Navigation – Plan du site
La fitna

Schismes royaux dans l’Occident du xiiie siècle: l’âge classique de la division politique?

Royal Splits in Thirteenth Century West: the Classical Age of Political Division?
Gilles Lecuppre
p. 117-127

Résumés

Il est communément admis que le xiiie siècle occidental correspond à un âge classique, qui a permis un cheminement tranquille vers l’équilibre, le progrès, ou tout au moins l’unité. Toutefois, le domaine politique présente des résultats plus contrastés. Les rois de France ont bien consolidé leur emprise sans connaître les affres de l’inquiétude, tandis que le reste de l’Europe a vécu de nombreux schismes royaux. En Germanie, division rime de toute évidence avec élection, mais la transmission dynastique du pouvoir n’a pas empêché les autres royaumes de sombrer de temps à autre dans des crises de cette nature. Bien sûr, les chroniqueurs ne disposent pas d’équivalents latins ou vernaculaires de la notion de fitna. Ils perçoivent néanmoins avec acuité les effets néfastes de ces duels au sommet, qui menacent de se terminer en anarchie pure et simple. La résolution de conflits si radicaux ne coule pas de source. Quand le recours à la voie de fait ou à l’autorité supérieure du pape ou du suzerain n’y suffit pas, barons et ligues urbaines pensent peu à peu avoir leur mot à dire sur le sujet. Ainsi, la discorde nous révèle-t-elle paradoxalement l’importance et la popularité acquises par la royauté.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  M. Gabriel Martinez-Gros et Mme Emmanuelle Tixier ont tenu à ouvrir leur réflexion sur le désordre (...)
  • 2  Deux synthèses remarquables en français illustrent bien ces phénomènes. L. Génicot, Le xiiie siècl (...)

1Le xiiie siècle occidental a la réputation d’être classique, ce qui lui vaut d’ailleurs paradoxalement une certaine désaffection de la part des historiens d’aujourd’hui, hostiles aux moments d’équilibre1. L’impression qui se dégage est effectivement celle d’une vaste mise en ordre, en bonne ou en mauvaise part, si l’on veut songer aux progrès de la rationalité et à la mise en place d’une société de persécution. Les éléments d’unification de la chrétienté sont souvent mis en avant: une même civilisation connaît la croissance, l’urbanisation, l’épanouissement du style gothique, le triomphe de l’Université et l’action polymorphe des frères mendiants2.

  • 3  La terreur face aux «cohortes de Satan» décrites par Frédéric II n’a pas pu servir de ciment et (...)

2Certes, l’unité politique est une chimère moins que jamais d’actualité: l’idée impériale s’essouffle, la subordination des princes temporels par l’Église échoue, les croisades ne sont plus menées conjointement. Le signe le plus manifeste de l’égoïsme des royaumes est peut-être l’absence de réaction commune au déferlement mongol, en dépit des objurgations significativement émises par deux autorités concurrentes, celle de l’empereur et celle du pape, pareillement tombées dans l’oreille de souverains obstinément sourds3.

  • 4  J.-P. Genet éd., L’État moderne: genèse. Bilans et perspectives, Paris, 1990.
  • 5  A.W. Lewis, Le Sang royal: la famille capétienne et l’État. France (xe-xive siècle), Paris, 1986.
  • 6  J. Le Goff, Saint Louis, Paris, 1996; J. Favier, Philippe le Bel, Paris, 2000.
  • 7  Histoire du christianisme, t. V, Apogée de la papauté et expansion de la chrétienté (1054-1274), P (...)

3Tout au moins, une certaine homogénéité semble-t-elle provenir de la diffusion d’un modèle monarchique fondé sur la transmission héréditaire, bénéficiant de l’accroissement des attributions du roi, désormais étendues à la législation, à la monnaie et à l’impôt, et largement glorifié par les penseurs politiques comme reflet du gouvernement divin sur l’univers. Les tenants de la genèse de l’État moderne situent même de manière symptomatique le décollage dans les années 12804. Au centre de ce dispositif rayonne la France capétienne, force tranquille qui sait convertir la sérénité intérieure en instrument d’hégémonie. Les figures de Philippe Auguste, de Saint Louis et de Philippe le Bel, chacune dans leur style, résument la success story. Là, tout n’est qu’ordre et beauté. La transmission automatique à l’aîné est assurée, aucune contestation sérieuse ne se fait jour, la chance biologique de la famille est insolente, les Capétiens se montrent de bons fils5. Le roi de France en devient une sorte d’arbitre de la chrétienté: Louis IX apaise, Philippe IV soumet6. Ce sentiment de sécurité se vérifie dans une moindre mesure sur le Siège de saint Pierre: la papauté du xiiie siècle peut se voir chahutée, mais elle n’est plus déchirée par les schismes7.

