Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Dragons entre sciences et fictions, sous la direction de Jean-Marie Privat, Paris, CNRS Éditions, 2006 (Ill.), 203 p.

Monique Goullet
p. 180

Texte intégral

1Publié à l’occasion d’une exposition sur les dragons coproduite par le Conseil général de la Moselle et le Museum national d’Histoire naturelle, et après un colloque qui s’est tenu à l’Université de Metz sur l’hybridité – concept représenté par l’image du dragon –, ce livre mérite l’attention de chercheurs de multiples disciplines, et particulièrement des historiens médiévistes ouverts à l’anthropologie. Il propose en effet une réflexion polyphonique sur les modes et les enjeux des imaginaires de l’hybridité : « le dragon n’est-il pas par excellence la créature hybride ? », demande Jean-Marie Privat dans sa très belle introduction, qui rend compte de la polysémie du draco et de son rôle dans l’histoire de l’humanité (p. 5-9). Le livre s’ouvre d’abord au « dragon des sciences » (p. 12-51) : celui de la paléontologie, dont les progrès ont fait accoucher les dragons d’animaux bien réels (Philippe Taquet) ; celui de l’Allemand Kircher – auteur du Mundus subterraneus paru à Amsterdam en 1665 –, supposé naître dans les grottes souterraines par génération spontanée (Michel Meurger) ; le dragon asiatique, que Jacques Ivanoff traque à travers les représentations fantastiques de l’Asie du Sud-Est ; le dragon aquatique, que le christianisme a métamorphosé en être néfaste (Aliette Geistdoerfer) ; une « sémantique de l’hybride » (Guy Achard-Bayle) clôt cette première section. Lui succède le « dragon des religions » (p. 54-93), celui de la Bible, bien sûr (Pierre-Marie Beaude), celui des prédicateurs et des processions médiévales (Pascal Collomb), celui de l’hagiographie, vu à travers le Traité des saintes images écrit par Molanus au xvie siècle (Mireille Chazan), celui de la cuisine et de la pharmacopée, autrement dit l’estragon, dont l’étude linguistique comparative menée par Marcello Castellana amène à percevoir la valeur anthropologiquement structurante. La troisième section (p. 96-119) accueille les « dragons de la littérature » : celui du « merveilleux noir » ou dark fantasy (Francis Berthelot), celui de l’auteur américain contemporain Thomas Harris (Danielle Aubry), enfin celui de la littérature de jeunesse (Marie-Christine Vinson). Les « dragons de l’art » (p. 122-130) sont ici ceux des mondes hindouisés et sinisés (Xiaohong Li, Tai Nguyên) et celui de l’art contemporain occidental de Vallotton à Fassianos (Patrick Absalon), car l’article de Tudor Banus sur « la belle et le dragon » aurait mieux trouvé sa place dans la section précédente (« littérature ») ou suivante (« anthropologie »). Le « dragon des anthropologues » (p. 160-203) est celui du conte merveilleux (Nicole Belmont) et du carnaval (Suzanne Chappaz-Wirthner), « ce corps ténébreux, corps rayonnant et volant, qui a la queue dans les enfers et la tête dans les étoiles » (p. 179), dont Jean-Paul Resweber cerne la valeur archétypale et sémiotique ; la promenade s’achève par un clin d’œil savant : dans une enquête sur le terrain, avec interview des « indigènes », Jean-Marie Privat chasse l’origine du dragon dans le toponyme Saint-Privat-du-Dragon, et réfléchit au rôle de la toponymie dans l’anthropologie de l’imaginaire. Nous sommes tous les fils du dragon : voici ce que nous enseigne ce beau livre à mettre entre toutes les mains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 53, automne 2007, p. 180

Référence électronique

Monique Goullet, « Dragons entre sciences et fictions, sous la direction de Jean-Marie Privat, Paris, CNRS Éditions, 2006 (Ill.), 203 p. », Médiévales [En ligne], 53 | automne 2007, mis en ligne le 24 avril 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://medievales.revues.org/4232

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org