Navigation – Plan du site
La chair des émotions

Les communautés émotionnelles et le corps

Emotional Communities and the Body
Barbara H. Rosenwein
p. 55-75

Résumés

Il y a longtemps Alain de Lille affirmait que les gestes et les expressions faciales des émotions étaient des fenêtres ouvertes sur la «disposition intérieure» d’une personne, tandis que de nos jours Paul Ekman soutient que certaines expressions faciales constituent des «émotions basiques». Cependant, comme cet article le montre, en réalité le lien entre le corps et les émotions est (et demeure) extrêmement divers. L’article aborde les émotions dans le contexte des «communautés émotionnelles» – des groupes sociaux à l’intérieur desquels les individus sont animés par des intérêts, des valeurs et des styles émotionnels communs ou semblables. Les communautés émotionnelles intègrent (ou n’in­tègrent pas) le corps dans l’expression de l’émotion de différentes manières. Ce constat est illustré par trois exemples médiévaux. À la cour mérovingienne de Neustrie au viie siècle, les émotions étaient rarement incarnées. Au contraire, pour Thomas d’Aquin et ses disciples au xiiie siècle, les émotions étaient explicitement associées au corps et aux changements somatiques. Mais cependant, pour ce groupe de dominicains, les émotions pouvaient, si elles étaient orientées de façon appropriée, transcender le corps. Enfin, Margery Kempe et ses semblables usaient de leur corps en manifestant leurs émotions de façon dramatique, par des hurlements, des larmes ou des contorsions de douleur. L’article se clôt en suggérant que ces variations dans les modalités d’incorporation permettent de questionner la conception d’émotions «universelles».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Physiologie émotionnelle, communautés émotionnelles
La cour de Neustrie: une cour «désincarnée»
Les larmes de Thomas d’Aquin
Les larmes, les cris et les contorsions de douleur de Margery Kempe
Contextes

Aperçu du texte

Les émotions sont sans nul doute associées au corps. Cependant, comme j’essaierai de le montrer dans cet article, cette association était, et demeure, très changeante. Pour en débattre, je considérerai les émotions dans le contexte des communautés émotionnelles. Celles-ci correspondent à des groupes sociaux dans lesquels les individus sont animés par des intérêts, des valeurs et des styles émotionnels communs ou similaires. Les communautés émotionnelles développent ainsi diverses façons d’impliquer ou non le corps dans l’expression des émotions. Pour certaines d’entre elles, les émotions ne sont presque jamais associées à des manifestations somatiques. Pour d’autres, le lien est établi pour certaines catégories d’émotions seulement. Pour d’autres encore, presque toutes les émotions s’expriment au moyen du corps. Je m’intéresserai ici à trois communautés émotionnelles distinctes: la cour de Neustrie au viie siècle, celle qui réunit Thomas d’Aquin et ses disciples, et celle de Marger...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 61, automne 2011, p. 55-75

Référence électronique

Barbara H. Rosenwein, « Les communautés émotionnelles et le corps », Médiévales [En ligne], 61 | automne 2011, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 28 août 2014. URL : http://medievales.revues.org/6278

Haut de page

Auteur

Barbara H. Rosenwein

Loyola University, Department of History, 1032 W. Sheridan Road, Chicago, IL 60660, États-Unis

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org