Navigation – Plan du site
Le livre de science, du copiste à l'imprimeur

Textes scientifiques en catalan (xiiie-xvie siècles) dans les bibliothèques de France

Traduit de l’espagnol par Claire Weill
Catalan Scientific Texts (13th-16th century) in French libraries.
Lluís Cifuentes
p. 89-118

Résumés

Le passage en langue vernaculaire ou vernacularisation de la science et de la technique est un champ d’étude pratiquement délaissé jusqu’à une date récente et peu pris en compte par la philologie. Des recherches récentes, essentiellement dans le monde anglo-saxon, germanique et ibérique permettent d’affirmer que son étude est susceptible de fournir de grandes sources d’information pour l’histoire sociale de la science, la transmission du savoir, l’histoire des métiers, l’histoire du langage scientifique ou la divulgation des connaissances scientifiques et techniques. Seule une étude d’ensemble, qui embrasse tous les champs de la connaissance diffusés dans chacune des langues vernaculaires, peut apporter cette richesse de données. Depuis 1993, mon champ d’investigation prioritaire est la vernacularisation de la science en langue catalane pendant le bas Moyen Âge et les débuts de la Renaissance. Ma recherche repose sur un travail étendu, l’élaboration d’un catalogue de manuscrits et imprimés, qui a commencé précisément en France et dans les bibliothèques de Paris. Ce travail-ci résume cette expérience, sa gestation, son développement présent et futur, et les origines des fonds scientifiques et techniques en catalan conservés en France, ainsi que leurs caractéristiques générales, avec un inventaire de leurs sources.

Haut de page

Texte intégral

 « La xifra elevada de manuscrits en llengua catalana... que guarda... fan de la Bibliothèque Nationale una de les col·leccions més precioses per a la història literària de Catalunya. »

Pere Bohigas

1Il y a maintenant exactement onze ans, une bourse de l’Union Européenne me permit de commencer mes recherches post-doctorales avec les fonds des manuscrits médiévaux des bibliothèques de Paris 1. Bien vite, je me rendis compte que l’objectif initial de ce projet – les écrits thérapeutiques médiévaux en catalan – devait être inclus dans le cadre d’une recherche plus ample sur la diffusion de la science et de la technique en langue catalane pendant le bas Moyen Âge. C’est seulement ainsi que l’on pourrait comprendre un phénomène historique et culturel, la vernacularisation du savoir scientifique et technique, dont je ne percevais pas encore la complexité et que je reliais à mes travaux antérieurs au doctorat sur les métiers médicaux dans la Couronne d’Aragon pendant cette même période 2.

2Ma formation d’historien peu intéressé par les théorisations qui, avec un orgueil inouï, négligent un fondement heuristique solide, me poussait à commencer mon travail par ce qui doit en constituer l’assise ; ce ne pouvait être autre chose que la connaissance des sources disponibles pour mener à bien cette étude. Connaître les sources signifiait cataloguer et identifier les matériaux, et je me suis consacré à cette tâche avec l’aide de Danielle Jacquart et de Luis García Ballester 3.

3Le travail de catalogage et d’identification ne devait pas se restreindre aux fonds parisiens ou français, mais il fallait tendre à une connaissance générale des matériaux conservés. C’est pourquoi Paris et ses bibliotèques, notamment la Très grande, constituaient des plates-formes idéales à partir desquelles on pouvait s’intéresser à la totalité du phénomène. Cette tâche, qui évidemment dépassait les limites d’une simple bourse post-doctorale, me prendrait des années et des années, entraînerait de graves problèmes de cursus, mais mettrait en marche un champ d’investigation extraordinairement fécond, comme le montrent un livre récent et un site web encore plus récent 4.

4Naturellement, je n’étais pas le premier en Catalogne à m’intéresser aux fonds des manuscrits et imprimés anciens conservés à Paris, et même pas le premier à m’intéresser à ce type de matériaux. Les travaux précédents, au xixe siècle déjà, constituaient un point de départ important, mais se limitaient au catalogage ou à l’inventaire plus ou moins complet de quelques-uns de ces fonds, à l’étude d’une œuvre ou d’un auteur précis, ou bien, à l’opposé, ils répertoriaient tous les manuscrits et imprimés d’origine catalane, et c’étaient des travaux bibliographiques qui en aucun cas n’avaient pour objectif la recherche historique ou philologique spécialisées. Le travail de rassemblement en un catalogue unique, et surtout la tâche d’identification des textes en catalan appartenant à tous les secteurs scientifiques et techniques restaient à faire.

I. Les rapports historiques et culturels franco-catalans au Moyen Âge

5Il est superflu de rappeler l’importance historique et culturelle du territoire actuellement français, terre de passages privilégiée des nouveautés nées dans le bassin méditerranéen et lieu d’origine et de diffusion de tant d’autres nouveautés à partir de foyers comme Montpellier, Paris ou d’autres lieux encore.

6L’aire culturelle catalane a maintenu historiquement des liens très étroits avec ce territoire. Les comtés catalans, intégrés au royaume de France comme frontières avec le monde musulman, furent le théâtre, pendant la transition entre le haut et le bas Moyen Âge, d’une intense projection politique sur les possessions féodales d’Occitanie, interrompue seulement par la croisade contre les Albigeois puis par le traité de Corbeil (1258). Cette projection politique avait, entre autres fondements, ceux d’une communauté d’intérêts dynastiques, sociaux et économiques et surtout ceux d’une proximité linguistique et culturelle qui a survécu longtemps. La communauté culturelle catalano-occitane s’est manifestée non seulement dans l’usage conventionnel de l’occitan comme langue de la poésie dans les pays catalans jusqu’au XVe siècle, mais aussi – et ceci est moins connu – dans la circulation normale et les échanges réciproques des personnes et des textes dans l’une et l’autre langue, y compris les semi-traductions, et ce au point de configurer des traditions culturelles conjointes, comme celle que l’on observe, par exemple, dans le champ de l’alchimie ou de l’arithmétique 5.

7Le pouvoir d’attraction des foyers universitaires français, surtout de Montpellier, mais aussi dans une moindre mesure de Toulouse ou de Paris, a constitué un autre facteur d’interrelation tout à fait remarquable. Dans le cas de Montpellier, le fait qu’elle relevât depuis 1204 de la seigneurie des monarques catalans et, depuis 1276, des rois de Majorque, feudataires de ces derniers, jusqu’à son acquisition par la Couronne de France en 1349, favorisa la pénétration rapide dans les territoires de la Couronne d’Aragon d’un flux important de littérature médicale et des formes organisationnelles du nouveau système médical ; ce dernier s’est combiné aux prédispositions de certains monarques particulièrement sensibles au savoir et à la science. Dans une direction opposée, il y eut des étudiants et des maîtres comme Arnaud de Villeneuve, des textes andalous, des traducteurs...

8Les relations étroites avec le territoire français ne furent pas limitées au sud, à l’Occitanie, mais s’étendirent aussi à la France du Nord. La période où il y eut probablement les relations les plus fortes, d’ordre politique et culturel, entre la Couronne d’Aragon et le Royaume de France – la Cour et le nord du pays – fut celle du règne de Jean Ier (1387-1396), dont les sentiments pro-avignonnais et la francophilie furent renforcés par la forte personnalité de son épouse, plus d’une fois régente, Violant (ou Yolande) de Bar, fille du duc Robert Ier de Bar et de Marie, sœur de Charles V de France.

9Les échanges de livres, y compris ceux qui appartenaient aux secteurs scientifiques les plus divers, et la circulation entre les deux royaumes des individus, parmi lesquels des médecins, des astrologues et des alchimistes, furent constants pendant son règne court mais intense 6.

10Ce bref rappel des liens culturels étroits entre les pays catalans et la France pendant les derniers siècles médiévaux devra être nuancé, bien sûr, par la prise en compte des relations spéciales et intimes de la Couronne d’Aragon avec l’Italie, et particulièrement mais non pas uniquement, avec les royaumes de Sicile, de Naples et de Sardaigne. Mais cela est – jusqu’à un certain point, comme nous le verrons – une autre histoire.

II. Les fonds bibliographiques catalans conservés en France

11Il est bien connu que les fonds des manuscrits et imprimés anciens conservés dans les bibliothèques de Paris comptent parmi les plus importants avec ceux du Vatican et ceux du triangle anglais de Londres, Oxford et Cambridge. Il en va de même pour les manuscrits et imprimés de thématique scientifique et technique, et aussi en ce qui concerne les écrits médiévaux en catalan portant sur cette thématique et sur d’autres, conservés hors de la Péninsule ibérique. Sur l’ensemble de la France, Paris concentre, comme dans tant d’autres domaines, la majeure partie de ces témoignages. Seuls quelques manuscrits scientifiques en catalan sont conservés, isolés, dans des bibliothèques de Bordeaux, Carpentras, Marseille, Perpignan et Toulouse.

12Il n’est pas facile de connaître la provenance plus ou moins immédiate des manuscrits et des imprimés anciens conservés dans les fonds bibliographiques actuels. Dans certains cas, à l’absence de données s’ajoute une certaine occultation volontaire. Le chercheur qui veut retracer la petite histoire de chaque livre doit faire preuve de talents de détective. Il faut rechercher, en premier lieu, l’origine des fonds scientifiques catalans conservés en France dans la circulation même des livres et des personnes au Moyen Âge, quand les livres et les personnes voyagèrent, vécurent, ou étudièrent dans ces terres 7. Parfois, il s’agit de cadeaux échangés entre les maisons régnantes, comme cela semble être le cas pour la magnifique mappemonde connue sous la dénomination d’Atlas Catalan (BnF Esp. 30), un cadeau semble-t-il de Jean Ier d’Aragon à Charles VI de France 8. À d’autres moments, les relations inamicales entre nos pays favorisèrent aussi la captation de ces matériaux, en particulier à l’époque moderne. Ce fut la guerre qui rendit possible aussi, dès la fin du XVe, le transfert vers la France d’une bonne partie de la riche bibliothèque royale de Naples créée par les monarques catalano-aragonais, transfert complété par quelques opérations d’achat au début du XVIe siècle. C’est à cette origine napolitaine qu’il faut rapporter de nombreux manuscrits catalans qui sont conservés de nos jours à la Bibliothèque Nationale 9.

13À partir de la fin du XVIe siècle, la mode des collections au sein de l’élite favorisa le regroupement d’un grand nombre de manuscrits dispersés dans des bibliothèques particulières – dans le cas qui nous intéresse, surtout en Occitanie – mais permit aussi le sauvetage de certains objets qui, avec la diffusion de l’imprimerie, étaient tombés dans l’oubli et qui étaient destinés à être détruits. Le développement économique et culturel de la France pendant cette période, avec de grands collectionneurs comme Mazarin ou Colbert, contraste avec l’époque de profonde crise en Catalogne, dont la frontière fut particulièrement perméable. La bibliothèque royale ne resta pas à l’écart de ce processus de captation de livres anciens, et s’empara de nombreux exemplaires dispersés en France et en Italie, ainsi que des bibliothèques de quelques-uns des grands collectionneurs. Certains diplomates, en mission plus ou moins secrète comme Pierre de la Marche et son secrétaire Étienne Baluze, contribuèrent aussi à augmenter ces fonds, même si c’est avec des matériaux dont le profil n’est généralement pas celui qui nous intéresse ici. La Révolution entraîna de nombreuses pertes, mais aussi la création de bibliothèques municipales où furent rassemblés des fonds des particuliers et des ecclésiastiques, qui d’un autre côté, augmentèrent aussi les dépôts de Paris 10. Enfin, il faut citer le travail de deux érudits des XVIIIe et XIXe siècles, en particulier les provençalistes, comme Lacurne de Sainte-Pelaye ou Josep Tastú 11, originaire du Roussillon – dont les textes sont conservés respectivement à la Bibliothèque de l’Arsenal et à la Bibliothèque Mazarine – ainsi que celui de catalanistes du Roussillon, tels Julià Bernat Alart ou Pere Vidal, ces derniers du côté des archives historiques.

III. Historique des catalogues descriptifs

14Les fonds d’origine ibérique conservés en France ont attiré l’attention d’autres chercheurs. La première initiative moderne de catalogage de ces fonds fut celle d’Eugenio de Ochoa (Bayonne, 1815-Madrid, 1872), qui en 1884 publia son « catalogue raisonné » des manuscrits d’origine ibérique conservés dans les principales bibliothèques de Paris 12. Cet écrivain, critique et traducteur littéraire, était le fils naturel d’un éminent personnage de la cour de Ferdinand VII – un religieux gagné par les idées révolutionnaires (« afrancesado »), vraisemblablement –, condition qui lui facilita l’accès à des pensions et des aides financières qui lui permirent de vivre et travailler à Paris pendant de longues années 13. Ochoa propose un catalogue incomplet où il a inclus par erreur quelques manuscrits occitans qu’il avait crus catalans.

