Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Lydwine Scordia, « Le roi doit vivre du sien ». La théorie de l’impôt en France (xiiie-xve siècles)

Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2005 (Collection des Études Augustiniennes, Série Moyen Âge et Temps Modernes, 40), 539 p.
Julie Mayade-Claustre
p. 197-199

Texte intégral

1Cet ouvrage qui est la version réduite d’une thèse de doctorat nouveau régime soutenue en 2001 et qui fait suite à une série d’articles que l’auteur a consacrés à la pensée fiscale médiévale1 était attendu, tant il vient combler une lacune de l’histoire médiévale. Car si le système fiscal royal mis en place à partir du règne de Philippe Le Bel est bien connu, en particulier grâce aux travaux de Jean Favier, la construction discursive de la légitimité de ce système était largement ignorée. Ce livre tente d’« analyser les différents registres spéculatifs ou affectifs » de cette légitimation de l’impôt royal de Philippe le Bel à Louis XII, soit de 1285 à 1515. Comme l’auteur le suggère, l’enquête semble devoir être poursuivie sur l’impôt municipal, mais l’impôt royal constitue un domaine de réflexion suffisamment vaste pour justifier la restriction opérée dans la présente étude.

2La volonté de L. Scordia d’embrasser deux siècles d’histoire fiscale élargit le corpus à un éventail composite de sources, fait de quelques poésies « fiscales », de textes d’exégèse biblique, de questions quodlibétiques, enfin de la très prolixe littérature politique du temps. Mais c’est sans doute dans les chapitres consacrés aux questions quodlibétiques adressées à cinq maîtres de la faculté de théologie de Paris et à l’exégèse biblique de Nicolas de Lyre (Ire partie, chap. II, IVe partie, chap. II notamment), que se situe l’apport majeur de cet ouvrage, plus encore que dans la lecture, plus familière aux médiévistes depuis les études de Jacques Krynen, des miroirs des princes des xive et xve siècles. Comme les articles cités l’avaient déjà suggéré, la lecture, exigeante, de ces textes révèle la profondeur de la justification théorique de l’impôt royal à l’heure de sa mise en place. L’histoire des idées politiques dans le royaume de la fin du Moyen Âge sort rénovée par cette remontée aux sources scolastiques de la pensée politique des débuts de l’État moderne. La publication et la traduction, parmi des annexes très riches, d’un quodlibet de Richard de Mediavilla achèvent de convaincre le lecteur de l’intérêt majeur des productions des penseurs scolastiques pour une histoire de l’État des derniers Capétiens. L’histoire politique du royaume au bas Moyen Âge est également revigorée par les belles pages dans lesquelles l’auteur tente une histoire des sentiments et des émotions politiques en évoquant la malédiction fiscale (IIIe partie, chap. II) ou encore l’amour en politique (IVe partie, chap. II).