4Toutefois, l’arbre capétien, en l’occurrence le chêne de Saint Louis, ne saurait cacher la forêt – noire – de la division. En effet, la plupart des autres grands royaumes font l’expérience, durant cette période, d’une impensable dualité monarchique. Le xiiie siècle politique européen diffère sensiblement de sa perception française et accueille force désordres parfois structurels, dont nous allons prendre la mesure, dans un premier temps, avant de répertorier les caractéristiques discursives et pratiques de cette fitna latine et de tenter d’en interpréter le sens au sein même des progrès enregistrés par le régime monarchique.

La multiplication… des divisions

5Le titre avancé pour cet article n’était donc pas de la pure provocation, puisqu’on peut dénombrer vingt-quatre scissions de la royauté dans l’espace occidental.

  • 8  Pour une vision d’ensemble qui outre-Rhin, significativement, ne se donne jamais pour cadre le siè (...)
  • 9  La «lutte pour le trône» peut être abordée en faisant jouer les biographiesroyales: E. Winkelm (...)

6Il faut d’emblée faire un sort à l’Allemagne ou à la royauté des Romains, dont l’évolution est diamétralement opposée à celle de tous ses voisins et où la crise atteint une ampleur inégalée8. Huit épisodes de compétition royale, pour un total de quarante années de troubles – encore les chiffres ne donnent-ils qu’une faible idée de la durée, de l’intensité et de la portée de ces situations: le Thronstreit qui met aux prises Philippe de Souabe et Othon de Brunswick, entre 1198 et1208, la lutte caractérisée entre les derniers rois Staufen et les créatures de l’Église au milieu du siècle, elle-même prélude à un grand interrègne qui porte mal son nom puisque la couronne a été quasi constamment disputée entre deux rois élus9.

  • 10  Sur le processus: H. Mitteis, Die deutsche Königswahl. Ihre Rechtsgrundlagen bis zur Goldenen Bul (...)

7Car telle est l’originalité du xiiie siècle germanique: la succession héréditaire, qui cohabite encore avec la désignation élective pendant une cinquantaine d’années, cède tout à fait la place à ce mode de désignation générateur de tensions. Au terme du processus, stimulé par les lourdes péripéties sus-nommées, sept électeurs, guidés par un Esprit Saint étonnamment indéterminé, ou plutôt par des appétits ou des intérêts nuisibles à la cohérence de l’Empire ou de la royauté, érigent l’instabilité en condition du nouveau jeu politique10.

8Les autres entités, fidèles à un système qui nous est plus familier, ne sont pas exemptes pour autant de ce fléau. Là encore, une séquence en deux temps se dessine grossièrement.

  • 11  Il convient de préciser que le trône n’est pas en cause, mais seulement la possession des territoi (...)
  • 12  Les historiens britanniques s’attardent peu sur ces épisodes, survenus en1215 et1228-1230. Mieux (...)
  • 13  B. Weiler, «Reasserting Power: Frederick II in Germany (1235-1236)», dans B. Weiler et S. MacLe (...)

9On peut croire que la première série des problèmes qui se posent, jusqu’aux années 1240, ressortit à une définition encore incomplète des règles de la transmission dynastique. Le début du siècle serait témoin de la dernière vague d’affaires familiales déjà fréquentes au xiie. Que le domaine Plantagenêt soit âprement disputé entre Jean sans Terre et son neveu Arthur n’est pas pour nous surprendre: aucune succession anglaise ne s’est déroulée sans troubles majeurs depuis 106611. En Écosse, les deux tentatives des Mac William, cousins distants d’Alexandre II, traduisent sans doute l’essoufflement des revendications collatérales12. Enfin, la guerre que livre Frédéric II en Allemagne à son fils Henri (VII) peut s’entendre comme le réglage technique de la distribution des rôles entre deux générations13.

