Navigation – Plan du site
Point de vue

L’histoire culturelle du Moyen Âge dans l’historiographie anglo-américaine

Quelques éléments de réflexion
Aude Mairey
p. 147-162

Texte intégral

1Il est bien sûr impossible de tracer un tableau complet de l’historiographie britannique et américaine sur le Moyen Âge, même en se limitant à l’histoire culturelle. Le sujet est immense et ce d’autant plus que les Britanniquescomme les Américainss’intéressent de près au medievalism, « l’étude du Moyen Âge comme une construction imaginaire dans la société occidentale depuis sa fin supposée », autrement dit le « processus continu de création du Moyen Âge » (l’expression est de Leslie Workman). Une revue internationale, Studies in Medievalism, y est par exemple consacrée depuis les débuts des années 19901. Il est d’autant plus impossible de tracer un tableau complet qu’il existe bien des traditions anglaise et américaine distinctes de part et d’autre de l’Atlantique, même si les va-et-vient et les rapprochements sont constants (beaucoup de chercheurs circulent d’ailleurs d’un pays à l’autre). Mais un point est en tout cas remarquable : la place de la culture dans l’histoire, et plus généralement dans les sciences humaines et sociales, est considérable et ce depuis bien longtemps déjà2. Il faut y insister dans la perspective d’une présentation de l’historiographie du Moyen Âge dans le domaine culturel.

2C’est d’ailleurs pourquoi il est nécessaire d’évoquer rapidement les courants, notions et controverses développés depuis les années 1960 et 1970 en Grande-Bretagne et aux États-Unis : les médiévistes  britanniques et américains ne sont en effet pas restés à l’écart des transformations intellectuelles à l’œuvre au sein du système universitaire (du moins pas tous). J’envisagerai ensuite l’impact de ces éléments sur les historiographies anglaises et américaines du Moyen Âge, avant d’avancer quelques pistes sur ce que peuvent apporter certaines pratiques et réflexions actuelles anglo-américaines à notre propre manière d’envisager l’histoire culturelle. Le trait sera fatalement un peu forcé, que ce soit dans la présentation un peu tranchée des historiographies britanniques et américaines ou dans l’accent mis sur la différence d’avec l’historiographie française, car il est impossible d’évoquer toutes les nuancesréellesdes productions historiographiques. C’est bien un survol qui est ici proposé.

3Cultural Studies, linguistic turn, postmodernisme…, autant de termes souvent considérés de manière péjorative par les Français, dont les jugements sont parfois emprunts d’un certain simplisme, voire d’une certaine ignorance. Sans verser dans l’excès inverse d’une louange inconditionnelle, quelques mises au point doivent être faites, étant donnée l’influence (parfois souterraine) de ces courants sur les pratiques anglo-américaines de l’histoire culturelle, mais aussi parce que certains aspects de ces courants peuvent constituer des outils valables pour l’historien médiéviste3.

4À l’origine, les Cultural Studies renvoient à un courant bien précis, né en Angleterre dans les années 1960-1970 dans le giron de l’université de Birmingham, sous la houlette de quelques grandes figures de l’histoire sociale contemporaine, Richard Hoggart, Raymond Williams et Edward Thompson. Selon Stéphane Van Damme, « ces auteurs s’inscrivent dans le cadre de la renaissance des analyses marxistes et sont proches du courant politique de la New Left. Ils ont en commun de combler un silence de Marx sur l’analyse des “systèmes de valeurs” (Thompson) et proposent de centrer leur approche de la culture de masse sur une histoire sociale de longue durée portant sur les pratiques de résistances des classes populaires et sur les luttes sociales »4. C’est donc un projet lié au marxisme, mais décalé et mettant l’accent sur la culturegrande oubliée de Marx. Ce projet s’est distingué par au moins deux aspects : les contenus d’une part, tels la sociabilité ouvrière, les sous cultures, les marginaux, ou encore les pratiques culturelles du quotidien, bon nombre de ces thèmes ayant été adaptés pour la période médiévale ; la question de la méthode, d’autre part : en plus des apports de l’ethnologie (pratique d’enquêtes systématiques…), le projet, en particulier sous l’influence de Richard Hoggart, a également porté sur le déplacement des outils de la critique littéraire sur le terrain des produits de la culture de masse5.

5Dans les années 1980, les Cultural Studies ont été exportées aux États-Unis, mais elles s’y sont rapidement transformées, du fait notamment de deux facteurs :

  • la question du multiculturalisme et des revendications des minorités américainesdans le droit fil des revendications des noirs des années 1960, des mouvements féministes et de la contestation plus générale de la fin des années 1960 et du début des années 1970 ;

    l’influence de ce que d’aucuns ont appelé la French Theory, développée surtout au début des années 1980 et analysée de manière remarquable par François Cusset6. La French Theory, comme son nom ne l’indique pas, est en fait un courant purement américain qui, par de nombreux tours et détours, a conduit à la récupération d’un certain nombre de philosophes français, aux premiers rangs desquels Jacques Derrida et Michel Foucault (mais aussi Gilles Deleuze et Jean Baudrillard), ces philosophes étant dès lors bien plus célèbres aux États-Unis qu’en France. Les mots d’ordre de ce mouvementpar ailleurs flou et assez indéterminéont été le postmodernisme et le déconstructionnisme7. Dans un sens, ces influences sont liées aux mouvements contestataires mentionnés ci-dessus, mais elles sont aussi, et peut-être surtout, liées à la réaction d’un certain nombre d’universitaires face au reaganisme triomphant des années 1980, réaction qui ne pouvait qu’être intellectuelle dans la mesure où le système universitaire américain est très isolé du reste de la société. Leur rapide écho en Grande-Bretagne, au moment du thatchérisme alors tout aussi triomphant, n’est pas non plus anodin.