15Cependant, malgré cette première exploration, le travail de description des fonds ibériques conservés en France en fonction de présupposés plus exhaustifs et plus rigoureux restait à faire. Ce travail, limité à la Bibliothèque Nationale, fut mené à bien par l’éminent hispaniste et romaniste français Alfred Morel-Fatio (Strasbourg, 1850-Versailles, 1924), qui en 1892 publia un catalogue des manuscrits du « fonds espagnol » de cette bibliothèque. Toutefois, le catalogue de Morel-Fatio, encore utilisé actuellement, n’inclut pas, pour des raisons chronologiques évidentes, tous les manuscrits du fonds. Ainsi, quelques-uns des manuscrits les plus importants, comme l’Esp. 508 ou l’Esp. 563, entrèrent à la BN postérieurement à l’élaboration de ce catalogue 14.

16Dans d’autres catalogues spécialisés on peut rencontrer d’amples descriptions, faites conformément aux critères les plus récents, de quelques-uns de ces manuscrits de la Bibliothèque Nationale. Le catalogue des manuscrits enluminés d’origine ibérique élaboré par François Avril et d’autres collaborateurs en est un bon exemple 15.

17Sous l’influence de la Renaixença culturelle catalane de la fin du XIXe siècle et du début du XXe et, en particulier du mouvement culturel et politique noucentista (le Noucentisme), une partie de la bourgeoisie a financé divers projets destinés à récupérer et ordonner le patrimoine catalan. L’expert en codicologie et historien de la littérature, Pere Bohigas (Vilafranca del Penedès, 1901-Barcelone, 2003), alors titulaire d’une bourse d’une de ces fondations privées, entreprit l’élaboration d’un Repertori de manuscrits catalans qui devait inventorier tous les manuscrits de provenance catalane et d’auteurs catalans, quelle que fût la langue dans laquelle ils étaient écrits, qui étaient conservés et dispersés dans les bibliothèques occidentales. Dans ce but, dans les années 1926-27, il mena deux premières et fécondes campagnes de travail ou « missions », l’une à Paris et l’autre en Angleterre. Malheureusement, la guerre civile espagnole et les terribles conséquences politiques et culturelles qu’elle entraîna pour la Catalogne interrompirent l’ambitieux projet de Bohigas. Mais, malgré tout, les résultats de la « mission de Paris », bien qu’elle se limitât à la Bibliothèque Nationale, accrurent considérablement les connaissances contenues dans le travail de Morel-Fatio et constituent encore aujourd’hui une base solide pour avoir un accès précis à ces matériaux 16.

18Le projet PhiloBiblon, actuellement dirigé par l’hispaniste américain Charles Faulhaber (University of California, Berkeley), est une bibliographie de toutes les sources manuscrites et imprimées dans les différentes langues vernaculaires ibériques. Elle comprend une section pour l’espagnol (Bibliografía Española de Textos Anti guos, BETA), une autre pour le galicien-portugais (Bibliografía de Textos Antigos Galegos e Portugueses, BITAGAP) et une autre pour le catalan (Bibliografía de Textos Catalans Antics, BITECA). C’est une équipe de philologues dirigée par Vicenç Beltrán et Gemma Avenoza (Universitat de Barcelona) qui a la responsabilité de cette dernière section. Bien que l’on ait édité en quelques occasions sur papier ou CD-Rom le travail en cours, l’actualisation nécessaire et continue de l’information a conduit à souhaiter bénéficier des possibilités qu’offre Internet, et aujourd’hui, les bases de données de PhiloBiblon sont abritées par un serveur de l’Université de Californie à Berkeley. Le projet, qui a mis l’accent sur les matériaux de caractère littéraire, est encore à un stade très embryonnaire en ce qui concerne les manuscrits et imprimés scientifiques 17.

19Les vieux catalogues d’Ochoa et de Morel-Fatio, le catalogue plus moderne d’Avril et des ses collaborateurs, les « missions » de Bohigas et la compilation de BITECA constituaient des points de départ nécessaires pour connaître les fonds scientifiques médiévaux d’origine ibérique conservés en France. Cependant, leur consultation mettait en évidence la quantité de travail qu’il restait à faire : description et même localisation des témoignages et, plus particulièrement, identification des textes. J’ai mené ce travail qui restait à faire, dans le cadre de mes recherches.

IV. Caractéristiques et perspectives d’un nouveau catalogue spécialisé

20En effet, le catalogage de ces matériaux a été mené dans le cadre d’un projet de catalogage général des œuvres scientifiques et techniques rédigées originellement en catalan ou traduites en catalan pendant le bas Moyen Âge et la première Renaissance. Ce catalogue général, encore inédit, inclut aussi bien des livres manuscrits que des imprimés, et aussi bien les volumes conservés dans différents fonds européens et américains que ceux qui ont été décrits à une période antérieure et qui aujourd’hui se trouvent en un lieu inconnu. Les fonds notariés qui, assez fréquemment, transmettent des ordonnances médicales et divers fragments, ont également été pris en compte, toutefois, pour des raisons évidentes, moins systématiquement. Dans ces cas-ci, comme en ce qui concerne le reste des matériaux, il faut souligner le fait qu’il s’agit, heureusement, d’un catalogue vivant et qu’au cours des ans, nous n’avons cessé d’y intégrer de nouveaux éléments.

21D’un point de vue formel, le traitement de ces matériaux suit les conventions actuelles pour la description des catalogues des manuscrits médiévaux et des imprimés anciens. Cependant, le propos de mon travail, qui n’est autre que l’analyse historique du processus de vernacularisation de la science et de la technique, m’a contraint à privilégier l’analyse des contenus et l’utilisation des volumes plutôt que le raffinement codicologique. Sans rejeter une description codicologique minimale, limitée généralement aux détails susceptibles d’apporter une information sur les commanditaires ou les utilisateurs des livres, nous avons senti que certains aspects sur lesquels on insiste – on y insiste trop souvent d’une manière unique – sont inutiles, surtout face à la nécessité de disposer de descriptions complètes de centaines de volumes en un temps raisonnable. Par conséquent, nous avons préféré mettre l’accent sur des détails et des thèmes trop souvent ignorés, comme la présence ou non d’annotations et l’histoire de chaque volume, au détriment d’autres éléments que des codicologues plus sourcilleux exigeraient. Les caractéristiques techniques du catalogue se conforment donc à des objectifs scientifiques spécifiques.

22Aucune étude sur le livre et la lecture des temps passés ne peut se limiter aux textes conservés, car nous savons que ceux-ci ne sont qu’une partie, difficile à quantifier, de ce qui a réellement circulé. Le catalogage des matériaux conservés se doit d’être complété par le recours systématique à la documentation des archives susceptible d’apporter de l’information sur l’existence, l’usage et la circulation des livres à la période qui nous intéresse : inventaires et mises à l’encan, ventes-achats, prêts, etc. Cette documentation, particulièrement riche dans la partie nord-ouest de l’arc méditerranéen dont font partie les pays catalans, apporte une information très précieuse pour l’élaboration, non pas d’un catalogue de manuscrits et d’imprimés, mais d’un véritable catalogue d’auteurs, d’œuvres, de traducteurs et d’incipit. Les lignes de recherches en cours sur le livre et la lecture, ainsi qu’une tradition solide dans les études d’histoire de la culture catalane, contribuent, avec mes propres recherches, à enrichir ce catalogue.

23Le caractère forcément ouvert d’un catalogue qui présente ces caractéristiques et les nécessités de la recherche historique et philologique moderne invitent à privilégier leur édition électronique plutôt qu’une édition traditionnelle sur support papier. Les bases de données permettent aujourd’hui une exploitation scientifique de qualité bien supérieure aux publications traditionnelles, en raison de leurs indexations variées et étendues. La valorisation d’un point de vue scientifique et universitaire de ces éditions électroniques, sans aucun doute actuellement bien plus grande que celle qui était en vigueur il y a quelques années à peine, est en plein processus de consolidation ; un processus de consolidation qui doit affecter aussi la protection de la propriété intellectuelle des matériaux disponibles sur le web, pour la consultation desquels on dispose déjà de différents systèmes de contrôle plus ou moins restrictifs.

24À l’heure actuelle, la recherche, fruit de l’élaboration de ce catalogue, se fait sous l’égide de la Universitat de Barcelona et a obtenu, en collaboration avec la philologue Antònia Carré, le financement du ministère de l’Éducation et des Sciences (MEC) du gouvernement espagnol et du Departament d’Innovació, Universitats i Empresa du gouvernement catalan 18. On a mis en ligne la page Sciència. cat : la ciènca en la cultura catalana a l’Edat Mitjana i el Renaixement, avec l’intention de faire connaître ces recherches et, en même temps, d’héberger des outils fondamentaux : une bibliothèque digitale et un ensemble de bases de données reliées entre elles qui permettent de systématiser l’information disponible (auteurs et œuvres, manuscrits et imprimés, documentation d’archive, données biographiques, bibliographie, vocabulaire technique et inventaire d’images) 19. On prévoit de développer progressivement ces recours électroniques, en fonction des aides financières que devrait légitimement recevoir cet axe de recherche.

Annexes

Appendice I. Les textes scientifiques catalans conservés en France

25Si nous analysons les sources scientifiques et techniques du Moyen Âge et de la Renaissance en catalan conservées en France, le trait caractéristique le plus visible est le poids énorme des textes liés à la santé, et ce n’est pas le propre de cet ensemble de sources. Il s’agit d’un trait caractéristique qui concerne le patrimoine scientifique et technique médiéval qui a circulé en langue catalane. En effet, aux textes qui relèvent de la médecine humaine (manuels universitaires, compendiums de médecine pratique, œuvres de pharmacologie, régimes de santé, traités sur la peste, traités d’anatomie et de chirurgie, textes d’ophtalmologie et d’éthique médicale), il faut ajouter ceux qui ont trait à la médecine animale (traités sur les chevaux et de fauconnerie). Mais le poids de la santé va bien au-delà des textes médicaux proprement dits. On le sait, à l’époque médiévale, des domaines comme l’astrologie, l’alchimie, la magie, et même l’histoire naturelle, sont intrinsèquement liés aux savoirs médicaux ; un bon nombre de textes relèvent en particulier des deux premiers domaines, l’astrologie et l’alchimie.

26Il faut également ajouter les œuvres encyclopédiques, même si cette appellation est souvent et trop facilement utilisée par les historiens quand ils veulent classer des œuvres et des auteurs inclassables : c’est un véritable fourre-tout. Dans le monde catalan, le cas de Raymond Lulle est tout à fait remarquable : son œuvre très personnelle, qui utilise aussi bien l’arabe et le latin que la langue vernaculaire, qui vise (rien de moins !) à créer une voie qui se substitue à l’aristotélisme, et aborde de très nombreux thèmes, est inclassable selon les critères traditionnels. L’ensemble de l’œuvre de Lulle est actuellement l’objet d’un catalogage systématique dans une base de données modèle hébergée par le serveur de l’Universitat de Barcelone, dirigée par Anthony Bonner et coordonnée par Lola Badia et Albert Soler 20. L’autre auteur médiéval catalan remarquable dans ce domaine encyclopédique est le franciscain Francesc Eiximenis, avec une œuvre volumineuse et d’importance majeure, qui est en cours d’édition à la Universitat de Girona (Gérone), sous la direction et grâce à l’initiative de Xavier Renedo et de Sadurní Martí ; c’est un projet qui inclut une mise à disposition prochaine d’une base de données sur cet auteur et ses œuvres 21. Ces travaux en cours nous dispensent d’énumérer ici les manuscrits et imprimés de ces deux auteurs.

27Il convient de souligner un second trait caractéristique, à savoir la grande richesse des disciplines et des genres de cette partie du patrimoine historique et scientifique conservé dans les bibliothèques françaises. En effet, la quantité et la qualité des textes conservés recouvrent tous les genres. Le tableau suivant le montre nettement.

