Navigation – Plan du site
Humanisme et découvertes géographiques

Découvertes littéraires et géographiques au xve siècle. Le «Portolano 1» de la Bibliothèque nationale centrale de Florence

Traduit de l’italien par Nathalie Bouloux
Literary and Geographic Discoveries in the Fifteenth Century. The “Portalono 1” of the Biblioteca nazionale centrale of Florence
Angelo Cattaneo
p. 79-98

Résumés

La mappa mundi cotée «Portolano 1» de la Bibliothèque nationale centrale de Florence, dessinée par un cartographe anonyme en 1457, est l’un des documents les plus importants montrant l’imago mundi du milieu du xve siècle, juste avant les grandes découvertes ibériques. La carte est un riche résumé des innovations géographiques discutées dans les cercles humanistes (dans le domaine littéraire comme dans celui des découvertes géographiques).

Fondée sur une nouvelle transcription, l’analyse de la carte (texte, cartographie, iconographie) montre que plusieurs de ses caractères viennent à la fois des cartes de Ptolémée et des cartes marines, combinées avec les auteurs antiques (en particulier Pomponius Mela et Solin), les étymologies d’Isidore de Séville, et le livre IV du De varietate fortunae de Poggio Bracciolini qui transmet le voyage en Inde de Niccolò de’Conti, dans le but de construire une image du monde compréhensible, à l’échelle de l’œcumène. Une étude archivistique permet d’étayer l’hypothèse selon laquelle la mappa mundi se trouvait dans la collection ducale des Médicis, et faisait partie du corpus de cartes exposées dans la «Stanza delle matematiche» au Palais des Offices, au moins jusqu’au début du xviie siècle.

L’analyse du «Portolano 1» révèle la continuité du statut épistémologique de la cosmographie entre la fin du Moyen Âge et le début de la période moderne. à cette époque, nul conflit direct entre l’«ancien» et le «moderne»; on ne peut trouver aucun progrès ou déclin dans l’histoire de la cosmographie et de la cartographie anciennes.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les illustrations accompagnant cet article sont consultables dans la version papier du numéro 58 de Médiévales, p. 80-81 (« Portolano 1 ») et p. 91 (détail du « Portolano 1 » : l’Afrique).

Texte intégral

1Aux xive et xve siècles, la représentation de l’imago mundi, c’est-à-dire la description universelle, sous forme écrite ou dessinée, de la terre et des mers, des animaux et des plantes, des peuples et de leur histoire, se fonde sur un vaste ensemble de connaissances issues de sources hétérogènes. D’après une tradition qui remonte à l’Antiquité classique et qui reste actuelle jusqu’au premier temps de la modernité, ces représentations –sous la forme de traités géographiques et de chronologies universelles, d’encyclopédies et de mappae mundi – comprennent des éléments de cosmologie chrétienne (la terre dans l’histoire de la Création), d’astronomie ptoléméenne (la terre dans ses rapports avec le monde céleste des planètes et des étoiles), de philosophie naturelle aristotélicienne (la terre dans ses rapports avec les autres éléments du monde sublunaire, l’eau, l’air et le feu), la géographie universelle des peuples et du commerce.

2La cosmographie est donc le résultat d’une synthèse culturelle qui unit: le savoir de la cosmologie chrétienne; la philosophie naturelle aristotélicienne; les auctores veteres latins (les géographes, Pline, Pomponius, Mela, Solin, Orose mais aussi les poètes Virgile, Ovide, Sénèque et Lucain) et grecs (à partir du xve siècle, notamment Ptolémée et Strabon); les récits de voyage des auctores novi (les missionnaires qui voyagent en Asie aux xiiie et xive siècles – les franciscains Guillaume de Rubrouck, Odorico da Pordenone, Jean de Plan Carpin – et les marchands-voyageurs – de Marco Polo à Niccolò de Conti); les récits de pèlerinages en Terre sainte; les traités de compilateurs modernes comme Ristoro d’Arezzo (xiiie siècle), Marino Sanudo (xive siècle), Paulin de Venise (xive siècle), Fazio degli Uberti (xive siècle), Pierre d’Ailly (début du xve siècle) ou Guillaume Fillastre (début du xve siècle).

3À partir de la fin du xiiie siècle, le savoir oral, transmis par les voyageurs, les marchands, les diplomates, les pilotes de navire, le plus souvent des anonymes, commence à être confronté aux sources écrites antiques et modernes. Des cartographes, comme les majorquins Cresques (à la fin du xive siècle) ou le Vénitien Fra Mauro (première moitié du xve siècle), intègrent ces connaissances, notamment dans la description des régions du nord de l’Europe, de l’Afrique et de l’Asie, et à partir de la fin du xve siècle des «nouveaux mondes».

  • 1 . C. Maccagni, « Leggere, scrivere e disegnare la “scienza volgare” nel Rinascimento », Annali dell (...)

4L’analyse de la mappemonde cotée «Portolano 1» de la Bibliothèque nationale centrale de Florence, une des représentations cartographiques les plus significatives du xve siècle, provenant de la collection médicéenne, combine des éléments issus des données savantes et des éléments venus de savoirs que Carlo Maccagni a définis comme «techniques» (comput, abaque, «pratiche di mercatura», art de la navigation et cartographie nautique). Ils interagissent et se complètent dans le processus de dessin et d’ordonnancement de l’imago mundi renaissante1.

5La mappemonde a été réalisée en 1457 par un cartographe, aidé par un miniaturiste et peut-être un copiste, tous restés inconnus. La carte, dessinée sur parchemin, de forme elliptique, mesure 395  795 mm. Elle est illustrée de légendes en latin et en vulgaire, écrites par la même main en littera textualis simplifiée. L’apparat iconographique et textuel est d’une grande richesse: les mers sont peuplées de poissons, sirènes et bateaux; sur les terres, des villes en perspective, des bannières, des rois et des animaux sont dessinés avec réalisme; 56 cartouches et environ 305 toponymes enrichissent l’ensemble. La carte est orientée au nord, mais les légendes, les toponymes et l’iconographie sont perpendiculaires au dessin des côtes, comme sur les cartes marines: pour les lire, il faut tourner et retourner la carte. À l’extérieur du dessin se trouvent deux échelles, l’une au nord-est, «pro C miliaribus» («pour cent milles») mesure 6 mm, l’autre, au sud-est, «pro L miliaribus» («pour cinquante milles») est de 3 mm.

  • 2 . Il mappamondo di Fra Mauro camaldolese descritto ed illustrato da D. Placido Zurla dello stess’or (...)
  • 3 . G. Baldelli Boni, Il Milione di Marco Polo testo di lingua del secolo decimoterzo ora per la prim (...)
  • 4 . P. Zurla, Di Marco Polo e degli altri viaggiatori veneziani, t. II, Venise, 1819, p. 397-410.

6Cette carte est très célèbre, tant en raison de l’histoire complexe de son élaboration et de sa réception, que de ses apports dans le domaine de l’histoire culturelle et des problèmes d’interprétation posés par un document résultant d’une vaste synthèse de connaissances historiques et culturelles d’origines diverses. Une telle richesse n’a pourtant pas entraîné abondance d’études. La carte a été l’objet d’analyses approfondies au cours du xixe siècle et de la première moitié du xxe, mais les publications disponibles sont loin d’avoir épuisé les questions relatives à son histoire et son interprétation. Les premières études ont été entreprises au début du xixe siècle à l’initiative de Placido Zurla, camaldule de San Michele di Murano, cardinal vicaire de Rome à partir de 1823. Il fut l’un des fondateurs de l’histoire de la géographie et de la cartographie et l’auteur d’une monographie sur la mappemonde de Fra Mauro publiée en 18062. À l’invitation du comte Giovan Battista Baldelli Boni3, Zurla publia une première ébauche de transcription et une étude des légendes les plus longues, dans l’appendice du second volume d’un ouvrage sur Marco Polo et les voyageurs vénitiens les plus célèbres, édité en 18184.

