Navigation – Plan du site
Point de vue

Les avatars de l’inquisiteur ou la fonction de juge ecclésiastique à la fin du Moyen Âge

Laurence Silvestre
p. 187-203

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

La fresque contre le registre
Une justice de temps de crise
Inquisitus et Inquisitor face à face
Les enjeux politiques et religieux de l’inquisitio, la figure du juge indigne et le procès du procès
Pour la refonte d’une histoire de l’inquisitio médiévale

Aperçu du texte

En matière de foi, les juges ne sont pas toujours ce que l’on croit et l’habit ne fait pas forcément l’inquisiteur. Un juge peut même en cacher un autre. Quand on parle d’inquisitio, ou inquisition, c’est d’abord pour évoquer une procédure d’enquête et d’enregistrement de témoignages. Dès la fin du xiie siècle, elle s’est imposée dans la justice ecclésiastique; elle fut en premier lieu le fait des évêques, juges ordinaires, puis, à partir de 1231, de délégués extraordinaires de la papauté qui prirent alors le titre de pravitatis hereticae inquisitores. Les inquisiteurs étaient nés, et avec eux l’inquisition dite pontificale. C’est cette inquisition qui a alimenté tant de fantasmes et dont certains ont tiré une légende noire. Cependant de nombreux travaux concernant les xive et xve siècles ont montré que l’inquisition médiévale est plus complexe que les stéréotypes habituels de moines fanatiques et d’implacable machine bureaucratique. Le médiéviste doit se garder de tels préjugés, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 61, automne 2011, p. 187-203

Référence électronique

Laurence Silvestre, « Les avatars de l’inquisiteur ou la fonction de juge ecclésiastique à la fin du Moyen Âge », Médiévales [En ligne], 61 | automne 2011, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 26 novembre 2014. URL : http://medievales.revues.org/6562

Haut de page

Auteur

Laurence Silvestre

LAMOP, 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org