  • 14  W.L. Warren, King John, Berkeley, Los Angeles, Londres, 1997.
  • 15  J. Mattoso dir., Historia de Portugal (1096-1480), vol. II, Lisbonne, 1992.
  • 16  Le fil des événements: S. Runciman, The Sicilian Vespers. A History of the Mediterranean World in (...)
  • 17  J. Petit, Charles de Valois (1270-1325), Paris, 1900.
  • 18  J.-M. Nieto-Soria, Sancho IV, 1284-1295, Palencia, 1994.
  • 19  R.A. MacDonald, «Alfonso the Learned and Succession. A Father’s Dilemma», Speculum, 40 (1965), p (...)

10Pourtant, une seconde vague de difficultés survient, cette fois plus intimement liée à la nature même du pouvoir monarchique et à la question de ses limites. Les thèmes voués à un bel avenir du rex inutilis, du tyran ou du prince étranger se substituent aux querelles de famille. Les barons anglais révoltés font appel en 1216 au prince Louis de France pour déloger Jean sans Terre, qui se refuse à appliquer la Grande Charte qu’ils lui ont extorquée14. Alphonse III de Portugal, en 1245, est utilisé pour mettre fin à l’inertie de son frère Sanche II en matière ecclésiastique15. Le sud de l’Italie voit se développer une interminable lutte entre Staufen et Angevins, puis entre Angevins et Aragonais, énième avatar de l’irréductibilité des positions guelfes et gibelines, si l’on veut, mais aussi expression d’une aspiration à l’autonomie des Siciliens16. La déposition théorique de Pierre III d’Aragon au profit de Charles de Valois, séquelle de ce face à face, peut paraître anecdotique17. Elle l’est en tout cas en regard de l’éviction des infants de la Cerda, héritiers directs de la Castille dans les années 1280, au bénéfice de leur oncle Sanche IV, incarnation d’un pouvoir viril et militaire, qui reflète les aspirations des grands18. Il n’est plus question ici d’ambiguïté des lois tacites de la succession, car les Siete Partidas, ouvrage de droit mis au point sous l’égide du roi Alphonse X, auraient dû l’empêcher de voir la norme et sa volonté bafouées de la sorte19.

  • 20  A.D.M. Barrell, Medieval Scotland, Cambridge, 2000. Un instrument précieux: G.G. Simpson et E.L.G (...)

11Pour en terminer avec ce rapide tour d’horizon, les années 1290 résument l’extrême précarité du système dynastique dans l’exemple de la Great Cause que connaît l’Écosse, cette grande affaire, ce grand débat, ce grand déballage durant lequel, sous l’arbitrage intéressé d’Édouard Ier d’Angleterre, pas moins de treize prétendants font valoir leurs droits au trône après l’extinction de la ligne directe20. Rétrospectivement, forte est la tentation de penser que les Capétiens ne doivent qu’à une baraka extraordinaire de s’être épargné cette malédiction générale.

Plusieurs mots pour un mal diffus

12Comment cette calamité aujourd’hui inaperçue du beau xiiie siècle est-elle appréhendée et expliquée par ses contemporains?

  • 21  Voir G. Lecuppre, «Ordre capétien et confusion germanique. La compétition royale dans les sources (...)
  • 22  Flores historiarum, O. Holder-Egger éd., MGH, SS, 26, p. 591: «Landegravius Thoringie, Frederico (...)

13Il faut noter, tout d’abord, qu’il n’existe pas d’équivalent latin strict de la notion de fitna. D’une certaine façon, la langue de l’Occident rend hommage à la division en ne la qualifiant que par une prolifération de termes interchangeables et insuffisants. Je m’appuierai sur un échantillon collecté dans les sources françaises relatives aux différents incidents survenus en Allemagne: le regard extérieur assure une sorte de neutralité21. Une étude sémantique, même sommaire, montre la domination des mots construits sur les préfixes apparemment contradictoires dis et cum. Le premier ensemble évoque la séparation, la scission, la discorde: on trouve dissensio, divisum, electores se in duo dividentes, discordia, et les termes sont fréquemment renforcés d’adjectifs qui rendent les expressions redondanteset les antagonismes insurmontables: acerba dissensio, bifaria discissio (une division double). Le cum, lui, rapproche, en ce sens qu’il faut être deux pour bien se détester: il donne la priorité à la compétition sur le dissentiment. La conflagration est une longa concertatio (un faux ami: l’expression signifie une «longue dispute»), un conflictus, où se conjuguent les verbes contendere et competere. Rares sont les expressions plus abruptes (werra), plus recherchées (le landgrave de Thuringe dimicat contre Frédéric II chez Adam de Clermont – «il le combat») ou transposées sur un autre plan, celui du droit (litigium imperii chez Pierre Coral de Limoges)22.