  • 5 . H. de Hell, « Notice sur les monuments géographiques du Moyen Âge possédés par les archives et bi (...)
  • 6 . J. Lelewel, Géographie du Moyen Âge, 7 vol., Bruxelles, 1852-1857, t. I, p. 82-84.
  • 7 . Vicomte de Santarém, Essai sur l’histoire de la cosmographie et de la cartographie pendant le Moy (...)
  • 8 . T. Fischer, Sammlung mittelalterlicher Welt und Seekarten italienischen Ursprungs und aus italien (...)

7Vers 1850, un article de l’explorateur et géographe français Hommaire de Hell5, la Géographie du Moyen Âge de Joachim Lelewel6 et l’Essai sur l’histoire de la cosmographie du Vicomte de Santarém7 font connaître la mappemonde au public européen, en l’intégrant dans les premières œuvres d’histoire de la cartographie. Quelques années plus tard, Theobald Fischer, géographe et historien de la cartographie à l’université de Marburg en Allemagne, publia en allemand la première étude approfondie sur la mappa mundi, dans un ouvrage dédié aux monuments de la cartographie médiévale et renaissante conservés en Italie8.

  • 9 . S. Crinò, « La scoperta della carta originale di Paolo dal Pozzo Toscanelli che servì da guida a (...)
  • 10 . R. Biasutti, « È stata ritrovata a Firenze la carta navigatoria di Paolo dal Pozzo Toscanelli ? » (...)

8À partir de 1941, la carte se trouve au centre d’une vive dispute académique. Sebastiano Crinò, professeur de géographie à l’université de Florence, publie une série d’articles dans lesquels il émet l’idée que le Portolano 1 serait une copie de la carte jointe par Paolo dal Pozzo Toscanelli à sa célèbre lettre à Alphonse V du Portugal, en date du 24 juin 1474. L’astrologue et physicien florentin y exposait les raisons de nature cosmographique qui justifiaient l’entreprise d’atteindre l’Inde par une route maritime nouvelle, en naviguant vers l’ouest. Ces affirmations jouèrent un rôle fondamental dans la croyance que la carte, ou une copie, était connue de Christophe Colomb, et d’une manière ou d’une autre, liée à la découverte de l’Amérique9. Renato Biasutti, Giuseppe Caraci et Alberto Magnaghi, tous grands spécialistes de cartographie ancienne et des explorations géographiques, s’opposèrent farouchement et avec de bons arguments aux conclusions hasardeuses de Crinò. Malgré cela, il n’est pas rare qu’aujourd’hui encore la carte soit désignée comme «mappemonde de Toscanelli» ou «carte de Colomb»10.

  • 11 . La transcription a été réalisée à partir d’une reproduction digitale en haute résolution, sur laq (...)

9À l’invitation de la Bibliothèque nationale centrale de Florence, j’ai conduit récemment une nouvelle analyse de la carte, en transcrivant et traduisant les cartouches et pour la première fois les toponymes11. Sur cette base, je propose de commenter la carte à nouveaux frais, par l’analyse de son titre, une mise au point sur son appartenance aux collections des Médicis et l’étude de l’utilisation des sources que le cartographe combine pour produire une synthèse inédite, représentative de la pratique composite de la cartographie universelle du Moyen Âge et de la Renaissance.

Une représentation véridique de la terre

10Dans la marge gauche du parchemin, un cartouche rouge, vertical, écrit en or, donne le titre et la date de l’œuvre. Les mauvaises conditions de conservation de la carte n’ont pas permis une lecture absolument certaine et univoque. L’historiographie fournit quatre interprétations:

  • 12 . P. Zurla, Di Marco Polo, op. cit., II, p. 397.

Hec est vera cosmographorum cum Marino [de Tyr] accordata terra quorundam frivolis narracionibus iniectis 1417 (Zurla et de Baldelli Boni12)

  • 13 . T. Fischer, Sammlung mittelalterlicher Welt und Seekarten, op. cit., p. 156.

Hec est vera cosmographorum cum Marino [de Tyr] accordata terra quorundam frivolis narracionibus rejectis 1447 (Fischer13)

  • 14 . S. Crinò, Come fu scoperta l’America, op. cit., p. 84.

Hec est vera cosmographorum cum Marino [Sanudo l’Ancien] accordata terra quorundam frivolis narracionibus rejectis 1457 (Sebastiano Crinò14)

  • 15 . J. Lelewel, Géographie du Moyen Âge, op. cit., I, p. 82-84.

Hec est vera cosmographorum cum marino accordata descricio quorundam frivolis narracionibus reiectis 1457 (Joachim Lelewel15).

11Parmi les transcriptions anciennes, celle de Joachim Lelewel est la plus correcte. L’analyse paléographique que j’ai conduite a permis de dissiper les doutes sur la datation: la date mentionnée dans le cartouche est bel et bien 1457. Elle a également permis de compléter la lecture de Lelewel en ajoutant «i(n)», entre «quoru(n)d(am)» et «frivolis». Voici la transcription complète du titre: «Hec est vera cosmographor(um) cum marino accordata [descri]cio, quoru(n)d(am) i(n) frivolis narracionibus reiectis, 1457».

  • 16 . Ptolemy’s Geography. An annotated translation of the theoretical chapters, A. Jones, J. L. Berggr (...)
  • 17 . Par exemple, Vatican, BAV, Reg. lat. 548, f°.138v-139 r°. Sur Marino Sanudo, voir B. Degenhart et (...)
  • 18 . S. Crinò, Come fu scoperta l’America, op. cit., p. 87-90.
  • 19 . M. Destombes, Mappemondes A.D. 1200-1500, Amsterdam, 1964, p. 222-223 ; S. Gentile, Firenze e la (...)

12L’incertitude demeure sur le sens à donner à «cum marino », largement discuté par les érudits. Malgré les divergences de leurs transcriptions, Zurla et Fischer y voient une référence à Marin de Tyr, le géographe alexandrin à la biographie pour le moins obscure, critiqué par Ptolémée dans le livre I de la Géographie. Ce dernier rapporte que Marin de Tyr avait réalisé une carte du monde connu, dont il reprend lui-même certains caractères dans sa Géographie. En particulier, Ptolémée suit son prédecesseur dans le choix des extrémités du monde habité en prenant comme méridien de référence celui qui passait par les îles Fortunées (les Canaries) et comme limite septentrionale de l’œcumène le parallèle de Thulé. Il accepte la mesure du grade équatorial proposée par Marin de Tyr, qui l’estimait à 500 stades et réfutait la valeur de 700 stades déterminée par Eratosthène et Hipparque. En revanche, les deux géographes alexandrins diffèrent sur deux points essentiels: Ptolémée donne une mesure de 180° pour l’extension de l’œcumène, des îles Fortunées à Cattigara, située à l’extrémité orientale de la terre. Marin considère que cette distance longitudinale est de 225°. Pour dresser la carte de l’œcumène, Marin utilise une représentation fondée sur des méridiens et des paralèlles perpendiculaires et rectilignes. Ptolémée a critiqué ce choix qu’il ne retient que pour les cartes régionales, pour lesquelles l’effet de la courbure de la terre est négligeable. Pour la carte du monde, Ptolémée propose deux méthodes, définies dans la littérature historiographique comme «première projection ptoloméenne» (avec des arcs de cercle pour les parallèles et des lignes droites convergentes pour les méridiens) et comme «seconde projection ptoloméenne» (avec des méridiens et des parallèles incurvés), qui rendent mieux la sphéricité de la terre16. Crinò interprétait «marino» comme une référence au Vénitien Marino Sanudo l’Ancien, auteur d’un projet de croisade en Terre sainte, le Liber secretorum fidelium crucis super Terrae Sanctae recuperatione,  présenté au pape Clément V en 1321. On trouve dans les manuscrits du Liber une célèbre mappemonde, réalisée par Pietro Vesconte, datée autour de 132117, qui présente une ressemblance avec le «Portolano 1», notamment pour le dessin de l’Afrique. Cette proximité a conduit Crinò à identifier le «Marino» du titre avec Marino Sanudo18. En 1850, J. Lelewel propose une nouvelle lecture retenue par une bonne partie de la critique historiographique contemporaine19: «C’est la vraie description des cosmographes, en accord avec un marin et expurgée de tous les récits frivoles et fantaisistes, 1457». «Cum marino» est compris latu sensu comme une référence à la cartographie marine, qui fournit, en effet, la forme du dessin des côtes nord occidentales de l’Afrique et de la Méditerranée sur la carte.