Discipline

Genre

Ouvrage

Localisation

Médecine

Hunayn ibn Ishāq (Johannitius),

Esp. 508

humaine

Isagoge ad Tegni

copie Arsenal

Théophile (Galien), De urinis

Esp. 508

copie Arsenal

Fondements

théoriques

Philaret (Galien), De pulsibus

Esp. 508

copie Arsenal

Antoni Ricard, Tractat d’orines

copie Arsenal

Antoni Ricard, Tractat de coneixença de polsos

copie Arsenal

Hippocrate, Aforismes comm. Galien

Bordeaux

Encyclopédies

de médecine

pratique

Ibn Sina (Avicenne), Canon medicine IV

Esp. 563

Razī (Rhazès), L. Almansoris I

cf. anatomie

Abū-l-Salt (Albuzale, Albumasar), De medicinis simplicibus

Esp. 508

Jean de Parme, Practicella

Esp. 508

Antidotaire anonyme Vatican

copie Arsenal

Réceptaire de Joan Martina

Carpentras

Matière médicale

Réceptaire de Ponç Deslledó

Esp. 55

Recettes isolées

Carpentras

Marseille

Arsenal 105

copie Arsenal

Esp. 210

Esp. 212

Esp. 508

Lat. 11228

N.a.l. 1536

Régimes de santé

Ibn Zuhr (Avenzoar), L. de alimentis

Esp. 291

Aldebrandin de Sienne, Régime du corps III (Tractat de les viandes i dels beures)

Esp. 508

Peste

Ps.-Arnaud de Villeneuve, Petit tractat sobre el regiment que es deu tenir en temps d’epidèmia

copie Arsenal

Valesco de Taranta, De epidemia et peste

Mazarine

Anatomie

et chirurgie

Rhazès, L. Almansoris I

Esp. 212

Teodorico Borgognoni, Chirurgia

Esp. 212

Guy de Chauliac, Inventarium

copies Arsenal

Pierre d’Argellata, Chirurgia

Impr. Rés. Td73.252

Antoni Amiguet, Lectura dels apostemes

Impr. Rés. Td79.1

Richard l’Anglais, De flebotomia

extraits

Lat. 6906

Ophtalmologie

Anonyme

Esp. 212

Éthique

médicale

Felip de Soldevila, Regles per a metges novells

N.a.l. 1536

Médecine

vétérinaire

Médecine

des équidés

Giordano Ruffo, De medicina equorum

Esp. 212

Alphonse XI de Castille, Libro de los caballos

Esp. 215

Esp. 297

Manuel Díez, L. de la menescalia

Esp. 215

Fauconnerie

Epistola de avibus nobilibus

Esp. 212

Recettes pour les chiens de chasse

Esp. 216

Recettes isolées

Ital. 454

Ital. 457

Ital. 928

Ital. 939

Philosophie naturelle

Guillaume de Conches,

Dragmaticon philosophiae

Esp. 255

Esp. 473

Matfre Ermengaud, Breviari d’amor

Esp. 205

Esp. 353

Boèce, Consolatio Philosophiae

Esp. 474

copie Mazarine

Ovide, Métamorphoses comm.

Francesc Alegre

Impr. Rés. g. Yc. 441 copie Mazarine

Encyclopédisme

Francesc Eiximenis, Crestià

voir

www.narpan.net

(Eiximenis)

Histoire

naturelle

Odon de Meung, Macer

Esp. 210

Poème sur la qualité médicale des fruits

N.a.l. 200

Pierre d’Espagne, Questiones logicales

Toulouse

Astronomie

et astrologie

Astronomie

Joan de Bònia, Lectura sexagenarii

Lat. 7416 A

Astrologie

Bartomeu de Tresbéns, L. de les nativitats, Tr. de les interrogacions, Tr. de les eleccions, Libell d’investigacions de tresors

Esp. 411

Liber de eclipsi solis et lune

Perpignan

Calcul de l’horoscope

Esp. 215

Calendriers

Esp. 215

Esp. 487

Arsenal

Géographie

Cresques Abraham, Atlas Català

Esp. 30

Guillem Soler, Carte nautique

Ge B 1131

Macià de Viladesters, Carte nautique

Ge AA 566

Gabriel de Vallseca, Carte nautique

Ge C 4607

Pere Rossell, Carte nautique

Ge C 5090

Alchimie

Ps.-Raymond Lulle, Testamentum + Cantilena

Esp. 289

Ps.-Raymond Lulle, Cantilena

Nantes

Ps.-Arnaud de Villeneuve, L. del gran magisteri de les preparacions i regiment de la pedra filosofal

Esp. 289

Jean de Rocatalhada (Rupescissa, Roquetaillade), De consideratione quinte essentie

Esp. 289

Extraits, recettes, poèmes

Esp. 289

Lat. 11228

Magie

Ps.-Albert le Grand, L. secretorum de virtutibus

Esp. 289

Ferran d’Ayerbe, De adversa fortuna

Esp. 225

copie Mazarine

Prières

N.a.l. 200

Conjurations diverses

Carpentras

Arsenal 105

Marseille

Perpignan

Agriculture

Palladius, Opus agriculture

Esp. 291

Jaufré de Franconie, De plantationibus

arborum

Esp. 291

Ibn Wafid, Summa de agricultura

Esp. 291

Arithmétique

et économie

Arnau de Capdevila, Tractat de les

monedes

Esp. 55

Arnau de Capdevila, Compendi de

matèria de monedes

Esp. 55

Techniques

Recettes pour les encres

Lat. 6906

Appendice II. Inventaire sommaire des manuscrits et des imprimés

28L’inventaire suivant, limité aux matériaux conservés actuellement en France, ne vise pas à rassembler toutes les données disponibles sur chaque manuscrit ou chaque livre imprimé, ce qui nécessiterait un espace bien plus grand que celui dont nous disposons. Il s’agit d’offrir une vision à la fois complète et succincte de ces matériaux, en mettant l’accent sur l’identification des textes conservés et sur l’origine ou la circulation du livre, accompagnée d’une brève information bibliographique qui puisse permettre d’en approfondir la connaissance. Il y est indiqué s’ils disposent d’une entrée dans les catalogues d’Ochoa, de Morel-Fatio, d’Avril, de Bohigas et de BITECA. Quant à la bibliographie restante, il a été fait le choix de privilégier la plus complète et la plus récente, si elle existe, en accordant une attention particulière aux éditions critiques des textes.

Bordeaux, Bibliothèque Municipale

29568 (ca 1425-1440, papier, 105 ff., 280 × 208 mm).

ff. 1roa- 105vob HIPPOCRATE, Aforismes, avec le comm. de GALIEN.

Or. : Académie des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux (?) ; Gabriel de Tàrrega (Tàrrega ca 1468-Bordeaux 1536), médecin de la ville en 1494 et professeur de la Faculté de Médecine de Bordeaux en 1496 (?).

Bibl. : BITECA, manid 1580. A. CARRÉ, Hipòcrates, Aforismes : traducció catalana medieval, Barcelone, 2000.

Carpentras, Bibliothèque Inguimbertine

30126 (factice, XIVe et XVe s., papier, 113 ff., 290 × 220 mm, olim L. 142).

(B) num. 13, 16, 17, 20 et 21, ff. 25, 27, 28, 83 et 86-90 JOAN MARTINA, Receptari.

Or. : couvent des Augustins d’Aix-en-Provence ; (B) Joan Martina, juriste (?) de Sabadell, 1439 (fo 86).

Bibl. : BITECA, manid 2230. (B) J. PERARNAU I ESPELT, « El receptari del sabadellenc Joan Martina (1439) », Arxiu de Textos Catalans Antics, 11(1992), 289-328.

Marseille, Bibliothèque de la Ville-L’Alcazar

311095 (factice, XIIIe-XVe s., papier, 278 p., 212 × 140 mm, olim Фb.34, R. 1252 et 200048).

num. 45, p. 149-150 (= anc. fo LXXIIIro) Conjuration de saint Léon, pape, en cat.

num. 29, p. 184-185 (= anc. fo LXXXXVvo-LXXXXVIro) Recettes de médecine en cat.

Or. : acquis à la vente de la collection particulaire de J.-T. Bory, maire de Marseille (1875) ; (C) Valence (València), 1440 (p. 185).

Bibl. : BITECA, manid 1679. C. BRUNEL, « Notice et extrait du manuscrit 1095 de la Bibliothèque de Marseille contenant des sermons catalans », Bibliothèque de l’École des Chartes, 95 (1934), 5-30 ; Base de dades Ramon Llull/Llull DB (C/29) ; A. BOS, « Deux recettes en catalan », Romania, 36 (1907), 106-08.

Nantes, Bibliothèque Municipale

32523 (XIVe-XVe s., papier, V + 151 + III ff., 208 × 148 mm, olim 497, 20497 et français 357).

  1. ff. 1ro-29ro PS.-RAYMOND LULLE, Testament alchimique (Pratique), en fr.

  2. ff. 29ro-42ro PS.-RAYMOND LULLE, Livre des mercures, en fr.

  3. ff. 42vo-74vo PS.-RAYMOND LULLE, Testament dernier, en fr. (extrait).

  4. ff. 75ro-76vo [olim 95ro-96vo] PS.-RAYMOND LULLE, Cantilena (ou Cobles sobre l’art de l’alquímia), en cat. avec comm. en latin.

  5. ff. 96vo-99vo PS.-RAYMOND LULLE, Amphorimi super alkimia, en lat.

  6. ff. 100ro-150vo PS.-RAYMOND LULLE, Vademecum, en lat.

  7. ff. 151ro Recettes alchimiques, en lat. (add. XVe-XVIe s.).

  8. ff. 152rovo Recettes alchimiques, en lat. (add. XVe s.).

Or. : Anne-Marie-Rodolphe Baron du Taya.

Bibl. : Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, vol. 22, Paris, p. 81 ; J. PERARNAU I ESPELT, Els manuscrits lul·lians medievals de la « Bayerische Staatsbibliothek » de Munic, 2 vol., Barcelone, 1982-1986, vol. 1, § II-1 ; M. PEREIRA, The alchemical corpus attributed to Raymond Lull, Londres, 1989, § I.10 et II.6, voir www.revistaazogue.com ; Base de dades Ramon Llull/Llull DB ; BITECA, manid 1632 ; A. MCLEAN, Database of alchemical manuscripts, § 2402, dans The Alchemy Web Site, www.levity.com/alchemy/alch_mss.html. (4) Repertorio informatizzato dell’antica letteratura catalana (RIALC), dir. Costanzo DI GIROLAMO, à www.rialc.unina.it, 89a.1, éd. M. PEREIRA et B. SPAGGIARI.

Paris, Bibliothèque de l’Arsenal

33105 (première moitié du XVe s., parch., 492 ff., 175 × 128 mm, olim T. L. 133).

Bréviaire à l’usage du diocèse de Valence, avec conjurations en catalan ajoutées par une autre main du XVe siècle en marge des ff. 168ro, 169ro, 170ro, 176ro, 177ro, 179ro, 181vo, 192ro-193ro, 195vo-196ro, 197ro, 198ro, 199ro, 200vo, 202ro, 207ro, 210ro, 227vo et 244ro.

Or. : Oratoire de Saint-Magloire, « ex dono R. P. Le Brun » (fo 1) ; Valence, première moitié du XVe siècle.

Bibl. : Catalogue général des manuscrits, vol. 1, Paris, 1885, p. 55 (« en provençal ») ; V. LEROQUAIS, Les bréviaires manuscrits des bibliothèques publiques de France, vol. 2, Paris, 1934, p. 311-315, § 391 (« en catalan » et « en espagnol »).

342523 (XVIIIe s., papier, 347 ff., 250 × 182 mm, olim [Paulmy] Sciences et Arts no 2839 et 125 S. A. F.).

GUI DE CHAULIAC, Inventari o col·lectori de la part de cirurgia de la medicina (premier volume d’une copie de Lacurne de Sainte-Pelaye du ms. Vatican, BAV, Vat. Lat. 4804).

Or. : Antoine-René de Voyer d’Argenson, marquis de Paulmy (1722-1787).

Bibl. : Catalogue général des manuscrits, vol. 3, Paris, 1887, p. 31 (« en provençal ») ; P. PANSIER, « Catalogue des manuscrits médicaux des bibliothèques de France », Archiv für Geschichte der Medizin, 2 (1908-1909), 1-46 et 385-402, p. 401 (« en provençal »).

352524 (XVIIIe s., papier, 579 ff., 250 × 182 mm, olim [Paulmy] Sciences et Arts no 2441 et 125 S.A.F.).

GUI DE CHAULIAC, Inventari o col·lectori de la part de cirurgia de la medicina (second volume d’une copie de Lacurne de Sainte-Pelaye du ms. Vatican, BAV, Vat. Lat. 4804).

Or. : Antoine-René de Voyer d’Argenson, marquis de Paulmy (1722-1787).

Bibl. : Catalogue général des manuscrits, vol. 3, Paris, 1887, p. 31 (« en provençal ») ; PANSIER, « Catalogue des manuscrits médicaux », p. 401 (« en provençal »).