6Les Cultural Studies anglaises « originales » ont donc subi de profondes transformations, caractérisées d’abord par un mouvement de fragmentation d’autant plus grand qu’elles ne constituaient pas d’emblée une discipline à proprement parler ou même un champ d’étude totalement cohérent. Quelques noyaux forts se sont certes développés autour des problèmes liés à la « globalisation », aux communautés, à leur identité et à leurs relations avec le reste de la société, mais dans l’ensemble la diversité était (et est toujours) de règle. Par ailleurs, même si la diffusion de ces Cultural Studies renouvelées a été réelle dans toutes les sciences humaines et sociales, ces transformations se sont traduites, en tout cas aux États-Unis, par un recadrage allant dans le sens d’une domination plus grande de la littérature, et ce d’autant plus que cette discipline jouait déjà un rôle majeur au sein du système universitaire américain. Cela n’a pas été sans conséquences sur les évolutions historiographiques ultérieures.

7Le linguistic turn, ou tournant linguistique, est en effet étroitement associé aux Cultural Studies, mais il possède également sa dynamique propre. Dès 1973 en effet, Hayden White remettait en cause la notion même selon laquelle l’écriture de l’histoire différait de celle de la fictionce qui a bien sûr provoqué de violentes polémiques8. Mais c’est surtout dans les années 1980-1990 que ce tournant s’affirme, le moment fondateur pour la discipline historique étant un colloque organisé en 1980 à l’université de Cornell par les modernistes Dominick La Capra et Steven Kaplan9. Dans ce colloque s’est dégagée l’affirmation du fait que toute connaissance du passé est médiatisée par le texte et qu’on ne peut donc faire l’économie d’une réflexion sur le langage et le discours10. Les controverses ont immédiatement surgi et elles ont été violentes, ce qui a provoqué une radicalisation de la part de certains des partisans et des adversaires de ces nouveaux courants et a finalement conduit à la parution de nombreux travaux arc-boutés sur des positions extrêmes. En ce qui concerne les partisans du tournant linguistique (et pour rester dans les domaines historiques et littéraires), cela a souvent abouti à une textualisation extrême de la source historique ou littéraire, et du coup de l’histoire et de l’histoire de la littérature. De manière plus générale, il est vrai que le tournant linguistique et les controverses qui l’ont entouré ont soulevé le problème de l’interprétation et de la relativité des savoirs, ce qui a parfois pu conduire à un scepticisme stérile. En même temps, les partisans les plus modérés du tournant ont bien souligné que cela pouvait aussi conduire à une plus grande sensibilité vis-à-vis, d’une part, des différentes possibilités d’interprétation d’une source et, d’autre part, de sa dimension discursive, qui est bien réelle.

8Certains ont d’ailleurs essayé d’adopter une sorte de troisième voie, en particulier dans le domaine de l’histoire de la littérature : c’est notamment (mais pas seulement) le cas de Stephen Greenblatt, spécialiste de Shakespeare et fondateur du New Historicism, même s’il récuse énergiquement cette appellation11. Le New Historicism constitue d’ailleurs plutôt une méthode de travail qu’une théorie littéraire. Il s’agit par exemple d’être sensible aux détails qui s’avèrent souvent révélateurs des « forces contradictoires » à l’œuvre dans la société et à l’intégration des produits culturels dans des structures discursives plus larges. Il s’agit aussiet peut-être surtoutd’être conscient de sa propre méthodologie, notamment par rapport aux procédures d’interprétation. L’attention au contexte est donc importante, même si les tenants du New Historicism refusent d’en être prisonniers. Dans les faits, ce courant a été influent, y compris chez les historiens de formation, mais parmi ceux qui s’en sont revendiqués, certains ont oublié une partie de ces principes au profit, là encore, d’une textualisation à outrance.

9Malgré leurs imperfections, il me semble que ces mouvements intellectuels ont fourni quelques apports non négligeables à la recherche historique. Sur le plan méthodologique, on peut en retenir deux principaux. D’une part, ces courants ont conduit à de nombreuses réflexions sur la recherche d’une relation plus équilibrée entre texte et contexte ; d’autre part, ils ont permis de véritables tentatives d’interdisciplinarité entre les différentes sciences humaines, comme le suggère d’ailleurs l’intitulé même de Cultural Studies, même si une discipline s’est souvent avérée dominante (la littérature, aux États-Unis en particulier). Sur le plan du contenu, trois développements peuvent être retenus. L’apport principal est, sans doute, celui des Gender Studies, qui ne renvoie pas seulement à l’histoire des femmes mais s’intéresse à la construction (sociale et discursive) des identités sexuées12. Il faut également souligner l’attention portée aux marges et en corollaire aux rapports de domination au sein de la société. Enfin, dans le domaine de l’histoire culturelle proprement dite, il faut insister sur l’attention portée aux rapports entre « culture dominante » et « culture populaire », mais aussi entre culture et individu (ce qui est moins souvent relevé).

