Navigation – Plan du site
La chair des émotions

Amours, castration et miracle au couvent de Watton: évaluation émotion­nelle d’un crime d’honneur monastique (v. 1165)

Love, castration and miracle in the convent of Watton: emotional evaluation of a monastic honor crime (ca 1165)
Damien Boquet
p. 77-95

Résumés

Vers 1165, le couvent de Watton dans le Yorkshire, fondé par Gilbert de Sempringham, est frappé par un double scandale. Une jeune moniale, qui a noué une idylle avec un chanoine du monastère, tombe enceinte. Furieuses, les sœurs se font livrer le coupable et forcent la future mère à émasculer son amant. L’événement, qui se clôt par une péripétie miraculeuse, prend place au moment où la congrégation gilbertine connaît une crise grave. Il est relaté par l’abbé anglais Aelred de Rievaulx qui intervient à la demande de Gilbert. Le propos de cet article est de montrer comment Aelred s’appuie dans son récit sur la rationalité morale des émotions de la communauté pour légitimer un acte d’une violence inouïe dans un lieu conventuel. Ainsi, les émotions narrativisées, loin d’être l’écume bouillonnante d’un règlement de comptes impulsif, posent les conditions mêmes d’une restauration de l’honneur de la communauté.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Les raisons d’un soutien: amitiés personnelles et solidarités monastiques
Une défense embarrassée
La clôture féminine
Les vierges castratrices
Un modeste miracle
La résolution émotionnelle du scandale
Pour l’honneur du Christ
Éloge de la jalousie
Humiliation et miséricorde

Aperçu du texte

Au milieu des années 1160, Gilbert de Sempringham (1189) se rendit au monastère cistercien de Rievaulx dans le Yorkshire pour demander à son ami l’abbé Aelred (1167) de l’aider à mettre fin à un scandale qui ébranlait le couvent de Watton, situé non loin de là. À son retour de Watton, Aelred écrivit une longue lettre à un destinataire lointain et anonyme dans laquelle il exposait la série des événements et leur dénouement miraculeux.

Henri Murdac, au temps où il était archevêque d’York – entre 1147 et 1153 – avait confié une fillette âgée de quatre ans à Watton, monastère double fondé vers 1150 qui accueillait, selon les principes d’organisation voulus par Gilbert de Sempringham, une communauté de nonnes et une communauté de chanoines, ainsi que des sœurs et des frères convers. Parvenue à l’adolescence, la jeune oblate s’éprit d’un frère et les deux amants nouèrent quelque temps une idylle secrète. Apprenant qu’elle était enceinte, le frère s’enfuit et le scandale devint public. Les...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 61, automne 2011, p. 77-95

Référence électronique

Damien Boquet, « Amours, castration et miracle au couvent de Watton: évaluation émotion­nelle d’un crime d’honneur monastique (v. 1165) », Médiévales [En ligne], 61 | automne 2011, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 23 juillet 2014. URL : http://medievales.revues.org/6286

Haut de page

Auteur

Damien Boquet

Université d’Aix-Marseille I, Département d’histoire, 29, avenue Robert Schuman, 13621 Aix-en-Provence cedex 1, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org