362525 (XVIIIe s., papier, 252 ff., 250 × 190 mm, olim [Paulmy] Sciences et Arts nos 2841 C et 2440, et 125 S. A. F.).

Miscellanea de médecine en cat. et lat. (copie de Lacurne de Sainte-Pelaye du ms. Vatican, BAV, Vat. Lat. 4797), contenant : (1) un calendrier astrologique pour les années 1466-1515 ; (2) Hunayn ibn IshĀq (Johannitius), Llibre d’introduccions a l’Art de la medicina de Galè (avec glosses) ; (3) [THÉOPHILE] Coneixença de les orines ; (4) [PHILARET], Coneixença dels polsos ; (5) ANTONI RICARD, Tractat d’orines ; (6) ANTONI RICARD, Tractat de coneixença de polsos ; (7-8) notes et recettes ; (9-15) extraits divers de GUI DE CHAULIAC, Inventari o col·lectori de la part de cirurgia de la medicina, liv. VII (antidotaire) ; (16) un long antidotaire (digestifs et purgants) non identifié ; et (17) PS.-ARNAUD DE VILLENEUVE, Petit tractat sobre el regiment que es deu tenir en temps d’epidèmia.

Or. : Antoine-René de Voyer d’Argenson, marquis de Paulmy (1722-1787).

Bibl. : Catalogue général des manuscrits, vol. 3, Paris, 1887, p. 31-32 (« en provençal ») ; PANSIER, « Catalogue des manuscrits médicaux », p. 401-02 (« en provençal »).

Paris, Bibliothèque Mazarine

374509(I) (première moitié du XIXe s., papier, 362 ff.).

Cançoner d’obres enamorades (copie incomplète et notes de Josep Tastú du ms. Paris, BnF, Esp. 225), contenant FERRAN D’AYERBE, De adversa fortuna.

Or. : acquis après la mort de Josep Tastu († 1849).

Bibl. : [J. MASSÓ I TORRENTS], « Papers de Josep Tastú (1787-1849) existents avui en la Bibliothèque Mazarine de París », Revista de Bibliografia Catalana, 2 (1902), 140-55, p. 145.

384509(II) (première moitié du XIXe s., papier, 74 ff.).

Cançoner d’obres enamorades (copie incomplète et notes de Josep Tastú du ms. Paris, BnF, Esp. 225), contenant FERRAN D’AYERBE, Contra fortunam adversam (De adversa fortuna).

Or. : acquis après la mort de Josep Tastu († 1849).

Bibl. : [MASSÓ I TORRENTS], « Papers de Josep Tastú », p. 145.

394512 (première moitié du XIXe s., papier, 307 ff.).

Notes et extraits de Josep Tastú sur des manuscrits divers, contenant (cahier 10, fo 184 et sq.) des extraits d’OVIDE, Transformacions et Al·legories e morals exposicions de FRANCESC ALEGRE (Barcelone, Pere Miquel, 1494), avec une traduction en français.

Or. : acquis après la mort de Josep Tastú († 1849).

Bibl. : [MASSÓ I TORRENTS], « Papers de Josep Tastú », p. 147-48.

404525 (première moitié du XIXe s., papier, + 160 ff.).

Notes et extraits de Josep Tastú sur des manuscrits divers, contenant (fo 16 et sq.) des extraits de BOÈCE, Consolació de Filosofia (ms. Barcelone, ACA, Ripoll 113).

Or. : acquis après la mort de Josep Tastú († 1849).

Bibl. : [MASSÓ I TORRENTS], « Papers de Josep Tastú », p. 153-55.

41[Impr.] 589073 (Barcelone, Joan Rosenbach, 20 mars 1507, 14 ff., 4o).

VALESCO DE TARANTA, Compendi utilíssim contra pestilència tret de la font de medicina, tr. cat. par JOAN VILAR (ex. où il manque le premier et le dernier feuillet, et relié avec deux autres imprimés).

Or. : acquis après la mort de Josep Tastú († 1849).

Bibl. : PAGÈS, « Notice sur la vie et les travaux de Joseph Tastu », p. 137 ; J. Ma. LÓPEZ PIÑERO et al., Los impresos científicos españoles de los siglos XV y XVI : inventario, bibliometría y thesaurus, 4 vol., Valence, 1981-1986, § 1626 ; J. Ma. LÓPEZ PIÑERO et al., Bibliographia Medica Hispanica, 1475-1950, 7 vol. publ., Valence, 1987-1996, § 568.

Paris, Bibliothèque Nationale

42[Cartes et plans] Ge B 1131 (ca 1368-1385, parch., 1 f., 650 × 1020 mm).

GUILLEM SOLER, Carte nautique, en cat. et it.

Or. : acquise auprès de M. Duprat (1859) ; Majorque (ca 1368-1385).

Bibl. : G. de REPARAZ I RUIZ, « Els mapes catalans de la Bibliothèque Nationale de París », Estudis Universitaris Catalans, 13 (1928) : 218-34, p. 222-23 ; R. J. PUJADES I BATALLER, Escriure l’espai baixmedieval : la producció cartogràfica al Mediterrani occidental dels segles XIII, XIV i XV, thèse doctorale de l’Universitat de València, 2005 (en cours de publication), p. 68.

43[Cartes et plans] Ge AA 566 (1413, parch., 1 f., 850 × 1150 mm).

MACIÀ DE VILADESTERS, Carte nautique, en cat.

Or. : chartreuse de Valldecrist (Valdecristo), près de Valence, jusqu’à sa fermeture et destruction (désamortisation de 1835) ; Majorque (daté de 1413).

Bibl. : REPARAZ, « Els mapes catalans », p. 223-24 ; PUJADES, Escriure l’espai, p. 70.

44[Cartes et plans] Ge C 4607 (1447, parch., 1 f., 590 × 940 mm).

GABRIEL DE VALLSECA, Carte nautique, en cat.

Or. : acquise auprès de M. Goulon (1914), qui l’avait acquise à la vente du Dr Ernest Hamy (1908) ; Francesco Sanseverino, comte de Lloria (fl. 1442-1448) ; Majorque (1447).

Bibl. : REPARAZ, « Els mapes catalans », p. 224-25 ; PUJADES, Escriure l’espai, p. 70.

45[Cartes et plans] Ge C 5090 (1462, parch., 1 f., 540 × 840 mm).

PERE ROSSELL, Carte nautique, en cat.

Or. : acquise auprès de Johann Siegfried Moerl (Nuremberg, 1851) ; Majorque (1462).

Bibl. : REPARAZ, « Els mapes catalans », p. 225-26 ; PUJADES, Escriure l’espai, p. 72.

46Esp. 30 (ca 1375, parch., 6 ff. sur bois, 640 × 1 000 mm, olim Ancien Fonds 6816).

CRESQUES ABRAHAM, Atlas Català.

Or. : bibliothèque royale de France ; bibliothèque du prince Jean, fils cadet de Pierre IV d’Aragon (qui l’envoya comme présent pour son couronnement à Charles VI de France, cousin de sa femme, Yolande de Bar, en 1381) ; atelier de Cresques Abraham, Majorque (ca 1375).

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 40, § 119 ; AVRIL et al., Manuscrits enluminés, p. 96-98, § 110 ; BITECA, manid 1003. J. MATAS I TORT (dir.), El Atlas Catalán de Cresques Abraham : primera edición con su traducción al castellano en el sexto centenario de su realización, 1375-1975, Barcelone, 1975 ; H. C. FRIESLEBEN, G. GROSJEAN et al., Mapamundi : der Katalanische Weltatlas vom Jahre 1375, nach dem Bibliothèque Nationale, Paris, verwahren Original farbig wiedergegeben, Stuttgart, 1977 ; M. PELLETIER (coord.), Mapamondi : Une carte du monde au XIVe siècle, Paris, 1998 (Collection BnF, Sources).

47Esp. 55 (moitié du XVe s., papier, 104 ff., 285 × 212 mm, olim Ancien Fonds 7802).

  1. ff. 1roa-43vob LLUÍS DE PACS, Doctrina moral.

  2. ff. 44roa-75vob PS.-FRANCESC EIXIMENIS, Doctrina compendiosa.

  3. ff. 76roa-77rob BERNAT METGE, Apologia.

  4. ff. 77voa-93vob JAFUDÀ BONSENYOR, Libre de paraules de savis e de filòsofs.

  5. ff. 94roa-104vo ARNAU DE CAPDEVILA, Tractat de les monedes (daté Barcelone 1437).

Or. : bibliothèque royale de France (château de Blois, 1544) ; bibliothèque royale de Naples (1487) ; Girolamo Sanseverino, second prince de Bisignano (« Prencepe de Visengnano », fo 104vo).

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 6, § 22 ; T. DE MARINIS, La Biblioteca napoletana dei re d’Aragona – Supplemento, col concorso di D. BLOCH, C. ASTRUC, J. MONFRIN [et] J. RUYSSCHAERT, Vérone, 1969, vol. 1, p. 257-58 ; BOHIGAS, p. 97-98 ; BITECA, manid 1385.

48Esp. 57 (1438, papier, III + 325 + II ff., 295 × 215 mm, olim Ancien fonds 7806 et Mazarin).

  1. ff. 1ro-313ro FRANCESC EIXIMENIS, Llibre de les dones, liv. II, part V (« De dones religioses »).

  2. ff. 313vo-318ro PONÇ DESLLEDÓ , Receptari.

Or. : bibliothèque du cardinal Mazarin, acquise (1668) par la bibliothèque royale de France ; Majorque (colophon daté par le copiste Bartomeu Sorell à Majorque de 1438, ms. copié pour Ponç Deslledó, marchand de Majorque,

fo 313ro).

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 5, § 19 ; BOHIGAS, p. 92 ; BITECA, manid 1244.

49Esp. 205 (1400, papier, X [A-J] + II [K-L] + 223 ff. + III ff., 287 × 212 mm, olim Ancien fonds 7695).

ff. Cro-Jvo et 1ro-205ro MATFRÉ ERMENGAUD, Breviari d’amor, en cat.

Or. : bibliothèque royale de France ; bibliothèque royale de Naples (1486) ; Pedro de Guevara, marquis de Vasto et grand sénéchal du royaume de Naples (« gra senescarco », fo 208vo) ; (colophon daté par le copiste Miquel [nom cancelé] de 1400).

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 29, § 80 ; DE MARINIS, La biblioteca napoletana... Supplemento, vol. 1, p. 197-98, et vol. 2, pl. 137 et 137 bis ; BOHIGAS, p. 100 ; AVRIL et al., Manuscrits enluminés, p. 102-03, § 115, et pl. LIX et CXI ; BITECA, manid 1542.

50Esp. 210 (première moitié du XVe s., papier, [II] + LXVII ff., 300 × 208 mm, olim Suppl. franç. 3170).

  1. ff. 1ro-2ro et Iro-LXVvo ODON DE MEUNG, Llibre de les virtuts de les herbes (ou Màcer).

  2. ff. LXVIvo-LXVIIvo Recettes contre la peste (add. XVe-XVIe s., Barcelone ?).

Or. : acquis auprès de M. Piccolomini (1838) ; Naples (?).

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 33, § 95 ; BOHIGAS, p. 107 ; AVRIL et al., Manuscrits enluminés, p. 172, § 230 ; BITECA, manid 1736. (2) L. FARAUDO DE SAINT-GERMAIN, « Una versió catalana del Libre de les herbes de Macer », Estudis Romànics, 5 (1955-1956), 1-54.

51Esp. 212 (première moitié du XIVe s., parch., A + 125 + I ff., 345 × 245 mm, olim [Blois ?] 612, [Fontainebleau ?] 863 et Ancien fonds 7249).

  1. ff. 1roa-89vob TEODORICO BORGOGNONI, Cirurgia, tr. cat. par GUILLEM CORRETGER.

  2. ff. 89vob-93voa ANONYME, Llibre de la cura dels ulls.

  3. ff. 93voa-109voa GIORDANO RUFFO DE CALABRE, Cirurgia dels cavalls.

  4. ff. 109vob-1 12rob ANONYME, Llibre del nodriment i de la cura dels ocells de caça (ou Epístola d’Àquila, Símacus i Teodosi a Ptolemeu, emperador d’Egipte, ou Pràctica dels ocells).

  5. ff. 1 12rob-123voa Abū Bakr ar-Razī (Rhazès), Llibre d’Almansor, liv. I.

  6. ff. 123voa-124roa Abū Bakr ar-Razī (Rhazès), Llibre d’Almansor, liv. IX, ch. 54 (« De l’esquinància »).