  • 20 . P.D.A Harvey, « The origin of the grid on Vesconte’s 14th-century Palestine maps », dans Maps mit (...)

13Toutes ces interprétations présentent des faiblesses. L’identification avec Marin de Tyr, cohérente du point de vue grammatical, serait un unicum dans l’histoire de la cosmographie du temps. De plus, comme l’a démontré récemment Paul Harvey, la présence de grilles avec des axes perpendiculaires dans la cartographie médiévale serait à interpréter comme un moyen permettant de copier les cartes plutôt que comme un système géométrique ou astronomique20. Rappelons à ce propos que dans le «Portolano 1» la grille n’est pas graduée. L’interprétation de Lelewel, qui comprend «marino» comme une référence générique aux cartes marines ou à «l’expérience d’un marin», si elle est correcte du point de vue de la structure narrative et de la syntaxe graphique de la carte, pose néanmoins un problème grammatical et lexical difficile à résoudre. L’interprétation de Crinò a aussi des faiblessses: par exemple, les mappemondes de Vesconte, dans les manuscrits du Liber secretorum fidelium crucis, sont circulaires et non elliptiques. De plus, si les manuscrits de Marino Sanudo ont été assez nombreux, ses cartes n’ont jamais eu le caractère d’autorité qui justifierait la mention de leur auteur dans le titre d’une autre œuvre.

  • 21 . A. Diller, The textual tradition of Strabo’s Geography, Amsterdam, 1975, p. 119-129 ; A. Diller e (...)
  • 22 . Mappa mundi 1457, op. cit., p. 190. T. Fischer, op. cit., p. 23 ; E.L. Stevenson, op. cit., p. 9. (...)
  • 23 . Cf. A. Scafi, Mapping Paradise. A history of Heaven on Earth, Londres, 2006.

14Pour tenter de mieux comprendre le sens de «marino», il est important d’étudier aussi le reste du titre, généralement transcrit, mais sans être suffisament pris en considération. Il faut d’abord analyser le terme de cosmographorum. Les «cosmographes» en question sont les géographes classiques païens, grecs et latins, que l’on connaît aux alentours de 1450: Ptolémée, Pline, Solin, Pomponius Mela. On exclura Strabon, dont la Géographie n’est traduite par Garin de Vérone et Gregorio Tifernate et est diffusée en latin qu’à partir de 145821. Un autre cartouche, placé en Afrique, confirme cette analyse: «In hac regione depinxerunt quidam paradisum deliciarum, alii vero ultra Indias ad orientem eum esse dixerunt. Sed quoniam hec est cosmographorum descriptio, qui nullam de eo fecerunt mentionem, adeo omittitur hic de eo narratio 22.» Les cosmographes sont ici les géographes classiques païens, qui n’ont évidemment jamais discuté de la question complexe de la localisation du jardin d’Eden, un topos de la cosmographie chrétienne médiévale et renaissante23.

15Un autre aspect du titre mérite d’être souligné, en particulier parce qu’il est généralement interprété de façon obvie par l’historiographie contemporaine. L’auteur insiste fortement sur le caractère « vrai» de sa carte. Il la conçoit comme une représentation véridique de la terre, fondée sur les principales connaissances cosmographiques et cartographiques disponibles aux alentours de 1450. Contrairement à l’interprétation historiographique qui tend à privilégier l’aspect symbolique et imaginaire de la culture médiévale et renaissante (en particulier dans le domaine des représentations de l’espace), des documents comme le «Portolano 1» montrent clairement l’attention portée à une forme de connaissance critique du monde réel.

16L’intérêt du cartographe se porte sur la terre, les peuples et leurs cultures, représentés à partir d’informations qu’il sélectionne dans les données issues de l’héritage antique et médiéval et dans les connaissances contemporaines. Il est toujours attentif à la possibilité de les vérifier, sur le plan littéraire et historique, c’est-à-dire selon les principes de la réalité. Sans aucun doute, ces principes sont à comprendre dans le contexte culturel dans lequel travaille le cartographe, mais ils sont loin d’être exclusivement «symboliques» ou éloignés d’une recherche critique de la vérité. Une enquête sur les modalités dans lesquelles fut conservée la mappemonde avant d’entrer à la Bibliothèque nationale centrale de Florence montre que c’est bien aussi parce qu’elle représentait le monde dans sa réalité que cette carte nous est parvenue.

Une carte qui se trouvait dans les collections des grands-ducs de Toscane

  • 24 . M. Rossi, « Per lo studio della Biblioteca Palatina dei granduchi di Toscana », Culture del testo(...)

17Jusqu’en 1861, avant d’entrer dans les collections de la Bibliothèque nationale centrale de Florence, la carte se trouvait à la Bibliothèque Palatine, qui était la bibliothèque privée des grands-ducs de Toscane au palais Pitti24. L’inventaire dressé par les bibliothécaires de la Bibliothèque nationale permet de connaître les conditions de sa conservation. On peut émettre l’hypothèse qu’elle faisait partie des collections médicéennes, au moins depuis la fin du xvie siècle, et qu’elle se trouvait dans une salle dédiée à la célébration des arts et de la guerre et des mathématiques («Stanzino delle matematiche»)aménagée pour le grand-duc Ferdinand I de Médicis dans la Galerie des Offices. Elle contenait une remarquable collection d’instruments, de livres scientifiques, de cartes géographiques et de curiositates naturales. Examinons cette hypothèse à la lumière d’une enquête sur les conditions de conservation de la carte.

  • 25 . D. Heikamp, « L’antica sistemazione degli strumenti scientifici », Antichità Viva, t. 9, 1970, p. (...)
  • 26 . Florence, Bibl. nat. centrale, Sala manoscritti, Indice dei portolani, carte nautiche e planisfer (...)
  • 27 . Actuellement, sur les 34 cartes cotées « Portolano », 20 ont été enlevées de leurs ais ; on a con (...)