10Ces tendances se retrouvent très clairement dans les études sur l’histoire culturelle du Moyen Âge, souvent regroupées dans le cadre des Medieval Studies.

11Les médiévistes britanniques et américains ne sont pas tous restés dans leur tour d’ivoire, même s’ils ont peut-être été moins engagés dans les controverses que d’autres (certains les ont délibérément ignorées). Un des éléments les plus nets de cette ouverture a été le développement, depuis les années 1970 et surtout les années 1980, des Centers for Medieval Studies, très nombreux aujourd’hui aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Mais il faut se demander ce que ces Medieval Studies regroupent exactement et si elles constituent vraiment une réalité opératoire dans le domaine de la recherche. De fait, le parallèle est souvent fait avec les studies innombrables qui se développent aux États-Unis pour chaque groupe social ou culturel. Pourtant, les Medieval Studies sont à l’origine une innovation anglaise de la fin des années 1960, expérience narrée par l’un de ses membres fondateurs, Derek Pearsall13. Le premier centre a en effet été établi dans la toute jeune université de York en 1968, sous l’impulsion d’une remarquable historienne de la littérature, Elisabeth Salter. Ce centre a regroupé des littéraires, des historiens et des historiens de l’art, puis plus tard des archéologues. L’enseignement a été organisé en options qui ont pu varier, mais choisies pour leurs capacités à constituer de véritables terrains interdisciplinaires : ce fut le cas de celles qui ont porté sur l’Angleterre anglo-saxonne, sur les rapports France-Angleterre au xive siècle, sur l’Âge de Richard II et sur York à la fin du Moyen Âge. L’enseignement y était toujours pratiqué à plusieurs et c’est en grande partie ce qui a fait son originalité. De fait, les Medieval Studies sont d’abord nées dans une optique d’enseignement, même si cela a encouragé beaucoup d’enseignantsqui étaient aussi chercheursà collaborer alors qu’ils étaient issus de disciplines différentes. Cela dit, si les Centers for Medieval Studies sont aujourd’hui nombreux, il faut reconnaître que les chapeaux institutionnels ne traduisent pas toujours une réalité de l’enseignement et de la recherche au quotidien. Dans certains cas, ce ne sont que des coquilles vides, même si dans d’autres cas, il y a un dynamisme réel.

12L’essentiel reste cependant le contenu de la recherche. Sur ce plan, il suffit, pour se rendre compte de l’impact des évolutions générales sur les publications des médiévistes, de parcourir les entrées récentes de la bibliographie de la Royal Historical Society. Cette dernière est une importante société britannique d’historiens, mais sa bibliographie recense tous les ouvrages parus sur les Îles Britanniques (de l’Antiquité à nos jours), et inclut donc beaucoup d’ouvrages américains14. Cette bibliographie était auparavant publiée sur papier, mais elle est maintenant en accès libre sur internet. Ce transfert présente cependant quelques inconvénients, pour qui veut se faire une idée du contenu des publications : alors que la version papier présentait une organisation thématique, seule la recherche par mots-clés est possible pour la version internet. De plus, il n’y a pas pour cette dernière de possibilité de recherche par année de publication. Enfin, les mises à jour se font par blocs, ce qui limite une vision exhaustive des publications récentes. C’est pourquoi j’ai effectué une analyse précise sur la bibliographie de 200215, alors que je n’ai étudié que les grandes tendances pour la bibliographie de 2006, qui n’est pas encore achevée16.

13Si l’on regarde tout d’abord la répartition thématique générale pour 200217, on s’aperçoit tout d’abord que l’histoire culturelle et l’histoire religieuse dominent largement (respectivement 23 et 18 % pour le Moyen Âge dans son ensemble ; 19 et 25 % pour la période 1066-1500). En affinant, on peut observer plusieurs points (pour la période 1066-1500) :

  • en ce qui concerne la thématique « sociale », on constate que près de 20 % des études sont liées à la gender history ; celle-ci n’est donc pas, il faut le souligner à nouveau, liée seulement à l’histoire culturelle. Inversement, certains titres, notamment ceux qui portent sur l’héraldique, pourraient tout à fait se retrouver en histoire culturelle : cela suggère les relations importantes entre les différentes thématiques, ce qui renvoie aux éternels problèmes de classification.

  • parmi les ouvrages regroupés dans la thématique « culturelle », il y a beaucoup de monographies en histoire de l’art ou de la littérature, mais il faut également souligner l’importance du thème « médias et communications » (16 %) ainsi queet cela renvoie à une tradition américaine vivacecelle des éditions (la catégorie regroupant également les traductions).

    pour la thématique « religieuse » enfin, le titre même du thème, Religious Beliefs, Practice and Organization, renvoie à une conception ouverte de l’histoire religieuse, ce qui est largement confirmé par la répartition en sous thèmes18 : les pratiques occupent le quart de la production (avec des parts notables réservées aux saints et aux pèlerinages), et les « productions culturelle et intellectuelle » (littérature, musique, théologie…) avec leur patronage comptent pour 18 % des publications19. Tout cela n’exclut pas des travaux plus traditionnels sur l’institution ecclésiastique et le clergé (18 %), mais montre bien les liens étroits entre histoire « culturelle » et histoire « religieuse ».