  7. ff. 124vo-125vo Recettes de médecine en cat. (add. XIVe s.).

  8. fo 125vo Recettes de médecine en cat. (add. XVe s.).

Or. : bibliothèque royale de France (châteaux de Blois [1544] et de Fontainebleau) ; bibliothèque royale de Naples (?) ;bibliothèque royale d’Aragon, Barcelone (?).

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 33, § 94 ; BOHIGAS, p. 101-102 ; AVRIL et al., Manuscrits enluminés, p. 168, § 216 ; BITECA, manid 1086 ; L. BADIA, Textos catalans tardomedievals i “ciència de natures”, Barcelone, 1996, ap. 2, p. 61-62. (1) A. CONTRERAS MAS, « La versión catalana de la “Cirurgia” de Teodorico de Luca por Guillem Correger de Mayorcha : un intento de mejorar la formación teórica de los cirujanos », Estudis Baleàrics, 4 (1984), 55-74 ; ID., « La difusión medieval de la “Cyrurgia” de Teodorico Borgognoni (1205-1298) en los países de habla catalana : la versión catalana de Guillermo Correger (1306), Libro I (cirugía general) según el ms. París, Bibliothèque Nationale, fonds espagnol, 212, fo 1-18vo », Santander, 1986 (maîtrise) ; L. BADIA, Textos catalans tardomedievals, p. 44-45 et p. 66 (facs. fo 1ro) ; L. CIFUENTES, « Vernacularization as an intellectual and social bridge : the Catalan translations of Teodorico’s “Chirurgia” and of Arnau de Vilanova’s “Regimen sanitatis” », Early Science & Medicine, 4 (1999), 127-148 ; éd. en préparation de L. CIFUENTES. (3) Y. POULLE-DRIEUX, « L’hippiatrie dans l’Occident latin du XIIIe au XVe siècle », dans G. BEAUJOUAN, Y. POULLE-DRIEUX et J.-M. DUREAU-LAPEYSSONNIE, Médecine humaine et vétérinaire à la fin du Moyen Âge, Genève-Paris, 1966, p. 9-168, en particulier p. 20-21 ; V. DUALDE PÉREZ, « Aportacio al coneiximent d’alguns termens valencians del llenguage anatomic menescalesc », Revista de Filologia Valenciana, 2 (1995), 7-47. (4) L. GARCÍA BALLESTER, « The “Epistola Aquilae Symachi et Theodotionis ad Ptolomeum regem Aegypti de avibus nobilibus” and its XIVth century catalan version », Episteme, 9 (1975), 253-269 ; A. LUPIS et Saverio PANUNZIO, « “La pístola a Tolomeu emperador d’Egipte” en la tradició venatòria medieval romànica i l’estructura epistolar del gènere venatori », Estudis de Llengua i Literatura Catalanes, 15 [= Miscel·lània Antoni M. Badia i Margarit, 7] (1987), 13-53 ; J. Querol San-Abdon prépare actuellement à l’Universitat Autònoma de Barcelona, sous la direction de M. Pumarola, L. Cifuentes et D. Jacquart, une thèse de doctorat sur « L’art de la falconeria a la Corona d’Aragó durant la Baixa Edat Mitjana : edició i estudi dels tractats escrits en català ».

52Esp. 215 (factice, XVe s., papier, 135 ff., 288 × 215 mm, olim [Baluze] 450 et Ancien fonds 78132). Volume factice constitué par deux mss. de médecine vétérinaire du XVe siècle (A, ff. 1-94 et B, ff. 95-135).

  1. ff. 1ro-94ro MANUEL DÍEZ, Llibre de la menescalia.

  2. ff. 95ro-99ro Calendrier et notes d’astrologie humaine et animale, en cat.

  3. ff. 99ro-135vo ANONYME (entourage d’Alphonse XI de Castille), Llibre dels cavalls.

  4. fo 135vo MAÎTRE COLA, ferrier de Capua, Reçeta para mal de la nube del ojo del cavallo, en esp. (add. XVe s.).

Or. : collection d’Étienne Baluze, acquise (1719) par la bibliothèque royale de France ; bibliothèque royale de Naples (1486) ; Pedro de Guevara, marquis de Vasto et grand sénéchal du royaume de Naples (« Maschalchia. Gra senescarco », fo 135vo).

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 34, § 97 ; BOHIGAS, p. 105-106 ; DE MARINIS, La biblioteca napoletana... Supplemento, vol. 1, p. 196-97, et vol. 2, pl. 136 ; POULLE-DRIEUX, « L’hippiatrie », p. 30 et 36, pl. A ; AVRIL et al., Manuscrits enluminés, p. 125, § 140, et pl. LXXVI ; BITECA, manid 1069. (1) DUALDE PÉREZ, « Aportacio al coneiximent d’alguns termens valencians » ; éd. en préparation de Lluís CIFUENTES.

53Esp. 216 (XIVe-XVe s., papier, 90 ff., 295 × 215 mm, olim Ancien fonds 7814).

  1. ff. 1ro-55ro ALPHONSE XI DE CASTILLE, Libro de la monteria, en esp.

  2. fo 57rovo Recettes de médecine pour les chiens de chasse, en cat.

  3. ff. 59ro-65vo Lettres du sage maure Benalhatib à Pierre Ier de Castille, en esp.

  4. ff. 65vo-68vo Discours de Jean Ier de Castille aux cortès de Ségovie de 1386, en esp.

  5. ff. 68vo-90ro Miscellanées historiques de la maison de Trastámara (Castille et Aragon), lettres, extraits de chroniques et poèmes, en esp. et gallegoportugais.

Or. : bibliothèque royale de France (château de Fontainebleau) ; bibliothèque royale de Naples (?) (copiste catalan).

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 38, § 115 ; BETA, manid 1167 ; BITECA, manid 2399. (1) Ma. Isabel MONTOYA RAMÍREZ (éd.), ALFONSO XI, Libro de la Montería : estudio y edición crítica, Grenade, 1992. (2) QUEROL SAN-ABDON, « L’art de la falconeria a la Corona d’Aragó ». (3) G. ORDUNA (éd.), « Ms. BN París Fonds Espagnol 216 (fs. 59-65) [Cartas del sabio moro Benalhatib dirigidas a Pedro I] », Incipit, 3 (1983), 185-196. (4) Cortes de los antiguos reinos de León y de Castilla publicadas por la Real Academia de la Historia, 5 vol., Madrid, 1861-1903, vol. 2, p. 350-59. (5) Miscelánea histórica de París (PN2) : BNP Esp. 216, dans ADMYTE : Archivo digital de manuscritos y textos españoles, Madrid, 1992, disque 0.

54Esp. 225 (fin du XVe s., papier, I-III + A-T + 249 ff., 288 × 217 mm, olim Ancien Fonds 7699).

Cançoner d’obres enamorades (ou Cançoner d’amor), contenant (186,

fo 158rovo) FERRAN D’AYERBE, Contra fortunam adversam (De adversa fortuna).

Or. : bibliothèque du cardinal Mazarin, acquise (1668) par la bibliothèque royale de France ; Occitanie (« Anthony del Codony, menor. 1624. Costa 3 lliures 12 sous [...] 7 lliures 12 sous. », fo Iro).

Bibl. : DE OCHOA, Catálogo, p. 286-374 [sp. 345-346], § 187 ; K. BARTSCH, « Der katalonische Cançoner d’amor der Pariser Bibliothek », Jahrbuch für romanische und englische Literatur, 2 (1865) : 288-292 ; MOREL-FATIO, Catalogue, p. 195-204, § 595 ; A. PAGÈS (éd.), Les obres d’Auziàs March, Barcelone, 1912, p. 9-14 ; J. MASSÓ I TORRENTS, « Bibliografia dels antics poetes catalans », Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans, 5 (1913-1914), 3-276 [extrait : Barcelone, 1914], p. 77-92 ; ID., Repertori de l’antiga literatura catalana : la poesia, Barcelone, 1932, BOHIGAS, p. 152 ; BITECA, manid 1322. (186) Martı´DE RIQUER, Antoni COMAS i Joaquim MOLAS, Història de la literatura catalana, 11 vol., Barcelone, 1964 [1980]-1988, vol. 3, p. 67 (éd. partielle) ; RIALC, § 11.1, éd. M. CABRÉ.

55Esp. 255 (XVe s., papier, 148 ff., 222 × 132 mm, olim [Colbert] 5504 et Ancien fonds 81643).

ff. 1ro-148vo GUILLAUME DE CONCHES, Summa de philosophia.

Or. : bibliothèque de Colbert, acquise (1732) par la bibliothèque royale de France.

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 30, § 83 ; BOHIGAS, p. 98-99 ; BITECA, manid 1435. L. BADIA et J. PUJOL (éd.), Guillelmi de Conchis : Summa de Philosophia in vulgari, dans É. JEAUNEAU (dir.), Guillelmi de Conchis Opera Omnia, vol. 1, Turnhout, 1997, p. 275-497 (Corpus Christianorum : Continuatio medievalis, vol. 152).

56Esp. 289 (première moitié du XVIe s., papier, 205 ff., 198 × 138 mm, olim Suppl. franç. 410).

  1. ff. 3ro-157ro PS.-RAYMOND LULLE, Testament alquímic, trad. cat. par JAUME MAS.

  2. ff. 158ro-179ro JEAN DE ROCATALHADA (Rupescissa), Llibre de la demostració de la quinta essència extreta de totes les coses transmutables.

  3. ff. 179rovoLo tractat anomenat Imatge de vida, tret dels secrets dels filòzofs, és a saber, de la flor d’alquímia primera (extraits).

  4. ff. 180ro-181roLapis filozoforum per sol et llune, en cat. (extraits).

  5. ff. 181vo-182roLa obra e tractat de Maser (extraits).

  6. fo 182roUnna recepta per a congelar lo mercuri.

  7. ff. 182vo-192roDictats dels filòzofs segons Rosiano Constansi diu e altres filòzofs (extraits).

  8. fo 192rovoSecrets de los secrets (extraits).

  9. ff. 192vo-194roLlibre de Enric Alamany (extraits).

  10. ff. 194vo-197vo PS.-ALBERT LE GRAND, Llibre de les virtuts (extraits).

  11. ff. 198ro-204ro PS.-ARNAUD DE VILLENEUVE, Llibre del gran magisteri de les preparacions i regiment de la pedra filosofal (add. fin du XVIe s.).

Or. : acquis en 1876 ; « Juan Jusep Vela » (fin du XVIe s., fo 3ro).

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 36, § 106 ; J. Ramón DE LUANCO, La alquímia en España : escritos inéditos, noticias y apuntamientos que pueden servir para la historia de los adeptos españoles, 2 vol., Barcelone, 1889 et 1897 [réimpr. : Barcelone, 1998], vol. 2, p. 54-62 ; BOHIGAS, p. 108 ; BITECA, manid 1959 ; L. CIFUENTES, « Les obres alquímiques “arnaldianes” en català a finals de l’Edat Mitjana », dans J. PERARNAU (éd.), Actes de la « II Trobada internacional d’estudis sobre Arnau de Vilanova », Barcelone, 2005, p. 129-50 [aussi dans Arxiu de Textos Catalans Antics, 23-24 (2004-2005), 129-50], p. 147-49.

57Esp. 291 (XVe-XVIe s., papier, XXIV + 130 + LVIII ff., 210 × 142 mm, olim [Blois] A vii et Ancien fonds 8088).

  1. ff. 1ro-30vo JAUFRÉ DE FRANCONIE, Tractat de plantar i empeltar arbres i de conservar el vi.

  2. ff. 30vo-62ro PALLADIUS, Llibre d’agricultura.

  3. ff. 62ro- 11 1ro IBN WAFID, Compendi d’agricultura.

  4. ff. 11 1ro-130ro IBN ZUHR (Avenzoar), Tractat de les viandes.

Or. : bibliothèque royale de France (château de Blois, 1544) ; bibliothèque royale de Naples.