18Vers le milieu du xviiie siècle, les salles des collections scientifiques furent démantelées, les instruments furent envoyés au nouveau musée de physique du palais Pitti, tandis que les cartes géographiques entrèrent dans la Bibliothèque Palatine25. Le catalogue rédigé en 1881 mentionne que le «planisphère terrestre qui est écrit en langue latine, dessiné et coloré à la main sur un parchemin, se trouve tendu entre quatre planchettes en bois unies par le moyen de charnières en fer, de sorte que l’on puisse les replier les unes sur les autres»26. Le bibliothécaire laisse entendre que la mappemonde était à l’origine un parchemin volant qui fut ensuite, à une date imprécise, collé sur ais. L’examen du parchemin confirme la description du rédacteur du catalogue. C’est une indication importante, qui permet d’émettre une hypothèse sur la provenance du document avant son entrée dans la Bibliothèque Palatine. La carte entre en effet dans la collection des manuscrits de la Bibliothèque nationale en même temps que trente-trois autres documents cartographiques anciens, qui proviennent tous du palais Pitti et présentent les mêmes conditions de conservation: ils sont collés sur des ais de bois tenus par des charnières en métal. En 1939, en raison de son mauvais état de conservation, la carte fut envoyée à l’Istituto centrale di patologia del libro où il fut décidé de l’enlever de ses ais en bois et de la coller sur un support spécial, placé à l’intérieur d’un cadre rigide de carton. Dans les années 70, les autres documents cartographiques de la collection furent aussi restaurés et, quand cela était possible, le parchemin était décollé des ais. Le support de bois sur lequel était collée la carte est aujourd’hui perdu, mais on a conservé celui de sept autres documents cartographiques27. L’étude de leur mode de fabrication a permis de constater la totale uniformité du bois utilisé, tant pour le vieillissement que pour les méthodes d’assemblage. Entre autres, la présence de deux plaquettes de catalogage placées sur la superficie externe des ais (une de la Bibliothèque nationale, l’autre, plus ancienne, non encore identifiée) confirme que toutes ces cartes marines et planisphères cotés par l’identifiant Portolano (suivi d’un chiffre de 1 à 34) appartiennent à la même collection.

  • 28 . F. Camerota, « La Stanza dell’Architettura militare », dans F. Camerota et M. Miniati dir., I Med (...)

19Des recherches récentes sur les inventaires de la Galerie des Offices ont montré qu’au moins la moitié de ces cartes marines et planisphères dessinés sur parchemin, aujourd’hui à la Bibliothèque nationale centrale de Florence avec la cote «portalano», était à l’origine conservée et en partie exposée dans la salle des mathématiques dans la Galerie des Offices28. Rappelons brièvement l’histoire de la collection artistico-scientifique des grands-ducs de Toscane.

  • 29 . L. Berti, Il Principe dello studiolo. Francesco I dei Medici e la fine del Rinascimento fiorentin (...)
  • 30 . Outre l’étude de D. Heikamp, voir M. Bacci, Le collezioni scientifiche, dans Gli Uffizi. Catalogo (...)
  • 31 . Commandé par Cosme Ier, le globe terrestre d’Egnazio Danti, d’un diamètre de 210 cm, est conservé (...)
  • 32 . Elle est aujourd’hui conservée à l’Istituto e Museo di Storia della Scienza de Florence. M. L. Ri (...)
  • 33 . W. Prinz, « Informazione di Filippo Pigafetta al Serenissimo di Toscana per una stanza da piantar (...)

20En 1581, le grand-duc François i a fait préparer, au second étage des Offices des Magistrats (ancien nom du Palais des Offices), une galerie où devaient être rassemblés toutes les œuvres d’art, les curiosités de la nature, les instruments et les traités scientifiques les plus précieux qui venaient pour l’essentiel de la collection de son père Cosme ier29. À la mort de François, Ferdinand ier de Médicis, son frère, prend la tête du Grand-Duché et envisage de séparer les instruments, les livres scientifiques et les curiositates naturales du reste de la collection30. Ils devaient être placés soit dans la «Chambre de la cosmographie», décorée de représentations cartographiques des territoires des Médicis, peintes par Ludovico Buti (un monumental globe terrestre construit par Egnazio Danti entre 1564 et 156931,  ainsi qu’une immense sphère armillaire en bois, réalisée par Antonio Santucci entre 1587 et 159332, y étaient exposés); soit dans le «Stanzino delle matematiche», ainsi désigné dans l’inventaire de la Galerie en 1638. Ce cabinet avait été construit d’après un projet de Filippo Pigafetta de Vicence, voyageur à la culture éclectique, architecte militaire, lecteur raffiné et connaisseur d’art renommé, qui, de 1593 à 1602, était à la cour de Ferdinand ier comme ambassadeur33. Le cabinet, achevé en 1599, fut décrit ainsi par Pigafetta dans un opuscule publié en 1600, à l’occasion des noces de Marie de Médicis avec Henri iv:

  • 34 . Filippo Pigafetta, Canzone del S. Gio. Battista Elicona nelle sponsalitie della Sereniss. Madonna (...)

[Il s’agit de] la salle où sont conservés les instruments de mathématiques, rassemblés ici par la grande perspicacité du grand-duc, ceux qui servent à mesurer, ceux qui permettent de lever des objets pesants avec peu de force, les globes du ciel et de la terre, les livres, les cartes de géographie, les plans, les dessins de villes, les forteresses avec leur légende, les rapports envoyés aux Princes avec diverses informations, et tout ce qui relève de l’architecture militaire et civile34.

  • 35 . L’inventaire manuscrit de 1638, mis à jour en 1654, signale 16 « cartes de cosmographie » dans le (...)

21Les «cartes géographiques» étaient donc exposées et conservées dans un ensemble d’objets caractéristiques du triomphe des arts mathématiques, de la mesure, de la représentation et de la construction mécanique, servant essentiellement à l’architecture militaire et à l’art de la guerre. Il est certain que la carte cotée comme «Portolano 1» faisait partie de la collection des grands-ducs, comme le montrent les ais de bois communs à l’ensemble du corpus cartographique palatin. Cette carte est aussi citée parmi les «cartes de cosmographie» mentionnées dans les inventaires de la Galerie rédigés en 1638 et en 1654, dans la partie concernant le «Cabinet de mathématique», une des premières et des plus complètes collections d’instruments et de livres scientifiques de toute l’Europe35.

Une synthèse de connaissances géographiques d’origines diverses

  • 36 . La notion de carte de synthèse est de Marica Milanesi, « La cartografia italiana nel Medio Evo e (...)
  • 37 . P. Gautier Dalché, La Géographie de Ptolémée en Occident (iv  e-xvi  e siècle), Turnhout, 2009.

22La mappemonde est une carte de synthèse36, qui met en évidence un processus spécifique de construction de l’espace cosmographique, résultat de l’interaction entre cartographie marine et cartographie ptoléméenne, entre la redécouverte de textes grecs et latins longtemps oubliés ou difficilement disponibles (parmi lesquels la Cosmographia de Pomponius Mela et la Géographie dePtolémée37) et les découvertes géographiques liées aux longs voyages au-delà de l’œcumène connu des Anciens (depuis les voyages des missionnaires franciscains et des marchands du xiiie siècle, jusqu’aux expéditions de découvertes et de conquêtes du milieu du xive au milieu du xve siècle). Je voudrais ici étudier les modalités d’utilisation de Ptolémée, de Pomponius Mela, d’Isidore de Séville et de Niccolò de Conti dans la construction de l’imago mundi telle qu’elle apparaît sur la mappemonde.

  • 38 . Decima, Undecima e Duodecima tabula Asie.
  • 39 . Ptolémée, Géographie, I, 12-14 ; II, 1.
  • 40 . Venise, Bibl. nat. marciana, Fra Mauro camaldolese, [Mappamondo], parch., 223  223 cm, orientée (...)
  • 41 . Vatican, BAV, Pal. lat. 1362B, Andreas Walsperger, (Mappa mundi sive descriptio orbis geometrica (...)
  • 42 . Modène, Biblioteca Estense Universitaria, C.G.A.I, [Mappamondo catalano estense], parch., 1130  (...)