14Dans la bibliographie de 2006, 97 titres ont été relevés et regroupés20. L’histoire culturelle occupe une place encore plus grande (36 %) aux dépens de l’histoire socialemais encore une fois, les relations sont importantes et quelques titres d’ouvrages apparaissent significatifs en la matière, par exemple le livre de Sheila McSheffrey, Marriage, Sex, and Civic Culture in Late Medieval London, paru à Philadelphie, ou le livre de Pauline Stafford, Gender, Family and the Legitimation of Power : England from the Ninth to Early Twelfth Century, paru à Aldershot.

15On retrouve donc de nombreuses préoccupations plus générales de l’histoire et des sciences sociales, comme les gender studies ou les réflexions sur la culture « populaire », et l’influence des Cultural Studies anglaises « originales » se fait tout autant sentir que celle des Cultural Studies de la deuxième période. Deux recueils historiographiques mentionnés dans la bibliographie témoignent de cette double influence, en Grande-Bretagne comme aux États-Unis. Le premier recueil est le fruit d’historiens américains et s’intitule Debating Medieval History21 ; il se caractérise par une orientation assez nette vers la social history au sens le plus large du terme. Les quatre parties de l’ouvrage, qui portent respectivement sur les glissements de l’Antiquité au Moyen Âge, sur le féodalisme, sur le genre et sur les rapports entre religion et société, constituent de plus un bon exemple de la volonté de dépasser les historiographies nationales22. Le second recueil est britannique et s’intitule Writing Medieval History23 ; il se veut une tentative explicite de mesurer les apports des différentes théories « post-modernistes » sur l’histoire médiévale. Les titres des trois parties, intitulées respectivement Recognizing people in medieval society : the self, Literary techniques for reading historical texts et Historicizing sex and gender sont assez claires à cet égard24.

16Pour terminer, il faut évoquer l’existence de toute une série de travaux sur les rapports entre littérature et société, qui n’apparaissent pas tous dans la bibliographie de la Royal Historical Society, mais qui sont recensés dans l’Annual Bibliography of English Language and Literature, en version papier celle-ci25. De fait, ces travaux sont issus pour la plupart de littéraires de formation, et l’on peut citer quelques noms majeurs : Paul Strohm (connu notamment pour ses travaux sur les rapports entre l’œuvre de Geoffrey Chaucer, l’écrivain considéré comme le plus important du Moyen Âge, et la société anglaise)26, Helen Barr (qui a beaucoup travaillé sur les rapports entre formes et contenus des textes, dans ce qu’elle appelle une histoire socio-littéraire)27, mais aussi Anne Middleton, Nicholas Watson ou encore James Simpson28. La sous-section « Généralités » de la section English literatureMiddle English and Fifteenth Century des publications recensées par l’Annual Bibliography pour 2005 révèle par ailleurs la vitalité des recherches des historiens de la littérature, en particulier dans leurs réflexions entre texte et contexte. Le recueil Voices in Dialogue : Reading the Women in the Middle Ages en constitue un bon exemple29. Ses contributions multiples tentent par le croisement de différentes approcheslittéraires mais aussi historiquesde mieux mesurer la place et la voix des femmes au Moyen Âge. De plus, ce recueil est aussi un espace de débat entre les historiens.

17Ces grandes tendances concernent aussi bien les Britanniques que les Américains, mais il faut tout de même évoquer quelques spécificités des uns et des autres par rapport à la pratique de l’histoire médiévale. Les médiévistes britanniques, et en particulier anglais (en tout cas les historiens) restent marqués par une forte tradition pragmatique, ce qui ne les empêche pas de se pencher sur des problématiques nouvelles : le recueil intitulé Gentry Culture in Late Medieval England, édité par Raluca Radulescu et Alison Truelove, en est un témoignage30. Les contributeurs y tentent de définir une identité culturelle pour ce groupe flou que constitue la gentry (petite et moyenne noblesse), tout en replaçant cette dernière au sein de la société anglaise dans sa totalité. Dans cette optique, sont étudiés tous les aspects de la culture de la gentrypolitique, littéraire, éducatifs, religieux mais aussi musicaux et artistiquesainsi que les relations entre ces différents aspects, notamment par le biais de la question des réseaux culturels. C’est un exemple remarquable de la manière dont les historiens peuvent intégrer différentes problématiques et méthodes qui ne concernent pas que l’histoire médiévale, sans tomber pour autant dans une théorisation à outrance.

