Navigation – Plan du site
Essais et recherches

Du vilain au paysan sur la scène littéraire du xiiie siècle

From Villein to Peasant in the Literature of the 13th Century
Marie-Thérèse Lorcin
p. 163-186

Résumés

Le stéréotype du vilain, incarnation de la bassesse, ne disparaît pas, perpétué par les proverbes et les textes comiques qui illustrent aussi les stéréotypes de la femme et du prêtre. Mais apparaît un autre personnage, un paysan réhabilité, humanisé, même s’il est encore parfois appelé «vilain», le mot «païsant» étant encore très rare. Les poètes, dont beaucoup sont sans doute d’origine rurale, le montrent hospitalier, patient, voire instruit. Il n’est pas l’objet comme l’est le prêtre de la vindicte publique, ni ne subit de châtiment dégradant. Il exploite ses terres et gère son domaine normalement. En tant que chef de feu ayant ses responsabilités et son autonomie, il occupe une place déterminée dans la société, tout comme l’artisan, le commerçant et le seigneur. À côté du Caliban médiéval existe le paysan, celui dont le poids et parfois le vocabulaire apparaissent à la même époque dans les chartes de franchises.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Les mots pour le dire
«Ni tout à fait bon, ni tout à fait méchant»
Le chef de feu et la maîtresse de maison

Aperçu du texte

L’image que donne du paysan la littérature française du Moyen Âge continue d’intriguer. Le stéréotype du vilain, incarnation de la bassesse, se rencontre dans les genres littéraires les plus divers, suscitant maints commentaires.

Dès 1965, Jacques Le Goff remarquait qu’au moment même où la civilisation de la Romania se ruralisait, le paysan disparaissait de l’écrit. Dès les ve et vie siècles, il faut le chercher sous le masque du païen, du pauvre, de l’illettré et des classes dangereuses. Lorsqu’il réapparaît, il conserve les traits péjoratifs attribués précédemment, si bien que le vilain ignorant et vicieux a l’allure d’un «Caliban médiéval», expression qui fit fortune.

Au fil du temps, la situation devint naturellement plus complexe et fournit à nombre d’historiens et littéraires un thème de recherche. En 1976, Jean Batany explorait le vaste champ des écrits moralisants et didactiques, tant en latin qu’en français et italien, pour montrer comment évolue, des Bucoliques à la Renai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 61, automne 2011, p. 163-186

Référence électronique

Marie-Thérèse Lorcin, « Du vilain au paysan sur la scène littéraire du xiiie siècle », Médiévales [En ligne], 61 | automne 2011, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://medievales.revues.org/6551

Haut de page

Auteur

Marie-Thérèse Lorcin

Université Lumière Lyon 2-UMR 5648 (CIHAM), 18, quai Claude Bernard, 69365 Lyon cedex 07

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org