23Du point de vue du dessin cartographique, la Géographie de Ptolémée est la source principale pour le tracé des côtes de l’Asie, la représentation de la mer Caspienne et des régions environnantes, pour l’hydrographie de l’Asie et de l’Afrique, notamment pour le dessin des sources du Nil. Pour l’Asie, le cartographe a adapté et transformé le profil des côtes des cartes régionales ptoloméennes de ces régions38, confronté au dessin de l’Asie sur le planisphère de la Géographie, dans le style de la cartographie marine, c’est-à-dire sans le réseau de méridiens et de parallèles. Vers le milieu du xve siècle, la cartographie ptoléméenne de l’Asie et de l’Océan Indien – d’ailleurs conjecturale comme l’admet lui-même Ptolémée39 – était de fait l’unique représentation d’ensemble de ces régions disponibles en Occident. C’est la raison pour laquelle notre cartographe, comme ses contemporains, Fra Mauro40, Andreas Walsperger41, et le dessinateur anonyme de la «Mappamondo catalano estense» des années 1460-147042, a choisi le tracé de Ptolémée pour dessiner les côtes de l’Asie.

  • 43 . F. Surdich, « Conti, Niccolò de’ », dans Dizionario biografico degli italiani, t. XXVIII, Rome, 1 (...)

24Pourtant, tous les toponymes ptoloméens sont remplacés par des toponymes et des légendes extraits exclusivement du récit du voyage de Niccolò de Conti, inséré par Le Pogge dans le livre IV du De varietate fortunae. Avec la mappa mundi de Fra Mauro, le «Portolano 1» est le premier document qui transcrit en forme cartographique le savoir géographique et ethnographique transmis par Niccolò de Conti. Dix-neuf légendes qui décrivent les régions méridionales de l’Asie et du bassin de l’Océan Indien résument des extraits du livre IV43. En voici un exemple:

  • 44 . Mappa mundi 1457, op. cit., C 12, p. 173-174. Transcriptions différentes dans T. Fischer, op. cit(...)

Hec insule Jave dicte sunt, quarum maior tribus altera duobus milibus miliarium procedunt absuntque a continenti mensis navigatione et tempore. Sibi C miliaribus sunt propinque. Has nepharii et immundi habitant homines, quibus hominem occidere pro ludo est. Uxores quotlibet sumunt44.

25Il s’agit d’un résumé précis de ce passage du De varietate fortunae:

  • 45 . Poggio Bracciolini, op. cit., 4.276-286, 294, M. Guéret-Laferté éd., op. cit., p. 112-117 : « Dan (...)

Sunt insule duae in interiori India, et paene extremis orbis finibus ambae, Jaua nomine, quarum altera tribus, altera duobus milibus miliarium protenditur Orientem uersus, sed maioris minorisque cognomine discernuntur, ad quas ad mare rediens transiit. Absunt a continenti mensis nauigatione, et ipse centum miliaribus inuicem propinque, in quis cum uxores et filiis comites enim omnis peregrinationis habuit, nouem mensibus mansit. Has homines inhumanissimi omnium crudelissimique inhabitant, mures, canes, catos, et spurciora quelibet animalia edentes. Crudelitate exuperant omnes mortales. Hominem occidere pro ludo est, nullique supplicio datur […] Vxores quot libuerit pro libidine sumunt45.

  • 46 . Mappa mundi 1457, op. cit., D 12, p. 182.
  • 47 . Poggio Bracciolini, op. cit., 4.61-66, O. Merisalo éd., op. cit. ; 4.76-28, M. Guéret-Laferté éd. (...)

26Un autre cartouche dans lequel on lit «Bizungalia, maior de mundo46», est accompagné du dessin d’une très grande ville, la Biçenegalia. Il s’agit de Vijayanagar, la «ville de la victoire», capitale de l’empire qui s’est développé en Inde méridionale entre 1336 et 1646, et que Niccolò de Conti est le premier européen a avoir visitée lors de son voyage en Asie. La source est là encore un passage du De varietate: «Profectus hinc est […] ad civitatem ingentem nomine Biçenegaliam ambitu miliarium sexaginta, circa preruptos montes sitam […]47.» Cette légende semble écrite dans une langue vulgaire proche du castillan. Une particularité qui, si elle était confirmée par une analyse linguistique plus approfondie, qui prenne en considération la morphologie des toponymes de la carte, pourrait se révéler cruciale pour déterminer le milieu culturel du cartographe.

27De la même manière, la comparaison entre le dessin de l’intérieur de l’Afrique et de la mer Caspienne avec les cartes régionales de Ptolémée (la Quarta tabula Africeet la Septima tabula Asie) montre que le cartographe s’est servi ici encore de l’œuvre de l’Alexandrin. Le tracé cartographique ptoléméen est cependant complété par des légendes et des dessins inspirés par des sources écrites, Pomponius Mela, Pline et surtout Isidore de Séville. En voici deux exemples:

  • 48 . Mappa mundi 1457, op. cit., E 9, p. 193. Transcriptions différente dans T. Fischer, op. cit., p.  (...)

Preter Ptolomei traditionem est hic gu[l]fus, sed Pomponius eum tradit cum eius insula48.

  • 49 . Mappa mundi 1457, op. cit., E 13, p. 194-195. Transcriptions différentes dans T. Fischer, p. 164 (...)

Ultra hanc equinoctialem [traditur] Ptolomeus terram incognitam, sed Pomponius […] dubium an sit possibilis nautarum transitus ab hoc loco […] Indorum […] mult […] per has partes ab India ad Ispanias […] pertransisse, precipue Pomponius capitulo ultimo49.

28Dans la première citation, le cartographe suit ce passage du De Chorographia:

  • 50 . Pomponius Mela, De chorographia libri tres, P. Parroni éd., Rome, 1984, p. 171 ; « À partir de là (...)

Inde incipit frons illa quae in occidentem vergens mari Atlantico alluitur. Prima eius Aethioepes tenent, media[m] nulli; nam aut exusta sunt, aut harenis obducta, aut infesta serpentibus. Exustis insulae appositae sunt quas Hesperidas tenuisse memoratur50.

  • 51 . De chor., III, 9, 89-91.

29Dans la seconde, placée dans la partie la plus occidentale de la mappemonde, le cartographe évoque la possibilité de circumnavigation et de la communication entre le Mare tenebrum et l’Océan Indien. Il confronte l’opinion de Ptolémée, selon qui l’Océan Indien est fermé, et celle de Pomponius Mela qui raconte le périple d’Eudoxe de Cyzique d’est en ouest autour de l’Afrique, partant de l’Arabie pour rejoindre Gibraltar51. Le voyage d’Eudoxe montre en effet la possibilité de traverser la zone torride et que les deux grands océans communiquent.

  • 52 . Par ex. : « Hic fons est a media die ad mediam noctem bulliens, alia diei et noctis parte riget. (...)
  • 53 . Isidoro di Siviglia, Etimologie o origini, op. cit., 14. 5. 15., II, p. 200-201 : « Ferarum quoqu (...)

30Pour dessiner les régions internes de l’Afrique, le cartographe s’est surtout servi d’Isidore de Séville (une des sources essentielles du savoir géographique tout au long du Moyen Âge)52. Le cartographe et l’enlumineur suivent très précisément la description d’Isidore. Les dessins des animaux africains, en particulier de la girafe et du dragon, sont clairement une citation visuelle des Étymologies53. Pour comprendre la synthèse culturelle accomplie sur la mappemonde, examinons dans l’Éthiopie intérieure le dessin d’un aborigène africain, aux traits négroïdes prononcés, une couronne d’or sur la tête, et tenant dans la main ce qui semble être une grande pépite avec cette légende:

  • 54 . Mappa mundi 1457, op. cit., E 11, p. 193 : Questi sono quelli che praticano riti degeneri. Tra qu (...)