18Du côté américain, tous les médiévistes, qu’ils soient littéraires ou historiens, ne sont pas aveuglés par la théoriemême si celle-ci est peut-être plus prégnante qu’en Angleterreet ils y sont parfois même hostiles. Mais ils ne s’interdisent pas pour autant d’utiliser certains concepts comme des outils pour mieux appréhender les évolutions historiques : les travaux de Mary Carruthers sur la mémoire ou ceux d’Alastair Minnis sur la notion d’auteur sont à cet égard éclairants31. Par ailleurs, deux aspects de l’historiographie américaine apparaissent remarquables : d’une part, les Américains font preuve d’une grande sensibilité à la question de l’altérité du Moyen Âge. Cela s’explique bien sûr en partie par le fait que les historiens américains n’ont pas de passé médiéval à proprement parler, en tout cas pas sur leur territoire. Comme le notent Paul Freedman et Gabriel Spiegel, « toute tentative d’argumenter sur l’importance et la validité de l’histoire médiévale aux États-Unis, donc, doit d’abord circonvenir son évidente “altérité” (otherness), son manque de connexion à quelque passé “américain” national et culturel, visible et partagé32 ». Les médiévistes américains sont donc dans un processus constant et nécessaire d’auto-justification, mais cela les force aussi à conserver un certain recul33. D’autre partmais les deux éléments sont en grande partie liésbeaucoup d’ouvrages historiques américains sont marqués par l’absence d’un parochialisme qui caractérise parfois l’histoire pratiquée en Europe et ils font preuve d’une plus grande sensibilité à l’histoire comparée, aussi bien sur le plan géographique que chronologique. C’est en tout cas ce que suggère Patrick Geary dans une enquête informelle menée dans les années 1990 : « les Américains travaillent comparativement, s’intéressant plus fréquemment aux schémas théoriques et aux plus larges conclusions et implications de leurs travaux, que ne le font beaucoup d’européens, dont la profonde familiarité avec les sources locales existe dans un grand vide (vacuum)34 ». Surtout, selon Geary, les Américains n’ont pas de tradition nationale en matière de Moyen Âge, ce qui lui fait dire que « contrairement aux Américains, beaucoup d’Européens ne font pas d’histoire européenne35 ». Ces propos peuvent paraître exagérés : il faut rappeler d’une part que les Américains ont une tradition historiographique nationale, même s’ils l’ont appliqué à des pays européens et d’autre part, que l’on peut inversement leur reprocher une certaine superficialité dans leurs analyses, due notamment à un manque d’intimité avec les sources (ce que Geary reconnaît par ailleurs)36. Ils n’en gardent pas moins une part de vérité.

19En France, les courants anglo-américains récents ne sont pas très bien considérés. Le tournant linguistique, en particulier, a fait l’objet d’une critique généralisée, comme le suggère l’ouvrage de Gérard Noiriel intitulé La Crise de l’histoire, publié en 1996. Or, le problème n’est pas la critique en elle-même mais le fait que cette critique ne porte que sur les excès, certes bien réels, de ce courant. Car si l’on y regarde de plus près, il apparaît que les convergences avec l’histoire culturelle « à la française » sont plus nombreuses qu’on ne le pense parfois. Il faut tout d’abord remarquer que les historiens britanniques et américains ont volontiers reconnu l’importance des Annales et ont tout à fait intégré une partie de leurs problématiques. Dans l’introduction d’un ouvrage célébrant les relations renouvelées et dynamiques entre historiens américains et historiens allemands, les éditeurs notent d’ailleurs qu’une des origines de ces relations a été l’influence commune de l’école française37. Par ailleurs, la nouvelle histoire culturelle « à la française »38 s’intéresse à de nombreux objets chers au cœur des Anglais comme des Américains : on peut citer de manière non exhaustive les rapports dominants/dominés et plus généralement les liens entre pouvoir et culture ; les liens entre culture savante et culture « populaire », la question des rituels… Plus précisément pour le Moyen Âge, les convergences sont grandes dans le domaine de l’anthropologie historique si prégnante en France actuellement39. Or, l’anthropologie historique, même si elle ne s’appelle pas forcément comme cela, est importante dans l’historiographie anglo- américaineet certaines influences majeures sont communes, comme celles de Clifford Geertz. On peut citer pour exemple les travaux de Sarah Beckwith et ceux de Miri Rubin40 ou, dans un autre registre, les recherches des cérémonialistes américains (comme Peter Jackson ou Ralph Giesey) dont l’influence a été reconnue par les Français, même s’ils ont subi le feu d’une critique nourrie41.

20Finalement, si l’on met de côté les excès de certains, notamment en matière de vocabulaire jargonnant et de théorisation à outrance, je crois que les historiographies anglaises et américaines peuvent enrichir nos pratiques et à nos réflexions. Un premier domaine d’enrichissement est celui des gender studies, qui font encore l’objet de nombreuses suspicions parmi les médiévistes français, même si elles ont commencé à se développer ces dernières années, en particulier par le biais de collaborations entre historiens de différentes périodes42. Mais je voudrais ici surtout insister sur l’enrichissement de notre approche des rapports entre texte et contexte, et même, plus généralement, des rapports entre documents et contexte. Bien sûr, les réflexions en France sur la question de ces rapportset plus généralement des relations de l’historien à sa sourcesont loin d’être absentes. Que l’on pense à toutes les réflexions récentes sur le statut et les usages des images, sous l’impulsion notamment de Jean-Claude Schmitt ou de Michel Pastoureau, ou encore à la nouvelle érudition qui se développe depuis quelques années43. Mais l’historiographie anglo-américaine peut également apporter des éléments de réflexion.