3Le titre de l’ouvrage, « Le roi doit vivre du sien », reprend un aphorisme résumant la théorie domaniale des finances royales, un principe toujours affirmé et toujours contredit par les faits. La formule devenue proverbiale est finalement l’arbre qui cache la forêt de la réflexion sur la légitimité de l’impôt. Dès 1271, Thomas d’Aquin avait nuancé dans son De regimine judaeorum cette théorie domaniale pourtant fondée sur une origine biblique claire (Ez. 45, 7 : « au prince reviendra une part »), en justifiant l’impôt par la nécessité de compléter des revenus domaniaux insuffisants. L’impôt royal était-il particulièrement difficile à imposer à une « nation France » invoquant ses racines franques et franches ? Certes, la prétendue franchise du peuple des Francs servait de préambule à ces affranchissements capétiens étudiés par Marc Bloch dans Rois et serfs. Certes encore, l’idée de la servitude fiscale était étayée par le statut des juifs « serfs du roi » de France, mis en lumière par William Chester Jordan. Pourtant ces topoi antifiscaux semblent finalement avoir peu pesé face à la virtuosité déployée par les maîtres de l’université de Paris et les « gens de savoir » en général pour justifier l’impôt en ces temps de guerre. De ce point de vue, le débat quodlibétique des années 1282-1286 qui soumit Bertaud de Saint-Denis, Henri de Gand et Richard de Mediavilla au même feu de questions sur la taxation des clercs est particulièrement significatif, puisque si les réponses infiniment nuancées des théologiens cherchent à encadrer les dérives du pouvoir fiscal du roi, celui-ci n’est pas remis en question. Les maîtres conviennent même que les clercs en tant que pars civitatis jouissent de la protection du prince et que celle-ci justifie leur contribution lorsque le corps du royaume est en danger. Ainsi, quelques années avant la querelle bonifacienne, pour les théologiens parisiens, les clercs n’étaient-ils pas exempts, mais étaient-ils des « contribuables taxés selon des modalités particulières ». Ce consentement des théologiens à l’impôt royal révèle avec force l’autonomie des élaborations scolastiques particulières que sont les quodlibets, dans lesquels Elsa Marmursztejn a reconnu l’éclosion d’« un troisième pouvoir ». Tout aussi frappante est la postérité, révélée par L. Scordia, du quodlibet III, 27 de Richard de Mediavilla qui, par l’intermédiaire de la Summa de casibus conscientiae d’Astesanus d’Asti, put nourrir la réflexion qu’un Evrart de Trémaugon livra un siècle plus tard à Charles V dans son Somnium Viridarii. Parmi d’autres, ces démonstrations autorisent l’auteur à conclure que « la théorie de l’impôt est établie avant la mise en place pratique de l’impôt » et que « le roi disposait, grâce aux gens de savoir, de la justification théorique de l’impôt dès les années 1280 ». Elle est alors près d’en déduire que la justification de l’impôt royal fut d’abord théologique, avant d’être juridique (p. 443). Elle suggère également avec finesse que contre la force rhétorique de la formule « le roi doit vivre du sien », c’est paradoxalement chez les clercs que « l’indicible impôt » trouva ses plus brillants défenseurs grâce à la disponibilité d’un langage théologique tentant depuis le xiie siècle de définir les normes de la vie économique2. Bien que le médiéviste puisse rester perplexe devant le « foisonnement persistant » d’un champ lexical de l’impôt apparemment très inerte (Ire partie, chap. I) ou regretter la longueur de certains développements – certes utiles au lecteur non médiéviste –, portant sur une histoire fiscale, financière et domaniale amplement balisée par les études classiques de Jean Favier, ou celles plus récentes de Jean-François Lassalmonie et de Guillaume Leyte notamment, la vigueur de ces conclusions suffit à souligner l’importance du travail de L. Scordia dans la perspective d’une histoire culturelle de l’État médiéval.

Haut de page

Notes

1  « Les sources du chapitre sur l’impôt dans le Somnium Viridarii », Romania 117 (1999), p. 115-142 ; « L’exégèse de Genèse 41, les sept vaches grasses et les sept vaches maigres : providence royale et taxation vertueuse (xiiie-xive siècles) », Revue des Études Augustiniennes 46 (2000), p. 93-119 ; « Images de la servitude fiscale à la fin du Moyen Âge », Mélanges de l’École Française de Rome (Moyen Âge) 112/2 (2000), p. 609-631.
2  Voir les travaux de Giacomo Todeschini, Il prezzo della salvezza. Lessici medievali del pensiero economico, Rome, 1994 ; La ricchezza degli Ebrei, Merci e denaro nella riflessione ebraica e nella definizione cristiana dell’usura alla fine del Medioevo, Spolète, 1989 ; I mercanti e il tempio. La società cristiana e il circolo virtuoso della ricchezza fra Medioevo ed Età Moderna, Bologne, 2002.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Mayade-Claustre, « Lydwine Scordia, « Le roi doit vivre du sien ». La théorie de l’impôt en France (xiiie-xve siècles) », Médiévales, 52 | 2007, 197-199.

Référence électronique

Julie Mayade-Claustre, « Lydwine Scordia, « Le roi doit vivre du sien ». La théorie de l’impôt en France (xiiie-xve siècles) », Médiévales [En ligne], 52 | printemps 2007, mis en ligne le 11 février 2008, consulté le 30 mars 2017. URL : http://medievales.revues.org/2733

Haut de page

Auteur

Julie Mayade-Claustre

Médiévales 52, printemps 2007, p. 197-199

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Revues.org