Isti sunt qui ritus honorant degeneres. Inter eos nullum nomen est proprium et orientem occidentemve Solem dira imprecatione tuentur.54

31La source est très probablement l’Histoire naturelle de Pline, qui, dans un passage décrivant les Atlantes, un peuple localisé en éthiopie, écrit:

  • 55 . Gaio Plinio Secondo, Cosmologia e geografia. Libri 1-6, op. cit., p. 580-581 (« Chez les Atlantes (...)

Atlantes degeneres sunt umani ritus, si credimus. Nam neque nominum ullorum inter ipsos appellation est et solem orientem occidentemque dira imprecatione contuentur ut exiliatem ipsis agrisque, neque in somno visunt qualia reliqui mortales55.

Conclusion

32Les mappae mundi sont souvent considérées comme des exemples de géographie «métaphorique», «théologique» ou «édifiante», et par conséquent, comme des objets sans intérêt pour la représentation du monde réel. Elles sont de plus implicitement jugées inférieures ou au moins opposées aux cartes marines et aux portulans, expressions culturelles des savoirs «pratiques», fondés sur l’expérience.

  • 56 . M. Milanesi, « La Cartografia italiana nel Medio Evo e nel Rinascimento », loc. cit., p. 15-80, e (...)

33L’analyse de documents comme le «Portolano 1» invite à reconsidérer ces dualismes anachroniques et simplistes. Les mappae mundi médiévales, dès les premières décennies du xive siècle, montrent la complémentarité des formes et des protocoles graphiques des représentations de l’espace, une pratique que Marica Milanesi a heureusement définie comme une «cartographie de synthèse56». Loin d’être perçue et utilisée en opposition à la cartographie marine, et, après la redécouverte de la Géographie de Ptolémée, à celle du more mathematicorum des tables ptolémaïques, la cartographie œcuménique des mappemondes englobe et réélabore les autres formes de représentations cartographiques.

34Ainsi, bien qu’il s’inspire de la Géographie de Ptolémée, le cartographe du Portolano 1 ne le suit qu’en partie. Il en ignore les aspects mathématiques et géométriques comme la toponomastique. Quand il ne dispose pas de sources meilleures, il utilise l’image cartographique générale de l’œcumène en l’actualisant lorsque c’est possible (par exemple en représentant un Océan Indien ouvert et une Afrique circumnavigable) ou en l’adaptant, comme c’est le cas pour les côtes de l’Asie, le réseau hydrographique de l’Afrique ou la mer Caspienne. La mappemonde est donc à interpréter comme une mise à jour critique de la représentation de l’imago mundi, accomplie à travers l’utilisation de sources multiples: antiques, comme Pomponius Mela et Ptolémée; médiévales qui transmettent en le réélaborant l’héritage antique, comme Isidore de Séville; et contemporaines, comme les récits des voyageurs, notamment le marchand vénitien Niccolò de Conti.

35Ainsi, cartographie marine et cartographie ptolémaïque – enrichie à la lumière aussi bien des découvertes littéraires que des connaissances issues des voyages au-delà de l’œcumène antique– fournissent le socle graphique et géographique sur lequel les cartographes, comme celui du Portolano 1, mais aussi comme Fra Mauro, Andreas Walsperger, Henricus Martellus Germanus (Florence, dernier quart du xve siècle) construisent l’imago mundi. Les plus célèbres cartographes de l’«âge des grandes découvertes» adoptent le même modus operandi, que ce soit Martin Waldseemüller (Saint-Dié des Vosges, vers 1475-1522), Sébastien Münster (Bâle, 1488-1552), Jacopo Gastaldi (Venise, début du xvie siècle – après 1565), Gérard Mercator (Louvain et Duisbur, 1512-1594) et Abraham Ortelius (Anvers, 1527-1598).

Haut de page

Notes

1 . C. Maccagni, « Leggere, scrivere e disegnare la “scienza volgare” nel Rinascimento », Annali della Scuola normale superiore di Pisa. Classe di lettere e filosofia, t. 23, 1993, p. 631-676.

2 . Il mappamondo di Fra Mauro camaldolese descritto ed illustrato da D. Placido Zurla dello stess’ordine, Venise, 1806.

3 . G. Baldelli Boni, Il Milione di Marco Polo testo di lingua del secolo decimoterzo ora per la prima volta pubblicato ed illustrato, vol. II, Florence, 1827, p. xxxi.

4 . P. Zurla, Di Marco Polo e degli altri viaggiatori veneziani, t. II, Venise, 1819, p. 397-410.

5 . H. de Hell, « Notice sur les monuments géographiques du Moyen Âge possédés par les archives et bibliothèques de Florence et de Rome », Bulletin de la Société de géographie, s. III, 7, 1847, p. 397-400.

6 . J. Lelewel, Géographie du Moyen Âge, 7 vol., Bruxelles, 1852-1857, t. I, p. 82-84.

7 . Vicomte de Santarém, Essai sur l’histoire de la cosmographie et de la cartographie pendant le Moyen Âge, et sur les progrès de la géographie après les grandes découvertes du xv e siècle, 3 vol., Paris, 1849-1852, t. I, p. 328.

8 . T. Fischer, Sammlung mittelalterlicher Welt und Seekarten italienischen Ursprungs und aus italienischen Bibliotheken und Archiven, Venise, 1886, p. 155-206. Traduit en anglais avec quelques modifications par E. L. Stevenson, Genoese world map 1457, fac-simile and critical text incorporating, in free translation, the studies of professor Theobald Fisher, New York, 1912.

9 . S. Crinò, « La scoperta della carta originale di Paolo dal Pozzo Toscanelli che servì da guida a Cristoforo Colombo per il viaggio verso il Nuovo Mondo », L’Universo, 1941, p. 87-95 ; Id., « Come son pervenuto alla identificazione della carta originale di Paolo dal Pozzo Toscanelli che servì di guida a Cristoforo Colombo per il viaggio verso il Nuovo Mondo », Il libro italiano nel mondo, t. 111, 1941, p. 1-23 ; Id., « Ancora sul mappamondo del 1457 e sulla carta navigatoria di Paolo Dal Pozzo Toscanelli », Rivista geografica italiana, t. 49, 1942, p. 35-43 ; Id., Come fu scoperta l’America, Milan, 1943.

10 . R. Biasutti, « È stata ritrovata a Firenze la carta navigatoria di Paolo dal Pozzo Toscanelli ? », Rivista geografica italiana, t. 48, 1941, p. 293-301 ; Id., « Il mappamondo del 1457 non è la carta navigatoria di Paolo dal Pozzo Toscanelli », Rivista geografica italiana, t. 49, 1942, p. 44-54 ; G. Caraci, « Paolo dal Pozzo Toscanelli ed il planisfero del 1457 », Giornale di politica e letteratura, t. 18, 1942, p. 238-259 ; A. Magnaghi, « Intorno alla carta attribuita a Paolo Dal Pozzo Toscanelli », Rivista geografica italiana, t. 49, 1942, p. 141-154.

11 . La transcription a été réalisée à partir d’une reproduction digitale en haute résolution, sur laquelle a été appliquée la méthode du changement de couleur. On a complété les résultats obtenus par une lecture sur l’original à l’aide d’une lampe à enveloppe de quartz. On a ainsi pu corriger ou établir des variantes de la transcription partielle de Fischer (1859) et de Stevenson (1912), et lire des légendes et des toponymes invisibles à l’œil nu. Voir Mappa Mundi 1457 (Biblioteca nazionale centrale di Firenze, Port. 1). Analisi, trascrizione e commentario, A. Cattaneo éd., Rome, 2008.

12 . P. Zurla, Di Marco Polo, op. cit., II, p. 397.