21D’une part, elle nourrit une conception très large de la littérature. Trois réflexions d’historiens anglais et américains, de formation littéraire et/ou historique sont à cet égard caractéristiques d’un mouvement plus général. Selon John Burrow, tout d’abord, la notion moderne de littérature, qui prend en compte à la fois l’aspect fictionnel de la littérature et sa « fonction poétique », ne s’applique qu’imparfaitement à la période médiévale, dans la mesure où le premier critère n’apparaît que de manière secondaire et non obligatoire et où seul le second critère est déterminant44. Il en conclut qu’il ne faut pas systématiquement exclure les traités, sermons et autres lettres en prose, ni d’ailleurs les œuvres en vers qui traitent de sujets à première vue « non littéraires », comme l’éthique, l’histoire ou la didactique, ce qui est le cas si nous nous en tenons à notre notion moderne de littérature. Selon Burrow, finalement, la notion même de littérature s’inscrit dans une évolution historique et peut être étudiée pour elle-même, mais aussi dans un contexte beaucoup plus vaste permettant de contribuer à l’appréhension des représentations sociales d’une population à une période donnée. Helen Barr a également contribué à la réflexion en suggérant que « les caractéristiques formelles du langage utilisées dans les textes littéraires sont fortement chargées de résonances sociales, et qu’examiner en détail le langage littéraire des textes, c’est aussi examiner les sortes de travail sociologique (kinds of sociological work) accompli par les textes littéraires45 ». Elle insiste donc sur la dimension sociale de la forme d’un texte, ce qui me paraît essentiel pour tous les types de sources historiqueset pas seulement iconographiques, qui ont fait en France l’objet de davantage de réflexions en la matière. Gabriel Spiegel, enfin, dans une tentative pour concilier les défis posés à l’historienen particulier à l’historien des textespar les théories du tournant linguistique, a insisté sur la « logique sociale du texte, une expression qui combine une insistance sur la vision d’un langage qui est généré socialement avec une insistance égale sur la compréhension du caractère discursif de tous les textes en tant qu’artefacts littéraires46 ». Si la « réalité » historique est bien médiatisée par le discours, qu’il soit textuel ou non, cela ne signifie pas pour autant qu’il faut la nier, mais cela signifie simplement qu’il faut être attentif à la manière dont elle est construite. Finalement, ces conceptions très ouvertes de la littérature, et plus généralement du statut discursif du texte, autorisent, à mon sens, des croisements plus aisés et plus fréquents entre différents types de sources, entre sources textuelles de différentes natures (littéraires, normatives…), mais aussi entre sources textuelles et non textuelles. Bref, les problèmes de communication sont peut-être davantage étudiés en tant que système.

22D’autre part, mais dans le même ordre d’idées, une attention plus grande qu’en France est peut-être portée aux aspects linguistiques, essentiels pour la compréhension de la structure et des évolutions de la société, comme le souligne encore Helen Barr lorsqu’elle martèle que le langage (écrit ou non écrit) est bien une forme de comportement social47. De fait, les recherches sur la place du langage dans la société médiévale sont assez nombreuses, en  Grande-Bretagne comme aux États-Unis. Ces différents éléments sont d’ailleurs plus généralement à relier à la question de la literacy48 et des rapports oral/écrit, en grande partie initiés par les travaux de Michael Clanchy et qui suscitent encore aujourd’hui de nombreuses recherches49.

23Les convergences entre les historiographies anglo-américaine et française, tout comme les apports possibles de l’une à l’autre (et réciproquement) ne sont donc pas négligeables, mais elle sont pourtant souvent négligées. Le fait, par exemple, que l’ouvrage fondateur de Michael Clanchy ne soit toujours pas traduit, en constitue un signe bien tangible…

L’histoire culturelle dans l’historiographie anglo-américaine : Bibliographie de la Royal Historical Society

Répartition thématique pour 2002

Tableau 1 : Angleterre, 450-1500

Thèmes

Articles

Livres

Editions

Total

%

General

9

8

11

28

2%

Historiography and historical methods

17

5

22

3%

Population and Environment

67

12

79

11%

Social

77

17

1

95

13%

Economic Activity and Organization

59

6

1

66

10%

Intellectual, Cultural and the Arts

107

23

21

151

18%

Religious Beliefs, Practice and Organization

144

24

27

195

23%

Politics, Administration and Law

76

20

11

107

13%

Military

19

3

22

3%

Foreign Affairs

21

2

23

4%

Total

596

120

72

788

100%

Tableau 2 : Angleterre, 1066-1500

Thèmes

Articles

Livres

Editions

Total

%

General

8

5

11

24

2%

Historiography and historical methods

8

2

10

2%

Population and Environment

23

2

25

6%

Social

52

11

1

64

13%

Economic Activity and Organization

40

3

1

44

10%

Intellectual, Cultural and the Arts

74

17

15

106

19%

Religious Beliefs, Practice and Organization

98

15

18

131

25%

Politics, Administration and Law

61

15

11

87

15%

Military

16

3

19

4%

Foreign Affairs

15

2

17

4%

Total

395

75

57

527

100%

Tableau 3 : Angleterre, 1066-1500, « Social »

divers

gender

marges

héraldique

Total

Total

45

12

2

4

63

Social Life and Conditions

18

8

2

28

Social Structure

22

4

4

30

Social Policy and Welfare

5

5

%

72%

19%

3%

6%

100%

Tableau 4 : Angleterre, 1066-1500, « Cultural »

