Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Patrizia Meli, Sergio Tognetti, Il principe e il mercante nella Toscana del Quattrocento. Il Magnifico Signore di Piombino Jacopo III Appiani e le aziende Maschiani di Pisa, con un saggio di Lorenzo Fabbri, Florence, Olschki, 2006 (Archivi di Santa Maria del Fiore, Studi e Testi, 2), XII, 205 p.

Didier Boisseuil
p. 171-172

Texte intégral

1Cet ouvrage court et dense, écrit à plusieurs mainsil comprend, en effet, outre les contributions des deux auteurs, un long propos de Lorenzo Fabbriest une heureuse entreprise. D’une part, parce qu’il concerne une petite principauté de Toscane, encore mal connue, celle des Appiani de Piombino qui joua au xve siècle un rôle politique et économique important dans le sud de la Toscane et, d’autre part, parce qu’il révèle, une nouvelle fois, tout l’intérêt des archives comptables pour l’histoire sociale et économique des sociétés de la Renaissance.

2En effet, l’essentiel des documents qui jettent un éclairage nouveau sur cette seigneurie méridionale proviennent des livres comptables des Maschiani, une famille de marchands pisans qui servirent la cour de Piombino, principalement à l’époque de Jacques III (v. 1440-1474). Ces registres, conservés à l’Archivio dell’Opera di Santa Maria del Fiore étaient jusqu’alors demeurés ignorés. En quelques pages sobres et efficaces, Lorenzo Fabbri explique les raisons de la présence incongrue de ces documents commerciaux dans les fonds de l’Œuvre de la cathédrale de Florence. À la fin du xve siècle, les Maschiani, incapables de récupérer les créances qu’ils possédaient sur nombre de leurs concitoyens décidèrent d’en faire don à « l’Opera del Duomo », laissant à ce dernierdont les agents étaient bien implantés dans cette partie de la Toscane, notamment depuis l’intégration de Pise à l’État florentin en 1406le soin de recouvrer les sommes dues. Sans insister, Lorenzo Fabbri souligne ainsi le rôle ambigu de cette institution quichargée d’édifier la cathédrale, gérée par « l’Arte della Lana », l’organisme regroupant les principaux hommes d’affaires florentinstenta, en vain, de sauver les actifs d’une famille marchande sur le déclin, liée au monde économique dominé par les Médicis.

3L’étude de ces registres comptables, assortie d’une enquête approfondie dans les autres fonds d’archives pisans et florentins permet à Sergio Tognetti de dresser le portrait des Maschiani et d’analyser leurs activités commerciales. Il montre notamment la rapide ascension sociale de cette famille qui, originaire d’un petit village sur les pentes du mont Pisan, parvint en moins d’un siècle à figurer parmi les élites citadines, impliquées dans les réseaux économiques florentins. D’abord, marchands de vin, au début du xve siècle, les Maschiani prospérèrent dans la première moitié du siècle. Leur fortune est bien assise lorsqu’ils obtinrent de Jacques III, en 1458, la « maona del ferro » pour Pise, c’est-à-dire le monopole de l’approvisionnement de la cité en minerai de fer provenant de l’île d’Elbe. Sergio Tognetti s’attarde longuement à décrire le fonctionnement et l’importance de cette « maona » qui assurait aux seigneurs de Piombino, l’essentiel de leurs revenus et qui permettait de faire travailler sur le continent la ressource insulaire. Actifs marchands, les Maschiani profitèrent de cette acquisition pour se rapprocher des Appiani et participer à l’approvisionnement de la cour, comme le révèlent leurs livres comptables. Si cette activité peut paraître modesteles sommes dues par les Appiani correspondaient au montant de la « maona » et servaient essentiellement à payer les salaires des officiers publics, d’acheminer quelques fournitureselle n’en était pas moins importante pour les Maschiani puisqu’elle leur permettait désormais de figurer, à l’instar des grandes compagnies commerciales florentines et siennoises, parmi les fournisseurs d’une cour aristocratique. Toutefois, elle révèle aussi, selon Sergio Tognetti, les goûtsplutôt bourgeoisdes Appiani et l’organisation sommaire de leur État.

4Cet état de fait s’explique en partie par l’origine des Appiani que Patricia Meli rappelle et précise dans une longue première partie et par les vicissitudes de leur État. La famille était en effet puissante à Pise dès le xiiie siècle et, au cours du xive siècle, plusieurs de ses membres devinrent même seigneur de la cité. Ce n’est qu’à la fin du siècle, qu’ils vendirent la ville aux Visconti et fondèrent, aux marges de la Toscane à Piombino, une seigneurie qui s’étendait sur les quelques castra de la Maremme (Scarlino, Suvereto, Buriano, Montioni) et sur une partie de l’archipel toscan (Elbe, Monte Cristo, etc.) et dont l’essentiel de la richesse provenait du fer de l’île d’Elbelongtemps contrôlé directement par les Pisans. Petit État fragile, reconnu par l’empereur Venceslas en 1402qui accorda aux Appiani le titre de comte–, il dut s’opposer aux ambitions de puissances politiques italiennesgénoise, milanaise présentes en Corseet conserva son autonomie grâce à l’appui de ses voisinsnotamment florentins et siennois –, au soutien des Aragonaisqui reconnurent les Appiani comme vassaux, les autorisèrent, en 1465, à porter leur nomet à l’activité de son port (devenu pour ainsi dire franc, attirant, en particulier, les marchands catalans et tunisiens).

5C’est donc une seigneurie originalepour ainsi dire un hapax dans l’Italie de la Renaissance–, fondée sur le contrôle et les profits de trafics commerciaux (et principalement de matières premières) qui prit essor en Maremme. Son existence même, à la Renaissance, révèle l’intérêt renouvelé et désormais important des élites économiques citadines, en Toscane, pour les ressources naturelles de la région, que d’autres enquêtes récentes viennent aussi souligner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 54, automne 2008, p. 171-172

Référence électronique

Didier Boisseuil, « Patrizia Meli, Sergio Tognetti, Il principe e il mercante nella Toscana del Quattrocento. Il Magnifico Signore di Piombino Jacopo III Appiani e le aziende Maschiani di Pisa, con un saggio di Lorenzo Fabbri, Florence, Olschki, 2006 (Archivi di Santa Maria del Fiore, Studi e Testi, 2), XII, 205 p. », Médiévales [En ligne], 55 | automne 2008, mis en ligne le 08 mai 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://medievales.revues.org/5502

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org