Navigation – Plan du site
La chair des émotions

Vultus velatus ou la figuration positive de la tristesse dans l’iconographie de la fin du Moyen Âge

Vultus velatus: Positive figuration of sadness in the iconography of the end of the Middle Ages
Robert Marcoux

Résumés

À partir des années 1220, en même temps que pénètrent dans les traditions médicales et théologiques les concepts d’hylémorphisme et de physiognomonie, les artistes s’intéressent de plus en plus au visage pour exprimer l’émotion et le caractère de leurs personnages. Si cela favorise l’invention de différents types d’expressions faciales, on observe au cours du xve siècle l’apparition d’un motif qui va à contresens en dissimulant complètement le visage sous une étoffe. À travers l’étude de deux iconographies, celle des funérailles et celle de la dérision du Christ, nous démontrerons qu’en admettant d’une part les limites du représentable, et en évitant d’autre part la défiguration des personnages, ce motif arrive à exprimer une tristesse positive qui se démarque nettement de celle des figures désespérées comme les vierges folles et les damnés.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

De l’ambivalence à la connotation: les signes visuels de l’affliction
Deuil et damnation
Tristitia et Desperatio
Le corps comme expression de l’âme
La figuration positive de la tristesse
La tristesse des figures positives
Les figures d’une tristesse positive
Le deuillant
Le Christ aux outrages

Aperçu du texte

À travers le geste et l’expression faciale, le corps représente le vecteur primaire de l’émotion. Au Moyen Âge, la figuration de ce langage corporel donne lieu à un important répertoire de signes visuels. Dans la mesure où l’Occident médiéval alloue une grande liberté au processus de création des images, ce répertoire n’a toutefois rien d’un système clos de significations univoques. De fait, plusieurs de ces signes sont ambivalents, si bien que leur sens exact ne peut être saisi qu’en fonction de leur contexte. Cela s’explique en grande partie par l’incapacité du vocabulaire iconographique médiéval à traduire dans toutes ses nuances le riche champ sémantique de l’affect. Trop restreinte, la grammaire des gestes et des expressions permet rarement d’identifier l’intensité et la qualité de l’émotion avec précision à partir des seuls codes figurés. C’est le cas notamment de la tristesse dont cette étude cherche à cerner l’expression «positive» dans l’iconographie de la fin du Moyen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 61, automne 2011, p. 119-141

Référence électronique

Robert Marcoux, « Vultus velatus ou la figuration positive de la tristesse dans l’iconographie de la fin du Moyen Âge », Médiévales [En ligne], 61 | automne 2011, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 22 septembre 2014. URL : http://medievales.revues.org/6590

Haut de page

Auteur

Robert Marcoux

Université Laval, Québec, G1K 7P4, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org