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 32-33, § 93 ; G. MAZZATINTI, La biblioteca dei re d’Aragona in Napoli, Rocca S. Casciano, 1897, p. 133-134, § 334 ; T. DE MARINIS, La biblioteca napoletana dei re d’Aragona, 4 vol., Milan, 1947-1953, vol. 2, p. 166 ; BOHIGAS, p. 108 ; BITECA, manid 1271 ; D. BONNET, « Un manuscrit catalan du XVe siècle “De re rustica” », mémoire de maîtrise, Université de Paris X-Nanterre, 1995. (1-2) A. G. HAUF I VALLS, « Dues versions iberoromàniques de l’“Opus agriculturae” de Pal·ladi : petita mostra lexicogràfica », dans G. HOLTUS et al. (éd.), La Corona d’Aragó i les llengües romàniques : miscel·lània d’homenatge per a Germà Colon, Tübingen, 1989, p. 383-393, sans identifier le texte 1. (2) M. PICCAT, « Il “Tractat d’agricultura” del ms. 754 della Biblioteca de Catalunya », dans A. FERRANDO et A. G. HAUF (éd.), Miscel·lània Joan Fuster : estudis de llengua i literatura, vol. 5, Barcelone, 1992, p. 45-65. (3) W. METTMANN, « Eine Übersetzung des “Kompendiums” von Ibn Wafid und andere altkatalanische Texte über die Landwirtschaft », Romanische Forschungen, 92 (1980), 350-358 ; J. Ma CARABAZA BRAVO, « Una versión catalana de un tratado agrícola andalusí », dans E. GARCÍA SÁNCHEZ (éd.), Ciencias de la Naturaleza en al-Andalus : textos y estudios, vol. 3, Grenade, 1994, p. 169-192. (4) E. GARCÍA SÁNCHEZ, « La traducción catalana medieval del “Kitab al-Agdiya” (Tratado de los alimentos) de Avenzoar », dans A. RIERA I MELIS (éd.), Actes del 1r Col·loqui d’Història de l’Alimentació a la Corona d’Aragó : Edat Mitjana, vol. 1 (Ponències), Lleida, 1995, p. 363-386.

58Esp. 297 (XVe s., papier, 9 + LV ff., 220 × 142 mm, olim [Colbert] 3979 et Ancien fonds 79193).

fo 2ro-9vo et I-XLVIIIvo ANONYME (entourage d’Alphonse XI de Castille), Llibre dels cavalls.

Or. : bibliothèque de Colbert, acquise (1732) par la bibliothèque royale de France ; Occitanie (« Françoys [...], chanoine de S[aint] P[ierre] de Monpeler », ff. 2ro et 9vo ; « Bertran Steve de Polastron », fo LVvo).

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 34, § 96 ; BOHIGAS, p. 106-107 ; BITECA, manid 1313.

59Esp. 353 (fin du XIVe s., parch., VI [A-F] + 237 + [II] ff., 315 × 220 mm, olim [Saint-Germain des Pres] franç. 137).

  1. ff. Croa-Fvob et 1roa-192roa MATFRÉ ERMENGAUD, Breviari d’Amor, en cat.

  2. ff. 193roa-217rob ALBERTAN DE BRESCIA, Llibre de consolació i de consell.

  3. ff. 217voa-227vob ALBERTAN DE BRESCIA, Llibre de l’amor i de la caritat.

  4. ff. 228roa-231ora Proverbis de Salomó (ch. I-VI).

  5. fo 231roab Ensenyaments que donà un savi a un seu deixeble que estava amb un rei.

  6. fo 231rob Sentences bibliques, en lat.

  7. fo 232roab ARNOUL DE BOHÉRIES, Speculum monachorum, en lat.

  8. fo 233roab Sentences bibliques, en lat.

  9. ff. 233voa-235vob ANSELME DE CANTERBURY, Meditacions (II et III).

  10. ff. 236roa-236voa Vers latins adressés à un chartreux.

  11. ff. 236vob-237vob Sentences bibliques, en cat. (la première) et en lat.

Or. : abbaye de Saint-Germain-des-Prés ; Henri-Charles du Cambout de Coislin, évêque de Metz († 1732) ; Pierre Séguier († 1672), chancelier de France.

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 29, § 79 ; BOHIGAS, p. 95-96 et 99-100 ; AVRIL et al., Manuscrits enluminés, p. 10 1-02, § 114, et pl. LVIII-LIX et CXII ; BITECA, manid 1139.

60Esp. 411 (XVe s., papier, [IV] + 86 + [III] ff., 297 × 220 mm).

  1. fo 1vo Table des planètes.

  2. ff. 1robis-85or BARTOMEU DE TRESBÉNS, Llibre de les nativitats.

Or. : acquis (1874) chez le libraire de Paris Labitte.

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 37, § 108 ; BOHIGAS, p. 108 ; AVRIL et al., Manuscrits enluminés, p. 173, § 233, et pl. CXV ; BITECA, manid 1871. J. VERNET et D. ROMANO (éd.), Bartomeu de Tresbéns, Tractat d’astrologia : text, introducció i glossari, 2 vol., Barcelone, 1957 et 1958.

61Esp. 473 (XVe s., papier, 89 ff., 288 × 205 mm).

ff. 1ro-89vo GUILLAUME DE CONCHES, Summa de filosofia (incomplet).

Or. : acquis en 1885 ; Biblioteca Colombina (Seville) ; Ferdinand Colomb.

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 354, § 639 ; BOHIGAS, p. 99 ; BITECA, manid 1474. BADIA et PUJOL (éd.), Guillelmi de Conchis : Summa de Philosophia in vulgari.

62Esp. 474 (XVe s., papier, 119 ff., 285 × 205 mm).

ff. 1roa- 1 19vob BOÈCE, Consolació de la Filosofia, tr. cat. par ANTONI GINEBREDA.

Or. acquis (1885) auprès de Mme Hénaux ; Biblioteca Colombina (Séville) ; Ferdinand Colomb.

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 353-54, § 638 ; BOHIGAS, p. 147 ; AVRIL et al., Manuscrits enluminés, p. 173, § 234 ; BITECA, manid 1374.

63Esp. 487 (début du XVe s., paper, 46 ff., 295 × 220 mm, olim Acq. 8070 Libri, 111 [Libri], 214 [Marmoutier], 19 [Lesdeguières]). Première partie originale du ms. Carpentras, Bibl. Inguimbertine, 381 (olim L. 337). L’actuel fo 12 doit se lire après le fo 20.

Cançoner de Carpentras (o de París-Carpentras), contenant (8, fo 46rovo) ANONYME, Poème sur le calendrier (« Dins en .I. any son scrites…--…tot los altres són de .XXXI. »).

Or. : Acquis (1888) auprès de Bertram Ashburnham, 4e comte d’Ashburnham, qui l’avait acheté (1847) au mathématicien et bibliopathe Guglielmo Libri, lequel l’avait volé de la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras (après 1841) ; Malachie d’Inguimbert, évêque de Carpentras (jusqu’à 1746) ; abbaye de Saint-Martin de Marmoutier, Touraine (1716) ; François de Bonne, duc de Lesdiguières, maréchal et conestable de France (1543-1626).

Bibl. : MOREL-FATIO, Catalogue, p. 360, § 681 ; MASSÓ I TORRENTS, « Bibliografia dels antics poetes », p. 59 ; ID., Repertori de l’antiga literatura, § Fa ; BOHIGAS, p. 150-52 ; BITECA, manid 1160. (8) P. MEYER, « Nouvelles catalanes inédites (II) », Romania, 20 (1891), 193-215 et 579-615, p. 613-14, et à RIALC, § 0 bis, éd. corr.

64Esp. 508 (moitié du XVe s. [avant 1473], papier, 61 ff., 287 × 207 mm).

  1. ff. 1roa-10rob Hunayn ibn IshĀq (Johannitius), Llibre d’introduccions a l’Art de la medicina de Galè (avec gloses).

  2. ff. 10rob-11roa [THÉOPHILE], Coneixença de les orines, attr. à GALIEN.

  3. ff. 11rob-12roa [PHILARET], Coneixença dels polsos.

  4. ff. 12rob-48voa AbŪ-l-Salt Umayya al-AndalusĪ (Albuzale, Albumasar), Llibre de simples medecines.

  5. ff. 48vob-56vob ALDEBRANDIN DE SIENNE, Tractat de les viandes i dels beures (Régime du corps, liv. III), atr. à GALIEN.

  6. ff. 57roa-61rob JEAN DE PARME, Petita pràctica.

  7. f. 61rob Recette de médecine en cat. (add. ca 1473).

Or. : acquis en 1892 (second fo de garde) ; Naples (comptes d’un voyage entre Naples et Barcelone, daté de 1473, fo 61vo) ; Barcelone (?).

Bibl : BOHIGAS, p. 102-103 ; BITECA, manid 1093 ; BADIA, Textos catalans tardomedievals, ap. 3, p. 62-64 ; L. CIFUENTES, « La traducció catalana : transcripció del MS París BN Esp. 508, fo 12b-48voa », dans [ARNAUD DE VILLENEUVE], Translatio libri Albuzale (Abū-l-Salt) de medicinis simplicibus, éd. J. MARTÍNEZ GÁZQUEZ et M. R. MCVAUGH (trad. lat.), A. LABARTA (texte arabe) et L. CIFUENTES (trad. cat.), introd. d’A. LABARTA, J. MARTÍNEZ GÁZQUEZ, M. R. MCVAUGH, D. JACQUART et L. CIFUENTES, dans M. R. MCVAUGH, P. GIL SOTRES, F. SALMÓN et J. ARRIZABALAGA (éd.), Arnaldi de Villanova Opera Medica Omnia, vol. XVII, Barcelone, 2004, p. 449-541 ; ID. (éd.), Abū-l-SAlt de Dénia (Albumesar), Llibre de simples medecines : traducció catalana medieval, Barcelone, sous presse. (1) BADIA, Textos catalans tardomedievals, p. 50-56 (première particule) et 67 (facs. du fo 1ro) ; éd. en préparation de L. CIFUENTES. (4) L. CIFUENTES, « Nota sobre la traducció catalana del “De medicinis simplicibus” d’Abū-l-Salt de Dénia », Quaderns de Filologia : Estudis Literaris, 8 (2003), 119-49 ; ID., « La traducció catalana » ; ID. (éd.), Abū-l-SAlt de Dénia (Albumesar), Llibre de simples medecines.

65Esp. 563 (fin du XIVe s., papier, XII + 22 + CLXVI + [3] ff., 290 × 210 mm).

ff. Iro-CLXVIroAbū ‘Alī ibn Sina (Avicenne), Cànon de la medicina, liv. IV, fen I-IV.

Or. : acquis (1905) à Aix-les-Bains (Savoye) ; Italie (notes sur des naissances en catalan italianisé datées de 1444-1445, fo 1ro ; recette de médecine en italien datée de 1445, fo 3vo).

Bibl. : BOHIGAS, p. 101 ; AVRIL et al., Manuscrits enluminés, p. 169, § 220, et pl. CXII ; BITECA, manid 1363 ; BADIA, Textos catalans tardomedievals, ap. 1, p. 59-61 et 65 (facs. fo VII).

66Ital. 454 (seconde moitié du XVe s., papier, 68 ff., 338 × 230 mm, olim Anc. fonds fr. 7247).

  1. ff. 1ro-37ro GIORDANO RUFFO DE CALABRE, Mascalcia, en it.

  2. ff. 41rov (sommaire) et 45ro-49vo Réceptaire de fauconnerie (dit de messer Panunzio), en it., en lat. et (deux rec.) en cat. (ff. 46vo-47vo, attribuées à « Spanyolecto » et « mossèn Pasqual » et datées de 1467 et 1468).

  3. ff. 41vo-44vo (sommaire) et 50ro-68vo MESSER JOANNE, Réceptaire vétérinaire, en it.

Or. : bibliothèque royale de France ; bibliothèque royale de Naples.

Bibl. : DE MARINIS, La biblioteca napoletana, vol. 2, p. 145 ; A. LUPIS, « La sezione venatoria della Biblioteca aragonese di Napoli, e due sconosciuti trattati di Ynnico D’Avalos, Conte Camerlengo », Annali della Facoltà di Lingue e Letterature Straniere, n. s., 6 (1975), 3-101, p. 25, § 2b. (2) A. LUPIS et S. PANUNZIO, Trattati italiani inediti di falconeria dei secoli XIV e XV, Tübingen, 1987 (Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie, 207) ; A. LUPIS et S. PANUNZIO, Caccia e pratica veterinaria a Napoli e nelle corti italiane del Quattrocento, Bari, 1992 ; (2 cat.) QUEROL SAN-ABDON, « L’art de la falconeria a la Corona d’Aragó ».

67Ital. 457 (seconde moitié du XVe s., papier, VI + 56 ff., 275 × 199 mm, olim Anc. fonds fr. 7738).

  1. ff. Iro-Ivo (sommaire) et 1ro-8ro Réceptaire de fauconnerie (dit de messer Panunzio), en it., en lat. et (deux rec.) en cat. (ff. 3vo-4vo, attribuées à « Spanyoleto » et « mossèn Pasqual » et datées de 1467 et 1468).

  2. ff. Ivo-IVvo (sommaire) et 11ro-34vo MESSER JOANNE, Réceptaire vétérinaire, en it.