  • 23  O. Holder-Egger et B. von Simson éd., Die Chronik des Propstes Burchard von Ursberg, MGH SS. Rer. (...)

14Malgré tout, une légère prééminence du terme discordia est à signaler, qui a le mérite de montrer la primauté de l’aspect affectif et de réintroduire une dimension religieuse. On se remémore à cette occasion la scène peinte par Giotto où saint François d’Assise chasse les démons qui, par leurs malins conseils, avaient monté les uns contre les autres les citoyens de la ville d’Arezzo. La connotation diabolique est perceptible ici ou là, et elle est somme toute évidente sous la plume des gens d’Église. Elle n’est pourtant, à ma connaissance, nulle part mieux développée que chez Burchard, abbé d’Ursperg, près d’Augsbourg, qui démarque à l’orée de notre période son lamento des expressions de l’Apocalypse, faisant sortir Discorde du puits de l’Abîme pour mieux plonger son temps dans une affliction (magna tribulatio) elle-même empruntée à l’évangile de Matthieu23.

15Ces allusions à la rhétorique des chroniqueurs ou des commentateurs nous amènent à l’évocation des effets de la dispute: elle dégénère en guerre civile, provoque l’intrusion dommageable des puissances étrangères, la partition du royaume et, à terme, l’affaiblissement de l’institution royale.

  • 24  G. Daumet, Mémoire sur la relation de la France et de la Castille de 1255 à1320, Paris, 1914. Á. (...)

16Il est parfois délicat d’évaluer la gravité d’une conflagration, tant est convenue la description des maux propres à la guerre civile: la litanie des dévastations, dépopulations, incendies et rapines présente un côté systématique. Plus aiguë est la juste compréhension du rôle joué par les royaumes extérieurs. En Allemagne, sans même parler de la papauté, les auteurs ressentent comme une humiliation l’ingérence croissante des Plantagenêt, parents des rois des Romains, de leurs rivaux capétiens et même, épouvantable surprise, de la lointaine Castille. Le conflit sicilien puis aragonais a des allures indubitables de tournoi international. Toutefois, c’est sûrement en péninsule ibérique, où la problématique de l’unité et de l’altérité se décline plus nettement qu’ailleurs, que l’alliance étrangère menace l’existence même des royaumes certes en expansion, mais de taille toujours modeste. La guerre civile portugaise voit s’affronter en coulisse la Castille et la France. Plus tard, les infants de la Cerda trouvent refuge et soutien auprès de l’Aragon et de la France24. Dès avant que le problème ne devienne uniquement leur, Alphonse X est allé très loin dans la logique de la désintégration, mendiant contre son fils le secours des Mérinides du Maroc, et menaçant par ses testaments successifs de transmettre son royaume aux Français ou d’y tailler des principautés vassales en Andalousie pour ses cadets. La discorde ou même l’anticipation de la discorde fait ressentir en premier lieu ses effets sur les territoires récemment acquis, comme l’attestait déjà la politique des apanages de Louis VIII, une soixantaine d’années plus tôt. La partition n’est pas seulement l’écho du rapport géo-stratégique des forces, comme en Allemagne ou en Sicile, elle est d’abord dans les esprits.

17Le dernier phénomène lié à ce type de crise affecte le statut du roi. La couronne des Romains, tous le constatent, s’achète au prix de concessions matérielles et symboliques qui sont autant de disgrâces pour la fonction suprême. Dans la foire d’empoigne qu’est la Great Cause, il est bien entendu que chaque candidat doit reconnaître pour suzerain le grand frère anglais et dissoudre l’essentiel de l’âme écossaise dans les futurs appels en justice à Londres ou les exotiques campagnes à venir en Gascogne.

