et 7, p. 555 et 558; Vita Arnulfi, chap. 7, p. 434.

40  Vita Audoini, chap. 5 et 10, p. 556 et 559.

41  Ibid., chap. 11, p. 560.

42  Ibid., chap. 12, p. 561; cf. J. Kreiner, «About the bishop: the episcopal entourage and the economy of government in post-Roman Gaul», Speculum, 86 (2010), p. 321-360 (p. 356, n. 162). La signification de pax et concordia pour les Francs autour de 800 est étudiée dans M. Diesenberger, «Der Prediger als Konstituent des sozialen Raumes», dans D. Bauer, K. Herbers, H. Röckelein et F. Schmieder éd., Heilige – Liturgie – Raum, Stuttgart, 2009, p. 27-48.

43  Vita Audoini, chap. 13, p. 562.

44  Die Traditionen des Hochstifts Freising, no 183a, p. 182-185; cf. M. Diesenberger, Predigt und Politik, à paraître.

45  Lucifer subdiaconus, Vita Evurtii secunda, p. 57.

46  Vita Viviani, chap. 1, p. 94.

47  S. Esders et. H. Mierau, «Die bairischen Eliten nach dem Sturz Tassilos III. Das Beispiel der adeligen Stiftungspraxis in der Diözese Freising», dans F. Bougard, L. Feller et R. Le Jan éd., Les Élites au Moyen Âge. Crises et renouvellements, Turnhout, 2006, p. 283-313.

48  Cf. Carmen de Timone comite, éd. E. Dümmler, MGH, Poetae Latini aevi Carolini, t. 2, Berlin, 1884, p. 120-124.

49  Admonitio generalis, éd. A. Boretius, MGH, Leges, Capitularia regum Francorum, t. 1, Hanovre, 1883, p. 52-62.

50  Pour la reconstitution de cette collection, voir en dernier lieu M. Diesenberger, «How collections shape the texts…», p. 195-224 (avec une description du contenu).

51  Passio sanctae Agathae virginis et martyris, éd. B. Mombritius, Sanctuarium seu Vitae Sanctorum, t. 1, rééd. Hildesheim/New York, 1978, p. 37-40; éd. J. Bolland, AA SS Feb., t. 2, Anvers, 1658, p. 615-618 (une édition de la version courte est en préparation).

52  Passio Laurentii brevior, éd. en préparation; cf. Passio Polichronii Parmenii Abdon et Sennes Xysti Felicissimi et Agapiti et Laurentii et aliorum sanctorum mense augusto die X, chap. 24, éd. H. Delehaye, «Recherches sur le légendier romain», Analecta Bollandiana, 51 (1933), p. 34-98 (ici p. 89).

53  Passio Luciae brevior, éd. en préparation; cf. Passio sanctae Luciae virginis et martyris, éd. B. Mombritius, t. 2, p. 107-109.

54  Chap. 1, p. 27-37.

55  Chap. 2, p. 52-60 adressés iudicibus.

56  Chap. 3, p. 48-60; cf. J. C. McCune, «The sermons on the Virtues and Vices for lay potentes in the Carolingian Sermonary of Salzburg», The Journal of Medieval Latin, 19 (2009), p. 250-290.

57  Alcuin, Ep. 264, éd. E. Dümmler, p. 422.

58  Les Passions de saintes femmes sont copiées à partir du f. 131 r. dans le manuscrit Wien, ÖNB, 420.

59  Wien, ÖNB, ms. 371.

60  Je remercie Monique Goullet pour cette précision.

61  F. Dolbeau, «Notes sur l’organisation interne des légendiers latins», dans Hagiographie, cultures et sociétés (ive-xiie siècles), Paris, 1981, p. 11-31 (p. 17).

62  M. Diesenberger, «How collections shape the texts».

63  Sur Virgil, voir H. Wolfram, Salzburg, Bayern, Österreich. Die Conversio Bagoariorum et Carantanorum und die Quellen ihrer Zeit, Vienne – Munich, 1995, p. 252-285.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 62, printemps 2012, p. 67-81

Référence électronique

Maximilian Diesenberger, « Hagiographie et réforme en Bavière à la charnière des viiie et ixe siècles », Médiévales [En ligne], 62 | printemps 2012, mis en ligne le 28 juin 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://medievales.revues.org/6646 ; DOI : 10.4000/medievales.6646

Haut de page

Auteur

Maximilian Diesenberger

Institut für Mittelalterforschung, Österreichische Akademie der Wissenschaften, Wohllebengasse 12-14, 1040 Vienne, Autriche

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org