%

Media and Communication

17

16%

Science and Medicine

5

5%

Ideas and Learning

16

15%

Culture and the Arts

53

51%

Editions

13

13%

Total

104

100%

Tableau 5 : Angleterre, 1066-1500, « Religious »

Généralités

1

1%

Éditions

18

14%

Archéologie et architecture

13

10%

Institution ecclésiale

23

18%

Église et pouvoir

7

5%

Croisades

1

1%

Hérésie

10

8%

Juifs

1

1%

Production culturelle et intellectuelle

23

18%

Pratiques et vie quotidienne

31

24%

d

dont Saints et reliques

10

dont Pèlerinages

8

dont Femmes

2

Total

128

100%

Répartition thématique pour 2006

Tableau 6 : Angleterre, 1066-1500

Population and Environment

12

12%

Social

8

8%

Economic Activity and Organization

6

6%

Intellectual, Cultural and the Arts

34

36%

Religious Beliefs, Practice and Organization

19

20%

Politics, Administration and Law

14

14%

Military

2

2%

Foreign Affairs

2

2%

Total

97

100%

Haut de page

Notes

1Le site internet de la revue est : http://www.medievalism.net/. Voir également l’ouvrage de Norman Cantor, Inventing the Middle Ages. The Lives, Works and Ideas of the Great Medievalists of the 20th Twentieth Century, Cambridge, 1991.
2Pour une introduction générale, voir D. Cuche, La Notion de culture dans les sciences sociales, 3e édition, Paris, 2004.
3À cet égard, je dois beaucoup à l’article nuancé de Stéphane Van Damme, « Comprendre les Cultural Studies : une approche de l’histoire des savoirs », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 51/4bis, 2004-2005, p. 48-58.
4Ibid., p. 49. Sur les Cultural Studies anglaises, voir aussi G. Eley, « De l’histoire sociale au “tournant linguistique” dans l’historiographie anglo-américaine », Genèses, 7, 1992, p. 163-193. Parmi les nombreux ouvrages issus de ce mouvement, voir par exemple R. Williams, Culture and Society : Coleridge to Orwell, Londres, 1960.
5Ce projet s’est particulièrement manifesté dans la revue Past and Present (fondée en 1953), auxquels les médiévistes, en la personne notamment de Rodney Hilton, ont largement participé.
6F. Cusset, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, 2003.
7Sur ces notions pour le moins complexes, je renvoie à la lecture du livre de Cussetce qui m’intéresse, ici, est simplement de montrer comment se sont développées des influences qui ont eu un fort impact sur toutes les sciences humaines et sociales américaines, y compris en histoire.
8H. White, Metahistory : The Historical Imagination in Nineteenth-century Europe, Baltimore et Londres, 1973.
9D. La Capra et S. Kaplan éd., Modern European Intellectual History : Reappraisals and New Perspectives, Ithaca, 1982.
10Il faut souligner que cette affirmation n’allait pas alors sans une dimension politique : c’était en effet une manière d’ancrer encore davantage la littérature comme discipline au centre du système universitaire américain.
11Parmi ses nombreuses productions, voir par exemple son article, « What is the history of literature ? », Critical Inquiry 23, 1997, p. 460-481. Voir aussi le site de Dino Felluga (université de Purdue, États-Unis) présentant les grandes lignes du New Historicism : http://www.cla.purdue.edu/English/theory/newhistoricism/.
12Une partie des origines des gender studies sont d’ailleurs à chercher du côté de l’histoire sociale anglaise : voir L. L. Downis, « Histoires du genre en Grande-Bretagne, 1968-2000 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 51-4 bis, supplément 2004, p. 59-70.
13D. Pearsall, « Teaching Medieval Studies : The York Experience », dans J. Van Engen éd., The Past and Future of Medieval Studies, Notre-Dame, Ind., 1994, p. 217-230.
14Cela exclut évidemment les ouvrages historiques anglais et américains portant sur les autres pays, mais cela reste représentatif, étant donnée la masse de travaux existant sur les Îles Britanniques, aire d’étude géographique privilégiée des historiens, chez les Britanniques, mais aussi chez les Américains.
15Dernière année à ma disposition : Royal Historical Society, Annual Bibliography of British and Irish History. Publications for 2002, Oxford, 2003.
16http ://www.rhs.ac.uk/bibl/bibwel.asp.
17Voir les tableaux récapitulatifs donnés en annexe.
18Cette dernière a été effectuée par mes soins, ce qui explique que les entrées du tableau donné en annexe soient en français.
19Les études sur le patronage culturel sont également regroupées dans cette catégorie.
20Le classement est donc forcément un peu différent de celui des auteurs de la bibliographie de la RHS, même si j’ai repris leurs catégories.
21L. K. Little et B. H. Rosenwen, Debating the Middle Ages, Oxford, 1998.
22Les extraits de textes choisis proviennent en effet aussi bien d’historiens anglophones que d’historiens français et allemands.
23N. Partner éd., Writing Medieval History, Londres, 2005.
24On notera cependant que dans les deux cas, on retrouve la question du genre…
