Navigation – Plan du site
Sommaires d'ouvrages collectifs

Être à table au Moyen Âge

éd. Nelly Labère, Madrid, Casa de Velásquez, 2010, xviii-277 p. (Collection de la Casa de Velásquez, 115)
p. 216-217

Texte intégral

1Nelly Labère, «Pour une mise en bouche textuelle», p. xiii-xvii.

2I – Les règles de l’appétit.

3Mange ma fille! La privation et l’excès. – Beatriz Ferrús Antón, «Alguien en mi domido me come y me bebe. Mujer y metáfora alimentaria en la Edad Media», p. 5-16– Katy Bernard, «Les noces dévorantes. Du rapport du Jaloux à la nourriture dans le Roman de Flamenca», p. 17-33.

4La bouche moralisée. La norme et le plaisir. – José Aragüés Aldaz, «Comida y santidad en una lectura de refectorio. El Flos Sanctorum», p. 37-49– Marta Haro Cortés, «„Et no andedes tras vuestra voluntad en comer ni en bever ni en fornicio“. De gula y lujuria en la literatura sapiencial», p. 51-62.

5Voir et être vu. Rituels de bouche et espace politique. – Francisco Bautista, «„Comed conde“. Las transformaciones de un ritual del Cantar de Mio Cid a Diego de Valera», p. 65-75– Estelle Doudet, «Du rituel narratif à la réflexion politique. Festins en Bourgogne dans les mémoires et les chroniques officielles au xve siècle», p. 77-89.

6La table et ses tréteaux. La théâtralisation du repas. – Jelle Koopmans, «Être vu à table. Théâtralisations du repas et de la nourriture à la fin du Moyen Âge», p. 93-102– María José Palla, «L’absence de table. Le jeûne de la veille de Carême», p. 103-110.

7II – Découper le texte. La cuisine du récit.

8Le carnaval des aliments: le Libro de Buen Amor. – Santiago U. Sánchez Jiménez, «Construcción discursiva en el Libro de Buen Amor. Las palabras que designan instrumentos propios de la alimentación», p. 115-128– Bienvenido Morros Mestres, «Historia, religión y gastronomía. La pelea de don Carnal y doña Cuaresma en el Libro de Buen Amor», p. 129-141–  Nelly Labère, «Les mots à la bouche dans le Libro de Buen Amor», p. 143-153.

9Avoir les yeux plus gros que le ventre. – La Celestina. Nathalie Peyrebonne, «Bouches célestinesques. „Una co… ¡o mal bocabro!, una comer, o cometa… comedia…», p. 157-162– Carlos Heusch, «Faire chère lie dans une vallée de larmes. Le banquet carnavalesque de Célestine», p. 163-175.

10III – Manger le texte.

11Des mots plein la bouche. Stratégies discursives des propos de table. – María Luzdivina Cuesta Torre, «„Todos los altos hombres y cavalleros y escuderos se asentaron a las mesas, y los manjares fueron traídos a cada uno“. La alimentación en la materia artúrica castellana», p. 181-197– Jean-Claude Mühlethaler, «Quand la nourriture se fait parole. Scènes de communication alimentaire dans les récits médiévaux», p. 199-210.

12À la table des matières. – Madeleine Jeay, «Scènes de repas et catalogues gastronomiques dans l’écriture romanesque», p. 213-225– Jacqueline Cerquiglini-Toulet, «Portrait de l’écrivain en mangeur à la fin du Moyen Âge. La nourriture comme code chez Eustache Deschamps», p. 227-234– Tania Van Hemelryck, «Mascher l’escripture. Livre, lecture et nourriture aux xive et xve siècles», p. 235-245.

13Nelly Labère, «Boute-hors et réflexions digestives», p. 247-249.

14Bibliographie, p. 251-277.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Être à table au Moyen Âge », Médiévales, 60 | 2011, 216-217.

Référence électronique

« Être à table au Moyen Âge », Médiévales [En ligne], 60 | printemps 2011, mis en ligne le 30 août 2011, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://medievales.revues.org/6238

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org