  • 25  Sur ce point, citons une biographie (H.R.C. Davis, King Stephen, Londres/New York, 1990), une étud (...)
  • 26  C. González Mínguez, Fernando IV, 1295-1312, Palencia, 1995.

18Malgré tout, l’un des caractères particuliers du schisme royal au xiiie siècle est qu’il ne se détériore pas souvent en anarchie pure et simple, comme cela avait pu être le cas cent ans auparavant, à l’occasion de l’interminable pugilat entre Étienne de Blois et l’impératrice Mathilde, par exemple, quand la plupart des châtelains anglais s’étaient repliés sur la plus petite unité de commandement pour exercer toutes les fonctions régaliennes et terroriser leur propre population25. Non, au xiiie siècle, plusieurs éléments se conjuguent pour empêcher l’émiettement absolu: en Allemagne, les princes forment un échelon intermédiaire solide et le vrai pouvoir s’est déplacé à leur niveau; ailleurs, la crise peut être brève, comme au Portugal, ou opposer frontalement deux partis aux traditions de gouvernement également vigoureuses, à l’image du clivage entre Naples et la Sicile. Seule la Castille sombre momentanément dans la confusion, lorsqu’une phase de minorité, celle de Ferdinand IV, vient ajouter ses conséquences toujours délétères à un premier mouvement puissamment centrifuge26.

La division, prélude au débat

19La transition est donc aisée vers une troisième et dernière partie de l’analyse, qui tend à indiquer qu’en dépit des interventions extérieures et de l’absence de procédure infaillible pour surmonter ces ruptures, les royautés dédoublées peuvent être considérées comme le signe paradoxal des progrès de la monarchie.

20Championne théorique de l’unité, sous son égide, la papauté est en réalité créatrice de perturbations, pour au moins la moitié des cas étudiés. Elle dispose de plusieurs armes redoutables pour fragiliser les États, qu’ils soient vassaux directs ou non: la représentation au sein du collège des électeurs au trône des Romains (parmi les princes, les archevêques de Trèves, Mayence et Cologne se veulent la sanior pars), les verdicts rendus en situation de litige, en faveur d’Othon IV, de Frédéric II ou du jeune Henri III d’Angleterre, la déposition sèche, enfin, même si elle n’est pas toujours suivie en pratique – Sanche de Portugal et Manfred de Sicile ont été en effet évincés, mais Frédéric II et Pierre d’Aragon ont tenu bon.

  • 27  Que l’on songe seulement aux affaires de Flandre et Hainaut, ou à la situation du comté de Bourgog (...)

21Très exceptionnellement, le Saint-Siège peut au contraire faire œuvre d’apaisement et permettre le dépassement des antagonismes, sinon la réconciliation: par l’entrevue de Beaucaire, en 1275, Grégoire X amène à résipiscence Alphonse X de Castille, qui renonce au titre très virtuel de roi des Romains auquel il s’accrochait depuis 1256, parasitant l’action de ses concurrents, Richard de Cornouailles, puis Rodolphe de Habsbourg. Une forme d’autorité supérieure se fait aussi entendre dans l’aboutissement de la Great Cause écossaise, celle du suzerain anglais, qui n’est pas sans parodier et détourner le rôle joué auparavant par Saint Louis au cœur d’affaires analogues relatives au rang comtal, niveau qui tout au long du siècle, soit dit en passant, ne s’est pas montré moins avare de déchirements – mais ceci est une autre histoire27!

  • 28  Sur Adolphe de Nassau, E. Schubert, «Die Absetzung König Adolfs von Nassau», dans M. Thumser, A. (...)

22Quoi qu’il en soit, les instances éminentes n’interviennent que rarement pour départager les rois. La voie de fait reste la plus fréquemment empruntée pour résoudre les drames, qu’il s’agisse de la disparition physique opportune de l’un des compétiteurs (Philippe de Souabe, assassiné par ailleurs, Sanche de Portugal et Conrad IV, qui ne font pas de vieux os) ou de la victoire plus ou moins directe de l’un des partis (Othon de Brunswick ne se remet pas de la défaite de Bouvines et laisse le champ libre à Frédéric; Adolphe de Nassau est tué au cours de la bataille de Göllheim en 1298 par son ennemi Albert de Habsbourg)28. Les expériences longues et douloureuses de la Sicile et de la Castille nous rappellent néanmoins que la dualité se reporte facilement sur la génération suivante.