13 . T. Fischer, Sammlung mittelalterlicher Welt und Seekarten, op. cit., p. 156.

14 . S. Crinò, Come fu scoperta l’America, op. cit., p. 84.

15 . J. Lelewel, Géographie du Moyen Âge, op. cit., I, p. 82-84.

16 . Ptolemy’s Geography. An annotated translation of the theoretical chapters, A. Jones, J. L. Berggren éd., Princeton, 2000, p. 23-24.

17 . Par exemple, Vatican, BAV, Reg. lat. 548, f°.138v-139 r°. Sur Marino Sanudo, voir B. Degenhart et A. Schmitt, « Marino Sanudo und Paolino Veneto », Römisches Jahrbuch für Kunstgeschichte, t. 14, 1973, p. 1-137 ; N. Bouloux, Culture et savoirs géographiques en Italie au xiv e siècle, Turnhout, 2002, p. 45-68, en particulier p. 45-51.

18 . S. Crinò, Come fu scoperta l’America, op. cit., p. 87-90.

19 . M. Destombes, Mappemondes A.D. 1200-1500, Amsterdam, 1964, p. 222-223 ; S. Gentile, Firenze e la scoperta dell’America, Florence, 1992, p. 173-175 ; A. Capacci, « Planisfero detto ‘genovese’ », dans G. Cavallo dir., Cristoforo Colombo e l’apertura degli spazi, Rome, 1992, vol. I, p. 491-494.

20 . P.D.A Harvey, « The origin of the grid on Vesconte’s 14th-century Palestine maps », dans Maps miths and narratives. Cartography of the Far North. The 23rd international conference on the history of cartography, Copenhague, 2009, p. 92-93.

21 . A. Diller, The textual tradition of Strabo’s Geography, Amsterdam, 1975, p. 119-129 ; A. Diller et P. O. Kristeller, « Strabo », dans F. E. Cranz, P. O. Kristeller et V. Brown dir., Catalogus translationum et commentariorum. Medieval and latin translations and commentaries, vol. II, Washington D. C., 1971, p. 225-233 ; S. Gentile, Firenze e la scoperta dell’America, op. cit., p. 183-191.

22 . Mappa mundi 1457, op. cit., p. 190. T. Fischer, op. cit., p. 23 ; E.L. Stevenson, op. cit., p. 9. Dans cette région, certains dessinent le paradis des délices, d’autres le placent au-delà des Indes vers l’Orient. Mais puisque c’est une description d’après les cosmographes, qui n’en font nulle part mention, elle sera omise dans cet exposé.

23 . Cf. A. Scafi, Mapping Paradise. A history of Heaven on Earth, Londres, 2006.

24 . M. Rossi, « Per lo studio della Biblioteca Palatina dei granduchi di Toscana », Culture del testo, t. 1, 1995, p. 90-104 ; M. Mannelli Goggioli, « La Biblioteca Palatina Mediceo Lotaringia ed il suo catalogo », Culture del testo, t. 3, 1995, p. 135-159.

25 . D. Heikamp, « L’antica sistemazione degli strumenti scientifici », Antichità Viva, t. 9, 1970, p. 3-25.

26 . Florence, Bibl. nat. centrale, Sala manoscritti, Indice dei portolani, carte nautiche e planisferi [di provenienza Palatina] posseduti dalla Biblioteca nazionale di Firenze, catalogo manoscritto, 1881, p. 24-26.

27 . Actuellement, sur les 34 cartes cotées « Portolano », 20 ont été enlevées de leurs ais ; on a conservé seulement sept d’entre eux.

28 . F. Camerota, « La Stanza dell’Architettura militare », dans F. Camerota et M. Miniati dir., I Medici e le scienze. Strumenti e macchine nelle collezioni granducali, Florence, 2008, p. 249-255.

29 . L. Berti, Il Principe dello studiolo. Francesco I dei Medici e la fine del Rinascimento fiorentino, Florence, 1967 ; L. Bolzoni, L’“invenzione” dello Stanzino di Francesco I, dans Le arti del Principato Mediceo, Florence, 1980, p. 255-299.

30 . Outre l’étude de D. Heikamp, voir M. Bacci, Le collezioni scientifiche, dans Gli Uffizi. Catalogo generale, Florence, 1980, p. 244-255 ; Id., « La Galleria degli Uffizi descritta e disegnata », dans P. Barocchi et G. Ragionieri dir., Gli Uffizi : quattro secoli di una galleria, Florence, 1983, p. 461-541 ; F. Camerota, The Medici collection of mathematical instruments. History and museography, XXIII Scientific Instrument Symposium (Dresde, 2004), à paraître.

31 . Commandé par Cosme Ier, le globe terrestre d’Egnazio Danti, d’un diamètre de 210 cm, est conservé dans la Sala della Guardaroba nuova du Palazzo Vecchio à Florence. Sur Danti voir : J. del Badia, Egnazio Danti cosmografo e matematico e le sue opere in Firenze, Florence, 1881 ; F. Casali, « Il grande globo terrestre di Egnazio Danti », dans A. Cecchi et P. Pacetti dir., La Sala Delle Carte Geografiche in Palazzo Vecchio: Capriccio et Invenzione nata dal Duca Cosimo, Florence, 2009, p. 269-273.

32 . Elle est aujourd’hui conservée à l’Istituto e Museo di Storia della Scienza de Florence. M. L. Righini Bonelli, « Di alcuni manoscritti inediti di Antonio Santucci delle « Ripomarance », Annali dell’Istituto e Museo di Storia della Scienza di Firenze, t. III, 2, 1978, p. 59-67.

33 . W. Prinz, « Informazione di Filippo Pigafetta al Serenissimo di Toscana per una stanza da piantare lo studio di Architettura militare », dans Gli Uffizi : quattro secoli di una galleria, op. cit., p. 343-353 ; Filippo Pigafetta consigliere del principe, M. Pozzi éd., II, Vicence, 2004, p. 181-183.

34 . Filippo Pigafetta, Canzone del S. Gio. Battista Elicona nelle sponsalitie della Sereniss. Madonna Maria de’ Medici et del Christianissimo Henrico Quarto re di Francia. Con l’annotationi del S. Filippo Pigafetta, Rome, 1600.

35 . L’inventaire manuscrit de 1638, mis à jour en 1654, signale 16 « cartes de cosmographie » dans leur « ornement de noyer », c’est-à-dire montées sur table de bois ou enroulées dans un « bastoncino ». Florence, Biblioteca degli Uffizi, ms. 76, Inventario della Galleria, Tribuna e altre stanze […] fatto questo dì su detto, 9 dicembre 1638 […], ms. cart. in-fol., 69 f°. Au f° 61 v° est spécifié : « Nello Stanzino doue sono li strumenti da / mattemat[ic] : a e Carte di Cosmog[rafi] : a e altro. […] 16. Quattro carte di cosmografia in carta pecora con ornam[en].to / di noce, alte b[raccia] 2 ½ larghe b[raccia] 2 - n° 4 ; 17. Cinque Carte anzi Sei di Cosmog[rafi] : a su la carta pecora sen[z]a / ornam[en] : to con un Velo sopra, e bastone da uolgere - n° 6. […] »; c. 62 r° : « 26. Cinque Carte di Cosmografia, in cartapecora, senz’ornam[ent] : - n° 5 ».

36 . La notion de carte de synthèse est de Marica Milanesi, « La cartografia italiana nel Medio Evo e nel Rinascimento », dans E. Casti Moreschi, M. Milanesi et al. dir., La cartografia italiana. Cicle de conferències sobre història de la cartografia. Tercer curs, 1991, Barcelone, 1993, p. 15-80 (en particulier p. 22-23).