  3. ff. 41ro-58ro Réceptaire vétérinaire.

Or. : bibliothèque royale de France ; bibliothèque royale de Naples (armes d’Alphonse II, duc de Calabre, fo 1ro).

Bibl. : DE MARINIS, La biblioteca napoletana, vol. 2, p. 122 ; LUPIS, « La sezione venatoria della Biblioteca aragonese di Napoli », p. 24, § 2a. (1) LUPIS et PANUNZIO, Trattati italiani inediti di falconeria ; LUPIS et PANUNZIO, Caccia e pratica veterinaria a Napoli ; (1 cat.) QUEROL SAN-ABDON, « L’art de la falconeria a la Corona d’Aragó ».

68Ital. 928 (seconde moitié du XVe s., papier, 69 ff., 231 × 161 mm, olim Anc. fonds fr. 7740).

  1. ff. 1ro-2vo (sommaire) et 9ro-16vo Réceptaire de fauconnerie (dit de messer Panunzio), en it., en lat. et (deux rec.) en cat. (ff. 12ro-13ro, attribuées à « Spaniolecto » et « mossèn Pasqual » et datées de 1467 et 1468).

  2. ff. 2vo-4vo (sommaire) et 17ro-69ro MESSER JOANNE, Réceptaire vétérinaire, en it.

Or. : bibliothèque royale de France ; bibliothèque royale de Naples (armes d’Alphonse II, duc de Calabre, fo 9ro).

Bibl. : DE MARINIS, La biblioteca napoletana, vol. 2, p. 122 ; LUPIS, « La sezione venatoria della Biblioteca aragonese di Napoli », p. 24, § 2. (1) LUPIS et PANUNZIO, Trattati italiani inediti di falconeria ; LUPIS et PANUNZIO, Caccia e pratica veterinaria a Napoli ; (1 cat.) QUEROL SAN-ABDON, « L’art de la falconeria a la Corona d’Aragó ».

69Ital. 939 (seconde moitié du XVe s., papier, A-G + 85 ff., 226 × 161 mm, olim Anc. fonds fr. 8102).

  1. ff. Ar-Gr (sommaire) et 1ro-9vo Réceptaire de fauconnerie (dit de messer Panunzio), en it., en lat. et (deux rec.) en cat. (ff. 4vo-5vo, attribuées à « Spagnyolecto » et « mossèn Pasqual » et datées de 1467 et 1468).

  2. ff. 9vo-11ro Réceptaire de fauconnerie, en it., en lat. et (une rec.) en cat. (fo 11ro, attribuée à l’« artiaca Mercader » et datée de 1474).

  3. ff. Ar-Gr (sommaire) et 19ro-84ro Réceptaire vétérinaire, en it.

Or. : bibliothèque royale de France (armes d’Henri II, reliure) ; bibliothèque royale de Naples (armes de Ferdinand I de Naples, fo 1ro).

Bibl. : DE MARINIS, La biblioteca napoletana, vol. 2, p. 33 et 106 ; LUPIS, « La sezione venatoria della Biblioteca aragonese di Napoli », p. 25-27, § 2c. (1-2) LUPIS et PANUNZIO, Trattati italiani inediti di falconeria ; LUPIS et PANUNZIO, Caccia e pratica veterinaria a Napoli ; (1-2 cat.) QUEROL SAN-ABDON, « L’art de la falconeria a la Corona d’Aragó ».

70Lat. 6906 (factice, [A] XIIe-XIIIe siècles et [B] seconde moitié du XIIIe siècle, parch., 197 ff., 290 × 200 mm, olim [Colbert] 1253 et Regius 5005). Volume factice constitué par deux mss. de médecine réunis dès la première moitié du XIVe siècle (A, ff. 1-112 et B, ff. 113-197).

  1. ff. 1ro-112vob Abū Bakr ar-Razī (Rhazès), Liber Almansoris, en lat. (add. première moitié du XIVe s., ff. 111vo-112 recette d’encre dorée [or mussif] en cat.).

  2. ff. 113roa-141voa Abū Bakr ar-Razī (Rhazès), Liber divisionum, en lat.

  3. ff. 151voa-164rob Abū Bakr ar-Razī (Rhazès), Antidotarius, en lat.

  4. ff. 164rob-173roa Abū Bakr ar-Razī (Rhazès), Liber de doloribus juncturarum, en lat.

  5. ff. 173roa-175voa Abū Bakr ar-Razī (Rhazès), Practica puerorum, en lat.

  6. ff. 175voa-188rob Abū Bakr ar-Razī (Rhazès), Experimenta, en lat.

  7. ff. 188rob-197vob Synonima médicaux arabolatins (add. première moitié du XIVe s., fo 190vo RICHARD [L’ANGLAIS], Regles de la sagnia, en cat.).

71Or. : bibliothèque de Colbert, acquise (1732) par la bibliothèque royale de France ; Occitanie.

Bibl. : Catalogus Codicum Manuscriptorum Bibliothecae Regiae : Pars tertia, 4 vol., Paris, 1744, vol. 4-I, p. 292.

72Lat. 7416A (ca 1464, papier, 61 ff., 215 × 145 mm, olim [Colbert] 4427).

  1. ff. 3ro-8ro‘AlĪ, Lectura del xexante, tr. arabo-catalane par JOAN DE BÒNIA.

  2. ff. 11ro-57ro JOAN DE BÒNIA, Tractatus de sexagenarii (daté de Valence 1464).

  3. ff. 57vo-59vo‘AlĪ, Lectura sexagenarii, tr. catalano-latine par JOAN DE BÒNIA (ch. 1-3).

Or. : bibliothèque de Colbert, acquise (1732) par la bibliothèque royale de France ; Oronce Fine ; Antoine Mizault.

Bibl. : Catalogus Codicum Manuscriptorum Bibliothecae Regiae : Pars tertia, 4 vol., Paris, 1744, vol. 4-II, p. 354 ; E. POULLE, Les instruments de la théorie des planètes selon Ptolémée : équatoires et horlogerie planétaire du XIIIe au XVIe siècle, 2 vol., Genève-Paris, 1980, p. 417-444 et 812-813 ; M. AGUIAR AGUILAR et J. A. GONZÁLEZ MARRERO, Un texto valenciano del siglo XV : el tratado astronomico del Sexagenarium, Onda, 2003.

73Lat. 11228 (XIVe-XVe s., parch., 91 ff., 216 × 141 mm, olim Suppl. lat. 596).

ff. 1ro-6vo table du contenu du volume (le début manque).

  1. ff. 7ro-26vo Recettes de médecine et d’hippiatrie, en lat. et en cat. (ff. 7ro-8ro et 13vo-14ro en cat.).

  2. ff. 26vo-32voLiber de ethimologia et laudilius medicinarum, en lat.

  3. fo 32rov Capitula libri aurei, en lat.

  4. ff. 32vo-45ro Recettes de médecine, en lat.

  5. ff. 45vo-80roPractica magistri Gregori [sic], Dei gratia archiepiscopi Tripolitani, que ab ipso magistro Gregorio probata est, en lat.

  6. ff. 80ro-90voSpiramenta a diversis magistris probata, en lat.

fo 91ro Note sur la signification de la messe, en cat. (add. XVe s.).

74Or. : Catalogne ? (mots et conjurations en catalan dans le texte latin de tout le ms.)

Bibl. : BOHIGAS, p. 103 ; BITECA, manid 1242.

75Nouv. acq. lat. 200 (début du XVIe s., papier, 34 ff., 217 × 140 mm).

  1. ff. 1ro- 14ro Tractatus de cerimoniis in celebracione misse neccessario observandis, en lat.

  2. fo 14vo-17ro Poèmes en cat., dont un sur la qualité médicale des fruits (fo 15ro-16ro).

  3. ff. 17vo-34vo conjurations en cat., dont une pour l’accouchement (fo 34ro).

Or. : nord de la Catalogne (?).

Bibl. : BOHIGAS, p. 153 ; BITECA, manid 1968. (1) F. VALLS I TAVERNER, « Versos catalans inèdits », Estudis Universitaris Catalans, 4 (1910), 394-98.

76Nouv. acq. lat. 1536 (fin du XVe s., papier, A + 143 + I ff., 290 × 210 mm). Recettes de médecine en lat. et en cat. (foAvo) ajoutées sur le feuillet de garde et les marges des textes 1-3 et 5, attribuées à Felip de Soldevila, Lluís de Facs (professeurs à l’Univ. de Lérida au XVe s.), Dr Nagere, etc.

  1. ff. 1roa-35rob PS.-MESUE, De rectificatione medicinarum simplicium solutivarum, en lat.

  2. ff. 35rob-59vob PS.-MESUE, Aggregacio et antidotarium electuariorum et confectionum, en lat.

  3. ff. 59vob-120vob PS.-MESUE, Summa in qua distinguuntur medicine appropriate egritudinibus singulorum membrorum, en lat.

  4. ff. 121roa-121vob PIERRE D’ARGELLATA, Chirurgia, en lat. (extraits).

  5. ff. 122roa-133vob FELIP DE SOLDEVILA, Regles per a metges novells, en cat. et en lat.

  6. ff. 134roa-140vob PS.-ARNAUD DE VILLENEUVE, De vinis, en lat.

  7. ff. 141roa-143vob PIERRE D’ARGELLATA, Chirurgia, en lat. (extraits).

Or. : acquis en 1875 (fo Avo) ; Occitanie (« Alfonsus de Fonseca », fin du XVe s., fo Avo) ; Montpellier (?) (copié par « Petrus de Frano », ff. 35rob, 59vob et 120vob).

Bibl. : BOHIGAS, p. 104 ; BITECA, manid 1250. (5) éd. en préparation de Lluís CIFUENTES.

77[Impr.] Rés. g. Yc. 441 (Barcelone, Pere Miquel, 24 avril 1494, [VI] + 267 ff., fol.).

1. ff. 1roa-235roa OVIDE, Transformacions, tr. par FRANCESC ALEGRE.

2. ff. 236roa-269roa FRANCESC ALEGRE, Al·legories e morals exposicions dels llibres de Transformacions (ex. où il manque le frontispice et les feuillets en blanc).

78[Impr.] Rés. Td73.252 (Perpignan, Joan Rosenbach, 15 janvier 1503, VIII + 305 + I ff., fol.).

PIERRE D’ARGELLATA, Cirurgia, tr. par NARCÍS SOLÀ, et corr. par FRANCESC SERVENT, ALFONS DE TORRELLEÓ et JOAN GELABERT (ex. où il manque le frontispice et les feuillets en blanc).

79[Impr.] Rés. Td79.1 (Barcelone, Joan Luschner, 15 juin 1501, A + 276 + W ff., 4o).

ANTONI AMIGUET, Lectura sobre lo tractat segon del reverent mestre Guido, lo qual tracta de apostemas en general.

Or. : acquis (1896) à Maissonneuve (?) ; Occitanie (?) (« Françoys Reubarbe », foAro, et notes diverses de la même main dans les marges ; foWro note pharmacologique en espagnol d’une autre main).

Perpignan, Archives Départementales des Pyrénées Orientales

803E1/546 (1397, papier, 23 ff., 296 × 219 mm). Notule du notaire de Perpignan Joan Ornos.

  1. fo 1. Note sur la taille de la vigne, en cat.

  2. Reliure (verso). Conjurations pour guérir, en cat.

Bibl. : BITECA, manid 2707. (1-2) J. B. ALART, « Trois formules de conjuration en catalan (1397) », Revue des Langues Romanes, 11 (1877), 9-12. (2) J. ROMEU I FIGUERAS, « Sobre conjurs folklòrics en vers », Revista de Catalunya, 90 (1994), 83-94, p. 88-92 [repr. dans ID., Recerques d’etnologia i folklore, Barcelone, 2000] ; ID., Corpus d’antiga poesia popular, Barcelone, 2000, p. 81-83 ; RIALC, « poesie anonime aggiunte », éd. J. ROMEU.

 ? / ? (1409, papier). Notule du notaire de Ribesaltes Guillem Reynard.

Deux conjurations à inscrire sur papier (« albarans ») pour guérir, en lat. et cat.

Bibl. : ALART, « Trois formules de conjuration », p. 12, sans indication de la cote.

 ? / ? (XIVe s. ?, parch. ?). Deux fragments de ms. ?

Traité sur les éclipses de lune et de soleil (fragments pour les années 1393 et 1402), en cat.

Note : à identifier avec le Liber de eclipsi solis et lune traduit en catalan en 1328 ou avec l’opuscule écrit par Dalmau Sesplanes en 1379.