  • 29  E. Bielefeldt, Der Rheinische Bund von 1254, Spire, 1937.
  • 30  C. González Mínguez, Contribución al estudio de las Hermandades en el reinado de Fernando IV de Ca (...)

23Signe des temps, de nouveaux acteurs, les ligues urbaines, exaspérées par la prolongation de l’insécurité, essaient de peser sur les débats. Le Städtebund, la ligue du Rhin, fait preuve d’une clairvoyance remarquable juste avant l’interrègne, en enjoignant aux électeurs de ne plus désigner deux monarques à la fois29. Les hermandades sauvent le petit Ferdinand IV contre ses multiples adversaires en se prononçant pour lui30.

  • 31  Les théories conciliaires de gouvernement trouvent leur point d’aboutissement dans la guerre des b (...)

24Ce dernier indice transforme à sa façon les schismes royaux en autant de signes avant-coureurs de l’élargissement du débat politique. Le cas anglais, précoce, nous apprend éloquemment qu’aux empoignades royales succède non pas un temps de paix dans l’unité, mais une guerre civile en réalité plus profonde entre le roi et les barons31. Le xiiie siècle formule des questions inédites, que nous avons évoquées ici ou là, à propos des limites du pouvoir royal, de l’émergence des nations et de l’administration familiale des empires disparates.

  • 32  Pour une réhabilitation de l’élection, dans un article presque facétieux: J. Gillingham, «Electi (...)
  • 33  Une somme d’études de cas sur ces tâtonnements: F. Lachaud et M. Penman éd., Making and Breaking (...)

25Loin de représenter une période d’équilibre ou de fossilisation sur ce plan, le bon temps de Saint Louis correspond en Occident à une crise de croissance de la monarchie, encore féodale, déjà administrative et peut-être bientôt moderne. Il donne deux cadres à la compétition naturelle entre partis ou forces sociales. Avec l’élection, la double royauté devient une forme fréquente, presque banale, l’avantage du système consistant à diminuer la virulence des désaccords en les pérennisant32. La transmission héréditaire, pour sa part, s’impose sous des dehors faussement simples en laissant de nombreux problèmes ouverts. Les remèdes apportés viennent tard (la loi de succession française n’est complète qu’en 1374) et ne permettent jamais une guérison définitive33. Le royaume de France passe bien après les autres au crible du schisme royal pour des démêlés dont la seule évocation est un défi à l’imagination – la guerre de Cent Ans, prodrome à son tour de la guerre civile.

  • 34  L’opposition pour la couronne entre l’enfant-roi et son oncle paternel devient la norme du schisme (...)

26Concluons sur cette idée que c’est parce qu’il est devenu puissant au xiiie siècle que le roi occidental a le devoir de se montrer efficace et que le trône est disputé34. L’instabilité est la condition du dynamisme d’une période qui a su diviser pour mieux faire régner.

Haut de page

Notes

1  M. Gabriel Martinez-Gros et Mme Emmanuelle Tixier ont tenu à ouvrir leur réflexion sur le désordre politique à l’Occident et à la période plus tardive que je représente ici. Qu’ils soient remerciés pour leur curiosité et pour leur accueil. Dans le cadre d’un numéro consacré à la fitna, cet article, issu d’un désir de comparaison et de dialogue, se veut résolument synthétique et, à certains égards, pour son auteur, programmatique.

2  Deux synthèses remarquables en français illustrent bien ces phénomènes. L. Génicot, Le xiiie siècle européen, Paris, 1968 (Nouvelle Clio, 18), dont le chapitre 6 est intitulé, significativement, «Une communauté d’affaires, d’esprit et de foi: l’Occident» et relève les signes de l’unité économique, technique et intellectuelle. De son côté, Jacques Le Goff est toujours resté sensible à la perfection de la période, au cours de laquelle le Moyen Âge atteindrait sa «vérité»: J. Le Goff, Le xiiie siècle. L’apogée de la chrétienté (v. 1180- v. 1330), Paris, 1982.