37 . P. Gautier Dalché, La Géographie de Ptolémée en Occident (iv  e-xvi  e siècle), Turnhout, 2009.

38 . Decima, Undecima e Duodecima tabula Asie.

39 . Ptolémée, Géographie, I, 12-14 ; II, 1.

40 . Venise, Bibl. nat. marciana, Fra Mauro camaldolese, [Mappamondo], parch., 223  223 cm, orientée au sud, vers 1450. Voir Il Mappamondo di Fra Mauro, R. Almagià et T. Gasparrini Leporace dir., transcription de T. Gasparrini Leporace, Rome, 1956 ; P. Falchetta, Fra Mauro’s World Map, Turnhout, 2006.

41 . Vatican, BAV, Pal. lat. 1362B, Andreas Walsperger, (Mappa mundi sive descriptio orbis geometrica facta ex cosmographyca Ptholomey [...]. Et cum vera et in/tegra cartha navigationis marium [...]) parch., mm 589  746, orientée au sud, 1448. Voir R. Almagià, Monumenta cartographica vaticana, I, Planisferi, carte nautiche e affini dal secolo xiv al xvii, Vatican, 1944, p. 30-31 ; M. Destombes, Mappemondes A.D. 1200-1500, op. cit., p. 212-214.

42 . Modène, Biblioteca Estense Universitaria, C.G.A.I, [Mappamondo catalano estense], parch., 1130  1130 mm, ca. 1460-1470. E. Milano, Il Mappamondo catalano estense=Die Katalanische Estense Weltkarte. Commentario al facsimile, transcription de A. Battini, Zürich, 1995.

43 . F. Surdich, « Conti, Niccolò de’ », dans Dizionario biografico degli italiani, t. XXVIII, Rome, 1983, p. 457-460. Pour l’histoire du texte et des éditions récentes : Poggio Bracciolini, De varietate fortunae, O. Merisalo éd., Helsinki, 1993 ; Id., De l’Inde : les voyages en Asie de Niccolò de’ Conti. De varietate fortunae, Livre IV, M. Guéret-Laferté éd., Turnhout, 2004.

44 . Mappa mundi 1457, op. cit., C 12, p. 173-174. Transcriptions différentes dans T. Fischer, op. cit., p. 182 et E. L. Stevenson, op. cit., p. 22.

45 . Poggio Bracciolini, op. cit., 4.276-286, 294, M. Guéret-Laferté éd., op. cit., p. 112-117 : « Dans l’Inde intérieure et presque aux confins extrêmes de la terre, il y a deux îles, appelées toutes deux Java, qui s’étendent en direction de l’est, la première sur trois mille milles, la seconde sur deux mille milles, que l’on distingue en nommant l’une la Grande Java et l’autre la Petite Java : [Niccolò] passa par ces îles lorsqu’il revint vers la mer. Elles sont éloignées du continent par un mois de navigation et, de l’une à l’autre, la distance est de cent milles. Dans ces îles, [Niccolò] séjourna neuf mois avec sa femme et ses enfants, qui l’accompagnèrent en effet pendant toutes ses pérégrinations. Leurs habitants sont les hommes les plus inhumains et les plus cruels qui soient ; ils mangent des souris, des chiens, des chats et tout animal plus immonde encore, quel qu’il soit. Ils surpassent en cruauté tous les mortels : ils tuent un homme par jeu et n’en reçoivent aucun châtiment […]. Ils prennent autant d’épouses qu’il leur plaît, en proportion de leur désir ». Cf. Poggio Bracciolini, op. cit., 4.211-220, 226, O. Merisalo éd.,op. cit.

46 . Mappa mundi 1457, op. cit., D 12, p. 182.

47 . Poggio Bracciolini, op. cit., 4.61-66, O. Merisalo éd., op. cit. ; 4.76-28, M. Guéret-Laferté éd., op. cit.

48 . Mappa mundi 1457, op. cit., E 9, p. 193. Transcriptions différente dans T. Fischer, op. cit., p. 159 et E.L. Stevenson, op. cit., p. 8.

49 . Mappa mundi 1457, op. cit., E 13, p. 194-195. Transcriptions différentes dans T. Fischer, p. 164 et E.L. Stevenson, p. 56.

50 . Pomponius Mela, De chorographia libri tres, P. Parroni éd., Rome, 1984, p. 171 ; « À partir de là commence la façade tournée vers l’Occident et que baigne la mer Atlantique. Le début en est occupé par les Éthiopiens, le milieu par personne, car cette partie est soit complètement brûlée, soit recouverte par les sables, soit infestée de serpents. En face de la région brûlée se trouvent des îles qu’ont habitées, raconte-t-on, les Hépérides. », traduction A. Silberman, Pomponius Mela, Chorographie, Paris, 1988, p. 94.

51 . De chor., III, 9, 89-91.

52 . Par ex. : « Hic fons est a media die ad mediam noctem bulliens, alia diei et noctis parte riget. Et hii montes continue ardent » (Mappa mundi 1457, op. cit., E 12, p. 194 ; transcription différente dans T. Fischer, op. cit., p. 169 et E.L. Stevenson, op. cit., p. 61), placée dans la partie occidentale de la Lybie, (nom de l’Afrique septentrionale pour le cartographe comme pour Isidore de Séville), entre la Cyrénaïque et l’Ethiopie. On reconnaît : « Garamantis regionis caput Garama oppidum fuit. Est autem inter Cyrenensem et Aethiopiam, ubi est fons qui friget calore diei et calet frigore noctis » (Isidoro di Siviglia, Etimologie o origini, 14. 5. 13., A. Valastro Canale éd., 2 vol., Turin, 2006, t. II, p. 200-201).

53 . Isidoro di Siviglia, Etimologie o origini, op. cit., 14. 5. 15., II, p. 200-201 : « Ferarum quoque et serpentium referta est moltitudine. Illic quippe rhinoceros bestia et camelopardus, basiliscus, dracones ingentes, ex quorum cerebro gemmae extrahuntur. »

54 . Mappa mundi 1457, op. cit., E 11, p. 193 : Questi sono quelli che praticano riti degeneri. Tra questi nessun nome è proprio e guardano il sole nascente e calante con terribile maledizione.

55 . Gaio Plinio Secondo, Cosmologia e geografia. Libri 1-6, op. cit., p. 580-581 (« Chez les Atlantes, le comportement humain a dégénéré, à en croire ce qu’on dit. En effet ils n’usent d’aucun nom pour s’interpeller : ils observent le soleil à son lever et à son coucher avec d’affreuses imprécations, jugeant qu’il leur est fatal, à eux et à leur champs ; dans leur sommeil, ils n’ont pas les visions du reste des mortels », traduction J. Desange, Pline l’Ancien, Histoire naturelle, V 1-46, Paris, 1980, p. 679).

56 . M. Milanesi, « La Cartografia italiana nel Medio Evo e nel Rinascimento », loc. cit., p. 15-80, en particulier p. 23-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angelo Cattaneo, « Découvertes littéraires et géographiques au xve siècle. Le «Portolano 1» de la Bibliothèque nationale centrale de Florence », Médiévales, 58 | 2010, 79-98.

Référence électronique

Angelo Cattaneo, « Découvertes littéraires et géographiques au xve siècle. Le «Portolano 1» de la Bibliothèque nationale centrale de Florence », Médiévales [En ligne], 58 | printemps 2010, mis en ligne le 20 septembre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://medievales.revues.org/5984 ; DOI : 10.4000/medievales.5984

Haut de page

Auteur

Angelo Cattaneo

Centro de História de Além-Mar, Universidade Nova de Lisboa, Faculdade de Ciências Sociais e Humanas, Av. da Berna, 26 C, Gab 612, P-1069-061 Lisbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org