Bibl. : P. VIDAL, « Mélanges d’histoire, de littérature et de philologie catalane », Revue des Langues Romanes, 32 (1888), 333-59, p. 358-59, sans spécification de la localisation, mais très probablement dans les ADPO (actualement perdus) ; BITECA, manid 2719. CIFUENTES, La ciència en català, p. 198-99.

Toulouse, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine

81220 (XIVe s., parch., 262 ff., 205 × 145 mm, olim III. 42).22

  1. ff. 1ro-144ro GUILLAUME PÉRAUD, archevêque de Lyon, Liber eruditionis religiosorum, en lat.

  2. ff. 145ro-209ro RAYMOND LULLE, Disputatio eremitae et Raymundi super aliquibus dubiis... Sententiarum Petri Lombardi (daté de Paris 1298), en lat.

  3. ff. 210ro-230vo Un fragment sur logique, en lat.

  4. ff. 230vo-237ro Une question de philosophie, en lat.

  5. ff. 237ro-245ro PIERRE D’ESPAGNE, Questiones logicales de bèsties e d’ucels per què són genecibils, en lat. et (rubriques) en cat.

  6. ff. 245vo-261vo Un fragment d’un traité de philosophie (sur le mouvement), en lat. et (rubriques) en cat.

  7. fo 262ro Un fragment d’un traité de météorologie, en lat.

Or. : couvent des Augustins de Toulouse.

Bibl. : Catalogue général des manuscrits, vol. 7 (in 4o), Paris, 1885, p. 139-40 ; Base de dades Ramon Llull/Llull DB.

Haut de page

Notes

1    Ce travail s’inscrit dans le cadre des projets de recherche financés par le Ministerio de Educación y Ciencia (MEC), Medicina y literatura en la baja Edad Media y el Renacimiento hispánicos : textos prácticos, didácticos y literarios en lengua vernácula (HUM2004-05176/FILO, dir. par Lluís Cifuentes, voir www.sciencia.cat), et Corpus digital de textos catalanes medievales/Llull (HUM2005-07480-C03-01, dir. par Lola Badia) ; et aussi dans le groupe de recherche Cultura i literatura a la Baixa Edat Mitjana (SGR2001-00286, dir. par Lola Badia), financé par le Departament d’Innovació, Universitats i Empresa de la Generalitat de Catalunya (voir www.narpan.net). Cela faisait également partie d’un programme de recherche dirigé par l’auteur sur la diffusion vernaculaire de la science et de la technique dans le domaine ibérique médiéval, financée par le Programa Ramón y Cajal du MEC (2002-2006).
2    L. Cifuentes i Comamala, Medicina i guerra a l’Europa baix-medieval : la sanitat i la participació dels seus professionals en les expedicions militars de la Corona d’Aragó (1309-1355), thèse doctorale de la Universitat Autònoma de Barcelona, 1993 [édition en microfiches : Bellaterra, 1995]. Voir des extraits dans L. Cifuentes et L. García Ballester, « Els professionals sanitaris de la Corona d’Aragó en l’expedició militar a Sardenya de 1354-55 », Arxiu de Textos Catalans Antics, 9 (1990), 183-214 ; et surtout dans Arnau de Vilanova, Regimen Almarie (Regimen castra sequentium), éd. M. R. McVaugh, introduction de L. Cifuentes et M. R. McVaugh, dans L. García Ballester, M. R. McVaugh et J. A. Paniagua (éd.), Arnaldi de Villanova Opera Medica Omnia, vol. X-2, Barcelone, 1998.
3    Entamé à l’École Pratique des Hautes Études (Sciences Historiques et Philologiques), avec l’orientation scientifique de Danielle Jacquart (1993-1995), ce travail s’est développé ensuite au sein du CSIC (Institución Milà i Fontanals, Barcelona), avec l’appui de Luis García Ballester et de Jon Arrizabalaga (1996-2002).
4    L. Cifuentes i Comamala, La ciència en català a l’Edat Mitjana i el Renaixement, Barcelone-Palma, 2002 [2e éd. révisée et augmentée en 2006]. Sur la page web Sciència.cat (www.sciencia.cat), voir plus bas.
5    Sur l’histoire de la langue catalane, voir J. M. Nadal et M. Prats, Història de la llengua catalana, vol. 1 (Dels inicis fins al segle XV) et vol. 2 (El segle XV), Barcelone, 1982-1996. Sur la circulation des textes scientifiques en occitan dans les terres catalanes, Cifuentes, La ciència en català, p. 50-51, passim. Sur celle des semi-traductions occitano-catalanes, voir A. SOLER, « Editing texts with plurilingual traditions : the works of Ramon Llull », dans Proceedings of the First European Society of Textual Scholarship International Conference (Alacant, 25-27 november 2004), en cours de publication. Sur l’existence d’une tradition alchimique occitano-catalane voir, entre autres, les travaux de M. Pereira, « Arnaldo da Villanova e l’alchimia : un’indagine preliminare », dans J. Perarnau i Espelt (éd.), Actes de la I Trobada Internacional d’Estudis sobre Arnau de Vilanova, vol. 2, Barcelone, 1995, p. 95-174 ; et « Alchemy and the use of vernacular language in the late middle ages », Speculum, 74 (1999), 336-56. Sur l’arithmétique, voir X. Docampo Rey, La formación matemática del mercader catalán (1380-1521) : análisis de fuentes manuscritas, thèse doctorale de la Universidad de Santiago de Compostela, 2004 ; et M.-H. Labarthe, Premières arithmétiques imprimées d’Espagne : une hiérarchie des problèmes au service des procédés de résolution, thèse doctorale de l’Université de Perpignan, 2005.
6    Sur Jean Ier, voir la biographie, ancienne mais très documentée, de J. M. Roca, Johan I d’Aragó, Barcelone, 1929. Pour une biographie plus récente, voir R. TASIS, Joan I, el rei caçador i músic, Barcelone, 1959. Sur Violant de Bar, voir, en outre, J. Vielliard, « Yolande de Bar, reine d’Aragon », Revue des Questions Historiques, 63 (1935), 39-55 ; F. Vendrell, Violante de Bar y el Compromiso de Caspe, Barcelone, 1992, et les travaux en cours de D. Bratsch-Prince (Iowa State University, EEUU) et C. Ponsich (Université de Paris I-Panthéon Sorbonne). Les échanges culturels ont été documentés, entre autres, par A. Rubió i Lluch, Documents per l’història de la cultura catalana mig-eval, 2 vol., Barcelone, 1908 et 1921 [réimpr. facs. : Barcelone, 2000].
7    On peut localiser un bon nombre d’entre eux dans E. Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge, 2 vol., Paris, 1936 [réimpr. : Genève-Paris, 1979] ; dans le premier Supplément de D. Jacquart, Genève-Paris, 1979 ; et dans D. Jacquart, Le Milieu médical en France du xiie au xve siècle : en annexe 2e supplément au « Dictionnaire » d’Ernest Wickersheimer, Genève-Paris, 1981.
8    Sur ce dernier manuscrit et d’autres manuscrits ou imprimés qui seront mentionnés, voir les appendices de ce travail.
9    Voir T. de Marinis, La biblioteca napoletana dei re d’Aragona, 4 vol., Milan, 1947-1953, et Supplemento en 2 vol., Vérone, 1969. Voir aussi G. Toscano, « La librairie des rois d’Aragon à Naples », Bulletin du bibliophile, 2 (1993), 265-83 ; et J. ALCINA FRANCH (avec la coll. de M. Bas Carbonell), La Biblioteca de Alfonso V de Aragón en Nápoles, 2 vol., Valence, 2000.
10  Sur l’histoire de la bibliothèque royale, voir l’œuvre fondamentale de L. Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque Impériale : étude sur la formation de ce dépôt comprenant les éléments d’une histoire de la calligraphie, de la miniature, de la reliure, et du commerce des livres à Paris avant l’invention de l’imprimerie, 3 vol. en 5 t., Paris, 1868, 1874, 1881 et 1977. Sur la bibliothèque de Mazarin, voir A. Franklin, Histoire de la Bibliothèque Mazarine et du Palais de l’Institut (1640-1885), Paris, 1901 [réimpr. facs. : Amsterdam, 1969]. Sur la bibliothèque de Colbert, voir D. Bloch, « La bibliothèque de Colbert », dans C. Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises. II. Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, 1988, p. 157-79.
11  J. Bauquier, « Les provençalistes du xviiie siècle », Revue des Langues Romanes, 3e s., 17 (1880), p. 65-83 et 179-219, et 18 (1880), 179-182 [réimpr. facs. : Nîmes, 2003] ; A. Pagès, « Notice sur la vie et les travaux de Joseph Tastu », Revue des Langues Romanes, 32 (1888), p. 57-76 et 127-45 ; et [J. Massó i Torrents], « Papers de Josep Tastú (1787-1849) existents avui en la Bibliothèque Mazarine de París », Revista de Bibliografia Catalana, 2 (1902), p. 140-55.
12  E. de Ochoa, Catálogo razonado de los manuscritos españoles existentes en la Biblioteca Real de París, seguido de un suplemento que contiene los de las otras tres bibliotecas públicas (del Arsenal, de Santa Genoveva y Mazarina), Paris, 1844.
13  Voir D. A. Randolph, Eugenio de Ochoa y el romanticismo español, Berkeley-Los Angeles, 1966 ; R. Gullón (dir.), Diccionario de Literatura Española e Hispanoamericana, Madrid, 1993, s. v. ; et V. Cantero García, « Una aproximación a la figura literaria de Eugenio de Ochoa : estudio de su práctica dramática y análisis de su actividad como crítico teatral », Epos, 16 (2000), p. 77-196.
14  A. Morel-Fatio, Catalogue des manuscrits espagnols et des manuscrits portugais, Paris, 1892 (aujourd’hui numérisé sur le site internet de la BnF). Particulièrement importantes, les actualisations de H. Omont, Nouvelles acquisitions du Département des Manuscrits pendant les années 1891-1910 : répertoire alphabétique des manuscrits latins et français, Paris, 1912, p. lxxxiv-xcvi et cxiii-cxvi (mss. ibériques).
15  F. Avril, J.-P. Aniel, M. Mentré, A. Saulnier et Y. Zaluska, Manuscrits enluminés de la péninsule Ibérique, Paris, 1982.
16  Le financement a été à la charge de l’Institució Patxot. Les recherches à Paris ont été publiées dans P. Bohigas, « El Repertori de manuscrits catalans : missió a París », Estudis Universitaris Catalans, 15 (1930), p. 92-139 et 197-230, et 16 (1931), 82-111 et 213-310 [dernière réimpr. : Idem, Sobre manuscrits i biblioteques, Barcelone, 1985, p. 71-261]. Un imposant fichier avec des matériaux inédits est conservé à la Biblioteca de Catalunya (Barcelone).
17  http ://sunsite.berkeley.edu/PhiloBiblon/phhm.html. Le matériau de BITECA a fait l’objet de publications partielles sur d’autres supports : B. Concheff (†) (compil.), Bibliography of Old Catalan Texts, Madison (Wisc.), 1985 ; V. Beltran, G. Avenoza, B. Concheff (†), Bibliografia de textos catalans antics, Madrid, 1994 (CD-Rom) [rééd. révisée et augmentée : Berkeley, 1999]. Une nouvelle publication papier est prévue.
18  Voir la n. 1.
19  Pour plus d’informations, voir www.sciencia.cat. La page est liée à Narpan.net : espai de literatura i cultura medieval (www.narpan.net), le portail du groupe de recherche Cultura i literatura a la Baixa Edat Mitjana (SGR2001-00286). Les bases de données de Sciència.cat doivent par la suite être mises en relation également avec celles qui se développent au sein de Narpan.net (Ramon Llull et CODITECAM).
20  Base de dades Ramon Llull / Llull DB (http://orbita.bib.ub.es/llull/index.asp).
21  Voir www.narpan.net (Eiximenis).
22 Nous souhaitons exprimer notre reconnaissance à Alexandra Beauchamp (Université de Limoges) pour la vérification de quelques données sur ce ms.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 52, printemps 2007, p. 89-118

Référence électronique

Lluís Cifuentes, « Textes scientifiques en catalan (xiiie-xvie siècles) dans les bibliothèques de France », Médiévales [En ligne], 52 | printemps 2007, mis en ligne le 06 septembre 2009, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://medievales.revues.org/2952 ; DOI : 10.4000/medievales.2952

Haut de page

Auteur

Lluís Cifuentes

Universitat de Barcelona, Dept. de Filologia Catalana Facultat de Filologia, Universitat de Barcelona, Gran Via de les Corts Catalanes, 585, E-08007 Barcelona

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org