3  La terreur face aux «cohortes de Satan» décrites par Frédéric II n’a pas pu servir de ciment et même le projet d’un fonds de guerre commun à tous les royaumes élaboré au concile de Lyon est resté sans suites. Voir par exemple J.-P. Roux, Les Explorateurs du Moyen Âge, Paris, 1985, notamment p. 66 et88-89.

4  J.-P. Genet éd., L’État moderne: genèse. Bilans et perspectives, Paris, 1990.

5  A.W. Lewis, Le Sang royal: la famille capétienne et l’État. France (xe-xive siècle), Paris, 1986.

6  J. Le Goff, Saint Louis, Paris, 1996; J. Favier, Philippe le Bel, Paris, 2000.

7  Histoire du christianisme, t. V, Apogée de la papauté et expansion de la chrétienté (1054-1274), Paris, 1995; t. VI, Un temps d’épreuves (1274-1449), Paris, 1995.

8  Pour une vision d’ensemble qui outre-Rhin, significativement, ne se donne jamais pour cadre le siècle dans son ensemble: A. Haverkamp, Aufbruch und Gestaltung. Deutschland 1056-1273, Munich, 1993; P. Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung. Das Reich im späten Mittelalter 1250-1490, Berlin, 1985; F. Rapp, Le Saint Empire romain germanique d’Otton le Grand à Charles Quint, Paris, 2000.

9  La «lutte pour le trône» peut être abordée en faisant jouer les biographiesroyales: E. Winkelmann, Philipp von Schwaben und Otto IV von Braunschweig, deux tomes, Leipzig, 1878; B.-U. Hucker, Kaiser Otto IV, Hanovre, 1990; P. Csendes, Philipp von Schwaben. Ein Staufer im Kampf um die Macht, Darmstadt, 2003. L’interrègne a quelque chose de systémique, il met aux prises au moins sept concurrents et requiert d’être saisi dans son contexte européen: M. Kaufhold, Interregnum, Darmstadt, 2002.

10  Sur le processus: H. Mitteis, Die deutsche Königswahl. Ihre Rechtsgrundlagen bis zur Goldenen Bulle, rééd. Darmstadt, 1975.

11  Il convient de préciser que le trône n’est pas en cause, mais seulement la possession des territoires continentaux. J.C. Holt, «King John and Arthur of Brittany», Nottingham Medieval Studies, 44 (2000), p. 82-103.

12  Les historiens britanniques s’attardent peu sur ces épisodes, survenus en1215 et1228-1230. Mieux vaut se référer aux sources: Chronicle of Melrose, A.O. et M.O. Anderson éd., Londres, 1936, p. 59; Joannis de Fordun Scotichronicon cum supplementis et continuatione Walterii Boweri, t. II, W. Goodall éd., Londres, 1775, p. 57-58.

13  B. Weiler, «Reasserting Power: Frederick II in Germany (1235-1236)», dans B. Weiler et S. MacLean éd., Representations of Power in Medieval Germany. 800-1500, Turnhout, 2006, p. 241-271.

14  W.L. Warren, King John, Berkeley, Los Angeles, Londres, 1997.

15  J. Mattoso dir., Historia de Portugal (1096-1480), vol. II, Lisbonne, 1992.

16  Le fil des événements: S. Runciman, The Sicilian Vespers. A History of the Mediterranean World in the Later Thirteenth Century, Cambridge, 1958.

17  J. Petit, Charles de Valois (1270-1325), Paris, 1900.

18  J.-M. Nieto-Soria, Sancho IV, 1284-1295, Palencia, 1994.

19  R.A. MacDonald, «Alfonso the Learned and Succession. A Father’s Dilemma», Speculum, 40 (1965), p. 647-653.

20  A.D.M. Barrell, Medieval Scotland, Cambridge, 2000. Un instrument précieux: G.G. Simpson et E.L.G. Stones éd., Edward I and the Throne of Scotland. An Edition of the Record Sources for the Great Cause, Glasgow, 1979.

21  Voir G. Lecuppre, «Ordre capétien et confusion germanique. La compétition royale dans les sources françaises au xiiie siècle», dans M. Aurell dir., Convaincre et persuader: communication et propagande aux xiie et xiiie siècles, Poitiers, 2007, p. 513-531.