25Modern Humanities Research Association, Annual Bibliography of English Language and Literature. Publications for 2005, Cambridge, 2006.
26Parmi ses nombreux ouvrages, voir par exemple Social Chaucer, Cambridge, Mass., 1989 et Politique : Languages of Statecraft between Chaucer and Shakespeare, Notre-Dame, Ind., 2005.
27Socioliterary Practices in Late Medieval England, Oxford, 2001.
28Voir notamment la synthèse de James Simpson, Reform and Cultural Revolution, 1350-1547, Oxford, 2002.
29L. Olson et K. Kerby-Fulton éd., Voices in Dialogue : Reading Women in the Middle Ages, Notre-Dame, Ind., 2005.
30Publié à Manchester en 2005.
31Voir M. Carruthers, The Book of Memory : A Study of Memory in Medieval Culture, Cambridge, 1990 et A. Minnis, Medieval Theory of Authorship, Londres, 1984. Les historiens allemands ont également beaucoup réfléchi à ces questions.
32P. Freedman et G. M. Spiegel, « Medievalisms Old and New : The Rediscovery of Alterity in North American Medieval Studies », The American Historical Review, 103, 1998, p. 677-704, p. 678.
33Cela ne signifie pas que l’historiographie américaine ait été exempte de présupposés idéologiques, en particulier par rapport à la nature de l’état : voir Freedman et Spiegel, « Medievalisms Old and New », op. cit. et Cantor, Inventing the Middle Ages, op. cit.
34P. Geary, « Visions of Medieval Studies in North America », dans J. Van Engen éd., The Past and Future…, op. cit., 4, p. 45-57, p. 50.
35Ibid., p. 51.
36On pourrait ajouter que de nombreux Américains travaillent de préférence sur les îles Britanniques, ce qui est reflété par la bibliographie de la Royal Historical Society (voir ci-dessus, note 14).
37G. Althoff, J. Fried et P. Geary éd., Medieval Concepts of the Past. Ritual, Memory, Historiography, Cambridge, 2002, p. 5.
38Voir J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli éd., Pour une histoire culturelle, Paris, 1997.
39Voir Jean-Claude Schmitt et Dominique Iogna-Pratt dans J.-Cl. Schmitt et O.G. Oexle éd., Les Tendances actuelles de l’histoire au Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, 2002 : « on ne s’avancera pas beaucoup en disant qu’à des titres divers et en donnant peut-être au mot des sens variables, la plupart des médiévistes français accepteraient aujourd’hui de se placer sous cette bannière » (p. 405).
40Voir notamment S. Beckwith, Christ’s Body : Identity, Cculture and Ssociety in Late Medieval Writings, Londres, 1993 et M. Rubin, Corpus Christi. The Eucharist in Late Medieval Culture, Cambridge, 1991.
41Voir par exemple A. Boureau, « Ritualité politique et modernité monarchique », dans N. Bulst, R. Descimon et A. Guerreau dir., L’État ou le roi. Les fondations de la modernité monarchique en France (xive-xviie siècles), Paris, 1996, p. 9-25.
42Voir I. Brian, D. Lett, V. Sebillotte Cuchet et G. Verdo, « Le genre comme démarche », Hypothèses, 2004, p. 277-295.
43Voir par exemple, pour l’image, J.-Cl. Schmitt et J. Baschet éd., L’Image. Fonctions et usages de l’image dans l’Occident médiéval, Paris, 1996 ; et, pour la « nouvelle érudition », L. Morelle, O. Guyotjeannin et M. Parisse éd., Pratiques de l’écrit documentaire au xie siècle, Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 155/1, 1997.
44J. Burrow, Medieval Writers and Their Work, Middle English Literature and its Background, 1100-1500, Oxford, 1982.
45H. Barr, Socioliterary Practices in Late Medieval England, op. cit., p. 8.
46G. Spiegel, The Past as Text. The Theory and Practice of Medieval Historiography, Londres et Baltimore, 1997, p. 53.
47H. Barr, Socioliterary Practices in Late Medieval England, op. cit., p. 1.
48La literacy, aptitude à lire et à écrire, est une notion plus large que celle d’alphabétisation.
49M. Clanchy, From Memory to Written Record : England 1066-1307, Londres, 1979, 1992. Les historiens allemands ont également beaucoup travaillé sur ces questions, et en particulier sur la notion d’écrit pragmatique : voir H. Keller et L. Kuchenbuch, « L’oral et l’écrit », dans Les Tendances actuelles de l’histoire au Moyen Âge, op. cit., p. 127-169. Il faut souligner que ces thématiques ne sont bien sûr pas complètement ignorées en France : voir par exemple l’ouvrage de Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire : le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc, xie-xiiie siècles, Paris, 2001.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 55, automne 2008, p. 147-162

Référence électronique

Aude Mairey, « L’histoire culturelle du Moyen Âge dans l’historiographie anglo-américaine », Médiévales [En ligne], 55 | automne 2008, mis en ligne le 20 mars 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://medievales.revues.org/5498 ; DOI : 10.4000/medievales.5498

Haut de page

Auteur

Aude Mairey

UMR 6223, CESCM, 24 rue de la Chaîne, F-86022, Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org