22  Flores historiarum, O. Holder-Egger éd., MGH, SS, 26, p. 591: «Landegravius Thoringie, Frederico condempnato, in imperatorem eligitur et contra Fredericum dimicat; sed infra 4 annos obit.» Majus chronicon lemovicense, a Petro Coral et aliis conscriptum, RHF, XXI, p. 785: «Eodem anno, rex Castellae volebat venire Lugdunum cum armis, pro litigio Imperii.»

23  O. Holder-Egger et B. von Simson éd., Die Chronik des Propstes Burchard von Ursberg, MGH SS. Rer. Germ. in usum schol., 16, 1916, p. 82.

24  G. Daumet, Mémoire sur la relation de la France et de la Castille de 1255 à1320, Paris, 1914. Á. Masia de Ros, «Las pretensiones de los infantes de la Cerda a la corona de Castilla en tiempos de Sancho IV y Fernando IV. El apoyo aragonés», Medievalia, 10, Estudios dedicados al profesor Frederic Udina i Martorell (IV), 1992, p. 255-279.

25  Sur ce point, citons une biographie (H.R.C. Davis, King Stephen, Londres/New York, 1990), une étude complète et polyphonique (E. King éd., The Anarchy of King Stephen’s Reign, Oxford, 1994) et une réflexion à caractère plus historiographique (G.J. White, «The Myth of the Anarchy», dans C. Harper-Bill éd., Anglo-Norman Studies, 22, Woodbridge, 2000, p. 323-337.

26  C. González Mínguez, Fernando IV, 1295-1312, Palencia, 1995.

27  Que l’on songe seulement aux affaires de Flandre et Hainaut, ou à la situation du comté de Bourgogne.

28  Sur Adolphe de Nassau, E. Schubert, «Die Absetzung König Adolfs von Nassau», dans M. Thumser, A. Wenz-Haubfleisch et P. Wiegand éd., Studien zur Geschichte des Mittelalters. Jürgen Petersohn zum 65. Geburtstag, Stuttgart, 2000, p. 271-301.

29  E. Bielefeldt, Der Rheinische Bund von 1254, Spire, 1937.

30  C. González Mínguez, Contribución al estudio de las Hermandades en el reinado de Fernando IV de Castilla, Vitoria, 1974.

31  Les théories conciliaires de gouvernement trouvent leur point d’aboutissement dans la guerre des barons. Voir notamment J.R. Maddicott, Simon de Montfort, Cambridge, 1994.

32  Pour une réhabilitation de l’élection, dans un article presque facétieux: J. Gillingham, «Elective Kingship and the Unity of Medieval Germany», German History. The Journal of the German History Society, 9/2 (1991), p. 124-135. Le regard sur la pratique change même chez les tenants de la voie dynastique: G. Lecuppre, «Schisme impérial, schisme pontifical: le regard des sources françaises sur les élections doubles dans la première moitié du xive siècle», Cahiers de recherches médiévales et humanistes (2010), p. 145-161.

33  Une somme d’études de cas sur ces tâtonnements: F. Lachaud et M. Penman éd., Making and Breaking the Rules: Succession in Medieval Europe, c. 1000-c. 1600. Établir et abolir les normes: la succession dans l’Europe médiévale, vers 1000-vers 1600, Turnhout, 2008.

34  L’opposition pour la couronne entre l’enfant-roi et son oncle paternel devient la norme du schisme politique à la fin du Moyen Âge, confirmant à la fois le succès de la transmission par le sang et le désir d’efficience: G. Lecuppre, «L’oncle usurpateur à la fin du Moyen Âge», dans M. Aurell dir., La Parenté déchirée: les luttes intrafamiliales au Moyen Âge, Turnhout, 2010, p. 147-156.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Lecuppre, « Schismes royaux dans l’Occident du xiiie siècle: l’âge classique de la division politique? », Médiévales, 60 | 2011, 117-127.

Référence électronique

Gilles Lecuppre, « Schismes royaux dans l’Occident du xiiie siècle: l’âge classique de la division politique? », Médiévales [En ligne], 60 | printemps 2011, mis en ligne le 19 janvier 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://medievales.revues.org/6216 ; DOI : 10.4000/medievales.6216

Haut de page

Auteur

Gilles Lecuppre

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Département d’histoire, EA 1587, 200 avenue de la République, F-92001 Nanterre cedex

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org